Le Coup de Cœur

    EXIT STAGE LEFT: THE SNAGGLEPUSS CHRONICLES #2

Le Top

GREEN ARROW #37

Le Flop

BANE : CONQUEST #9

C’est les revos, vous connaissez la chanson, lisez, partagez votre avis. C’est tout.
PS : Cette semaine est plus que moyenne.

 BEYOND DC UNIVERSE

GOTHAM CITY GARAGE #23

review INJUSTICE 2 #13

Scénario : Collin Kelly, Jackson LanzingDessins : Brian Ching, Kelly Fitzpatrick

La guerre est là. Les équipes sont là pour s’affronter suite au sacrifice de Mercy alias Catwoman. Ce numéro est clairement le plus rythmé depuis le début de la série et chaque personnage développé à droit à son moment d’héroïsme. Maintenant, le tout se recentre quand même sur les deux soeurs avec chacune qui se retrouve face à son propre ennemi. Pour une fois, l’action prend le pas sur le fond de l’histoire puisqu’il s’agit de l’affrontement que l’on attendait et qui ne propose pas vraiment de grande surprise si ce n’est un twist un peu gros mais pas non plus très surprenant. Je reste donc en attente du prochain numéro pour le développement de Barbara, mais le reste, je suis pas si enjouée que prévu.

– HarleyNote : 5/10

 

DASTARDLY AND MUTTLEY #6

review INJUSTICE 2 #13

Scénario : Garth EnnisDessins : Alain Mauricet

Dernier numéro pour le titre Hanna-Barbera Dastardly & Muttley. Cette fois-ci, pas de détour, on a bel et bien un numéro qui plonge vers sa fin et celle de War Pig One. Entre volonté de sacrifice et de survie, la situation donnée est légèrement amusante, mais tout de même assez artificielle. Non pas que le propos n’est pas cohérent, mais il donne surtout l’impression d’être là simplement pour appuyer la fin, le sentiment de catastrophe. Mais on en revient au constat habituel : avec un rythme de parution mensuel, difficile d’accrocher comme il se doit au récit. La publication en format relié devrait ainsi lui profiter. Au-delà de ça, on retrouve quand même l’aspect cartoon assumé, avec quelques idées de dessin intéressantes, et surtout une fin assez bien trouvée, faisant le pont avec ce que l’on connait habituellement de Dastardly & Muttley.

– MocassinNote : 6/10

 

INJUSTICE 2 #44

review INJUSTICE 2 #13

Scénario : Tom TaylorDessins : Bruno Remondo

Quelques bonnes idées pour un numéro au final plutôt plat. L’attaque des androïdes de Ras a commencé et nos héros vont progressivement se préparer à partir au front. Malheureusement, ces vingts planches de transition n’ont rien de plus à proposer à l’exception d’un Superboy se prenant pour Docteur Manhattan. En effet, bien qu’on pourra relever une partie graphique agréable à l’oeil, quoi que le trait de Remondo puisse rendre assez mal lorsque l’encrage n’est que peu prononcé, Tom Taylor se contente seulement de présenter sa galerie de personnages. Ainsi, la tension et l’émotion mettent du temps à s’installer, et seul le final réussit à créer une attente pour la suite. Néanmoins, il est bon de voir le duo Dina/Oliver mis en avant, ces derniers étant généralement relayés au second plan en cas d’affrontement.

– Blue

Note : 5,5/10

 

