On ne va pas se le cacher, le magazine Suicide Squad Rebirth est le maillon faible de l’offre presse d’Urban Comics. Seul Deathstroke se démarque réellement, et même l’apport d’un nouveau titre (JLA) ne permet pas de relancer le magazine. Y’a-t-il des gens qui le lisent encore ? Quelle serait la solution adéquate à votre avis ?

Numéro précédent : Suicide Squad Rebirth #8


Suicide Squad #14-15

Scénario : Rob WilliamsDessins : Romita Jr., Barrows

Autant écarter le pire (dans un ensemble déjà pas glorieux) en parlant des dessins de Romita Jr. qui sont on peut le dire dans le bas du panier. Les traits sont grossiers, les visages écrasés et Eddy Barrows ne peut pas toujours sauver les meubles. Du côté du récit, la surprise est terminée ou presque, où le prévisible a repris sa place. Amanda Waller est indéboulonnable, enfin surtout grâce à un tour de passe-passe voulu par Rob Williams pour faire sortir la taupe de sa tanière. Waller est un peu à l’image du Batman de Snyder dans All Star Batman : increvable, et a surtout toujours un coup d’avance, voit tout venir, et a tout prévu. Plus de place pour l’émotion, sauf peut-être sur le corps de Hack. Et la fin n’échappera pas à la règle : Amanda Waller a un plan derrière la tête, que ce soit avec Lex ou avec Zod, et ce ne sera pas prendre trop de risques que de vous dire que ça va mal se passer mais plutôt bien se finir.

Twelve – Note : 4/10


Justice League of America #3-4

Scénario : Steve OrlandoDessins : Diogenes Neves, Ivan Reis

Maintenant que les personnages et le contexte ont été correctement lancé dans les deux numéros précédents, nous voici au cœur du conflit. Ce qui est particulièrement intéressant et plaisant dans le premier numéro de ce mois, c’est que le conflit prend réellement une portée politique, tout en se mélangeant à la fantaisie des méta-humains. Orlando met également enfin à contribution la raison de la création de cette nouvelle ligue, c’est à dire un rapport plus direct avec le peuple. Dans la volonté, c’est très bien, mais cela reste relativement superficiel : l’auteur aurait gagné à allonger son arc et se plonger d’avantage dans ce conflit interne et politique. En lieu et place, nous avons de la baston, de l’exposition à foison, et une fin d’arc prévisible. Ce n’est donc pas ce mois-ci que le titre décollera. Il faut néanmoins noter que le style de l’artiste Diogenes Neves se marrie particulièrement bien avec l’ambiance recherchée par l’auteur.

Mocassin – Note : 6/10


Harley Quinn #15-16

Scénario : Amanda Conner, Jimmy PalmiottiDessins : Chris Evans (c’est pour vérifier si tu suis, toi, lecteur)

Mais qu’est-ce que je viens de lire ? Rien de bien, merci, à la prochaine. Mais sérieusement entre le focus sur les poitrines et les fesses d’Harley Quinn, d’Atlee ou de Power Girl, les vannes et les gags datés, lourdes à souhait, le trop plein de mots, les essayages dont on se fout, y a rien à retenir à part quelques planches sympatoches (et encore faut être conciliant) Que c’est faible. Dépité de ce que je viens de lire.

Twelve – Note : 3/10


Deathstroke #14-15

Scénario : Christopher PriestDessins : Carlo Pagulayan, Joe Bennett

Wow que les dessins de Carlo Pagulayan sont beaux, tellement de travail, de précision. Que ce soit dans les moments d’action ou les dialogues, alors que Joe Bennett est un peu moins convaincant. Le récit de Priest est un peu lent au début pour s’accélérer sur la fin, alors qu’on sent moindre la fin d’un arc et s’il fallait parier débouchant sur la mort d’un personnage important. Tanya Spears apporte beaucoup aux numéros et est bien prête à mettre quelques patates de forain. Tanya aka Power Girl permet d’empêcher que Slade prenne trop de place, alors que notre mercenaire favori doit revêtir un autre bandeau sur l’œil. Intéressant par ailleurs de voir que Tanya tient à Deathstroke parce qu’elle croit qu’il est en fait le héros Raptor. Toujours du plaisir, ce Deathstroke et même rien que pour la partie graphique. On continue.

Twelve – Note : 7,5/10

Moyen / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
Harley sort les crocs dans Suicide Squad ?
L'essence de la JLA mise en avant
Un écureuil volant dans Harley Quinn (Je crois que Twelve sature)
La partie graphique de Deathstroke
Tanya Spears
Les -
Les dessins de Suicide Squad et de Bennett dans Deathstroke
Un arc qui passe à côté de son potentiel pour JLA
Harley Quinn, tout simplement
Deathstroke un peu lent
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

Poster un Commentaire

Please Login to comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Subscribe  
Me notifier des