Vous êtes ici: DCPlanet.fr > Dossiers > Par où Commencer #11 – Aquaman

Par où Commencer #11 – Aquaman

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Sommaire

Vous n’avez pas pu passé à côté de la sortie d’Aquaman au cinéma, et peut-être que le film de James Wan vous a donné envie de retrouver l’univers d’Atlantis dans les pages d’un comics. Vous auriez bien raison puisque ce personnage souvent ignoré voire moqué a beaucoup de choses à raconter et c’est le meilleur moment pour lui redonner sa chance. Bien sûr, Aquaman est un personnage qui date de 1941 et qui a connu de nombreux titres à travers ces presque 78 ans de publications. Tout en retraçant ces différentes périodes, je vais donc vous conseiller les points d’entrée idéaux pour vous mettre à lire des comics sur le Roi des Sept Mers, en VO comme en VF, et vous pourrez alors rejoindre le club restreint mais si formidable des fans d’Aquaman. Sachez d’ailleurs que notre podcast spécial Aquaman, explications d’une impopularité est, je l’espère, un bon compagnon à cette lecture.

Silver et le Bronze Age

More Fun Comics #73 / The Aquaman Archives Vol.1 & 2 (VO)

Par où Commencer #11 - Aquaman 32

On commence par une évidence, mais si vous êtes motivés, vous pouvez tout simplement commencer par la première apparition d’Aquaman dans More Fun Comics #73 écrit par Mort Weisinger et dessiné par Paul Norris. On est très loin du personnage que l’on connaît aujourd’hui, il ne s’agit là que d’un homme qui nage très vite et frappe des Nazis, comme tout bon citoyen américain de l’époque. Pendant les vingt années qui vont suivre, nous n’aurons droit qu’à des apparitions courtes dans ce genre de publications fourre-tout et notamment dans Adventure Comics.

C’est seulement en 1959, dans Adventure Comics #260, qu’apparaisse les parents d’Aquaman, Tom Curry et Atlanna, et avec eux l’origin story du protagoniste que DC gardera pendant un long moment. Il est donc préférable de commencer par là si vous souhaitez vraiment vous lancer dans du vieux comics sur Arthur Curry (à moins que vous ayez vraiment la foi pour vous taper tout ce qu’il y a avant, et je ne peux vous le conseiller). C’est d’ailleurs à partir de ce numéro que DC a publié les Aquaman Archives. Dans ces deux volumes, vous retrouverez de courtes histoires très diversifiées par Robert Bernstein et Ramona Fradon où notre héros bâtira un hôpital sous la mer, débarrassera la ville de New Venice de ses criminels, empêchera une évasion de prisonniers ou arrêtera le Captain Noah de créer un second Grand Déluge, tout ça accompagné par son allié principal Topo (qui est comme Krypto mais en plus cool car c’est une pieuvre), puis rejoint par Aqualad qui signe sa première apparition lui aussi. Le volume 2 contient également les 9 premiers numéros du premier titre Aquaman, dont nous allons parler dans le prochain paragraphe.

Et Après ça ? | Aquaman vol.1

Aquaman vol.1 (VO)

Par où Commencer #11 - Aquaman 33

Il aura donc fallu 1962 pour qu’Aquaman intéresse suffisamment les lecteurs et l’éditeur et possède sa propre ongoing, par l’éditeur George Kashdan, l’auteur Bob Haney et l’artiste Nick Cardy, qui va permettre beaucoup de choses. Forcément, quand tu n’as été qu’un backup et que tu as enfin droit à des histoires d’une vingtaine de pages, tu peux commencer à bâtir un véritable univers autour du personnage. Si Atlantis existait déjà vaguement précédemment, ce titre va l’inclure dans l’univers d’Aquaman et ret-con le fait que sa mère était en réalité la Reine de ce royaume sous-marin, faisant d’Arthur son héritier. Il accumule alors le rôle de super-héros à celui de Roi et ses histoires, ainsi que son entourage, s’étofferont. C’est ici qu’il rencontrera son conseiller Vulko, puis sa future femme Mera dans Aquaman #11. Elle n’est encore qu’une princesse venue d’une autre dimension réfugiée sur Terre et qu’Arthur sauvera des conquérants de son pays. Ils tomberont amoureux et Mera décidera de rester sur Terre. Vous verrez également leur mariage et la naissance de leur enfant Arthur Curry Jr., qu’on appelle aussi l’Aquababy et qui aura une importance capitale pour la suite.

