Hier soir, Geoff Johns présentait ses prochains projets, puisqu’il a désormais plus de temps pour écrire et produire ses propres travaux, et c’est ainsi qu’il a pu brièvement nous expliquer ce qui se cachait derrière derrière son imprint The Killing Zone.

Personnages obscurs et patriotisme pour Killing Zone

Cette Killing Zone sera donc constitué de plusieurs comics connectés qui raconteront une histoire se déroulant de 1940 à 2040. On y retrouvera de nouveaux personnages, mais aussi certains reconnaissables, même s’ils ne sont pas très connus et qu’on ne les a pas vu chez DC depuis des années, voire des décennies. Johns précise d’ailleurs qu’il n’avait jamais travaillé avec ces personnages en question auparavant, l’auteur recherchant «les pires personnages» pour son histoire. L’idée de cet imprint est venu de la situation politique actuelle de l’Amérique :

Je veux retirer l’Amérique de sa situation de pion politique. Je veux être fier d’être américain, et ce ne sera pas grâce aux politiciens, mais grâce au peuple.

On comprend pourquoi son récit des Three Jokers est passé sur un autre imprint, en l’occurrence le DC Black Label, finalement plus adapté. En prime, un logo bien old school a été dévoilé pour The Killing Zone, qui fera ses débuts vers l’été 2019.

5
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
4 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
ian0delondBilalbeySh@dowSindri Windback Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Sindri Windback
Sindri Windback

Ça sent la JSA tout ça !!!!

Sh@dow
Sh@dow

Ah… les américains…

Bilalbey
Bilalbey

Ça donne envie. En revanche je me demande comment on a pu approuver le design du logo lol

ian0delond
ian0delond

Le label s’appelle Killing Zone, c’est pas comme ça que tu commences à créer une histoire politique portée par l’espoir.