Le Coup de Cœur

Justice League of America #26, Trinity #19

Le Top

Mister Miracle #7

Le Flop

Wildstorm : Michael Cray #6

Cette semaine, beaucoup de bons titres… sauf Michael Cray et Wonder Woman. Ça, c’est juste triste.


 BEYOND DC UNIVERSE

BATMAN: SINS OF THE FATHER #3

review BATMAN: SINS OF THE FATHER #1

Scénario : Christos GageDessins : Raffaele Ienco

C’est incroyable comme je trouve ce petit comics agréable. Il est bien écrit, ne perd pas l’essence du jeu vidéo en terme de scénario, et les dessins sont bons. Alors, manquent de dynamisme dans les scènes d’action, mais si peu. Et le dessin reste bien. Il me rappelle Juan José Ryp d’une certaine façon. Dans l’ensemble, je trouve cet épisode meilleur que le précédent, avec un cliffhanger plus efficace et qui laisse plus de crainte à avoir tant dans cet univers il peut se passer beaucoup de chose. La psychologie de Batman est aussi mise en avant avec une frontière entre les deux alter ego très amincie. Réutilisation de la phrase de la pomme qui tombe pas loin de l’arbre comme dans Batman Begins. Je ne sais pas si c’est un clin d’œil mais j’aime retrouver cette thématique pour un jeune Bruce.

– James Edge GraysonNote : 8,5/10

BOMBSHELLS UNITED #29

review BOMBSHELLS UNITED #26

Scénario : Marguerite BennettDessins : Aneke

L’affrontement entre Ollie et les Bombshells prend une tournure inattendue dans ce numéro. Nous continuons de progresser vers la vérité, avec des sacrifices, des confidences et des surprises. On sent qu’on approche de la fin de l’arc avec le vilain principal et le dernier affrontement pour cette partie, et Marguerite Bennett parvient à faire monter un peu de suspens pour patienter tant bien que mal pour le prochaine numéro. C’est chouette.

– HarleyNote : 6,5/10

INJUSTICE 2 #49

review INJUSTICE 2 #45

Scénario : Tom TaylorDessins : Daniel Sampere

C’était bien, moins que la semaine dernière, mais bien quand même. La liste des morts continue progressivement de s’allonger avec Animal Man cette fois ci. Le rythme du numéro est très vite ralenti par un dialogue Supergirl/Blue Beetle peu intéressant mais reprend sur les chapeaux de roues par la suite. Le problème majeur ici est que beaucoup d’événements arrivent dans ce numéro plus pour laisser à l’auteur le temps de placer ses pions que pour développer quelque chose de prenant. De ce fait, le tout reste agréable à lire et de qualité, mais fait plus de l’exposition qu’autre chose. Il est par exemple évident que Damian ne va pas mourir, que Jason n’a aucune séquelle de son coup de couteau, et que Wonder Woman reparlera plus tard de Wonder Girl prisonnière de la Zone Fantôme, mais en attendant, il faudra se contenter d’attendre le prochain numéro.

– Blue

Note : 7/10

 

SCOOBY-APOCALYPSE #23

review SCOOBY-APOCALYPSE #22

Scénario : Keith Giffen, J.M. DeMatteisDessins : Scott Kolins, Andy Owens, Ron Wagner

Le trip Walking Dead continue avec ce numéro de bonne facture. Scooby, badass comme jamais, affronte, accompagné de Riffy, un monstre dans une scène de laquelle se dégage une certaine tension, malgré le problème principal de la série : aucun des héros n’est destiné à mourir. Les dialogues fonctionnent bien et l’humour est bien dosé, notamment lors du dialogue final entre les différents membres du Scooby Gang. Néanmoins, en dépit d’une bonne qualité de l’arc dans sa généralité, ce dernier commence à traîner en longueur. De plus, face à une situation aussi extrême, il est possible de se demander comment les scénaristes vont tirer leurs personnages de cette mauvaise passe sans servir au lecteur un deus ex machina un peu facile et décevant. La partie graphique n’est pas non plus d’une grande qualité surtout face à un Scott Kolins aux dessins du back up Secret Squirrel

– BlueNote : 6,5/10

                          DC UNIVERSE

ACTION COMICS #999

review BATGIRL AND THE BIRDS OF PREY #19

Scénario : Dan JurgensDessins : Will Conrad

Dan Jurgens conclut son run sur Action Comics en abordant plus que jamais la question familiale par la relation entre Lois et son père Sam. Si les tensions se ressentent grâce aux dessins de Will Conrad dont les quelques visages paraissent un peu ratés, le tout dans un style assez réaliste (déplaisant par instant), la dispute entre un père et sa fille à propos de Superman fait office de redite. La discussion entretenue par Lois et Sam a été entendu 1000 fois (référence d’anniversaire aussi subtile que la casquette de Jon), et l’étendre sur plusieurs pages était inutile. La question du contrôle des pouvoirs de Superman a été traitée des dizaines de fois, que ce soit sur papier ou même récemment au cinéma. Et c’est un peu lassant.