Aquaman aura également droit à des ennemis emblématiques tels que Fisherman, Magneto (aucun lien, il est fils unique), mais aussi le terrible Black Manta et bien sûr Ocean Master. Orm était déjà le demi-frère d’Arthur, mais il l’est du côté humain et n’est qu’un pilleur amnésique qui refuse leur lien de parenté. Au bout de 40 numéros, Dick Giordano devient le nouvel éditeur, et le titre accueille une nouvelle équipe créative avec Steve Skeates et le célèbre Jim Aparo en plus de prendre une nouvelle tournure. Fini les histoires se suffisant à elle-même, on part plutôt sur un récit en plusieurs parties avec The Quest for Mera. Lorsque la Reine se fait enlever mystérieusement, Arthur délaisse Atlantis et la Justice League pour partir à sa poursuite. Mais pendant son absence, l’ambitieux Narkran s’empare du trône et commence à ruiner la cité engloutie, avant qu’Aquaman et Mera l’arrête définitivement. Malgré l’efficacité de ce premier arc et l’originalité de ses histoires – que ce soit son univers, le côté royauté ou même le fait qu’il soit marié avec des enfants étaient uniques – les ventes s’effondrent à l’aube des années 70 avant de revenir quelques temps plus tard en backup d’Adventure Comics, mais ces cinquante premiers numéros sont un excellent moyen de commencer à lire de l’Aquaman compte tenu de tout ce qu’il apporte au personnage et qui est encore utilisé aujourd’hui.

Et après ça ? | La Mort du Prince

La Mort du Prince (VF)

Par où Commencer #11 - Aquaman 34

Voici enfin un point d’entrée disponible en France, et pas n’importe lequel. Le retour d’Aquaman dans des backups a plu aux lecteurs et le personnage devient la star d’Adventure Comics à partir de 1975 avec Paul Levitz et David Michelinie au scénario et toujours Aparo aux dessins. Ensemble, ils vont écrire le récit le plus important du Roi d’Atlantis jusqu’au reboot des New 52 et reste un récit pionnier du Bronze Age au vu de sa tragédie. Aquaman combat plusieurs menaces, certes mais ne semble pas très préoccupé par ses fonctions royales, son peuple s’insurge et choisit un nouveau leader alors que notre héros se démène contre ses pires ennemis. Il continue pourtant de lutter aux côtés de Mera pour le bien de tous jusqu’à tomber contre Black Manta. Ce n’est plus un secret pour personne, c’est dans ce récit que le super-vilain oblige Aquaman et Aqualad à se battre à mort pour la survie d’Arthur Jr., qui finira tout de même par mourir étouffé. Ce moment rend cette histoire indispensable car il aura des répercussions sur tout ce qui suivra. Arthur et Mera ne se remettront jamais de la mort de leur enfant, ruinant leur couple et les changeant à tout jamais.

La Mort du Prince ne nécessite pas de grosses connaissances de ce qui s’est fait avant donc que les lecteurs VF n’aient pas peur, c’est une lecture très accessible en plus d’être une bien belle œuvre. De plus, elle marque la fin d’une première grande ère pour Aquaman, la suite prenant une nouvelle direction qui offrira une nouvelle opportunité de rentrer dans cet univers.

Et après ça ? Cette histoire aura suffisamment eu de succès pour relancer le titre Aquaman, mais pour une poignée de numéros seulement, puisque la DC Implosion aura raison de lui. Il fera à nouveau de brèves apparitions dans les backups d’Action Comics, World’s Finest et Adventure et il prendra la tête de la Justice League Detroit, équipe qu’il crée après avoir dissolu l’ancienne, ses membres ayant selon lui manqué à leur devoir après leur absence pendant une invasion martienne. C’est aussi de courte durée et Aquaman revient dans sa propre mini-série en 1986 où il combat Ocean Master qui a gagné des super-pouvoirs grâce aux Zodiac Crystals, le récit étant surtout remarquable pour le changement de costume et l’introduction du royaume de Thierna Na Oge. Il y a également le one-shot Spirit and Flesh, mais c’est très dispensable.

