Chaque lecteur de comics ou simplement amateur de super-héros s’est un jour ou l’autre demandé pourquoi les super-héros ont tendance à porter un slip par dessus leur costume, c’est universel. Cette année semble être la bonne occasion pour revenir sur cet élément iconique puisque nous fêtons les 80 ans de Superman, ainsi que le millième numéro d’Action Comics, et par extension les 80 ans du super-héros, en général, tel qu’on le définit aujourd’hui.

Superman va-t-il retrouver son slip pour ses 80 ans ?

Pour cet anniversaire, DC Comics va tout logiquement proposer un numéro spécial d’Action Comics, ainsi qu’un volume relié. Et ce qui frappe quand on voit les couvertures effectuées par Jim Lee à cette occasion, c’est que le célèbre slip de Superman est de retour après sept ans d’absence. Une absence décidée par le même Jim Lee pour l’arrivée des New 52. Ironie quand tu nous tiens. Mais est-ce un simple hommage pour l’anniversaire ou un véritable retour ? Et bien si l’on en croit différentes couvertures publiées par la suite, et notamment celle de DC Nation #0, celle du Superman Special #1 ou encore celles de la future mini-série Man of Steel de Brian Bendis, il faut croire que l’homme d’acier va bel et bien retrouver un design plus classique.

DC Nation #0, Action Comics #1000, Superman Special #1

Et là, vous pourrez me dire : « Mocassin, c’est quoi ce nom ? Et t’es vraiment nul, Superman a son costume Reborn sur la couverture de Doomsday Clock #1, et on sait que ça se passe un an après les publications actuelles ». Déjà, je te demanderais de te calmer, mais surtout, je te dirais que ça ne confirme rien du tout. En effet, sur la couverture alternative de Doomsday Clock #3, on voyait bien Batman porter son costume Rebirth, et pourtant, dans les pages du numéro, on le voyait avec un nouveau costume, plus traditionnel si l’on veut (sans qu’il retrouve son slip pour autant, t’inquiète). Du coup, il ne serait pas surprenant qu’on retrouve bel et bien à nouveau un Superman arborant fièrement son célèbre slip, d’autant plus quand on considère les paroles de Jim Lee au SXSW de cette année : « Déjà quand nous l’avons supprimé, nous savions qu’il reviendrait ». Bonne ou mauvaise idée, c’est un vrai débat (bon après y’a des débats plus importants, je vous l’accorde), mais un débat qui ne peut être mené que si l’on connait la signification exacte du dit slip chez les super-héros.

Un symbole de puissance venu des hommes de cirque

Déjà, il faut utiliser le vocabulaire approprié. Il ne s’agit pas d’un slip, d’un boxer ou d’un caleçon, bref, de sous-vêtements, mais d’un « trunks », un terme anglais qui n’a pas vraiment d’équivalent en français (aucun rapport avec le personnage de Dragon Ball Z). Et si vous ne me croyez pas, Superman lui-même le dit à son fils Jon dans Rebirth : « Ce n’était pas un sous-vêtement Jon. C’était une partie du costume, un élément décoratif cousu avec le reste ». Le « trunks », il s’agit en fait d’un élément vestimentaire que portaient les hommes de cirques, dont les acrobates, mais surtout les culturistes. Cet élément a alors été associé à une image de force et de pouvoir, l’apparence de ces hommes de cirques étant devenue iconique, comme l’explique le célèbre auteur Grant Morrison dans son ouvrage Supergods.

Porter un slip par-dessus des collants était synonyme de grande force et endurance masculine en 1938. La cape, les bottes de performeurs, la ceinture et l’élasthanne moulant étaient dérivés des vêtements de cirque et aidait à souligner les performances de Superman et l’aspect fantaisiste de ses aventures. […] Shuster a habillé le premier super-héros comme l’exemple le plus répandu de l’idéal de l’homme fort selon sa culture, le plaçant involontairement comme la cible de milliers de blagues.

Mais quel était l’utilité de ces « trunks » ? Ceux-ci étaient en fait utilisés par soucis de pudeur. Et bah oui, avec des collants, leurs parties génitales étaient moulées. Et pourquoi les collants ? Tout simplement par soucis de mobilité, en plus de permettre de dévoiler la musculature de ces colosses. Ils pouvaient aussi être portés seuls, sans collants, comme dans la première origin-story de Batman, où Bruce Wayne porte un haltère, vêtu uniquement du « trunks », qu’on peut différencier du simple sous-vêtement par la ceinture qui y est ajoutée. Cette représentation de la puissance se trouve encore aujourd’hui, notamment à travers les catcheurs. Quoi qu’il en soit, c’est bien par Superman qu’a été inspiré le chevalier noir, ainsi que beaucoup d’autres super-héros qui ont suivis.

