Retour sur les sorties du 17 octobre 2018 avec pas mal de lectures marquantes. On pourrait se demander si l’on ne vit pas dans un monde à l’envers avec Justice League de Scott Snyder dans les coups de coeur et Batman dans les flops, mais non, nous sommes toujours dans le même univers.

Lucifer qui revient chez Vertigo aura droit à un retour à lui tout seul dans les prochains jours.

Et vous, vos lectures ça donne quoi ?

LES COUPS DE CŒUR

Justice League #10

Collection

Rebirth

Scénario

Scott Snyder

Dessins

Francis Manapul

Décidément, que se passe-t-il ? Justice League est encore une lecture recommandable cette semaine. Snyder nous offre un prélude à l’event Drowned Earth du mois prochain, et ce numéro fait bien son office en introduisant l’objectif de la mission de Wonder Woman et Aquaman principalement, tout en replaçant le contexte global et la situation des autres héros. J’ai toujours du mal avec la façon de l’auteur d’écrire certains dialogues, mais creuser la mythologie d’Atlantis tout en la liant à du cosmique, ça me parle forcément. C’est bien très bien géré de la part de Snyder, mais le véritable atout de ce Justice League #10 est évidemment l’art de Francis Manapul qui explore une nouvelle palette de couleurs et offre un travail magnifique, malgré un découpage peut-être trop classique.

– Sldegy7

LES VALEURS SÛRES

Aquaman #41

Collection

Rebirth

Scénario

Dan Abnett

Dessins

Lan Medina

Pour ce tie-in à Drowned Earth, Dan Abnett retrouve Lan Medina, l’artiste qui avait œuvré avec lui sur la mini-série Mera : Queen of Atlantis, et ça tombe bien puisque ce numéro sera lui aussi centré sur ce personnage. Ensemble, ils proposent de suivre les événements de Justice League #10 du point de vue d’Atlantis, ce qui aide à rendre la menace plus réelle en constatant vraiment les dégâts de l’invasion et le désespoir de toute la ligue. Nous avons droit à un récit simple mais très efficace avec une mise en scène tout à fait correcte. Ces deux histoires démarrent fort et forment une véritable envie de lire l’event Drowned Earth, s’annonçant comme un gros blockbuster sur une invasion alien, et qui pourrait être bien meilleur que Dark Nights : Metal sans faire autant de bruit, en tout cas je n’ai pas pu m’empêcher de penser au pilote de la série animée Justice League pendant ma lecture, ce qui est bon signe.

– Sledgy7

Cover #2

Collection

Jinxworld

Scénario

Brian M Bendis

Dessins

David Mack

Les aventures de l’auteur de bandes-dessinées agent secret continuent, l’occasion pour David Mack de se surpasser aux côté d’un Bendis tentant de nouvelles choses dans sa manière de conter ses récits. Sorte de laboratoires pour les deux artistes, les créateurs de Jessica Jones s’en donnent ici à coeur joie, malgré un récit manquant quelque peu d’action. Si les dialogues au tac au tac fonctionnent correctement, ces derniers ne font pas tant que ça avancer le récit, et il serait sans doute préférable, à l’instar d’autres titres du label Jinxworld, comme Pearl, que la série devienne un ongoing plutôt que de se contenter de six numéros, sans doute trop légers pour conclure cette histoire, d’autant que certaines planches quasiment uniquement artistiques, sont plus l’occasion de réaliser un trip plus ou moins onirique que de faire progresser l’histoire.

– Blue

Scooby-Doo Where Are You #95

Collection

Hanna Barbera

Scénario

Derek Fridolfs, Paul Kupperberg

Dessins

Scott Jeralds

Entre des combats de monster-trucks, et des zombies, les deux histoires de cette semaine s’avèrent agréables à suivre, même si il serait peut être parfois préférable de ne se contenter que d’une intrigue par numéro. Scott Jeralds livre un bon travail pour coller un maximum à la série animée, mais a tout de même quelques difficultés à terminer son travail à temps, et quelques planches se retrouvent assez peu fournies en détails, notamment au niveau des arrières-plans, souvent vides. La dynamique du groupe et la caractérisation des personnages est néanmoins toujours bien respectée, et la série poursuit doucement mais surement sa course vers son centième single.

– Blue

Harley Quinn #52

Collection

Rebirth

Scénario

Sam Humphries

Dessins

Sami Basri

On ne peut pas dire que la série Harley Quinn brille depuis ces dernières années, c’est peu de le dire. Mais parfois, il arrive tout de même que certains numéros, sans être grandioses, s’en sortent plutôt bien. C’est le cas ici. Bien qu’on passera sur le up de puissance habituel de Harley qui s’en sort face à un genre de Superman parce que… c’est Harley, utiliser un vieux héros du Golden Age tel que Captain Triumph s’avère aussi inattendu que osé. La conclusion de ce mini-arc réussit à être émouvante sans être forcée ni too-much, et surtout, Basri aux dessins reste définitivement un des points forts du numéro. Le développement de la relation entre l’ancienne psychiatre et sa mère pourrait être beaucoup mieux exploité, mais on s’en contentera. Humphries semble assez décidé à continuer sur sa lancée en introduisant Minor Disaster, version féminine de Major Disaster, vilain oublié du Silver Age. Voyons où tout cela va nous mener.

