Après un an de récits hebdomadaires, 52 se termine avec un quatrième et dernier tome. Pour rappel, les événements de cette série font suite à ceux d’Infinite Crisis lors de desquels la trinité (Wonder Woman, Superman, Batman) a préféré mettre un terme à ses activités super-héroïques. On retrouve alors des personnages moins connus mais non moins intéressants de l’univers DC à travers cette année où les grands héros de la Terre ont disparu. La série a su convaincre jusqu’à maintenant. Voyons ensemble si c’est une dernière fois le cas.

Une fin inévitable

Dès le premier numéro de ce tome (semaine 40), nous sentons la fin arriver. Les scénaristes, Geoff Johns, Grant Morrison, Greg Rucka et Mark Waid, décident de couper court à l’intrigue autour de Lex Luthor et Infinity Inc. Cette brutalité, principalement dû au choix de publication d’Urban Comics, ne gène ne rien la lecture de ce numéro qui, bien que servant de conclusion, permet d’aborder la suite avec plus de simplicité. Finies les intrigues à Metropolis, place au reste du monde. Et l’on voit du pays dans ce volume, des déserts du Kahndak aux neiges éternelles de Nanda Parbat, des confins de l’univers au soleil de l’île d’Oolong. Mais nous ne sommes jamais perdus pour autant à travers ces lieux et ces intrigues qui continuent à nous intéresser et à nous réserver de nombreux rebondissements. Et petit à petits, les intriguent vont se résoudre. Un peu vite pour certaines mais toujours de très belles façons.

Ce qui marque avec cette série c’est l’évolution de chacun de ses personnages à travers ces 52 semaines. On s’est attaché à eux et il est très difficile de les voir partir. Alors on est ému par le sort réservé à Ralph Dibny, on est heureux de voir que Renee Montoya s’est posé les bonnes questions.

Puis il y a l’intrigue de Black Adam qui occupe la majorité des pages de ce tome. Un homme comblé qui va mordre la poussière dans un final épique, croisant la destinée des savants enlevés. Le personnage est vraiment magnifique dans cette histoire. Caractérisé merveilleusement. C’est l’une des grandes réussites des scénaristes.

Les auteurs livrent une fin exemplaire à chacun des arcs narratifs qu’ils ont développé. Et c’est vraiment la force de ce recueil.

Une destinée radieuse

Mais toute fin est au final un commencement. En atteste le tout dernier chapitre où toutes les clés vont être données afin de comprendre l’ampleur de 52. Et c’est l’intrigue de Booster Gold et de Rip Hunter qui va les apporter. On découvre qui tire les ficelles depuis le début et ce final, digne héritier de ce qui s’est déroulé lors d’Infinite Crisis, aura des conséquences sur le futur du multivers entier.

Et à cet instant on se rend compte de la prouesse des scénaristes. Pendant une année, ils ont réussi à monter une intrigue géante, à une échelle universelle, sans pour autant négliger la caractérisation de chacun des protagonistes, à l’aide d’événements beaucoup plus locaux. Ils montrent ainsi que chaque problème est important mais surtout que chacun, à son échelle, peut luter et peut-être devenir le prochain grand héros dont l’univers a besoin.

Les personnages de ces histoires n’étaient pas grand-chose il y a 52 semaines. Aujourd’hui, ils sont tout. Et sont maintenant prêts à lutter pour défendre leur monde contre tous les dangers. L’absence de la trinité ne se fait plus ressentir. Le monde est à nouveau protégé.

Au final, 52 aura été une saga marquante dans l’univers de DC Comics. Qui aurait présagé de la réussite d’un récit d’une telle ampleur sans la trinité et avec un rythme de parution si rapide ? Et c’est pourtant ce qu’ont livré les quatre scénaristes en une seule année. Et la partie graphique, bien que quelque peu disparate, ne gâche en rien cette lecture. J’en suis ressorti abasourdi par l’ampleur de ce comics qui m’a rappelé pourquoi, plus jeune, j’avais commencé à me passionner pour cet univers.

Très bon / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
- L'évolution des personnages tout au long de la série
- Des conclusions travaillées et très satisfaisantes
- Des conséquences dantesques
Les -
- Légère disparité graphique
- C'est déjà la fin...
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

8
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
3 Fils de commentaires
5 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
5 Auteurs du commentaire
JustafroggYozukeTim Drake4MartianlegacyMini-pleiss Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Mini-pleiss
Mini-pleiss

J’ai été ému en lisant cet article, très bien écrit! En ressent le côté épique/mythologique de cette saga en parcourant la page. Je le vois comme un Icons pour les personnages secondaires (de l’époque) de l’univers DC, il faut que je rattrape mon retard pour enfin arriver à ce run !

Martianlegacy
Martianlegacy

Vraiment depuis Identity Crisis, Infinite Crisis, Checkmate, Secret Six… maintenant 52. Cette période 2004-2008 est ma préférée. Je trouve que c’est l’apogée de DC Comics (mais peut être il y avait plein de très mauvaises choses en même temps)
Savez vous ce qu’Urban compte publier sur cette période à l’avenir ? J’attends les Titans…

Yozuke
Yozuke

Très bonne série !
Très bons articles. Attention cela s’écrit GranT Morrison