THE JETSONS #4

review INJUSTICE 2 #13

Scénario : Jimmy PalmiottiDessins : Pier Brito

Les Jetsons ont clairement raté leur arrivée en comics. Le potentiel est présent, encore une fois, et comme depuis quatre numéros, Palmiotti nourrit les espoirs avec cette fois-ci le thème de la nature humaine dans un dialogue ouvrant ce numéro. Dialogue qui permettait de fermer les yeux sur les problèmes de décors absents, jusqu’à la dernière case amenant ce thème de la nature humaine et son impact sur la planète, le tout dans une situation où l’homme a oublié ses actions passées. La tension monte, et comme attendu, le tout est brisé par un humour mal venu brisant la tonalité dramatique, bien plus en rapport avec l’histoire racontée. Puisque le drame est le genre définissant le sujet principal du titre, le scénario ne fait que tanguer dans extrême à un autre, vacillant entre le pathétique (par histoires de coeur et fatalités exagérées) et un humour n’ayant d’autre intérêt que celui de rallonger le récit pour tenir sur six numéros. Or, nous tournons en rond depuis bien longtemps, et il serait enfin temps d’agir. Pier Brito est à bout. Pas une seule émotion ne se dégage de ses planches. Les regards sont vides, les décors absents, et même le cliffhanger ne parvient pas à permettre de relativiser sur le futur de la série. C’est bien dommage, mais les Jetsons n’ont pas l’air d’avoir d’avenir en comics pour le moment.

– Watchful

Note : 3/10

 

BOMBSHELLS UNITED #25

review INJUSTICE 2 #13

Scénario : Marguerite BennettDessins : Sandy Jarrell

L’arc avec Batwoman, Montoya et Black Adam étant fini, nous voici plonger dans un nouvel arc concernant les Batgirls. Si vous ne suivez pas, sachez que les Batgirls regroupent un peu toutes les jeunes héroïnes en passant de Felicity à Harper Row (oui oui) ou encore Alysia. Cette fois, les jeunes femmes doivent affronter leurs amis victimes d’un délicieux son avant de se lancer en guerre contre Black Canary. Pour l’instant le pitch reste bien mystérieux mais le développement des Batgirls semble tout à fait intéressant avec chaque jeune femme capable d’apporter sa pierre à l’édifice.

– Harley

Note : 6/10

 

EXIT STAGE LEFT: THE SNAGGLEPUSS CHRONICLES #2

review INJUSTICE 2 #13

Scénario : Mark RusselDessins : Mike Feehan, Mark Morales, Paul Mounts

Les aventures de Snagglepuss continuent et bien qu’il essaie de faire au mieux dans la vie de ses proches, il se retrouve en position compromettante. Le scénario reste toujours bien écrit et le côté à la fois politique et théâtral se marie bien aux personnages développés. Les planches sont toujours aussi belles et permettent l’attachement aux personnages. Ce titre fait partie des titres qui manquent cruellement d’exposition à côté de la ligne Rebirth omniprésente et c’est bien dommage. C’est un réel plaisir à lire, avec des personnages forts et des situations qui dénoncent des problèmes sociaux actuels.  

– Harley

Note : 8/10


DC UNIVERSE

BANE: CONQUEST #9

Scénario : Chcuk DixonDessins : Graham Nolan

Dans ce neuvième numéro de la série la plus fade du moment, Bane va composer une équipe pour frapper le culte Kobra. Quand une page suffit à recruter une personne, vous vous doutez bien que les dialogues sont du niveau d’un collégien (avec en prime la sempiternelle phrase en français mal traduite), mais les dessins et le découpage sont également aussi ennuyants. Bane : Conquest n’a donc toujours pas d’intérêt et je ne comprends pas ce qui pousse DC Comics à vouloir sortir des mini-séries sur des personnages secondaires écrits ou dessinés par leur(s) créateur(s), surtout vu les résultats critiques et financiers peu élevés. Il vaudrait mieux laisser sa chance à de nouvelles équipes qui ont encore des choses à dire ou peuvent réinventer les personnages, ainsi on pourrait au moins espérer une bonne surprise de temps en temps.

– Sledgy7

Note : 3/10

BATMAN #40

review BATMAN #26

Scénario : Tom King Dessins : Joëlle Jones

Caricatural, pas très bien écrit et jolis dessins. Voilà ce à quoi on pourrait résumer ce numéro finalement assez ridicule. Le message que veut faire passer le scénariste est mal amené. Le principe de l’histoire en elle-même est assez ridicule. En résulte certaines caractérisations qui sont ratées. De plus, ça commence à devenir vraiment long cette histoire Batman/Catwoman. Il n’empêche que les dessins de Jones sont très beaux comme d’habitude et on espère que la dessinatrice restera dans les parages du titre.