– Blue

Pearl #3

Collection

Jinxworld

Scénario

Brian M Bendis

Dessins

Michael Gaydos

Entre un bon travail de recherche dans son storytelling de la part de Bendis, et un Michael Gaydos très en forme, s’essayant à de nouvelles choses au niveau de la colorisation et du découpage, tout comme Cover, Pearl est l’occasion pour les deux artistes de s’en donner à coeur joie. Il semblait évident depuis le début de cette aventure que la série ne pourrait se contenter que de six numéros, et le forcing de son créateur semble avoir fonctionné, puisque celle-ci passe dès lors en ongoing. Toujours énigmatique dans sa trame principale, les pièces du puzzle commencent à s’assembler, et les différents rapports de forces et les motivations de la tatoueuse se dévoilent progressivement. Avec un nouveau tueur dans la partie, il est plus que certain que les mois prochains devraient rapidement se transformer en déluge de violence, en espérant néanmoins que la série réussissent à conserver son niveau, et se révèlent être un peu plus qu’une simple histoire de yakuzas, en développant un vrai propos.  

– Blue

LES DÉCEPTIONS

Batman #57

Collection

Rebirth

Scénario

Tom King

Dessins

Tony S. Daniel

Suite et fin pour le petit arc Beast of Burden, avec un scénario correct, mais qui tient quand même un peu sur un post-it. Le numéro se divise en deux, avec d’un côté une scène de combat pratiquement silencieuse, intercalée avec une histoire russe pour enfants d’Afanasyev de l’autre. Comme d’habitude chez Tom King, les deux semblent n’avoir aucun rapport et se répondent pourtant habilement. Sur le fond, il continue de faire tomber Batman encore un peu plus proche de ses enfers intérieures, en le rapprochant cruellement de son antagoniste. Tony Daniel accompagne l’auteur du côté graphique, et il s’en sort particulièrement bien. Il accompagne le scénario avec une mise en page intéressante et une chorégraphie géniale. Clayton Cowles, malgré le peu de dialogues, rend une copie terriblement efficace au lettrage, avec des onomatopées de pains dans la gueule qui font mal, bien comme il faut. Reste au final une histoire jolie à voir, mais (très) rapidement lue, concluant un arc un peu décevant au-delà de ses promesses initiales.

–  Myplasticbus

Damage #10

Collection

New Age of DC Heroes

Scénario

Robert Venditti

Dessins

Tony S Daniel

On y est presque, ce n’est toujours pas un vrai bon comics, mais on s’en rapproche progressivement, depuis que Venditti semble avoir compris que faire des numéros de près de 15-20 planches de baston pure pouvait être sympathique, mais ne faisait pas vraiment avancer l’histoire. Enfin notre héros commence à agir en symbiose avec la créature avec laquelle il partage son corps, enfin une réflexion, quoique très brève, de la part de notre protagoniste. Le découpage réussit à être moins brouillon qu’à l’accoutumée, la colorisation s’en sort bien, et enfin la Justice League se dit qu’il serait temps d’agir, vu que Damage cause des ravages partout dans le pays depuis des mois. La série est peut être en train, comme The Curse of Brimstone, s’étant très très bien rattrapée, de remonter la pente, et qui sait, une série correcte Hulk-bis pourrait émerger. Bon, là je m’emballe un peu, mais l’espoir s’est embrasé, comme dirait Gandalf.

–  Blue

Green Lanterns #57- Dernier Numéro

Collection

Rebirth

Scénario

Dan Jurgens

Dessins

Mike Perkins

Clap de fin pour la série Green Lanterns ! A son arrivée sur le titre avec Green Lanterns #50, je pensais que Dan Jurgens amènerait un petit supplément d’âme à une série qui a perdu son ton depuis quelques temps. Mais on termine malheureusement cet arc de façon précipitée, comme s’il manquait un numéro à l’auteur pour boucler son histoire. Ma déception avait déjà commencé à paraître lors de la révélation de l’antagoniste principal, voyant venir à 10km l’auto-référence à Superman #80 (surprise, motherfuckers : c’est effectivement le cas). Mais au-delà d’une fin d’arc frustrante, ce numéro conclusif ne fait pas non plus justice à la série dans son ensemble et notamment à Jessica Cruz. Réussira-t-elle un jour à être écrite au maximum de son potentiel ? Probablement pas dans Justice League Odyssey, en tout cas. Même le dessin de Mike Perkins passe à côté, brillant dans l’action, mais terriblement plat et figé dans la représentation des personnages. On verra maintenant si Grant Morrison parvient à redonner leur superbe aux flics verts de l’espace.

