J’ai vécu en huit jours deux gros événements qui ont secoué la sphère BD cette semaine en France. Le Festival International de la Bande Dessinée à Angoulême et le Paris Manga Sci-Fi Show. Quel rapport avec le comics, me direz vous ? Bien que minoritaire dans ces événements, il y avait aussi sa place ! Et en plus j’y étais accompagné par James Edge Grayson, que j’ai vu se transformer en midinette.

Tout d’abord, avant de vous faire un reporting plus complet, un constat s’impose, le public y est diamétralement opposé. Angoulême peut, en effet, se réapproprier cette devise du Journal de Tintin: « De sept à soixante-dix sept ans ». Tous les âges y sont présents, tous ? Non, car un âge résiste encore et toujours au festival ! Les ados malgré la présence de grands noms du manga se sont faits plutôt rares. Ados par contre ultra majoritaires au Paris Manga. Alors, oui, pour moi ces deux conventions séparées d’une semaine auront été le choc des générations.

Festival International de la Bande Dessinée à Angoulême

Paris Manga & Sci-Fi Show 2018

45ème Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême

J’étais arrivé tôt ce matin là à Angoulême, la faute  à une avarice qui m’avait fait préféré le bon plan d’un TGV partant à 6h du matin. Néanmoins cela me laissa le temps de fureter dans la charmante ville, dont mes à prioris avaient fait un gros village pas très dynamique. La première surprise fut donc le charme des rues, de cette ville qui semble bouger et qui semble s’être développée autour du 9ème art et de son festival annuel.

L'Humeur du Lundi #62 - Lost in Generations - Une semaine entre Angoulême et Paris Manga Sci-Fi Show 1
Les toilettes du petit centre commercial sont dans le thème

De toute façon pour rallier les différents sites du festival, vous serez obligés de marcher dans les rues de la villes, sortes de palais des festivals à ciel ouvert. Les différents sites, étant pour la plupart de grandes tentes. Grandes mais pas tant que ça, celle contenant les principaux éditeurs et celle dédiée aux mangas s’avérant aux proportions assez limitées pour l’affluence du samedi.

L'Humeur du Lundi #62 - Lost in Generations - Une semaine entre Angoulême et Paris Manga Sci-Fi Show 2
Un stand à l’entrée de la tente où se trouvait Urban Comics

Comme je le disais, le public était assez familial. Des parents s’organisant avec leurs enfants pour avoir le maximum de dédicaces (dédicaces souvent conditionnées à l’achat d’un album), même si parfois les gens ne semblaient pas avoir la moindre idée de qui était l’artiste devant eux. Et il y avait les enragés, souvent des personnes d’une cinquantaine d’années, organisés et maîtrisant les ficelles et les codes de l’événement. D’ailleurs j’avais vu sur Internet ces vidéos de ces personnes d’un âge où logiquement la sagesse vient aux gnas, courir et se piétiner pour être les premiers à attendre des dédicaces sans trop y croire, mais croyez moi, je l’ai vu de mes propres yeux et c’est assez déconcertant. Courses inutiles à mon sens puisque les horaires de dédicaces étaient suffisamment étendus pour permettre à tout un chacun de repartir avec son « précieux ». D’ailleurs chapeaux aux artistes, qui, le plus souvent encaissent ces longues séances de dédicaces avec sourire et bienveillance, malgré la probable difficulté de l’exercice….

L'Humeur du Lundi #62 - Lost in Generations - Une semaine entre Angoulême et Paris Manga Sci-Fi Show 3
Mikel Janin en plein dédicace

Pour ce qui est du comics, tous les acteurs étaient présents par stand (sauf Bliss probablement trop modeste pour absorber les coûts de l’opération, à noter qu’il y avait quand même Matt Kindt sur un autre stand, et qu’ils étaient visiblement associés). Je me suis évidement focalisé sur le stand d’Urban Comics, intéressé que j’étais par la présence de Mikel Janin, un des meilleurs artiste actuels en contrat avec DC et qui s’illustre brillamment sur la superbe série Batman (signant la couverture mise à l’honneur sur le troisième tome de Batman Rebirth chez Urban, qui à mon sens est une des meilleures de ces derniers mois). L’orientation très peu portée sur les comics de l’événement avait une conséquence assez heureuse sur la file d’attente, la réduisant fortement. Dix dessins étaient à gagner sur la séance, il y eu donc un tirage au sort de petits papiers griffonnés placés dans un sac en plastique. Bref sur une trentaine de personnes présentes, j’ai eu l’insigne honneur d’être tiré au sort pour avoir un superbe dessin de Bane sur mon exemplaire de Batman Rebirth tome 2. J’étais évidement heureux et la sympathie de la personne n’avait d’égal que son applications sur les dessins.

L'Humeur du Lundi #62 - Lost in Generations - Une semaine entre Angoulême et Paris Manga Sci-Fi Show 4
La dédicace de Mikel Janin pour Darthfry

A signaler que nous avons eu une entrevue d’une demi heure avec lui, l’après-midi même, dont vous aurez la primeur sur le site, permettant de confirmer le coté sympathique, mais aussi ultra modeste du bonhomme. Cela m’a aussi permit d’assister à la rencontre de Mikel Janin et de son fan boy numéro un depuis Grayson, à savoir James Edge Grayson. rencontre émouvante gratifié d’un hug entre les deux hommes….

L'Humeur du Lundi #62 - Lost in Generations - Une semaine entre Angoulême et Paris Manga Sci-Fi Show 5
Mikel Janin dessine une Zatanna pour un fan hispanophone pendant que James Edge Grayson attend son tour en checkant ses notifications

Pour le reste, j’ai pour ma part surtout fait la queue pour deux autres dédicaces dont la responsabilité m’avait été confiée de les obtenir par mes enfants, me permettant de découvrir un autre sympathique artiste et un autre plus connu mais aussi plus… disons détendu… Néanmoins je nuancerai cette apparente décontraction par la difficulté de l’exercice, encore une fois, et la longueur des horaires de dédicaces qu’il avait ce jour là, ne lui laissant qu’une heure de pause pour se restaurer, entre deux longues séances… Quand on sait, et la presse s’en est fait écho pendant le festival, les difficiles conditions financières imposés à ces artistes, je trouve d’autant plus admirable leur dévotion envers leur public dans ces événements.

Un premier festival d’Angoulême, qui m’a donné l’envie d’y retourner l’année prochaine plus longuement et mieux préparé, car pour bien profiter d’une convention, il ya deux choses: connaitre l’événement (donc y avoir fait une première fois un peu médiocre pour se familiariser) et une préparation frisant le militaire. Le seul bémol que j’ai déjà soulevé est l’exiguïté des lieux entraînant une forte chaleur, en particulier dans les files d’attentes pour les dédicaces et donc pour votre serviteur frôlant le quintal une forte sudation malgré le fait de n’être qu’en tee-shirt. Cependant, restez attentifs, le thème de l’année prochaine n’est autre que la Bande Dessinée Américaine, c’est à dire le Comics du 24 au 27 janvier 2019.