Cela dit, Action Comics #1000-1 est étonnamment humain, et les scènes entre Superman et Henshaw aka Cyborg Superman témoigne justement de cette justesse humaniste chère au Man of Steel – tandis que Sam la remet en cause dans le même temps sur Terre. Bref, Dan Jurgens s’est posé et ça sonne un peu comme un au revoir le concernant, et faisant de Clark Kent un sauveur, rétablissant la relation familiale de Lois pour le plus grand plaisir de leur fils Jon. Superman saves the day all over again.

– Twelve

Note : 7,5/10

BATGIRL AND THE BIRDS OF PREY #20

review BATGIRL AND THE BIRDS OF PREY #19

Scénario : Julie & Shawna BensonDessins : Roge Antonio

Les sœurs Benson continuent ce sera le dernier arc de Batgirl and the Birds of Prey, et ça se ressent un peu puisqu’elles ramènent plusieurs éléments provenant d’anciens numéros. Le prétexte est bidon et tous les dramas du récit semblent forcés, à la manière d’un épisode de Riverdale. Il était pourtant intéressant de lire le point de vue de Huntress pour une fois, qui a pour elle une certaine profondeur par rapport à son passé, ce qui est exploité et sauve un peu le numéro.

– Sledgy7

Note : 5/10

DETECTIVE COMICS #976

review DETECTIVE COMICS #974

Scénario : James Tynion IVDessins : Javier Fernandez

Une fois de plus, Detective Comics poursuit son aventure de longue haleine et de très bonne qualité. Il s’agit du dernier arc de Tynion sur le titre et cela se ressent à de nombreux égards, de par l’équipe montée par Drake et Batman qui se dissolve de plus en plus (avec un nouveau titre à la clé pour Batwoman ?), des confrontations idéologiques qui se soldent par des actes de plus en plus extrêmes, et une certaine science du dialogue que, je l’avoue, ne m’avais pas tout le temps frappé chez l’auteur, qui apporte un lot émotionnel important. Tout le parcours de Drake depuis son enlèvement et son retour à ce titre est on ne peut plus appréciable pour qui a suivi le run depuis ses débuts. En outre, Javier Fernandez est de ces artistes au dessin reconnaissable entre tous, et qu’on apprécie plus pour sa patte que pour un trait ou un ensemble parfois brouillon. Mais le story-telling de l’artiste est bon, la mise en scène aussi, en bref : lisez Detective Comics #976, et reprenez ce run depuis le début pour ré-avoir toute l’étendue de cette histoire, qui jongle entre évènements récents et lointains dans une histoire cohérente dont on a hâte de voir la fin.

– ArnokikooNote : 8,5/10

HAL JORDAN AND THE GREEN LANTERN CORPS #40

review HAL JORDAN AND THE GREEN LANTERN CORPS #38

Scénario : Robert VendittiDessins : Rafa Sandoval

À défaut d’avoir un vrai scénario ou de développement à proposer, Venditti et Sandoval passent enfin à l’action. Si on laisse de côté toute cohérence en rapport avec l’échelle de puissance, le combat est plutôt divertissant, notamment grâce à de bons dessins. La lecture est assez rapide et le fils de Zod tape sur les nerfs chaque fois qu’il ouvre la bouche, mais une écriture à la shonen et le dynamisme de la bataille rendent ce numéro acceptable et reste le meilleur de cet arc dont l’utilité m’échappe encore pour l’instant.