Période Peter David

The Legend of Aquaman / Aquaman Vol.3 (VO)

Par où Commencer #11 - Aquaman 35

Avant d’entamer la grande ère de Peter David, il faut parler du one-shot The Legend of Aquaman par Keith Giffen, Robert Loren Fleming et Curt Swan, qui va remodeler les origines de notre héros aquatique, ce qui en fait encore une porte d’accès possible. Dans cette version qui va perdurer, il est un Atlante pur, abandonné par sa mère pour le protéger et recueilli par Arthur Curry, un gardien de phare. Ce dernier lui apprendra le langage et à manier ses pouvoirs, mais l’homme finit par mourir. L’enfant devenu adulte reprit son nom et finira par chercher ses origines sous l’océan. Il se fait alors capturé, Atlantis étant mené par un despote cruel, et se fait enfermer dans la prison nommée l’Aquarium (no joke). Il y verra sa mère pour la première fois, rencontrera Vulko et finira par s’échapper grâce à ses super-pouvoirs et vaincra le régime en place. Il remplit son rôle d’héritier du trône, garde son uniforme de prisonnier pour se rappeler de ces événements et s’approprie même le nom d’Aquaman, que ses compagnons de cellule utilisaient pour se moquer de lui.

Et après ça ? Le reste de son histoire est toujours canon, et le troisième volume d’Aquaman reprend donc alors que le mariage d’Arthur et Mera bat de l’aile. Notre héros a tout abandonné il y a plusieurs mois, et constate lorsqu’il revient à Atlantis que la cité s’est fait envahir par une race de méduses qu’il ne connaît pas.

Atlantis Chronicles (VO)

Par où Commencer #11 - Aquaman 36

Si les deux derniers volumes ont servi de renouveau, c’est ici que les choses sérieuses commencent. Atlantis Chronicles est une mini-série en 7 numéros dont chacun raconte un moment fatidique de l’histoire d’Atlantis. Par le regard des différents scribes, le récit part du Grand Déluge qui a fait coulé Atlantis avec le Roi de sa capitale Poséidonis, Orin, tentant de trouver un moyen de faire vivre son peuple sous l’eau, jusqu’à arriver à nos jours. On en apprend donc beaucoup sur la mythologie atlante dans ces histoires remplies de guerre, de trahison et d’amour dignes des plus grands livres d’heroic fantasy. Il signe aussi les débuts du fameux Peter David sur cet univers – avec Esteban Maroto aux dessins . Il y place beaucoup de points qui gagneront en importance dans son run d’Aquaman qui aura lieu quelques années plus tard seulement, dont Orin (qui sera aussi le nom atlante d’Arthur), la malédiction de Kordax et la rencontre des parents de notre héros.

Il s’agit donc d’un très bon récit, et d’une très bonne entrée en matière, en plus d’être original, puisqu’on ne voit pas Aquaman avant le dernier numéro, et d’être très utile si on souhaite lire le run de David (on y vient).

Et après ça ? Entre temps, Aquaman aura connu un quatrième volume très oubliable que je vous suggère d’ignorer impunément. Par contre, la mini-série Time and Tide de 1993/94 est une très bonne suite d’Atlantis Chronicles, toujours par Peter David et cette fois Kirk Jarvinen en tant que dessinateur. Arthur écrit lui-même la suite des Atlantis Chronicles en racontant ses premières aventures, plaçant encore quelques pièces importantes à son tour comme l’introduction de la jeune Inuit nommée Kako, le premier amour d’Aquaman. Ca y est, on peut attaquer le gros morceau.

Aquaman vol.5 par Peter David (VO)

Par où Commencer #11 - Aquaman 37

Accompagnés par les deux artistes Martin Egeland et Jim Calafiore, Peter David prend en main en 1994 le cinquième volume d’Aquaman et ne lâchera pas pendant 47 numéros (en comptant le #0). C’est une véritable traversée à travers les 90s, décennie difficile pour les héros de comics, mais notre Arthur fait partie de ceux qui s’en sont le mieux tiré en embrassant les concepts de l’époque. Vous avez là une série d’aventures épiques qui font de ce run un must-have en plus d’un point d’entrée en matière pas trop compliqué, d’où le conseil de lire Atlantis Chronicles et Time and Tide du même auteur. Cette partie importante de la vie du personnage vous rappellera sûrement quelque chose, puisqu’il s’agit de l’Aquaman avec des cheveux longs, une barbe et un crochet en or à la place de la main gauche, comme on peut le voir dans le dessin animée Justice League par exemple, et c’est aussi la période où il se comporte parfois comme un gros con.

