Vous êtes ici: DCPlanet.fr > Dossiers > Par où commencer #10 : Teen Titans

Par où commencer #10 : Teen Titans

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Sommaire
Par où commencer #10 : Teen Titans

Voilà plusieurs années que l’équipe des Teen Titans a la cote. Avec la série animée des années 2000 ou encore Teen Titans Go! (et, dans une moindre mesure, Young Justice), l’équipe a réussi à se faire sa place dans le cœur des fans. Ce n’est sans doute pas un hasard si DC a choisi de lancer récemment sa nouvelle plate-forme de streaming avec eux. Et pourtant, au-delà de nos écrans, l’équipe a également un parcours honorable en comics, qui dure depuis 1964. Apparue à l’origine comme une sorte de Justice League pour jeunes sidekicks, l’équipe a progressivement évolué pour devenir un pan majeur et important de l’univers DC. Il était grand temps de vous proposer un petit guide de lecture pour vous plonger dans cette aventure. Watchful, Sledgy7 et myplasticbus se sont mis à l’œuvre pour le proposer.

Comme vous le savez, ce Par où commencer ne vise pas à vous imposer un chemin absolu, mais plutôt à vous offrir des points d’entrée pertinents dans les aventures de l’équipe, et pourquoi pas à vous donner quelques repères dans leur temporalité. Libre à vous de les rejoindre là où vous en avez envie. Parce que dans le fond, c’est comme ça que ça fonctionne avec les comics… On attrape un fil : parfois on cherche à savoir d’où il vient, parfois on se concentre plutôt sur où il va pour revenir en arrière plus tard… ou pas. Mais nous espérons que ce guide de lecture saura vous aider à vous repérer, et surtout à y trouver une lecture qui vous convienne. Vous constaterez malheureusement que l’édition des Titans est plutôt maigre en VF… l’occasion peut-être d’interpeller votre éditeur DC francophone préféré. En attendant, je vous souhaite une excellente lecture !

Avant Marv Wolfman

par myplasticbus

Teen Titans – The Silver Age Omnibus (1968 – VO)

Par où commencer #10 : Teen Titans

Ce volume imposant (presque 900 pages !) regroupe les premières aventures de l’équipe, de sa formation dans Brave and the Bold et Showcase à leur série principale Teen Titans #1 à #24. Il regroupe aussi 6 numéros de Hawk and Dove par Steve Ditko, publiés entre 68 et 69. Évidemment, ces histoires ne parleront pas à tout le monde. On a affaire à des histoires des années 60, au style graphique ou littéraire très différent de ce qu’on lit actuellement. A l’origine des Teen Titans, DC cherchait clairement à capitaliser sur ses jeunes sidekicks (à savoir Robin, Kid Flash, Aqualad, Speedy et… Wonder Girl, créée par accident !) pour égaler le succès de Spider-Man chez la concurrence. Et rarement une série DC a cherché à faire de tels efforts pour s’adresser aussi explicitement aux adolescents. Bob Haney essaie de se la jouer cool et teen : Wonder girl devient régulièrement « Wonder chick », on case des références aux Beatles, au rock’n roll et aux mods en vogue à Carnaby Street, et tout se doit d’être hip. Tellement que parfois, ça passe un peu à côté. C’est l’un de ses défauts, mais aussi probablement son plus grand charme. Car en même temps, tout cela reste très plaisant à lire, grâce à une dimension fun complètement décomplexée et très rafraîchissante. Lorsqu’il est de la partie, Nick Cardy s’éclate aux crayons et nous offre des pages extraordinaires et des couvertures sublimes. L’équipe s’autorise même aussi quelques détours par des questions politiques et sociales, comme dans Teen Titans #8 où en plus d’un robot expérimental à jambes géantes et d’un agent secret infiltré, ils représenteront à l’arrière-plan des manifestants racistes qui somment les lycéens étrangers de « rentrer chez eux ». Sur la fin, on sent que le titre change doucement de ton pour devenir moins loufoque et plus dramatique sous la plume de Neal Adams : le Silver Age se termine doucement. Le titre perd en fun, mais nous offre malgré tout d’excellents moments. Ce volume, malheureusement réservé aux lecteurs VO, reste néanmoins une très bonne lecture qui vous initiera parfaitement à ces personnages dans leur représentation classique.

