En 2012 Arrow réouvrait les hostilités concernant les séries super-héroïques, et le retour critique était à l’époque plutôt bon en France, et très bon aux US. Grandement inspiré par les films Batman de Nolan, Arrow va emprunter un ton sérieux, avec un univers sombre et très terre à terre.  

Puis deux ans sont passés et The Flash est arrivée, apportant un côté plus lumineux, un peu moins sérieux, embrassant plus l’aspect comicbook de son univers, qui amènera ensuite à la création de séries comme Supergirl, Legends of Tomorrow et Black Lightning (dont on fera abstraction ici pour se concentrer sur le Arrow-verse).

Aujourd’hui les séries DC de la CW sont beaucoup critiquées pour leur qualité – voire moquées par certains – alors que d’autres vont se battre bec et ongles pour les défendre. Qui a tort ? Qui a raison ? Pourquoi ?

Petite leçon d’histoire

Quand Arrow a débuté, on était pas là pour se marrer, la série abordait ses thématiques de façon sérieuse et plus ou moins réaliste – si on peut dire ça d’un univers avec des super-héros -. The Flash lui arrivait en apportant tout plein de concepts que les lecteurs de comics avaient toujours rêvé de voir adaptés à l’écran. La Speedforce, le voyage dans le temps, le multivers, c’était cool. Pas très cohérent malheureusement dans la série, mais bon ce sont des concepts assez compliqués à mettre à plat et à rationaliser. Mais si on doit quand même reconnaitre une chose, c’est que la CW a toujours été très généreuse sur cet aspect là, et a parfaitement embrassé son côté comicbook. Et malgré un budget limité et des scénarii plutôt simple, tout ça fonctionnait bien, et suivre ces séries était vraiment cool. Les personnages étaient globalement tous sympas et attachants. Oliver, Diggle, Felicity ou Barry, Caitlin, Cisco, les teams marchaient bien. Au pire c’était correct. 

Ensuite des personnages secondaires ont, petit à petit, pris de plus en plus d’importance, j’imagine pour apporter un vent de fraicheur ou alors de l’humour – que leur Green Arrow n’a par exemple pas du tout, contrairement à sa version de base -. Et au départ cette « nouvelle direction » a plu. Et malgré l’importance donnée à ces personnages, ils restaient néanmoins au second plan, et on y trouvait un certain équilibre. 

Mais un beau jour, qu’on pourrait situer entre la fin de la saison 2 et le début de la saison 3 de Arrow, tout a explosé. Portés par l’amour des fans, ou je ne sais quelles autres raisons, des personnages secondaires pas vraiment intéressants sont devenus des personnages de premier plan et cet équilibre a été perturbé. Les intrigues secondaires ont alors commencé à devenir les intrigues principales, et les intrigues principales devenaient, elles, de moins en moins intéressantes et de moins en moins travaillées dans leur écriture. Tout comme les antagonistes, qui sont devenus vides d’intérêt et de charisme, ou alors terriblement mal exploités. Et dieu sait que les vilains sont importants pour les super-héros. The Dark Knight n’aurait jamais été ce qu’il est aujourd’hui sans un Joker aussi bien écrit, et aussi charismatique. 

Et puis on peut rajouter à tout ça le fait que maintenant quand un personnage meurt, on le ramène soit à la vie, comme Sara ou Thea, ou alors on le remplace par une version d’un autre univers, comme Laurel ou H. Wells. Et du coup les enjeux dramatiques en prennent un sacré coup. D’ailleurs, ce dernier est devenu un running gag – quand un Wells meurt, pas grave, il en reste au moins cinquante autres versions dans le multivers, allons en piocher un ! -… C’est triste pour lui car l’acteur est plutôt bon.

Et les saisons se sont ensuite enchainées et les personnages secondaires se sont multipliés. Jusqu’à arriver à aujourd’hui, où on ne sait plus quoi en faire. Curtis, Ralph, Joe West, les H. Wells, ils n’ont plus rien à faire en tant que personnages, et ne sont plus que des pions utilisés si, par exemple, on a besoin d’un scientifique, d’un détective ou d’un discours de papa…

Mais si seulement il n’y avait que ça comme problème ?…

Les spectateurs pris pour des idiots ?

On peut reprocher aux séries CW leurs effets spéciaux et leurs décors pas terrible, des costumes qui parfois piquent les yeux, des scénarii vraiment très classiques, des romances un peu – voire très – niaises et une absence de photographie, qui permettrait à ces séries d’avoir une réelle identité visuelle. Si il n’y avait que ça, ça serait juste des séries passables. 

Mais le véritable point qui a fait que, personnellement, j’ai développé une haine profonde pour ces séries c’est que, depuis trois/quatre saisons, elles prennent leurs spectateurs pour des demeurés. 