En effet, les premiers numéros racontent le combat d’Arthur, devenu un ermite, contre Charybdis, un super-vilain qui arrivera à empêcher notre héros de contrôler la vie sous-marine et plongera sa main dans un eau infestée de piranha. À travers ses prochaines aventures, il retrouvera l’ancien Aqualad qui prendra bientôt le nom de Tempest, et si Mera a disparu, il rencontrera son propre fils illégitime Koryak ainsi que Dolphin, une humaine pouvant vivre sous l’eau après les expérimentations d’extra-terrestres. Ils connaîtront des histoires pleines d’action, de drame et de violence, où la géopolitique des différents royaumes est omniprésente, la place d’Aquaman sur le trône étant remis en question régulièrement par certains personnages trop ambitieux et les conflits entre Poséidonis et Tritonis faisant écho aux querelles d’antan que l’on a vu dans Atlantis Chronicles.

C’est donc quelque chose d’assez unique que ces histoires proposent, l’épopée homérique d’un Aquaman colérique et entouré de nouveaux personnages, car je n’ai même pas cité les Sea Devils ou Deep Blue, sans compter les nombreux super-héros variés venant en tant que guest. Le lore s’agrandit de numéro en numéro et si cette version d’Arthur ne conviendra pas à tout le monde, son histoire se termine en beauté et il reste le run préféré de beaucoup de fans.

Et après ça ? Le titre perdure après le départ de Peter David, laissant Dan Abnett (un nom qu’on va retrouver plus tard) et Andy Lanning prendre sa place pour réintégrer Mera. S’en suivra le run d’Erik Larsen à réserver à ceux qui aiment vraiment l’Aquaman au crochet, puis vient Dan Jurgens et son récit en 13 numéros sympathique et qui continue de développer les personnages, malgré le fait que la qualité est tout de même moindre. Avant d’entamer le volume 6 d’Aquaman, il faudra se tourner vers l’event Our Worlds At War où Atlantis disparaît vers une autre époque où les Atlantes seront mis en esclavage, puis vers le titre JLA et son arc Obsidian Age pour voir le retour de ce peuple dans le présent et notre héros encore une fois destitué et même banni pour tous ces événements qu’on lui met sur le dos.

Et Après ça ? | Aquaman : Sub-Diego

Aquaman Vol.6 (VO) / Aquaman : Sub-Diego (VF)

Par où Commencer #11 - Aquaman 38

En 2003, Rick Veitch et Yvel Guichet lance un sixième volume d’Aquaman, qui est une porte d’entrée difficile quand on ne connaît pas tout ce qui s’est passé auparavant. La volonté de l’équipe créative était de refaire d’Arthur un super-héros avec un code d’honneur plus strict que sa période plus guerrière symbolisée par son crochet. Ils font donc en sorte qu’Aquaman l’abandonne et devienne le Waterbearer, le gardien d’une eau mystique contenu dans sa nouvelle main que lui a donné la Dame du Lac du conte arthurien pour répandre la paix. En l’utilisant pour frapper un ennemi, il invoquera une terrible entité qui se nourrit des déesses maritimes, ce qui va le calmer un bon coup quant à ses manières de bourrin.

Pour l’arc suivant, Sub-Diego, Urban a décidé à juste titre qu’il n’y avait pas besoin d’avoir lu tout ce qui le précède (à part pour la main peut-être, mais de toute façon vous êtes au point maintenant). Une partie de la ville de San Diego est soudainement engloutie par l’océan à cause d’un tremblement de terre artificiel, mais les milliers de personnes piégées sous l’eau ne sont pas mortes. un scientifique avait auparavant trafiqué l’eau courante pour que les habitants puissent s’adapter et vivre dans l’océan. Aquaman va donc s’occuper de ces gens avec l’aide d’une rescapée décidée à passer un coup de main, et qui deviendra même la nouvelle Aquagirl. Un nouveau monde qui verra bientôt naître de nouveaux problèmes et de nouveaux criminels de tout genre, allant du cartel de drogues à l’assassin psychopathe.