Et après ça ? | Teen Titans – The Bronze Age Omnibus

Teen Titans – The Bronze Age Omnibus (1978 – VO)

Par où commencer #10 : Teen Titans

Faisant suite au précédent volume, il reprend la suite des aventures de l’équipe des Teen Titans à partir du #25 et ce jusqu’à sa conclusion en 1978. Dès la couverture du premier numéro de ce volume, on sent que l’atmosphère a changé : les Teen Titans sont au centre, sous un spotlight de lumière, entourés par la Justice League qui les accuse. En clair : fini l’insouciance, les courses à motos sourire aux lèvres, les disques de rock ’n roll et les planches de surf dans la tronche d’Aqualad. Maintenant, c’est le Bronze Age, les kids ! Une époque qui voit l’introduction dans l’équipe de la télépathe Lilith, de Gnarrk l’homme des cavernes, ainsi que Mal et plus tard, Bumblebee et les West Coast Teen Titans (qui ne survivront pas à la crise de l’Implosion DC de 1978). Ce volume montre l’évolution de l’équipe et de ses membres, qui progressivement (fait rare dans les comics !) grandissent et deviennent des adultes. Ils prennent petit à petit conscience de leur place dans le monde, et cela se sent dans les thématiques abordées. Mais aussi, la lecture de l’Omnibus nous montre les évolutions du genre et les aléas de l’industrie au fil des années 70. Les premiers numéros illustrent une véritable volonté d’aller de l’avant en évoluant vers des choses plus adultes, typique du Bronze Age. Puis on passe dans des histoires à tonalité mystérieuse, fantastique ou horrifique, surfant sur la vague des comics d’horreur qui revenaient en vogue à l’époque. Et enfin, après un break de plusieurs années dans l’édition du titre, on retrouve à nouveau l’équipe sous la plume de Rozakis pour des histoires de super-héros peut-être plus classiques. Ce volume VO reste néanmoins un indispensable pour tout les fans absolus des Teen Titans, même s’il est globalement moins divertissant que son prédécesseur. En plus de contenir quelques pages somptueuses de Nick Cardy, il est aussi un merveilleux exemple de l’évolution des comics durant les années 70.

Période New Teen Titans

par Sledgy7

New Teen Titans (1980 – VO)

Par où commencer #10 : Teen Titans

En 1980, un duo de créateurs qui marquera à jamais DC Comics, Marv Wolfman et George Pérez, s’occupera de relancer les Teen Titans. Trois anciens membres maintenant devenus grands reviennent à la charge – Robin, Kid Flash et Wonder Girl – accompagnés par Beast Boy de la Doom Patrol et de trois nouveaux personnages : Starfire, Cyborg et Raven. Il s’agit là de l’itération des Titans qui est restée dans l’imaginaire collectif par la popularité de ce run mais surtout pour avoir été adapté plusieurs fois à la télévision. Malgré le fait que New Teen Titans se concentre sur de jeunes super-héros, les histoires se démarqueront des autres par leur maturité, abordant des sujets sociaux et ne prenant aucune précaution avec son lectorat quand il s’agit de tragédies. Finis les récits aseptisés du Silver Age, ici vous aurez droit à de la violence, de la torture, des héros endeuillés et remplis de doute, mais qui apprennent également l’entraide, l’amour et à gérer leur colère. Même des thèmes autrefois tabous comme la drogue et même la prostitution juvénile sont traités et le sujet des limites à ne pas dépasser revient sur le tapis très régulièrement, l’émotion prenant souvent le dessus sur la raison chez ses jeunes adultes qui ont tendance à vouloir tuer leurs adversaires si leurs coéquipiers ne les en dissuadaient pas.

Tout commence lorsque Trigon menace de détruire la Terre, Raven arrive alors à rassembler les Titans une nouvelle fois pour le vaincre, et c’est ainsi que se retrouvent tous ses membres qui s’étaient soit éloignés soit étaient de parfaits inconnus, le lecteur parcoure donc les numéros et voit se créer une véritable amitié entre eux, voire plus pour certains, notamment l’idylle naissante entre Robin et Starfire. S’ensuivront de terribles épreuves pour les Titans : Beast Boy souhaitera se venger du responsable de la destruction de la Doom Patrol, Cyborg cherchera à sauver son ancienne petite amie du culte de Brother Blood, Robin perd le fil en cherchant à être à la hauteur de son mentor et Starfire tentera de tuer sa sœur qui a trahie son peuple, par exemple.