Maintenant, quand on regarde une série CW, une chose saute aux yeux: les scénaristes et les dialoguistes ne se cassent même plus la tête pour que les choses soient un minimum intelligentes et crédibles. Adieu la finesse, adieu la subtilité. Que ce soit dans les retournements de situations, les caractérisations des personnages ou juste l’écriture des dialogues, c’est devenu du grand n’importe quoi.

Par exemple (ça va spoiler), maintenant, quand la Team Flash croise un nouveau méta-humain, en 1h45 ils peuvent te fabriquer un objet pour le contrer, en te sortant une phrase comportant trois ou quatre mots de plus de trois syllabes pour te faire croire que c’est scientifiquement explicable et parfaitement faisable. – Si la science fonctionnait de la même façon dans le monde dans lequel on vit, on aurait guéri le cancer, éradiqué le virus du SIDA, colonisé Mars et la Lune ce serait un immense centre commercial international -.

Cette saison, enfin la saison dernière mais à l’époque on ne savait pas, la fille de Barry et Iris a débarqué dans le présent de la série. Au départ, Barry va avoir des doutes quant au fait que ce soit bien leur fille. Mais Iris lui justifie très simplement que Nora est bien leur fille car quand elle court, elle fait des éclairs jaune (comme quand son papa court) et violet (comme sa maman, quand elle a hérité des pouvoirs de Barry, son papa).

Aujourd’hui, le vilain principal de Flash est un homme qui tue des méta-humains – parce que c’est des abominations qui apportent que des problèmes – avec un morceau de satellite, que Flash a détruit en fin de saison dernière. Morceau de satellite qui annule leurs pouvoirs. Et ce morceau de satellite, eh bien il est en forme d’éclair. Pourquoi ?! Parce que c’est la série Flash, et Flash il a un éclair comme symbole.

Aujourd’hui, on a plus seulement des méta-humains. On a aussi, suite à la destruction de ce même satellite, des objets contaminés par la matière noire. Et du coup des objets peuvent développer des pouvoirs. Ce qui donne, dans la série, des smartphones qui peuvent hypnotiser les gens… 

Je pourrais en rajouter, mais je pense que l’idée est là.

Un public qui tourne le dos à la CW

D’accord la CW, on a compris que vous faites des séries orientées pour les jeunes, mais jeune ça ne veut pas dire idiot. Respectez un minimum votre public. Proposez lui des choses qui ont nécessité un minimum de réflexion de la part de vos scénaristes. Le plus dingue c’est qu’ils ont même réussi à prendre ce côté idiot, et complètement absurde, et à en faire une série où ils font plus que l’assumer, ils en jouent carrément, Legends of Tomorrow. Là, ils cherchent même plus à faire d’efforts, que ce soit visuellement ou scénaristiquement. 

Donc, pour moi, si les séries CW sont autant détestées par certains, c’est parce qu’à leurs débuts ces séries étaient beaucoup mieux travaillées, à tout point de vue. Et c’est leur dégradation brutale et soudaine en qualité qui a fait naitre une immense frustration chez beaucoup d’entre nous, qui s’est transformée en haine et en dégoût chez pas mal. 

J’ai aimé ces personnages. J’aimais cet univers. Et aujourd’hui ne plus pouvoir les aimer m’embête énormément. C’est pas de la haine gratuite, c’est plus un sentiment de trahison, mélangé à beaucoup de regrets.

Finalement doit-on aimer ou pas les séries CW ? Je pense – malgré le fait que moi non, et vous l’aurez compris – que c’est en fonction du seuil de tolérance de chacun. Certains arriveront très bien à passer outre tous ces défauts, pour des raisons qui leur sont propres. Et je respecte totalement ça, même si j’ai très souvent du mal à le comprendre, je respecte. 

Mais, en prenant un minimum de recul, on ne peut pas dire non plus que ce sont de bonnes séries. 

Qui pourrait me regarder dans les yeux aujourd’hui et me dire que même une seule de ces séries fait partie du Top 10, même du Top 20, des meilleures séries de tous les temps ?… Que si son meilleur ami, ou un membre de sa famille, venait lui demander un conseil série, il n’aurait pas au moins 5 séries qui lui viendraient immédiatement à l’esprit avant les séries CW ?

Je ne dis pas qu’on ne peut pas aimer ces séries. Ce que j’essaie de dire ici, c’est qu’il faut accepter le fait qu’on puisse aimer des séries qui sont objectivement pas bonnes, tout comme il est possible de ne pas aimer des séries qui sont bonnes. Ce n’est pas interdit. Mais nuançons, le fait d’aimer une série ne veut pas dire qu’elle est bonne, et une bonne série ne doit pas forcément être appréciée.

Arrêtons de juger les gens qui aiment ou pas ces séries, ou même d’autres. Partageons juste les raisons qui font qu’on les aime ou pas, tout en acceptant néanmoins que les séries qu’on aime puissent avoir des défauts – et même, parfois, plus de défauts que de qualités -.