DC Comics se presse d’en finir avec ses titres. Si vous n’êtes pas encore au courant « Bendis is Coming« . A grands coups de publicités, présentes sur tous les titres de l’éditeur, le nouveau scénariste de Superman est déjà craint attendu. Dan Jurgens nous fait donc ses adieux avec ce dernier numéro « spécial ».

Vous avez dit Special ?

Avec DC Rebirth, l’éditeur nous a désormais habitué à des numéros spéciaux d’une qualité plus que correct de manière générale. Les numéros de Noël, le Winter Special Swamp Thing, et même les Annuals de certains titres sont mémorables (Super Sons le premier). Ces numéros Special doivent fermer les séries actuelles. En vue du Fresh Start et des futures conséquences (retardées) de Doomsday Clock, Action Comics intègre un certain final. La précipitation dans laquelle le numéro s’exécute n’est pourtant qu’un défaut mineur.

Dan Jurgens n’est certainement pas réputé pour sa subtilité. Depuis son premier arc, nous savons à quoi nous attendre. Même à travers cet horizon d’attente, ce numéro spécial est d’une fadeur surprenante. Il s’agit malheureusement de la seule surprise que réserve ce numéro. On entend bien l’envie de renouer avec une approche plus classique du Superman, avec sa dynamique et l’évolution de Lex Luthor. Et sans être maladroite, l’exécution et la gestion de l’intrigue est terriblement ennuyeuse.

Action Comics, pour de l’action sans réflexion

Un certain plaisir – très minime – est présent à retrouver Lois dans ce statut classique de la demoiselle en détresse, Superman qui ne cesse de la sauver. Cependant, la portée iconique est détériorée par cette habitude constante à inscrire Superman dans les archétypes de la vie quotidienne de l’américain moyen. Le retournement de situation finale est plus que prévisible. Et alors qu’on pouvait s’attendre à un petit changement de statut dans la relation Superman/Luthor, rien n’est fait.

Ce n’est que du côté de l’esthétique que Action Comics parvient à redresser la barre. Will Conrad livre un travail appréciable, sans jamais éblouir et bouleverser son lecteur. Le numéro est suivi de quelques histoires brèves, supérieures au récit principal, mais qui ne justifient en rien l’achat du numéro. Seule l’histoire de Max Landis et Francis Manapul soulage le lecteur, et donne l’illusion d’une réelle histoire de Superman. Dommage que celle-ci ne tienne que sur huit pages.

Un numéro plus que bancal nous est offert à un prix excessif par rapport au contenu proposé. Superman n’aura peut-être pas de bons jours sous la plume de Bendis, mais est-ce vraiment un drame après le passage de Jurgens ?

Mauvais / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
- L'histoire de Max Landis et Manapul
Les -
- Action sans motivation
- L'ombre d'un stéréotype
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}
Article précédentReview TV – Batman Ninja
Article suivantMargot Robbie voudrait faire de Birds of Prey un film Rated R
Watchful
Étrange personnage constitué de framboises. La légende raconte qu’il aurait une quelconque appartenance à l’école du micro d’argent. Il consolide sa morphologie linguistique et cherche à se perfectionner dès que possible. Profondément inspiré par Françoise Hardi et Zizi Jeanmaire, il écrit par passion. Amoureux de culture, il n’a jamais su se détourner de son premier amour qu’est le monde des comics. Élevé dès ses premiers pas par Bruce Timm qui lui a montré la voie de la sagesse, il s’entraine depuis comme un samouraï et accumule les reliures, les brochures, et se (re)découvre au fur et à mesure des coups de cœur. Rapidement détourné de l’univers Marvelien moderne depuis Marvel Now, il ne jure plus que par Image et DC Comics. Le fan de comics qu’il est attend sagement le retour d’une époque pour le moins révolue où le fan de comics prône sur les lecteurs éphémères qui ne se limitent qu’aux grands personnages publicités ou adaptés le temps de quelques mois. Éternel insatisfait, il n’aime pas cette présentation, et tout ce que l’on doit en retenir est qu’il écrit par passion dans le but de la partager.

1
Poster un Commentaire

Please Login to comment
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
mavhoc Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Subscribe  
plus récents plus anciens
Me notifier des
mavhoc
mavhoc

Totalement d’accord avec Watchy, seul Manapul remonte le niveau. Le pire, pour moi, dans cette histoire sur Luthor/Superman est que l’on a un Luthor qui se met à détester Superman sans réelle raison, sans justification, suite à Imperius Lex, Jurgens a voulu revenir au statu quo, mais de manière si peu subtile et sans justification que l’on ne peut que détester cela.
Bref, une réelle déception cet Action Comics Spécial.