– Sledgy7

Note : 5/10

JUSTICE LEAGUE OF AMERICA #26

review HAL JORDAN AND THE GREEN LANTERN CORPS #38

Scénario : Steve OrlandoDessins : Miguel Mendonça

Et bien ce final ne sera pas étalé. Pourtant, le plot rappelait l’état d’un événement classique, présentant des enjeux immenses, référencés par divers fils rouges, pour un résultat en demi-teinte. Entre quelques variations dans les illustrations – nombreuses ceci dit – tantôt surprenantes, et parfois aux limites du risible (je repense au saut de Black Canary dans les premières où son corps avait l’air d’avoir été rajouté via Paint), Miguel Mendonça reste dans l’ensemble un très bon artiste. Le numéro est fourni, malgré une absence de décor causé par le scénario, l’artiste ne profite pas de l’occasion pour chômer, et trouve des alternatives. Ce numéro qui clôt déjà cet arc d’importance génère tous les effets qu’on pouvait en attendre. Touchant, il réussit le coup de maître de présenter un Batman classique dans une situation très différente et de faire le parallèle entre le justicier des rues de Gotham et le héros d’univers parallèles. Comme quoi, Batman sans Gotham, reste toujours Batman. Le problème du numéro, c’est qu’il peine à surprendre, en dehors de ce genre de dialogues présents. Il s’agit de la seule chose que nous pouvons reprocher au scénario. Là où on ne pouvait se tromper, c’est que l’équipe tournait une page. La vie de l’équipe suit son cours, et avec elle son lot de scènes touchantes. Steve Orlando maîtrise parfaitement les relations entre différents caractères, et les adieux sont tout bonnement poignants. Le titre poursuit sur sa (bonne) lancée et témoigne encore une fois de son esprit old-school à travers quelques références fines, et son écriture d’une équipe soudée de qualité.

– Watchful

Note : 8/10

MISTER MIRACLE #7

review HAL JORDAN AND THE GREEN LANTERN CORPS #38

Scénario : Tom KingDessins : Mitch Gerads

Mister Miracle c’est un peu le titre que j’attends le plus dans le mois, et cette fois-ci, c’est le coup de coeur qui dépasse tous les autres coups de coeur que j’ai pu avoir. L’équipe créative composée de deux papas livre un récit absolument juste et parfait. Les cases traduisent très bien la situation dans laquelle se trouve les personnages. L’arrivée et la relation avec les Furies sont très bien utilisées. On sent le doute, l’impuissance et l’inconnu qui se dégagent au fil des pages et lorsque l’on a vécu cette situation, on peut facilement s’y reconnaître.

Ce duo est très efficace sur le titre Mister Miracle depuis les débuts, en parvenant à mêler mythologie des New Gods et vie citadine ordinaire, sans perdre le lecteur ou sans acte qui pourrait rendre le tout moins naturel. Juste lisez Mister Miracle. Et si vous avez vécu cette situation, replongez dans ce numéro qui fera ressurgir des souvenirs à coup sûr.

– Harley

Note : 10/10

NEW SUPER-MAN AND THE JUSTICE LEAGUE OF CHINA #21

review NEW SUPER-MAN AND THE JUSTICE LEAGUE OF CHINA #20

Scénario : Gene Lien YangDessins : Brent Peeples

L’intrigue avec Aqua-Man continue d’avancer, alors que tout le numéro est centré sur lui à quelques détails près. Tout tourne autour de la question de retourner ou non ce fugitif à la Corée du Nord. Une fois encore, ce n’est pas le plus finement écrit des numéros qu’on ait eu l’occasion de lire. C’est sympathique mais sans plus. Il est vrai qu’après plusieurs numéros, on s’attache véritablement aux personnages qui ne sont pas que de simples héros combattant leurs ennemis. Néanmoins, ce n’est pas assez. Les dessins de Brent Peeples accompagnent convenablement le tout mais il y a un manque de détails par moments. Un numéro qui passe. Ni plus, ni moins.

– The Bat

Note : 6/10

RAGMAN #6

review RAGMAN #5

Scénario : Ray FawkesDessins : Miraki Miranda, Eva de la Cruz

Si l’histoire entière n’est pas un indispensable pour les fans du personnage, la conclusion reste elle aussi dans la norme. Une conclusion somme toute assez banale d’un homme désespéré qui finira par reprendre goût à la vie en étant reconnaissant pour le cadeau qu’on lui a fait. C’est une lecture agréable, les planches sont très belles, mais honnêtement, insérer Etrigan juste pour botter les fesses d’un démon et… c’est tout, c’est assez dommage. Le récit manque à mes yeux d’ambition, peut-être parce que six numéros c’est au final assez court, mais j’aurais aimé en avoir plus. On nous livre un personnage capable de choses grandioses avec les pouvoirs qui lui sont donné mais on en a qu’un simple échantillon. Un second arc aurait été le bienvenu pour pouvoir voir le personnage évoluer avec sa nouvelle vie, ou pour le voir mis à rude épreuve.