– The Bat

Note : 4/10

BATMAN: WHITE KNIGHT #5

review BATMAN #26

Scénario : Sean MurphyDessins : Sean Murphy, Matt Hollingsworth

Ce cinquième numéro de Batman: White Knight nous propose de plonger dans la relation entre le Joker devenu Jack et Batman. On y revient d’abord en explorant la colère de Batman, puis leur histoire avec Harley Quinn (l’originale). C’est intéressant bien que la Neo-Joker me gonfle toujours autant. Comment transformer une femme perdue qui ne sert à rien en big bad aux plans encore plus ambitieux que le Joker lui même ? En demandant à Sean Murphy.

C’est dommage car tout le reste est très intéressant et il y aurait eu beaucoup plus à gagner en développant cette partie via un autre personnage. Je pense que Sean Murphy veut nous amener à un point bien précis, mais pour l’instant, je reste sceptique.

– Harley

Note : 6/10

 

BLACK LIGHTNING: COLD, DEAD HANDS #4

review BATMAN #26

Scénario : Tony IsabellaDessins : Clayton Henry, Yvel Guichet

Six numéros pour une histoire comme celle-ci c’est un peu juste. Mon principal reproche étant que l’aspect Black Lightning prenant une place énorme dans le récit, il ne reste plus rien du Jefferson Pierce professeur. Ce petit côté slice of life, dont on a déjà eu un aperçu, qui peut vraiment rendre l’œuvre plus vraisemblable, les personnages plus intéressants, l’action plus prenante. Une action qui dans ce numéro est omniprésente. C’est dommage, car on passe à côté d’un potentiel qui se retrouve inexploité. La série reste sympathique mais pourrait être meilleure. De plus, les illustrations réussies améliorent le récit mais bon… En fait, on pourrait globalement résumer la mini-série à tout ce qui est souligné.

-The Bat

Note : 6,5/10

DEATHSTROKE #28

review BATMAN #26

Scénario : Christopher PriestDessins : Diogenes Neves

Que se passe-t-il lorsque deux des meilleures séries Rebirth se rencontrent ? Eh bien une cover bien trompeuse ! En effet, Super-Man ne joue ici qu’un rôle très mineur, même si l’on peut se douter d’une importance grandissante dans les prochains numéros. On se recentre sur une intrigue qui a été délaissée lors de la fin de Defiance : Rose/Willow. On comprend mieux cette partie de l’histoire et Deathstroke a décidé de s’en mêler, avec un Slade qui est toujours en proie aux questionnements qui le poussent de plus en plus vers un retour à l’assassin qu’il était. Franchement, je ne sais pas quoi dire de ce numéro. Il ne se passe pas grand chose pour que l’on puisse rebondir dessus mais en même temps on a une bonne avancée. Un numéro qui fait le taf. Sans plus. Tant au niveau du scénario que des dessins, avec une narration plus linéaire que d’habitude. J’attends davantage de ce titre.

– The Bat

Note : 6/10

GREEN ARROW #37

review BATMAN #26

Scénario : Ben PercyDessins : Juan Ferreyra

C’est bientôt la fin du run de Percy et Ferreyra sur Green Arrow et il est temps pour notre héros d’en terminer avec le Ninth Circle dans ce trente-septième numéro. Oliver étant finalement peu actif, l’auteur donne les bons rôles à ses multiples personnages secondaires, qui est une des véritables forces de leur récit. Seule son avocate a une scène bien étrange qui aura sûrement son utilité dans le prochain numéro, mais sinon tous les arcs narratifs se bouclent, et c’est vraiment très plaisant à lire. Tout sonne juste, les dialogues sont inspirés et tous les protagonistes ont accompli une certaine évolution. C’est donc une fin très satisfaisante pour la plupart des arcs narratifs de l’histoire, et Ferreyra est toujours aussi impressionnant dans ses dessins, ses couleurs et son découpage. Cependant, il leur reste un ultime numéro à écrire pour boucler leur passage mémorable sur Green Arrow, et on savoure encore plus leur travail en sachant cela.