–  Myplasticbus

New Challengers #6

Collection

New Age of DC Heroes

Scénario

Aaron Gillespie, Scott Snyder

Dessins

V. K. Marion

New Challengers, c’est terminé. Alors vient le temps du bilan. Etait-ce une bonne idée de relancer cette vieille série DC oubliée par beaucoup ? Sur le papier oui. Malheureusement, la réalisation, sans être un très mauvais comics, n’est pas au rendez-vous, et il est difficile de ne pas ressortir déçu de cette mini-série. Pourtant, le potentiel était là, mais l’écriture parfois très hasardeuse, et le changement de dessinateurs n’ont pas joué en la faveur du titre. Cette aventure se conclut dans un final qui ne manque pas d’énergie, mais restant trop brouillon et trop vite expédié pour convaincre, et c’est un peu dommage. Il faudra maintenant attendre pour savoir ce que DC veut faire de ces héros, mais il est plus que probable que ces derniers retournent malheureusement au placard pendant pas mal d’années.

–  Blue

Red Hood and the Outlaws #27

Collection

Rebirth

Scénario

Scott Lobdell

Dessins

Pete Woods

Le dernier numéro laissait présager le pire, mais c’est sur un tout autre aspect que Red Hood déçoit. Sa nouvelle direction “ultra-violente” perd toute justification, toute crédibilité, et son exagération n’arrange en rien la totalité du numéro. Scott Lobdell présente une véritable introduction, tout en y incluant un écho au premier numéro de Heroes in Crisis. Jason entre dans un Diner, et va (littéralement) exploser un type au comptoir, pour s’attaquer sans raison à toute autre personne dans les lieux. Violence à l’excès et entièrement gratuite, le problème majeur est le scénario. La ligne suivie d’une violence introductrice n’est là que pour souligner le caractère neuf de Jason, mais qui en vient à le discréditer. Un contraste total avec les scènes qui vont suivre, qui parviennent à toucher le lecteur. Scott Lobdell parvient à maîtriser le drame dans des actions simples et efficaces, aidé d’une mise en scène du même acabi. Alors qu’on perçoit un mieux dans l’écriture des relations autour de Jason, Scott Lobdell reste malheureusement figé sur ses promesses de violences, choquantes pour de mauvaises raisons. Toutefois, ce numéro s’ouvre sur un nouvel horizon qui pourrait être prometteur. Il serait temps après la seconde partie de l’arc.

–  Watchful

Teen Titans #23

Collection

Rebirth

Scénario

Adam Glass

Dessins

Bernard Chang

Cette nouvelle itération des Teen Titans continue à s’illustrer par son inconsistance en oscillant autour d’un un point très proche de la mort clinique. J’ai failli y croire avec le #21, mais ce numéro me confirme que c’est définitivement non. Adam Glass nous introduit dans ce numéro avec une tentative de meurtre peu crédible à Gotham City, qui sort de nul part. Et tout le numéro continue sur cette volée : les personnages sont au service de l’intrigue, agissent et réagissent en fonction des besoins du scénariste. L’inverse serait trop demandé. Les nouveaux personnages ne fonctionnent pas et semblent condamnés à garder éternellement l’épaisseur psychologique d’une feuille de papier. Crush tape, Roundhouse est gentiment rigolo, Djinn est bizarre. Vraiment, n’en demandez pas plus. Virez tout le monde et gardez simplement un team-up Red Arrow/Robin, ce sera toujours mieux. Une chose reste cependant constante et cohérente avec cette équipe : leur inexpérience cruelle. Malheureusement, difficile de savoir si c’est volontaire ou simplement dû à la faiblesse de l’écriture d’Adam Glass. Bref, tout ça pour dire : vivement Young Justice !

–  Myplasticbus

3
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
3 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
mavhocurbanvspanini10Cielo Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Cielo
Cielo

Et je suis encore dans les coups de coeur, merci à vous ♥

urbanvspanini10
urbanvspanini10

Jl 2 fois de suite dans les coup de cœurs. Ouhlà, c’est incroyable.

Par contre il y a une erreur avec Red Hood #27 qui se trompe de semaine. ^^

Sinon les numéros de cette semaine pour moi sont JL, Aquaman, JL Dark et Sideways que je retiens particulièrement.

mavhoc
mavhoc

Étrange de voir Justice League si haut, même si la critique fait relativiser la portée de cet acte. Merci pour me confirmer la médiocrité de Red Hood et de Teen Titans.
Par contre, j’ai trouvé que Batman parvenait encore à être totalement réussi dans son genre, avec de la subtilité, de l’action et du symbole comme j’aime pour ma part.