En bref, c’était sympa, mais c’est fini, et il est temps de passer à autre chose en oubliant prochainement cette lecture qui n’est pas vraiment mémorable.

– Harley

Note : 6/10

RED HOOD AND THE OUTLAWS #20

review RED HOOD AND THE OUTLAWS #19

Scénario : Scott Lobdell
Dessins : Dexter Soy

Cette série a la particularité de vous surprendre avec de bons numéros après un certain nombre de mauvais. Et c’est le cas ici. Les dessins tout d’abord. Dexter Soy est vraiment excellent. Le numéro est très beau et les couleurs de Veronica Gandini ne font que sublimer le tout. C’est du mainstream qui mérite clairement le coup d’œil. De même, Scott Lobdell arrive à taper plutôt juste dans les dialogues, assez drôles il fait le dire, mais le scénario souffre tout de même de quelques défauts. On a toujours l’impression de faire du surplace mais d’avancer dans l’intrigue en même temps. On ne sait pas ce qui est utile à l’intrigue mais une fois arrivé à la fin on se demande réellement si l’on a avancé ou non. Parce que cette histoire de Bizarro intelligent traîne depuis longtemps, il faudrait quand même la conclure un jour.

– The BatNote : 7/10

SIDEWAYS #2

review SIDEWAYS #1

Scénario : Dan DiDio, Justin Jordan
Dessins : Kenneth Rocafort

Le premier cliffhanger de Sideways nous amenait directement à une “menace” de grande envergure (comprendre, cosmique) mais Rocafort et son équipe arrivent à tourner le tout un poil en dérision pour qu’on reste dans un ton léger. Et heureusement, parce qu’en ce moment chez DC on se prend pas mal au sérieux. Reste que certaines pistes dans cette première direction restent disséminées, et apportent un peu d’intérêt, alors que l’autre moitié du récit traîne un peu en longueur pour ce que ça raconte, avec Derek James tentant de garder secrète sa double identité coûte que coûte face à sa mère. Le dénouement n’est pas non plus bien original, mais dans l’ensemble, la lecture reste assez sympathique, et notamment parce que Rocafort se donne un peu du mal et que ça se voit. Malgré un encrage très léger qui laisse parfois trop les crayonnés s’afficher au lecteur, le dessin est propre, l’artiste remplit ses planches et se donne du mal dans son découpage sans faire trop d’extravagances, et la performance mérite d’être saluée, tant que ledit artiste reste sur le titre. Après, ce sera une autre histoire.

– ArnoKikooNote : 7/10

SUICIDE SQUAD #37

review SUICIDE SQUAD #35

Scénario: Rob WilliamsDessins : Jose Luis

Quel numéro intriguant cette semaine. Si le pitch n’était pas hyper engageant dès le début, il devient un peu plus intéressant. Le personnage de Hack reste toujours surestimé et surdimensionné, le personnage de The Wall est bien détestable comme attendu, mais on a droit à un peu d’humour ou d’héroïsme de la part d’autres personnages. Cela fait plaisir car ce numéro remonte un peu le niveau du titre qui tombait dans les chaussettes.

Bon, la suite risque de repartir dans les chaussettes avec l’alliance Waller / Flag, ou The Wall qui ne trouve toujours aucun intérêt. Mais, toujours est-il que cette fois, le niveau remonte un peu et cela est très plaisant.

– HarleyNote : 5/10

 

SUPERGIRL #19

review SUPERGIRL #18

Scénario : Vita Ayala, Steve OrlandoDessins : Jamal Campbell

Bon, nous y sommes enfin, l’introduction du fameux personnage non binaire dont nous parlions il y a quelques temps déjà. Oubliez ce que les news pouvaient laisser présager, non Lee, de son prénom, ne vole pas, et oui, le propos est assez nuancé pour ne pas tomber dans la caricature, la moralisation et la culpabilisation. Le personnage est attachant, mais le numéro use de poncifs scénaristiques vus et revus, bien que reposant sur des situations réelles. Ainsi, impossible d’éviter la brute du lycée qui terrorise les autres élèves car il ne sait pas gérer autrement ses propres problèmes familiaux. De plus, certaines réactions, notamment celles des parents, auraient mérité d’être plus nuancées, ces derniers étant convaincus littéralement en trois cases. Pour le reste, la relation Lee/Supergirl est convenablement écrite, la partie graphique est de qualité, et la conclusion quoiqu’un peu idéalisée devrait permettre aux jeunes dans cette situation de se sentir soutenus.