Pour l’homme d’acier, Joe Shuster et Jerry Siegel se seraient inspirés de Siegmund « Zishe » Breitbart, un culturiste de cirque surnommé The Superman of the Ages, qui est notamment passé dans la ville de ces deux créateurs alors qu’ils étaient enfants, ce qui les a naturellement marqués. On peut néanmoins encore remonter plus loin, Superman n’étant pas le premier héros à porter le « trunks », on pensera notamment à The Phantom. Il est cependant le premier super-héros tel qu’on le définit aujourd’hui à l’avoir porté, et surtout, popularisé. Il y est associé pour le meilleur et pour le pire.

Une solution aux contraintes d’impression de l’époque

Au-delà de cette inspiration, la présence de cet élément stylistique se justifie également par des contraintes d’impression. En effet, dans les années 30 et 40 l’impression de comics s’effectuait sous deux formes : en noir et blanc ou en quatre couleurs. Puisque le but était de produire ces comics à un moindre coût, les éditeurs utilisaient un papier de mauvaise qualité et des méthodes d’impression rapides et peu chères. Comme l’impression en couleur était coûteuse et demandait que l’encre soit appliquée en quatre étapes séparées, une pour chaque couleur, ce processus était réservé uniquement à la page de couverture. Les machines devaient ainsi fonctionner à un rythme intensif pour produire le plus de comics possible, ce qui les déréglaient régulièrement. C’est pour cette raison que les couleurs des comics de cette époque débordent des lignes. Pour compenser ces imperfections mineures, les dessins étaient délimités par des lignes nettes tracées dans un noir épais, et soit on utilisait la technique du pointillisme, soit on utilisait des couleurs unies, ce qui était la meilleure méthode. Néanmoins, elle limitait les designs des personnages et forçait les artistes à trouver des manières inventives pour se différencier.

Pour faire forte impression, les créateurs mettaient alors l’emphase sur les traits masculins et féminins afin de rendre les personnages plus vrais que nature, hors du commun. Des variations de couleurs étaient donc effectuées à la taille, à l’aine, aux pieds, aux mains et à la poitrine, ce qui permettait de faire ressortir certains attributs. Que le personnage soit près ou loin dans la case, le trunks devint alors une bonne façon de délimiter l’aine des jambes, ainsi que de mettre en évidence la zone du pelvis, symbole de puissance masculine. Si les comics avaient spécifiquement délimité le « paquet » des héros, cela aurait pu offenser le public des années 40. Et oui, mieux vaut prévenir que guérir (manque de chance, les gens ont quand même trouvé un moyen de créer un scandale). Ainsi, même les personnages qui n’en portent pas ou qui ne sont que d’une seule couleur ont le pelvis délimité pour que leurs membres soient facilement identifiables. Aujourd’hui, Les techniques d’impressions ont évolué, les trunks tendent à disparaître, mais on peut toujours constater une certain délimitation du pelvis, preuve que l’impression de mouvement reste plus facile à reproduire en distinguant les différents membres. L’artiste Jason Fabok, habitué à avoir dessiné Superman durant les New 52, a d’ailleurs lui-même affirmé qu’il était plus facile de dessiner l’homme d’acier avec son trunks.

Le slip, qui n’en est en fait pas un, est comme nous l’avons vu un élément qui s’inscrit dans une représentation et des contraintes passées. Dès lors, il serait facile de condamner le trunks en jugeant qu’il n’est plus adapté à notre époque. Mais dans ce cas, comment déterminer quel élément iconique est effaçable ? Ce dilemme ne se prononce pourtant pas réellement quand on en vient à d’autres héros, comme Batman, dont le trunks a été supprimé sans problème. Superman est cependant un cas bien particulier : en plus d’être le premier super-héros à l’avoir porté, il est celui à qui cet élément est immédiatement associé. Quand on pense Superman, on pense en premier lieu à sa version traditionnelle vêtue du trunks. Si les valeurs de Superman, aussi datées puissent-elles être, restent inchangées de par leur valeur universelle et intemporelle, pourquoi ne pourrait pas l’être son apparence ? Cette apparence ne serait-elle pas le reflet d’un idéal qui traverse les générations, immuable et pour lequel se battra éternellement l’homme de demain ?