Et après ça ? Sub-Diego se terminera un peu abruptement à cause d’Infinite Crisis, qui aura comme conséquence la destruction pure et simple d’Atlantis, puis dans les pages de World War III, nous verrons Aquaman décider de sauver son peuple en devenant le Dweller in the Depths, une entité qui protège les océans mais qui fera perdre presque toute sa mémoire à notre héros.

Pourtant, alors que le titre devient Aquaman : Sword of Atlantis, un remplaçant va émerger. Arthur Joseph Curry, qu’on apprendra être le petit-neveu humain du premier Aquaman, portera son flambeau par la force des choses. Aux côtés de son allié de fortune King Shark, ils devront accomplir une certaine prophétie que le Dweller a émise pour sauver Atlantis. Ce run commence bien avec Kurt Busiek et Jackson Guice, mais perd de son intérêt lorsqu’ils sont remplacés par Tad Williams et Shawn McManus. Après 17 numéros, le titre s’arrête fin 2007 et à part une brève apparition dans The Outsiders entre autre, on ne verra plus le nouvel Aquaman dans les publications DC, sachant qu’il quitte le trône d’Atlantis qu’il avait obtenu car il était trop dans l’ombre de son prédécesseur au point qu’on le pensait sa réincarnation. Le Dweller in the Depths est quant à lui tué par Koryak, son propre fils donc.

New 52 et la réinvention par Geoff Johns

Aquaman tome 1, 2 et 3 / Intégrale Vol.1 (VF)

Par où Commencer #11 - Aquaman 39

On arrive sûrement sur quelque chose qui vous est familier, puisque qu’il en découle la version actuelle du personnage, en plus d’être le run qui a grandement inspiré le film. L’arrivée de Geoff Johns sur Aquaman a marqué un véritable tournant, le célèbre auteur ayant décidé de reconstruire ses origines et son univers, comme il l’avait fait pour Green Lantern, la JSA ou Flash, afin de redorer son blason qui était en perdition depuis un moment. Ce run débute avec le reboot des New 52, autant vous dire que vous avez devant vous la porte d’entrée idéale pour lire de l’Aquaman, et en prime vous aurez droit à ce qui est à mon sens la meilleure lecture sur le personnage, que ce soit pour le scénario ou pour les dessins époustouflants d‘Ivan Reis.

Ceux qui ont commencé à lire le personnage à partir de ce point ne se rendent pas forcément compte à quel point Geoff Johns apporte à son histoire. L’auteur reprend les origines de sa première ongoing, bien plus inspirante, et brode à partir de là un récit touchant quant à ses relations avec ses parents et donc avec les deux mondes auxquels il appartient. Il développe également l’origine de Mera (ce qu’il avait commencé à introduire avec Brightest Day, mais on en parlera dans la dernière partie) en faisant d’elle une traître à sa nation de Xebel, qui l’avait envoyé pour assassiner Aquaman, mais surtout il nous offre à nouveau une belle romance entre Arthur et elle, chose qui s’était perdue depuis la mort d’Aquababy à la fin des années 70. La relation entre le héros et Black Manta est très approfondie avec cette histoire de double vengeance, l’un étant responsable de la mort du père de l’autre, et faisant d’eux de véritables némésis, alors que l’on octroyait ça plutôt à Orm. En parlant d’Ocean Master, il est peut-être le personnage le plus changé, et en bien. Toujours le demi-frère d’Arthur, il n’est plus un humain mais un Atlante pur et qui hait les surfaciens qu’il pense plus faible et irrespectueux envers les océans.

Vous ferez d’abord d’abord la rencontre de la Fosse (The Trench), un peuple des fonds marins vindicatifs qui attaquent étrangement la surface, puis vous verrez Black Manta s’attaquer aux Others, un groupe créé par l’auteur dont Aquaman faisait partie dans sa jeunesse, afin de récupérer leur artefact respectif. Puis il y a l’arc Throne of Atlantis, qui a inspiré un film animé clairement pas à la hauteur, où Ocean Master, alors Roi d’Atlantis, envahit les côtes américaines à grands coups de tsunamis, et ce sera à Aquaman et la Justice League de tenter de l’arrêter sans entamer une guerre entre les Atlantes et les surfaciens. Enfin, vous aurez La Mort du Roi avec l’arrivée de Nérée, un guerrier xebellien promis à Mera (oui, c’est un peu différent dans le film) et qui invoquera le premier Roi d’Atlantis d’entre les morts pour tuer Arthur. C’est alors que Geoff Johns tease Rise of the Seven Seas, que l’on n’avons toujours pas en comics et que ce qui s’en rapproche le plus est finalement le long-métrage de James Wan.