– BlueNote : 7/10

THE FLASH #42

review THE FLASH #40

Scénario : Joshua WilliamsonDessins : Dan Panosian

Barry et ses alliés continuent leur combat contre Grodd dans ce nouveau numéro de The Flash. Il est frustrant de voir notre héros agir d’une façon aussi égoïste, mais l’auteur a l’air de vouloir aller quelque part avec ça depuis le début de son run. Il n’empêche que la caractérisation étrange de Barry risque d’en rebuter plus d’un, tout comme les dessins de Dan Panosian pas toujours au niveau. Au contraire, les autres personnages sont bien écrits, Wally et Godspeed en tête, et le récit avance bien. Nous avons donc droit à une histoire sympathique pour le moment, en espérant que le comportement de Flash sera expliqué bientôt (probablement durant la Flash War), mais il n’y a rien de très prenant non plus.

– Sledgy7Note : 6,5/10

 

TITANS #21

review TITANS #20

Scénario : Dan AbdnettDessins : Paul Pelletier

Dan Abnett connaît son affaire. L’équipe étant séparée, on avait vu Roy Harper en solo. Mais il a merdé. Il appelle ses potes et… ça part en sucette comme on dit. C’est sans rappeler les anciennes histoires qui voyaient Roy et Dick se mettre sur la courge à l’image d’un Batman et Green Arrow qui essaient de montrer qui a la plus grosse… fléchette. Abnett profite de ce renouveau/déjà la fin d’équipe pour ressortir un classique qui fonctionne. Surtout qu’ici, tout est du point de vue de Roy et c’est assez difficile de ne pas aller dans son sens. On veut avoir envie qu’il ait raison et que la prophétie soit fausse. C’est relativement intime, l’esprit de famille est toujours fort. Même chez les méchants avec Mallah et Brain. La série devient plus proche de ce qu’on attend d’une série Titans presqu’au moment où l’équipe se sépare et qu’il n’y a plus de Titans. Ironique mais comics.
Pelletier assure une dessin comme dans ses bons jours. On n’y voit que rarement ses petits défauts comme sur les visages.

– James Edge GraysonNote : 9/10

TRINITY #19

review TITANS #20

Scénario : James RobinsonDessins : Jack Herbert

J’étais au départ très sceptique sur cet arc au demeurant très dépaysant, mais après le numéro du mois dernier, très introductif, tout est réuni pour faire une très bonne histoire à la fois sur la Trinité mais aussi sur l’univers de Skartaris. Deimos, le grand méchant se montre enfin, le twist final est suffisament bon pour tenir en haleine le lecteur, et Jack Herbert aux dessins s’en donne à coeur joie pour présenter une bataille de qualité, assez dantesque. Le boost de puissance octroyé aux trois héros ainsi que leurs versions des faits données à chaque nouvelle case permet de s’immerger dans l’action et de voir leurs personnalités s’opposer sans non plus tomber dans la caricature. Le titre Trinity qui avait grandement perdu de sa superbe regagne soudain de l’intérêt.

– BlueNote : 8,5/10

WILDSTORM : MICHAEL CRAY #6

review WILDSTORM : MICHAEL CRAY #5

Scénario : Bryan HillDessins : N. Steven Harris

Mais putain… Sans déconner… Qui va se décider à confisquer à N. Steven Harris sa boîte à crayons. C’est pas bien ce que tu fais mec, ni pour l’art, ni pour l’image du comics en général. Le pire étant que même si le scénario est d’une nullité abyssale, la séquence hallucinée aurait peut être pu donner quelque chose. La référence à Constantine est la seule récompense pour ceux qui auront le courage d’aller jusqu’au bout.

– BlueNote : Hello darkness my old friend/10

 

WONDER WOMAN #42

review WONDER WOMAN #40

Scénario : James RobinsonDessins : Jesus Merino

Sans surprise, ce numéro est mauvais, à tel point qu’on se demande pourquoi DC laisse Robinson aux manettes aussi longtemps. L’auteur ne fait aucun effort, que ce soit sur le scénario, ultra basique, ou sur l’écriture même des dialogues, paresseux au possible. Je le dis à chaque numéro, mais n’investissez pas là dedans, attendez plutôt qu’un nouvel auteur arrive sur le titre.

– MocassinNote : 2/10