Brian Michael Bendis n’est pas arrivé chez DC Comics de la meilleure manière, alors que l’éditeur lui a offert sur un plateau d’argent les deux titres de son plus grand héros, Superman. L’auteur a forcé son ambition et sa volonté d’apporter sa patte à cet univers avec The Man of Steel, qui fut une grosse déception pour notre part. Cependant, il signe son vrai point de départ avec ce Superman #1, accompagné par Ivan Reis, et le scénariste s’est peut-être rattrapé, en tout cas c’est ce que nous allons voir ensemble.

Un héros humain

S’il y a bien un sentiment qui ressort de cette lecture, c’est l’humanité de Superman. Avec Lois, Jon et même Kara en voyage dans l’espace, on retrouve notre héros seul avec sa souffrance, bien mise en scène par quelques cases silencieuses en plan large, suivis par les souvenirs de ses proches ou des mots de son père encore blessants. Si tout le monde ne sera pas heureux de l’absence de sa famille, leur manque se fait au moins bien ressentir, on est touchés et l’humanité de Superman n’en fait que grandir, et la planche où il est avec la Justice League devient alors bien plus réconfortante. Outre sa solitude, Bendis insiste beaucoup sur son travail incessant pour essayer de nous sauver, notamment lors de la scène où il interrompt plusieurs fois Martian Manhunter dans un petit gag de répétition drôle quoique trop exagéré. D’ailleurs, il répond lors de ce moment à une question que beaucoup de néophytes doivent se poser sur l’implication de Superman dans le gouvernement et dans le monde, mais le Man of Steel refuse encore une fois de s’immiscer dans la politique. Enfin, l’auteur propose une petite scène sur Clark au Daily Planet, chose devenue trop rare, et rajoute encore un aspect de Sup important : son absence d’égo, même dans des moments difficiles comme ceux qu’il vit dans ce numéro.

Le jamais vu à tout prix

D’un autre côté, certains choix scénaristiques viennent gâcher le fond. Le récit commence avec Sup parti dans l’espace à la recherche de ses proches, avant qu’une invasion de Dominators bidon lui fasse comprendre que ce n’était pas une bonne idée. Ce choix idiot est sûrement là pour prouver son désemparement, mais on ressent plus une facilité d’écriture qu’autre chose. Pire, Bendis recommence avec ses « idées jamais vues » en reconstruisant une Forteresse de Solitude dans le Triangle des Bermudes (N’est-ce pas un peu dangereux ? A-t-il demandé à Aquaman au moins ? Il est pas censé y avoir Xebel là-bas ?). Le but de son emplacement en Arctique était qu’il était assez éloigné de l’humanité pour reposer son esprit qui entend tous nos problèmes, du coup ce renouveau me semble stupide. De plus, il est clair qu’il faut parfois tout détruire pour recommencer à zéro et rafraîchir un univers, et changer de lieu est un signe important de nouveau départ, mais est-ce que Superman en avait vraiment besoin maintenant ? Alors que le titre Superman reprenait de l’intérêt grâce à Jon Kent et au retour du couple Clark/Lois, je pense que c’est surtout l’auteur qui n’a pas su aborder une telle icône sans ces artifices.

Sur ce titre, Bendis pourra surtout compter sur Ivan Reis pour améliorer son récit, car l’artiste est plus en forme que pour ces derniers travaux (Je pense notamment à son passage sur JLA). Certaines planches sont plus bâclées que d’autres, et on lui reprochera surtout un manque d’inspiration sur les arrière-plans, mais ses dessins restent en général très beaux avec de vraies émotions dans les visages et une utilisation de l’échelle des plans parfaite. Certaines cases sont vraiment dignes de Superman et le petit plus qui me fait vraiment plaisir est qu’on sent une différence morphologique lorsqu’il dessine Clark en civil et en costume.

Finalement, ce numéro est écrit comme un bon résumé du statu quo de Superman et de sa façon d’être. Bendis appuie bien sur ses souffrances et ses valeurs à la limite du forcé pour bien nous faire comprendre qu’il a compris le personnage et aidera les nouveaux arrivants à faire de même. Ça ne l’empêche pas de faire des choix scénaristiques douteux dont un cliffhanger beaucoup trop grandiloquent, mais heureusement il reste pertinent la plupart du temps et respecte vraiment les codes du Man of Steel, son récit étant bien aidé par la qualité des dessins d’Ivan Reis, toujours aussi doué dans la composition, moins dans les backgrounds. Maintenant, il va falloir tenir cette justesse sur la durée et ne pas retomber dans les dialogues lourds et le risible des situations qu’il nous a offert dans la mini-série qui précède ce Superman #1.

Bon / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
-De vrais moments d'humanité
-Bendis respecte enfin Superman
-Ivan Reis de retour en forme
Les -
-Cette volonté d'en faire trop
-La nouvelle Forteresse, quelle idée de merde
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

4
Poster un Commentaire

Please Login to comment
3 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
Sledgy7Cielourbanvspanini10 Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Subscribe  
plus récents plus anciens
Me notifier des
urbanvspanini10
urbanvspanini10

Alors mon seul réel problème avec ce numéro serait la discussion entre Sup’ et Martian Manhunter où il conseille à Sup’ de prendre le ….pouvoir ??
J’ai trouvé cela très chelou et out character pour le Martien. Mais si ça se trouve c’était pas lui.
Sinon bonne review le numéro passe crème, la nouvelle forteresse de solitude ne m’a pas posé problème au moins on viendra moins le faire chier dans le triangle des Bermudes ^^

Cielo
Cielo

Il avait demandé au Canada, aux États-Unis (avec l’Alaska), le Danemark (par le Groenland), la Russie, la Norvège et l’Islande ainsi que la Suède et la Finlande ? Pour se poser en arctique ^^ ?

trackback

[…] la qualité n’est pas particulièrement là (malgré une remontée), et selon Bleeding Cool, DC Comics serait déçu par les résultats de Bendis. Pourtant, ses […]