Trigon, les Fearsome Five, Brother Blood et sans oublier le célèbre Deathstroke, tout le lore des Teen Titans que vous connaissez font leur premier pas ici, marquant toutes les années 80 grâce à la richesse de ses personnages et de ses histoires qui s’entremêlent dont la plus emblématique de toutes, The Judas Contract.

Et Après ça ? | New Teen Titans – The Judas Contract

New Teen Titans – The Judas Contract (1984 – VO)

Par où commencer #10 : Teen Titans

Renommé Tales of the Teen Titans, le titre de Wolfman/Pérez s’apprête à accueillir le récit le plus emblématique de l’équipe avec The Judas Contract, aboutissement de tous les arcs narratifs qu’ont apporté les créateurs aux Titans. Kid Flash est parti, Dick Grayson vient d’abandonner le costume de Robin et Terra a rejoint leur rang, mais elle s’apprête à trahir les jeunes super-héros pour aider Deathstroke à remplir le contrat qu’il a hérité de son fils auprès du H.I.V.E. au tout début de leur aventure. Le récit possède donc une véritable tension, de l’action magnifiquement mise en scène par George Pérez, des rebondissements et comme toujours, beaucoup d’émotion. Ce sera aussi l’occasion d’offrir à l’énigmatique Slade Wilson une origin story très développée, l’introduction de Jericho et la première apparition de Dick en Nightwing, histoire de rendre le tout encore plus iconique. Il est conseillé d’avoir lu la quarantaine de numéros le précédant, mais The Judas Contract est le plus indispensable de ce run.

Et Après ça ? Eh bien, ne croyez pas en avoir fini avec les New Teen Titans. Si Pérez quittera bientôt la série, Wolfman restera à l’écriture pendant plus de 10 ans, explorant encore cette équipe qui accueillera et perdra des membres au fur et à mesure. Tout ne se vaut pas et l’intérêt se perd petit à petit, mais si vous êtes un grand fan, vous avez donc de quoi faire avant la fin des New Teen Titans en 1996. Les Teen Titans seront relaunchés quelques mois plus tard avec un tout nouveau roster, mais ce court run est peu recommandable, et on vous conseillera plutôt de vous plonger dans Teen Titans : Spotlight qui se concentre sur les différents membres et personnages secondaires, Titans – suivant les membres originaux devenus adultes – ou Young Justice pour vous préparer au renouveau des Teen Titans par Geoff Johns.

Après Marv Wolfman

par Watchful

Teen Titans by Geoff Johns (2003 / 2007 –  VO)

Par où commencer #10 : Teen Titans

Aux débuts des années 2000, Geoff Johns retourne chez DC après une expérience mitigée sur le titre Avengers. DC lui confie Teen Titans. Il réalise aux côtés de Mike McKone la renaissance de la jeune équipe pour un run qui s’étend sur par moins de 46 numéros. Cette nouvelle génération, digne héritière des symboles porteurs de la seconde génération des New Teen Titans, parvient à s’imposer d’office. Geoff Johns s’oriente tout d’abord sur une réécriture qui prend plus des airs de mutation entre l’esprit d’origine des Teen Titans, et celui de Young Justice par Peter David. Le récit part rapidement sur un ton plus sombre et dramatique. Geoff Johns présente ses personnages pour les faire évoluer. Il intègre les clichés connus des séries adolescentes en amenant les situations d’elles même. Il ne précipite rien, et parvient à créer l’illusion d’une vie d’adolescent derrière chacun des masques. Chaque personnage a sa vie, ses problèmes, ses envies. Être un super-héros est une activité en dehors de tout, et Geoff Johns mêle bien des genres pour varier les types d’aventures, tout en intégrant au sein du récit un retour sur un ou plusieurs personnages qui évoluent arc après arc. Et ce jusqu’à un final majestueux aux côtés de Tony Daniel.

