Introduction

1. Qu’est-ce qu’un sidekick ?

3. Et chez les vilains ?

2. La fonction du sidekick

4. Briser ses chaînes

2. La fonction du sidekick

Si le sidekick est si présent dans les comics DC, ce n’est pas pour lécher les bottes du super-héros ou pour faire joli, ce type de personnage possède plusieurs utilités qui aidera son mentor, le récit et plus globalement le lecteur. On peut les partager en trois archétypes, et même si les sidekicks actuels piochent évidemment dans chacun de ces points, certains personnages n’ont eu qu’une de ces facettes pendant une partie de leur carrière.

Le fan : élever le héros

Qu'est-ce qu'un sidekick ?

Comme nous l’avons vu avec la création de Robin, son but premier est de renforcer le héros qu’il accompagne. Grâce à leur lien, le scénariste a la faculté de créer de la perspective pour le lecteur. En effet, nous verrons bien mieux les qualités du protagoniste si elles sont soulignées par le sidekick ou par leur lien d’affection, le rendant plus attachant. Notez d’ailleurs que l’inverse est tout aussi plausible, si le but de l’auteur est de faire passer son mentor pour une raclure, ce que l’on retrouve du coup chez les vilains (sur qui nous reviendrons plus tard). C’est l’archétype du fan, omniprésent dans le Golden Age et le Silver Age, et vous y retrouverez Robin (Dick Grayson et Tim Drake) ou Kid Flash à leurs débuts.

Le rebelle : défier le héros

Qu'est-ce qu'un sidekick ?

Autre possibilité, sa présence et son comportement peut diverger de celui du héros et créer parfois une tension qui n’implique donc pas obligatoirement un super-vilain et qui est donc rafraîchissante. C’est même le moment opportun pour faire évoluer les deux personnages et leur lien, mais cette utilisation restera très rare dans les comic books DC jusqu’à l’aube du Bronze Age où on osait déjà plus mettre en avant des conflits internes. C’est l’archétype du rebelle, le sale gosse qu’on essaie de mettre dans le droit chemin qu’il remet en question constamment, à l’instar de Jason Todd et Damian Wayne, Arsenal ou encore Blue de DC Planet. Cependant, il humanise et souligne à sa manière les qualités de son mentor qui prouve de nouvelles faiblesses en étant moins doué pour le social que pour enfermer des criminels ou qui se montre au contraire patient, à l’écoute et arrive à régler le conflit grâce à une belle tirade ou une gifle humiliante comme le Goddamn Batman de Frank Miller.

Le comic relief : humaniser le héros

Qu'est-ce qu'un sidekick ?

Bon celui-là, tout le monde le connaît et beaucoup le détestent, à tort ou à raison. Le sidekick a régulièrement le rôle du comique de service, surtout si le héros n’est pas quelqu’un de très marrant. L’exemple parfait est donc encore une fois Batman et Robin, qui est aussi là pour égayer la noirceur de notre ami chauve-souris. Ses répliques apportent certes de l’humour, mais le véritable but est d’humaniser les deux personnages, chose souvent abordée dans le Dynamic Duo quand les créateurs impliquent que Batman a besoin de la lumière d’un Robin pour ne pas sombrer. Si c’est bien dosé, ça donne de très bons personnages comme Skeets, et dans le cas contraire on a la lourdeur de Robin et Batgirl dans la série animée The Batman.

La projection du lecteur

On en revient à l’une des particularités de DC, la projection du jeune lectorat se fait par le sidekick, mais même l’adulte verra d’abord l’histoire à travers lui. Cela est dû au fait qu’il porte un regard aussi neuf que nous pendant la lecture sur l’univers qui l’entoure et ses règles ainsi qu’avec la même fascination pour le héros inatteignable qui lui sert d’autorité. Ce procédé est d’ailleurs particulièrement marquant dans La Forteresse Cachée d’Akira Kurosawa, un film au point de vue des deux personnages qui ne sont que victimes des événements, et qui fonctionne aussi très bien avec Carrie Kelley dans The Dark Knight Returns de Miller. Les réactions du sidekick sont plus émotives et donc plus humaines, ce qui favorise l’attachement qu’on a pour lui, sans parler qu’il commet des erreurs, se pose les mêmes questions que nous et apprend les mêmes messages.

L’identification est donc plus simple pour n’importe qui, mais un auteur appréciera tout autant un sidekick pour les opportunités scénaristiques qu’il ouvre avec ce statut. Il peut en effet aborder directement les thématiques de la délinquance et de la drogue – plutôt restreints aux plus rebelles – mais aussi des dangers de leurs activités et bien entendu les premières romances, plus passionnelles dans la fiction en général. Pour résumer, il peut être mis en péril bien plus facilement que le grand héros infaillible, qui peut justement commencer à douter de lui à partir de là. Enfin, il peut tout bêtement être d’une grande utilité s’il a des compétences complémentaires avec son modèle.

9
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
8 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
7 Auteurs du commentaire
BlueClaygankasongoPara le pacifique ParademonGeronoHous Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Ludovic448
Ludovic448

On veut un film sur Robin maintenant ahaha. Très bon dossier ! Les sidekicks sont des personnages essentiels pour humaniser nos personnages (exemple flagrant pour Batman avec sa Bat-Family pas assez mise en valeur).

mavhoc
mavhoc

Comme d’habitude : excellent dossier ! Un plaisir total à lire !

GeronoHous
GeronoHous

Super dossier!

J’ai pris beaucoup de plaisir à te lire! Je ne connais pas trop encore l’univers Young Justice mais tu me donnes carrément envie de m’y pencher!

Para le pacifique Parademon
Para le pacifique Parademon

Dossier très sympa :)

kasongo
kasongo

« …ou encore Blue de DC Planet » :D

Claygan
Claygan

Très, très bon Sledgy, bravo !

trackback
Review VF - The New Teen Titans volume 1 | DCPlanet.fr

[…] un pur chef d’œuvre. Et si le sujet des Titans vous intéresse, je ne peux que vous conseiller un petit dossier sur les sidekicks que j’ai écrit et que tous les sites spécialisés nous […]

Blue
Blue

Chaque fois où je ne me sens pas super bien, je relis ce dossier. Il ne m’a jamais trahi. Le style est lourd, léger, professionnel comme dirait Heenok le sage.