Et après ça ? La version New 52 d’Aquaman continue encore dans les tomes 4 et 5 ou l’intégrale tome 2, mais l’équipe créative change. Jeff Parker et Paul Pelletier prennent le relais et si nous avons quelque chose de qualitatif, ils n’atteignent pas le niveau de leurs prédécesseurs malheureusement. Je vous les conseille également, contrairement à la fin de la série qu’Urban a très bien fait d’ignorer car il s’agit tout bonnement du pire récit Aquaman. Vous pouvez également vous intéresser au spin-off Aquaman and the Others, sans Geoff Johns et quelque peu oubliable, mais qui peut vous plaire si vous souhaitez en voir plus sur cette équipe.

Et Après ça ? | Aquaman Rebirth tome 1 et 2

Aquaman Rebirth tome 1 et 2 (VF)

Par où Commencer #11 - Aquaman 40

Avec le DC Rebirth, c’est Dan Abnett qui se charge d’écrire Aquaman avec Brad Walker et Philippe Briones entre autres dessinateurs. Urban a certes oublié leurs numéros ensemble à la toute fin des New 52 sur le personnage (qui introduit un monstre qu’on retrouve dans le tome 2, faudra pas s’étonner si vous ne savez pas d’où il sort), mais on retrouve encore de très bonnes choses. En véritable continuité du travail de Johns et Parker, Dan Abnett remet en avant la déchirure entre la surface et Atlantis. Aquaman essaie de créer un lien pacifique entre les deux, mais des groupes rebelles sabotent toutes ces bonnes intentions et le Roi se voit impliquer dans un conflit politique et militaire très délicat. C’est inventif et vous pouvez directement attaquer avec cette série, surtout avec les informations que vous a déjà procuré le film Aquaman.

Et après ça ? | Aquaman Rebirth Tome 3 & 4

Aquaman Rebirth tome 3 & 4 (VF)

Par où Commencer #11 - Aquaman 41

C’était de courte durée, mais voici la dernière grande ère en date d’Aquaman. il est préférable de lire les deux précédents tomes puisque Dan Abnett continue son histoire avec cette fois l’aide de deux artistes au combien talentueux : Stjepan Sejic et Riccardo Federici. Après tout ce conflit politique tumultueux, les Atlantes extrémistes ont pris le pouvoir et à leur tête se trouve Corum Rath, devenu le Roi d’Atlantis. Pendant ce temps, Arthur se cache dans les bas-fonds de la cité engloutie et devient un justicier protégeant le bas peuple des souffrances que le despote essaie de lui faire subir. Derrière un message politique on ne peut plus actuel, Abnett explore cette fois la ville d’Atlantis et ses quartiers pauvres, ce qui n’avait jamais été fait auparavant. Ajoutez à cela un Aquaman qui se la joue Batman (mon nerdgasm absolu) et qui débute une révolution dans sa propre ville aux côtés d’une Dolphin réinventée, d’un King Shark qui n’a jamais été aussi cool et de nouveaux personnages intéressants. Mera est peu présente à certains moments, mais c’est compensé par le fait qu’elle possède sa propre mini-série spin-off du même auteur et de Lan Medina où elle fait équipe avec Ocean Master lui-même pour libérer Atlantis de la couronne d’épines qui enferme la cité, car oui on reparle aussi de la magie noire atlante et ça fait plaisir. Vous terminerez donc sur un récit épique et magnifiquement dessiné et vous comprendrez alors le potentiel d’Aquaman et de son univers, le héros le plus sous-estimé tellement il a été capable de récits majeurs que trop peu de gens ont lu aujourd’hui.

Et après ça ? | Aquaman #43

Aquaman #43 (2018 – VO)

Par où Commencer #11 - Aquaman 42

On en arrive alors aux sorties VO actuelles. Dan Abnett termine son run avec un petit crossover sans importance avec Suicide Squad, puis avec l’event Drowned Earth en crossover avec Justice League, qui est un bon blockbuster à la Snyder. Mais il est largement préférable de lire tout ce que le petit Scott a écrit sur la ligue avant. À l’heure de la sortie de cet article, Kelly Sue DeConnick, auteure de talent tout droit venue de chez Marvel, a sorti le premier numéro de son run sur Aquaman, et avec lui la confiance que nous aurons encore une fois le droit à quelque chose d’innovant sur ce personnage déjà bien loti (et vous aurez la réponse très bientôt avec une critique évidemment).