Et après ça ? Vous pouvez poursuivre le titre. Les scénaristes se succèdent en la personne de Adam Beechen, Sean McKeever, Felicia Henderson et J.T. Krul. Tous vont souffrir de la comparaison avec Geoff Johns, à tort ou à raison. La plupart des récits vont exploiter les idées appliquées par Johns. Elles apparaissent comme une forme de recyclage, mais font vivre le titre à partir des idées initiales. L’équipe, elle, va bien sûr évoluer. Sa composition va changer à de nombreuses reprises, et on se plaît à y trouver Blue Beetle ou Static. A réserver aux passionnés de l’équipe, ou à ceux qui veulent éviter les Teen Titans depuis les New52.

Lectures additionnelles

Teen Titans : Year One (2008 – VO)

Par où commencer #10 : Teen Titans

Comme beaucoup d’autres héros et équipes de DC, les Teen Titans ont eu droit au traitement Year One lors d’une mini-série écrite par Amy Wolfram et dessinée par Karl Kerschl, Serge Lapointe et Steph Peru sortie en 2008. On y retrouve donc Robin, Kid Flash, Wonder Girl, Speedy et Aqualad lors de leur première année en tant que Titans, affrontant quelques ennemis de l’équipe datant des années 60-70, et principalement Antithesis qui mène les héros de la Justice League à rejeter leur sidekick, qui devront donc stopper leur mentor avant de vaincre le monstre. Le récit possède un style graphique assez spécial et un ton très léger, même si la caractérisation des personnages est plus développée que dans les premières histoires des Teen Titans. Il s’agit donc loin d’une mini-série remarquable, mais qui plaira sûrement aux fans de ces jeunes héros et qui cherchent une écriture actuelle sur son premier roster.

par Sledgy7

The Uncanny X-men and The New Teen Titans (1982 – VF / VO)

Par où commencer #10 : Teen Titans

A l’aube des années 80, Marvel et DC regagnent en puissance tous deux. Marvel est déjà bien confiant avec ses X-men et le succès que rencontre Chris Claremont, et DC vient de trouver son équipe phare avec les New Teen Titans sous Marv Wolfman (ancien éditeur de chez Marvel). Les deux éditeurs avaient déjà collaborés pour des crossovers comme Superman and Spider-man et Batman and The Incredible Hulk. Ils n’ont pas de peine à lier leurs deux grosses licences. Le scénariste ne se prive pas en amorçant un récit cosmique de taille engageant l’entité du Phoenix et Darkseid. Claremont parvient à rassembler les deux équipes et à jouer sur leurs points communs : une composition de caractères variés menés par un leader. Assez bref au vu de la quantité de personnages et d’événements au sein du récit, cette rencontre reste emblématique, ne serait-ce que pour présenter une rencontre des deux plus gros succès comics des années 80.

par Watchful

Teen Titans : Earth One (2014 / 2016 – VO)

Par où commencer #10 : Teen Titans

On l’oublie parfois, mais les Teen Titans ont aussi eu droit à une réinvention dans la ligne Earth One sous la houlette de Jeff Lemire au scénario, accompagné par Terry Dodson aux crayons sur le volume 1, et Andy MacDonald sur le deuxième. Dans les 2 volumes, publiés en 2014 et 2016, ils parviennent à donner forme à cette équipe tournée autour de Cyborg, Beast Boy, Raven, Terra et surtout Starfire, ici véritablement au coeur de l’équipe. A première vue, les deux volumes se lisent plutôt bien lorsqu’on n’a aucune connaissance à priori des personnages. C’est après tout l’un des objectifs de l’imprint Earth One… mais en apparence seulement. Car comme souvent, les auteurs s’amusent à transgresser (respectueusement) quelques codes, et ici, mieux vaut lire cette réécriture une fois que les bases sont posées pour pleinement l’apprécier. Lemire parvient surtout à s’illustrer particulièrement bien dans la représentation (un brin caricaturale) des adolescents, dont il dresse un portrait attachant, appuyé par des gros plans expressifs de Dodson. Cette version des Teen Titans est loin d’être la plus forte, mais elle reste une lecture agréable et rapide, plutôt conseillée aux fans déjà conquis.

par myplasticbus

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on linkedin
Share on tumblr
Share on email

Ceci pourrait vous intéresser