27
Poster un Commentaire

Please Login to comment
14 Comment threads
13 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
16 Comment authors
MartianlegacysporniketZurAlDan DidioHailMartha Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Subscribe  
plus récents plus anciens
Me notifier des
stingrayfell
stingrayfell

Oui mais de nos jours où les super héros veulent se rapprocher de la réalité, voir Superman porter son slip ou son trunk par dessus ses collant c’est ridicule. Surtout que les comics sont un reflet de leur époque donc là où sa passe en 1938 ou même jusqu’à la fin des années 70, ça ne passe plus de nos jours. De moins point de vu, les trunks sur les costumes des super héros DC auraient dû disparaître au moment du reboot de 86.

Gordon_Freeman
Gordon_Freeman

Personnellement je suis vraiment pas fan (le costume des new 52 me manque tellement…) mais après ils font ce qu’ils veulent, si ça plait au plus grand nombre c’est le mieux à faire

Sh@dow
Sh@dow

Superman et son slip, ça fait tellement l’homme d’hier ! Un peu dommage quand on prétend être l’homme de demain.

Mroneill
Mroneill

Merci pour cette article tres intéressent.

Thaal Warden
Thaal Warden

Article très intéressant ! J’ai appris pas mal de choses :-D

AdiFanart
AdiFanart

Merci pour l’article. Je fais partie de ceux qui ne regrettent pas le trunks. Bien qu’eternel, Superman s’est erodé avec le temps. Contrairement a la cape ou au logo, le trunks evoque peut etre la force virile mais est aussi source intarissable de moqueries. Dans la balance, le calecon est l’element le plus effacable de tous.

Reptile
Reptile

Bien vu pour l’article! Pour ma part, honnêtement je crois que ça m’est complétement égal avec ou sans…

Je ne suis même pas sûr que j’y aurais prêter attention si je n’avais jamais entendus toutes les blagues..

Grudash
Grudash

Aucun rapport avec le personnage de Dragon Ball ? Pourtant, son nom Trunks est bien une référence à ce sous-vêtement, étant donné que tout les personnages de la famille de Bulma (qui est une culotte bouffante pour le coup) portent des noms de sous-vêtements. Ca a donc bien un rapport avec le caleçon.

HailMartha
HailMartha

Merci pour l’article très intéressant^^

Ce qui est dit à la fin est bien pourquoi j’aime bien la tenue avec le slip. C’est tellement iconique que n’importe qui peut reconnaitre le costume de Superman.

Tu peux donner des crayons à un gamin de 4 ans ou une personne de 90 ans, même si il ne sait pas dessiner, il te met du bleu avec un S rouge, du rouge en bas puis encore du bleu et tu reconnais directement Superman

… Bon, c’est confus ce que j’explique mais ce que j’essaye de dire, c’est que la bonne chose avec ce costume, c’est qu’on peut facilement le reconnaitre et le dessiner ce qui je trouve va plutôt avec le personnage, montrant que tout le monde peut se l’approprier tout comme ses idéaux

Dan Didio

Purée, super article ! Et bonne idée que d’aller chercher dans Supergods ! T’as le droit de recommencer. #DCPRebirth

ZurAl
ZurAl

Superman est mon héros que je préfère par dessus tout les autres, inexplicable.. Je le suis depuis tout petit, c’est à dire que je l’ai d’abord connu avec le trunks, mais même comme ça je trouve clairement que sans il a beaucoup plus de classe et fais plus crédible face aux vilains qu’il affronte.

sporniket

Sur le plan pratique, le slip extérieur permet de bien maintenir le legging en place, astuce de ma copine piquée à une de ses collègues.

Martianlegacy

Merci beaucoup pour ces informations. Moi qui aimais le slip, j’aime encore plus le trunk ! :)
Et je ne suis pas un vieux de la vieille frappé de nostalgie, je lis des comics depuis 3 ans.
Ces symboles et références enrichissent le personnages autant que notre culture, en voilà exactement une démonstration, là où des designs modernes risquent parfois de l’appauvrir, s’ils n’ont l’intention que de rendre plus  »acceptable »,  »standard d’aujourd’hui » le personnage.
J’aime comprendre le personnage en comprenant ses origines, ses auteurs premiers, autant que tout ceux qui l’ont écris plus récemment. J’aime un Superman culturiste, un Batman pulp et une Wonder Woman sans armure badass, car c’est une ambassadrice de la paix pas de la guerre.
Uban, je veux plus de Golden Age ! DC, n’oubliez pas le trunk ;)

trackback

[…] le retour de Superman à un certain classicisme avec le retour du trunks (dont on vous dit tout ici), il fallait s’attendre à voir cette vague toucher d’autres héros. Ce sera le cas de […]