– Sledgy7Note : 8,5/10

GREEN LANTERNS #40

review CYBORG #14

Scénario : Tim SeeleyDessins : Barnaby Bagenda

Au détour d’un fait d’héroïsme inspirant, les Green Lanterns se retrouvent à enquêter sur la disparition mystérieuse de plusieurs super-héros de petite zone (façon échelle locale), dont le point commun est d’être tous inscrits sur l’application Caper, copie de Tinder pour personnages en costumes et capes. Tim Seeley s’amuse avec cette enquête et poursuit son portrait (plus ou moins juste) de notre société au travers du regard de Jessica et Simon. L’histoire se révèle plutôt entraînante et propose un caméo de qualité et d’autant plus sympathique pour l’artiste concerné (puisqu’il a officié sur les personnages de ce caméo). Et puisqu’on parle de lui, Barnaby Bagenda déçoit ici dans une approche de son dessin bien plus classique – et plus en raccord avec les autres artistes présents sur la série, mais qui fait défaut avec des visages approximatifs et des planches qui n’envoient pas vraiment du rêve. Reste que les fans de Green Lanterns y trouveront sûrement leur compte, bien qu’on puisse déplorer que le duo ne soit pas emmené dans des aventures un peu plus poussées.

– ArnoKikoo

Note : 6,5/10

 

 

HARLEY & IVY MEET BETTY & VERONICA #5

review CYBORG #14

Scénario : Mark Andreyko, Paul DiniDessins : Laura Braga

On se rapproche de la fin pour cette mini-série crossover entre DC et Archie Comics. Même si le tout est plus lisible, le fond reste assez plat. Les héroïnes de Riverdale qui pensent pouvoir avoir le dessus sur les héroïnes de DC. Les plans téléphonés de manipulation de riches. Une Harley Quinn totalement inutile. Bref, je n’adhère toujours pas.

– Harley

Note : 3/10

HARLEY QUINN #37

review GREEN ARROW #26

Scénario : Frank TieriDessins : Mirka Andolfo, Alex Sinclair

Vous vous souvenez quand j’ai dit pour les deux derniers numéros que c’était plaisant de retrouver un semblant de sérieux ? Et bien oubliez tout.

Le Penguin veut sa revanche, en employant tous les vilains disponibles, pendant que Harley vend ses services pour botter des fesses et jouer au super-héros. Le tout avec en prime la mafia qui se fait grignoter par des manchots géants? Honnêtement, j’ai failli abandonner la lecture au coup des manchots. Mais bon, on verra bien la suite…

– Harley

Note : 3/10

JUSTICE LEAGUE #38

review GREEN LANTERNS #26

Scénario : Christopher Priest
Dessins : Marco Santucci

Le titre continue doucement son chemin et se révèle toujours aussi bon. Priest a vraiment décidé d’axer son arc, voire même son run, sur les relations entre les membres de la JL, jusqu’à aboutir sur un cliffhanger des plus prometteurs pour l’un des membres de l’équipe ! Très bavard, le numéro de cette semaine revient en partie sur les évènements du précédent numéro mais établit une petite pause au niveau de l’histoire principale, histoire de se recentrer. Très bien écrit, avec des dessins plus que satisfaisants, Justice League est devenue une véritable réussite.