Les autres points d’entrées

Les titres Justice League

Par où Commencer #11 - Aquaman 43

Si jamais vous êtes réticent à l’idée de lire un comics solo d’Aquaman, vous avez toujours l’opportunité de le voir à l’œuvre dans des numéros de Brave and the Bold ou au sein de la Justice League. Il est effectivement un membre fondateur lors de sa première version dans les années 60 ou dans celle des New 52, mais il apparaît également dans JLA, le titre lancé par Grant Morrison à la fin des années 90, si jamais vous préférez le héros dans sa période Peter David. Malheureusement, il n’est que très rarement le centre de l’intrigue, mis à part The Obsidian Age dont nous avons parlé plus tôt et selon moi il y a plusieurs raisons à cela.

Pour la première itération, je pense que c’est un manque d’intérêt des auteurs pour lui, c’est un personnage difficile à écrire et d’autant plus quand il faut inclure toute la ligue dans un récit ayant lieu sous la mer, et c’est aussi pour ça que les scénaristes de Super Friends n’ont jamais su quoi faire de lui et en ont fait un comic relief débile. Pour la version des 90s, on a affaire à un Aquaman qui ne sait même pas vraiment ce qu’il fait là, il ne semble pas apprécier le travail en équipe et ses méthodes divergent de celles des autres héros, ce qui l’amènera d’ailleurs à renier la ligue. Enfin, la Justice League actuelle s’en sort mieux quand il s’agit de l’intégrer dans leurs histoires, Johns et Snyder lui ayant même consacré une grosse partie de leur arc respectif. D’ailleurs, Aquaman apparaît également dans Justice, le graphic novel d’Alex Ross sur la ligue et leurs pires ennemis.

Brightest Day

Par où Commencer #11 - Aquaman 44

L’event Brightest Day est écrit par Geoff Johns et dessiné par Ivan Reis et Aquaman est l’un des nombreux personnages principaux. Vous vous doutez donc bien qu’on y retrouve les prémisses de leur run sur le Roi des Sept Mers. Ce titre fait suite à Blackest NightArthur est ressuscité avec plusieurs autres personnages qui devront comprendre pourquoi ils ont été choisis par l’entité de la Vie pour revenir sur terre. Si on n’en apprend pas beaucoup sur son univers, la caractérisation du personnage est la bonne et vous pourrez apprendre à bien le connaître grâce à ce récit, en plus de voir un développement très agréable de Mera (qui était déjà devenu la femme la plus cool du DC Universe dans Blackest Night). Il s’agit également de la première apparition du second Aqualad, Jackson Hyde, créé d’ailleurs pour la série animée Young Justice.

Les comics tirés de séries animées

Par où Commencer #11 - Aquaman 45

Cet article sert à vous donner de bonnes opportunités de lire des comics, mais si vous connaissez mieux DC pour ses séries animées, pourquoi ne pas débuter en douceur par un titre tiré de celles-ci ? Les comics surfant sur ces adaptations ont malheureusement le même souci que les titres Justice League, Aquaman n’est pas le mieux représenté malgré les possibilités qu’il offre. Pourtant si vous avez aimé l’épisode Wake the Dead de Justice League Unlimited, vous vous laissez peut-être tenter par le #11 du comics éponyme où Stargirl et Arthur se rentrent dans le lard avant de faire équipe pour sauver Atlantis, ou encore le #26 où toute la ligue affronte Black Manta et Felix Faust, un duo qui devient de façon inattendue assez comique.

Si vous êtes plutôt du genre Batman : L’Alliance des Héros, série animée à l’ambiance kitsch délicieuse et faussement enfantine, vous avez dû apprécier cet Aquaman prétentieux et macho. Si vous ne le retrouverez pas ailleurs, il vous reste un petit numéro de la version comics pour vous motiver. Dans Batman : The Brave and the Bold #22, vous pourrez en effet voir Arthur Curry et le Chevalier Noir contre Ocean Master, qui a réussi à contrôler l’esprit des Atlantes pour se faire passer pour leur roi.

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on linkedin
Share on tumblr
Share on email

Ceci pourrait vous intéresser