La vague de nouvelles séries New Justice a été globalement très décevante jusque là, et le titre Justice League de Scott Snyder en est un bel exemple, mais un peu d’espoir revient avec l’arrivée de sa consœur Justice League Dark #1. Dirigé par James Tynion IV et Alvaro Martinez Bueno, qui nous avaient offerts de belles choses sur Detective Comics, cette nouvelle mouture se centre sur l’aspect occulte et magique de l’univers DC et s’annonce très prometteur, et nous allons voir si ce premier numéro correspond à nos attentes.

Le retour en force de la magie chez DC

On retrouve donc Wonder Woman cherchant à monter une équipe pour réparer la magie, qui a été brisée lors des événements de Justice League : No Justice. Tout repose uniquement sur ce pitch, mais malgré quelques ressorts narratifs surfaits dans ce genre de récit, James Tynion IV arrive à nous accrocher un minimum. L’auteur a décidé de prendre son temps pour présenter le postulat de départ, les enjeux et ses différents personnages, ce qui permet de bien développer tout le monde en quelques pages. Il s’aide de la continuité, faisant référence à plusieurs récits importants des héros comme No Justice, Saga of Swamp Thing et Shadowpact, ce qui fera plaisir aux fans et intriguera les nouveaux venus sans les perdre.

Justice League Dark #1, la magie opère

Des personnages, il y en a un certain nombre dans Justice League Dark #1, mais tous sont correctement caractérisés et servent le récit. Ils sont tous bien présentés selon leur importance, ce sont donc Wonder Woman et Zatanna qui mènent la barque pour l’instant, mais les personnages secondaires se démarquent très bien également. Ce premier numéro répond d’ailleurs aux questions que vous auriez pu vous poser sur les membres de la Justice League Dark, vous aurez par exemple une explication sur l’Oblivion Bar et Detective Chimp, la présence de Wonder Woman en chef d’équipe ou celle de Man-Bat qui suit le même traitement que Clayface sur Detective Comics, mais c’est encore une fois réussie même si l’on ne retrouve plus vraiment son addiction pour le sérum lui causant sa transformation, qui semble devenue permanente d’une certaine manière. là où l’histoire surprend davantage est dans les scènes de l’assemblée d’autres magiciens, héros comme vilains, qui n’acceptent pas la vision de Wonder Woman, qui cherche à mener une équipe aux yeux de tout le monde alors que la plupart de ses pratiquants des arts anciens préfèrent travailler dans l’ombre. Cette opposition apporte pas mal de piment au récit, et d’autant plus quand on retrouve John Constantine dans son rôle favori, au milieu des deux et ne travaillant que pour lui-même. Ça fait d’ailleurs du bien de retrouver ce personnage bien écrit de la sorte, car les créateurs ont tendance à le faire devenir moins calculateur qu’auparavant. Toute cette bande menée par Jason Blood accentue également le côté sous-terrain de l’univers magique de DC, ce qui est très appréciable.

L’horreur encore timide

Cependant, là où Tynion prend peut-être trop son temps et se rate est dans cette menace qui ne semble pas réelle. Elle sera bien plus palpable lorsque nos héros feront face à l’Upside-Down Man, déjà introduit comme une légende ici mais qui manque pour l’instant de charisme, il aurait fallu une bonne pleine page flippante ou juste le fait de voir à quel point il est dangereux. J’ai confiance en l’auteur et son talent pour l’horreur pour que ce grand vilain gagne en valeur, mais pour l’instant il faudra se suffire d’une bonne écriture des héros, et quelle joie de retrouver Detective Chimp et Swamp Thing, tous les deux introduits d’une façon très sensée dans l’équipe et qui méritent de briller.

Justice League Dark #1, la magie opère

Mais qu’en est-il de l’aspect horrifique du récit ? Dans les thèmes, ce n’est que légèrement abordé pour l’instant, mais c’est bien Alvaro Martinez Bueno qui apporte de l’horreur avec une ambiance sombre et efficace qui rappelle quelques classiques du genre comme L’Exorciste, sans parler des horribles créatures qu’il crée, ces sortes de cadavres mutés par la Dark Energy. J’aurai préféré un artiste au style plus original, mais force est de constater que sa mise en scène est vraiment un point fort de Justice League Dark #1, même si quelques planches sont meilleures que d’autres en termes de couleurs, il y a donc une marge de progression que l’on espère franchie avec le temps.

Je ne suis donc vraiment pas déçu par ce Justice League Dark #1, James Tynion IV prend bien le temps d’introduire ses personnages et le récit, dont l’ambiance est réussie malgré un schéma déjà vu. Tous les héros ont leur caractère, et on sera heureux de retrouver d’autres camps dans le monde de la magie, amenant une flopée de personnages que les fans seront heureux de retrouver ne serait-ce que pour une page ou deux (et le défilé est loin d’être fini). C’est riche, bien construit et les dialogues sont bons, on attend juste que l’aspect horrifique grandisse, mais cette version de Justice League Dark est un vrai cadeau aux fans de tout ce pan occulte de l’univers DC et un bon moyen de l’explorer pour la première fois.

Très Bon / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
-Un univers riche
-Prend son temps pour présenter ses héros
-Une ambiance réussie
Les -
-Une menace qui ne semble pas pesante
-Un schéma prévisible
-L'horreur encore timide
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

7
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
6 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
6 Auteurs du commentaire
Tom KingMocassinknightwingurbanvspanini10Cielo Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Julien
Julien

Bon, bah j’ai bien hâte de me lire ça.

urbanvspanini10
urbanvspanini10

« La vague de nouvelles séries New Justice a été globalement très décevante jusque là, »
C’est discutable. ^^
Plus sérieusement je trouve qu’aucune des séries soit vraiment décevants, à part Titans à la limite.

Sinon ce JL Dark était très bon, j’aime bien que pour l’instant Man-Bat ne soit pas un Clayface bis de son run Detective Comics ainsi que le pitch de l’univers de la magie en péril suite à No Justice, petit bémol sur la menace « principal » de la série (je pense) qui est utilisé dés le début, je trouve cela rapide.

knightwing
knightwing

J’attendais ce titre avec impatience, bah maintenant je suis encore plus impatient :D

Mocassin
Mocassin

Ça donne vraiment très envie, je vais peut-être lire ce premier numéro en attendant le TPB… Et y’a pas à dire, cette planche de Swamp Thing est magnifique.

Vittorini
Vittorini

Pour ce qui est de l’horreur encore un peu soft, je pense que comme tout œuvre horrifique, une introduction doit davantage restée auréolée de mystère avant de plonger totalement dans une ambiance cauchemardesque. Et pour ce qui est de l’ambiance et de la tonalité, Tynion et AMB gèrent vraiment bien ça.

Excellente intro pour ma part. Bien meilleure que celle qu’on avait eu 7 ans plutôt, malgré quelques pages bien clichées. Et puis la référence à A League of One est excellente et sûrement pas innocente !

trackback
HIGHLIGHTS DE LA SEMAINE #11 (Beyond, Rebirth) | DCPlanet.fr

[…] Le renouveau de Justice League Dark a su nous séduire et a eu droit à sa propre review. […]