– The Bat

Note : 9/10

NIGHTWING #38

review JUSTICE LEAGUE #24

Scénario : Sam HumphriesDessins :Bernard Chang

Nightwing s’enfonce de plus en plus pour atteindre le Juge. Allant jusqu’à donner de sa personne. Alors oui l’idée paraît comme exagérée mais en réalité ça tombe sous le sens puisque Dick est un showman. Bon c’est anecdotique et assez drôle.
Le reste c’est le destin de Guppy qui est assez tragique et c’est bien amené tout du long. Quant au Juge, il se dévoile pleinement et montre clairement que Nightwing est bien dans la mouise. Cliffhanger à l’appui.
Les dessins, faut aimer le style mais je reconnais que l’artiste reste doué avec l’encrage et la mise en couleur qui sont du plus bel effet.
On veut savoir comment ça va continuer.

– James Edge Grayson

Note : 8/10

SUPERMAN #40

review NIGHTWING #24

Scénario : James RobinsonDessins : Doug Mahnke

Superman reprend avec un nouvel arc, marqué par le retour de James Robison sur le personnages depuis un bon nombre d’années. Un retour loin d’être glorieux. Le numéro se divise en deux parties, dont la première consistera à remplir autant que possible les pages destinées à la vente de dialogues sans intérêts. Le souci majeur étant Jon. James Robinson ne semble pas savoir comment saisir le personnage, et encore moins l’écrire. Plutôt que de lui approprier un caractère inapproprié, James Robinson le fait apparaître comme un enfant lambda à partir de clichés justement, inappropriés. Non pas que Jon ne soit un enfant, il est le fils de Superman. Il a connaissance de valeurs, et il réside chez lui une certaine dualité au delà du “jeu” de super-héros entre son identité d’enfant et son symbole familial. La seconde partie poursuit le remplissage à partir de scènes d’actions. Doug Mahnke ne sauve rien du numéro, au contraire. L’artiste est en roue libre, et il y avait bien longtemps qu’il ne nous avait pas été donné de le voir à un niveau aussi bas. Les décors sont portés disparus, Jon ressemble, dans les premières pages, à un véritable junkie complètement gelé, et la majorité des planches ressemble à un travail inabouti de l’artiste. Un effort est réalisé sur le final, mais rien ne valant le détour.

– Watchful

Note : 3/10

YOUNG MONSTERS IN LOVE #1

review NIGHTWING #24

Scénario : Kyle Higgins, Mairghread Scott, Paul Dini, Steve Orlando, Phil Hester, Tim Seeley, et autresDessins : Kelley Jones, Bryan Hitch, Guillem March, Nic Klein, Mirko Colak, Giuseppe Camuncoli, et autres

Ce numéro spécial pour la Saint-Valentin tombe à pique avec un pitch des plus originaux. Contrairement à la couverture, le numéro s’avère généralement plus subtile. Bien plus que la relation amoureuse, il s’agit bien plus du sentiment. Dans sa forme, ce numéro spécial peut repousser, puisqu’il est constitué de nombreuses histoires (très) courtes. Certaines relations sont concrètes et fortes comme celle entre The Brain et Mallah, ou Kirk Langstorm et sa femme. On saluera le récit de Paul Dini en particulier avec un thème de l’amour bien particulier, qui prend une distance avec le réel pour élever plus encore le sentiment réaliste entre Deadman et l’enfant. Tout comme on salue l’histoire de Mark Russell sur Swamp Thing, une véritable pépite qui donne envie de voir ce que le scénariste pourrait apporter au personnage dans un titre lui étant consacré. Ceci dit, le numéro n’est pas uniquement composé de belles histoires. Si l’écriture est au pire acceptable, elle est souvent forte en émotion. En revanche, le plan de l’illustration pose problème chez certains artistes. On passe de la claque graphique avec Guillem March ou Frazer Irving, comme on arrive à une surprenante déception face aux planches de Bryan Hitch. En somme, ce numéro est globalement bon,voir très bon. Cependant, des histoires brèves valent-elles le coût des 9.99$ demandés ? Sachez du moins que vous ne serez pas déçu, si le prix vous semble raisonnable. Et puis, ce n’est pas tous les jours qu’il nous est donné de lire une histoire du Creature Commandos.

– Watchful

Note : 7/10