Si ce sont les vacances pour les plus chanceux d’entre nous, ça l’est aussi pour les séries DC de la CW, qui sont toutes en pause estivale désormais. Il est donc tant de revenir sur chacune des séries, comme je l’avais déjà fait lors de la mi-saison. Encore une fois, il s’agit d’avis brefs et globaux, permettant de dégager en quelques lignes une appréciation générale. Comme vous pourrez le remarquer, Black Lightning ne fait pas partie de cet article malgré son appartenance à la CW, mais c’est parce que la série aura droit à son propre article individuel puisqu’il s’agit d’une des grandes nouveautés de cette année 2018.


Supergirl – Saison 3

Précédemment :

La première mi-saison de Supergirl était prometteuse, bien meilleure que les précédentes, et laissait augurer du meilleur pour la suite. Maintenant que cette troisième saison a pris fin, peut-on réellement dire que c’est la saison que l’on pouvait attendre ? Oui et non. Sans conteste, elle s’affirme comme la plus réussie et aboutie des trois, et semble indiquer que la série a trouvé sa voie. Néanmoins, les points noirs de la série ont fait leur retour sur cette deuxième partie, avec quelques épisodes plus faibles, de remplissages, mais surtout, un gâchis sur la menace des Worldkillers. Celle-ci se présentait comme réellement menaçante, relativement concrète, et très mystérieuse. Les portes étaient grandes ouvertes pour nous livrer le meilleur, mais la série, majoritairement par manque de budget, a désamorcé son potentiel à plusieurs reprises, pour finalement livrer une conclusion peu satisfaisante. Dans ce sens, et parce que c’est ce qui fait son ADN peut-être plus que les autres séries CW, Supergirl s’est concentré sur les interactions entre personnages, à les développer, ce qui s’est avéré être payant puisque les thématiques abordées étaient intéressantes et bien traitées, d’une façon relativement mature. Au final, une saison globalement satisfaisante, mais qui laisse un arrière-goût de « Meh, ça aurait pu être mieux quand même ».

Mention : Compliments. Supergirl a prouvé cette année de quoi elle était capable, et bien qu’on pouvait attendre plus de performance, son humanité est parvenue à faire bancher la balance pour un bilan des plus corrects.


The Flash – Saison 4

Précédemment :

Malgré un début de saison difficile, un espoir s’était rallumé avec deux épisodes consacrés à Clifford DeVoe, qui semblaient faire entrer la série dans un réel fil rouge plus sérieux. Malheureusement, cela n’a pas su durer, notamment à cause du changement régulier d’acteur dans le rôle du Thinker, aucun n’étant à la hauteur de Neil Sandilands. Mais là n’est pas l’unique raison de la déchéance de la série, la décompression incroyable de l’intrigue l’étant avant tout. Là où la série avait su évoluer et proposer davantage un format plus actuel, elle retourne ici au format « Un épisode = un vilain + un dilemme moral artificiel », qui peine franchement à intéresser. Le sentiment que procure cette saison est clairement celui d’un désintérêt total des scénaristes, qui s’appuie bien trop sur les acquis de la série sans plus rien proposer de bien nouveau, sans faire d’efforts sur leurs personnages, ou même sur l’utilisation de leurs pouvoirs ainsi que leurs répartitions durant les scènes d’action. Le casting semble être laissé face à lui-même, et s’efforce de livrer un produit pas trop désagréable, sans grand succès. Bien entendu, il y subsiste quelques épisodes bien appréciables, en particulier celui du Flash Time, qui ramène la série à la générosité qui a fait son succès.

La saison 4 semble ainsi être symbole de malédiction chez la CW, ce qui n’est pas très rassurant puisque deux autres séries qui arrivent l’an prochain. Espérons simplement que The Flash parvienne à remonter la pente avec sa cinquième saison comme l’avait fait Arrow, ce qui reste possible à la vue du cliffhanger, qui promet un retour à des thèmes qui n’ont rien de bien originaux pour la série, mais qui ont pu faire son succès.

Mention : Avertissement. Une année fort décevante pour le petit Barry, qui semble être laissé à l’abandon par son entourage.


Legends of Tomorrow – Saison 3

Précédemment :

Legends of Tomorrow, c’est un modèle, une formule, ce qui fait que les adeptes de la saison 2 aimeront cette nouvelle saison à tous les coups. Le contenu n’a pas réellement changé à partir de la mi-saison, si ce n’est que le fil rouge s’est quelque peu intensifié, les Legends sachant mieux à quoi ils font face. On continue alors de les suivre à travers leurs voyages temporels dépaysants et bien funs. La série s’autorise tout de même quelques sorties de route, notamment avec l’épisode boucle temporelle, ou encore l’intrigue de Rip allant chercher Wally West, le nouveau venu. Le personnage trouve rapidement sa place dans la série et se voit bien mieux écrit qu’il ne l’avait pu l’être dans The Flash. On retrouve également John Constantine, qui accompagne nos héros à plusieurs reprise et ajoute un certain intérêt à cette atmosphère magique, tout en étant légèrement lissé. Bref, un constat des plus positifs pour une série qui ne ratisse pas plus large mais poursuit dans ce qui lui réussit. Tout du moins, jusque l’épisode final, apogée d’une construction longue d’une saison, et qui a beaucoup fait parler pour son délire sous LSD. Aussi drôle que la scène de Beebo puisse être, cette conclusion n’en est pas moins décevante, la série misant sur le fun pour palier au manque de budget, mais rendant complètement caduque la menace construite jusqu’ici. La tonalité légère trouve ici sa limite, prouvant que Legends of Tomorrow a encore à apprendre, notamment sur sa structure même.

Mention : Compliments. Un élève plaisant mais dont la désinvolture peut se retourner contre lui. Des efforts devront être fournis l’an prochain.


Arrow – Saison 6

Précédemment :

Bien des choses ont changé pour Arrow depuis le bilan de mi-saison, que ce soit du côté des héros ou des vilains, qui ont chacun évolué conjointement. Autant dire que le twist concernant Michael Emmerson fut salvateur pour son personnage, qui parvint ainsi à trouver un réel intérêt, ne serait-ce que dans un épisode. Néanmoins, si cette année les vilains peuvent compter sur de nombreux alliés, on ne peut pas en dire autant pour les héros, qui sont cette saison plus divisés que jamais. Un choix scénaristique qui n’a visiblement pas plu à toute la communauté de fans, certains appelant au meurtre des membres de la nouvelle Team Arrow (mais adulant Felicity en même temps, curieux). Si la construction de ce mouvement s’est montré parfois artificiel, ce chamboulement n’était pas des plus désagréables car mené sur la durée, permettant un nouveau statut quo pour la série, qui trouve son point d’orgue dans l’excellent épisode Fundamentals. Si cette sixième saison n’était pas sans défaut, notamment parce qu’elle accuse la longévité de la série et le relatif manque d’ambition de ses scénaristes, elle n’en reste pas moins assez agréable à visionner, apportant une réelle pierre à l’édifice et bouleversant temporairement ses fondations. A ce titre, le dernier épisode est plutôt intéressant car prend le parti de ne pas donner de réelle conclusion à la menace, mettant Oliver comme Ricardo Diaz dans une certaine pause forcée jusqu’à un match au sommet dans la prochaine saison, qui sera possiblement la dernière.

Mention : Compliments. Après un premier semestre difficile, Arrow a su remonter la pente.

7
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
1 Fils de commentaires
6 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
MocassinSkaikru Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Skaikru
Skaikru

Aura-t-on une review pour Black Lightning ?