C’est à la Wonder Con 2018 que l’éditeur DC Comics a annoncé la création d’une nouvelle ligne : New Justice, qui regroupera les titres Justice League, Titans, Teen Titans, et les futurs Justice League Dark, Justice League Odyssey et Hawkman. Cette nouvelle bannière représente en quelque sorte le terrain de jeu de Scott Snyder et ses copains James Tynion IV et Joshua Williamson, un territoire tracé par la conclusion du titre événementiel Dark Nights: Metal.

En effet, après quelques mois où l’auteur de Batman New 52 s’était fait relativement peu présent dans le paysage DC, il était revenu en force avec son compagnon Greg Capullo pour proposer un événement estival totalement barré centré sur Batman, avant que celui-ci ne prenne en ampleur jusqu’à concurrencer Doomsday Clock. Ce dernier, prévu pour être l’avènement de l’intrigue Rebirth lancée en 2016 et qui avait marquée le renouveau de l’éditeur, est en effet passé peu à peu dans l’ombre au profit de Metal, plus explosif, plus coloré, plus fou, plus apte à faire rentrer un maximum de sous. Au bout du compte, nous nous sommes retrouvés mercredi dernier avec une conclusion pour cet événement qui n’en est pas vraiment une, puisqu’il est indiqué au lecteur que tout ceci n’est que le commencement d’une nouvelle ère. Celle-ci nous est représentée par la destruction du mur de la source, littéralement la frontière du Multiverse, symbolisant l’affranchissement des frontières par le trio fou (Snyder, Tynion IV et Williamson), qui gagnent encore en importance et poussent leurs plans encore plus loin à travers New Justice.

 Les conséquences de Dark Nights: Metal sur le DCU

No Justice et New Justice : Vers l’infini et au-delà

Les conséquences de Dark Nights: Metal sur le DCU

Pour le dernier numéro de Dark Nights: Metal, Scott Snyder avait deux missions : conclure un récit aux proportions dantesques, et annoncer la prochaine étape de son plan sans fin. Un cahier des charges bien rempli et qui, comme on peut s’en douter, ne laisse pas de place à une fin réellement satisfaisante. En effet, au-delà d’avoir une résolution bien trop simpliste à un événement qui remettait pourtant énormément de fondamentaux en question, l’auteur laisse en suspens un grand nombre d’éléments introduits. Un choix qu’il assume pleinement puisqu’il déclare lui-même que certains mystères trouveront des réponses par la suite, et d’autres n’en trouveront jamais. Un parti pris pas très étonnant de la part de Snyder, reconnu pour finir ses histoires en queue de poisson. L’auteur, plutôt que de se concentrer sur un récit à la fois, préfère penser au futur, à ce que son récit pourrait amorcer de plus gros encore pour le DCU. Un besoin de laisser sa marque fort visible, notamment dans l’épilogue qui énumère succinctement toutes les conséquences qu’a eu cet événement sur l’univers DC.

Dossier - Metal, No Justice, New Justice : Quand Snyder brise les limites du DCU 1

On trouve ainsi le retour de personnage disparus et réintroduits lors de Metal, comme Hawkman, qui aura droit à son titre solo écrit par Robert Venditti, ou encore Hawkgirl et Martian Manhunter, qui rejoindront la Justice League de Snyder après No Justice (dans un nouveau Hall de Justice aussi teasé). L’auteur prépare également le terrain pour ses copains, comme Neil Gaiman qui s’apprête à revenir sur son Sandman Universe, expliquant que même le Royaume des Rêves a été touché, un livre de la bibliothèque étant manquant. On y trouve également le lancement de la nouvelle ligne New Age of DC Heroes, qui résulte d’une libération d’énergie provenant de la rupture entre les différents univers du Multiverse, créant de tous nouveaux héros. Mais le gloubi-boulga opéré par Snyder dans ce dernier numéro (et dans l’intégralité de son run diront certains) laisse place à des ramifications plus grandes encore. Comme il l’explique à travers des visions du futur expérimentées par Carter Hall dans la Forge, l’univers DC ne reviendra jamais à ce qu’il était avant, il a été changé par l’attaque de Barbatos. Ainsi, le 10ème métal utilisé pour vaincre le démon a donné naissance aux désirs de personnages, et les mythologies de certains personnages se verront étendues. On trouve notamment teasé le retour des Darkstars, un corps cosmique concurrent aux Green Lanterns, l’ajout d’un panthéon noir au monde de Wonder Woman, l’ascension d’Atlantis à la surface pour Aquaman, ainsi qu’une déclaration de guerre entre Barry Allen et Wally West. Finalement, et c’est là la ramification la plus importante pour Snyder, le mur de la source (constitué de chaque personne ayant voulu le franchir), la limite du Multiverse, a été brisé par ce déferlement d’énergie et ces ruptures entre univers, créant un moteur pour de nouvelles histoires.

Dossier - Metal, No Justice, New Justice : Quand Snyder brise les limites du DCU 2

Des connexions entre titres et époques fort nombreuses dont se félicite Snyder, ravi de ramener cette fibre à DC après que l’éditeur l’ait perdu pendant les New 52, une époque qui préférait regarder toujours vers l’avenir sans se soucier du passé selon lui. Comme il l’avait déjà expliqué par le passé, le but de Metal était de revenir aux gros événements du passé qui récompensaient les fans de leur amour pour ces personnages en les réunissant dans un monde secoué, menacé. Bien que Snyder prend en galon au sein de l’éditeur, le retour de ces liens à travers les ramifications d’un événement n’a néanmoins pas été imposé aux autres auteurs. Il explique en effet que quand il a expliqué à l’ensemble des équipes créatives de quelle façon allait se conclure Metal, nombre d’entre elles ont souhaité se joindre à lui. Ainsi, tous les éléments teasés à la fin de l’événement ont été apportés par les différents auteurs, qui pourront s’en servir quand ils le souhaiteront.