Le magasine Justice League Rebirth reprend une publication quasi-normale après le crossover Justice League vs Suicide Squad. Comment le titre mère se porte-t-il à la suite de cet événement ? Les autres poursuivent-ils sur leur lancée habituelle ? Découvrons cela de suite.

Numéro précédent : Justice League Rebirth #7


Justice League #14

Scénario : Bryan HitchDessins : Bryan Hitch

Le titre Justice League reprend son cours normal après le crossover avec la Suicide Squad. Bryan Hitch, à l’écriture comme aux dessins (vraiment pas fous, sinon moches) nous livre ici un numéro de transition qui aura pour but de faire un point sur l’état de la ligue. Cela est plus que bienvenue, celle-ci n’ayant jamais vraiment pris le temps de se poser pour discuter de ses nouveaux membres et de sa certaine dysfonctionnalité. L’auteur ne fait pas de miracle, ses dialogues restent assez artificiels, tout du moins dans leur amorce, mais les propos tenus sont intéressants et pertinents, en plus de ne pas hésiter à piocher dans l’historique pré-New 52 de ce Superman. Malheureusement, Hitch ressent comme à son habitude le besoin de faire peser une menace cataclysmique sur la Terre, ce qui est lassant et absolument pas nécessaire, d’autant plus ici. L’auteur semble en avoir confiance si l’on en croit son texte, il reste donc à espérer que cette abondance de menaces de grande ampleur sera traitée ultérieurement.

Mocassin – Note : 5/10


Action Comics #970-972

Scénario : Dan JurgensDessins : Patch Zircher, Stephen Segovia

Urban met les bouchées doubles en livrant non pas deux mais trois numéros d’Action Comics : les trois derniers de l’arc Men of Steel. Dan Jurgens reste en forme sur ces trois numéros, qui sont à la fois divertissants et intéressants, en plus d’être assez bien dessinés. On y suit bien évidemment toujours la question morale qui porte l’arc, mais dans un traitement qui se fait assez répétitif à la longue. En effet, bien que Superman soit correctement caractérisé tout en le faisant se questionner, la question n’est malheureusement pas assez poussée et on se retrouve ainsi coincer dans la réflexion habituelle. Il aurait été pertinent et plus intéressant de creuser une idée de relativité du temps, puisque le jugement précoce de Luthor y est lié. Cela dit, la dynamique entre les deux personnages se trouve par ce biais joliment explorée, mêlant conflit, doute et admiration pour arriver à un beau final qui donne le sentiment de faire avancer les choses. Cette fin d’arc est aussi une jolie occasion de montrer que Superman ne se limite pas à ses pouvoirs : l’intention est appréciable et l’exécution maîtrisée. Finalement, Jurgens se projette aussi dans le futur en poursuivant légèrement l’intrigue Clark Kent, ainsi que d’autres arcs à venir. Le futur de Superman semble décidément riche et passionnant.

Mocassin – Note 8/10


The Flash #14-15

Scénario : Joshua WilliamsonDessinsCarmine Di Giandomenico

Ah ouais pas mal ! Vous aimiez Flash début New 52 ? Et bien on retrouve ça. D’abord on a l’enquête de Flash ensuite l’affrontement et si on suit bien, on comprend où le scénariste veut en venir et nous mener. C’est donc rondement mené ! Chaque personnage a son petit moment, que ce soient les Lascars ou Flash. Voire même les autres personnages secondaires. Rien n’est là par hasard. Même le détail sur Wally.

En plus de ça, vous le savez, j’aime le dessinateur mais il fait du beau boulot avec des petits hommages à de l’ancien style graphique d’époque avec la présentation des personnages et surtout de sublimes effets sur les éclairs de force véloce sur Flash qui m’ont vraiment bien plu ! Et je ne parle même pas du Flash au milieu de l’explosion.

Très bon moment, très bons épisodes. Rien à retirer. En plus, double épisode qui améliore le rendu.

James Edge Grayson – Note : 10/10


Hal Jordan et le Green Lantern Corps #12-13

Scénario : Robert VendittiDessins : Ethan Van Sciver, V. Ken Marion

Fin de l’arc en cours, et le spectacle est toujours au rendez-vous, mais c’est à peu près tout, en forçant le trait bien sûr. Les Green Lanterns et les Yellow Lanterns sont parvenus à se libérer de la prison miniaturisée par Larfleeze pour donc se lancer dans un combat contre l’Agent Orange. La résolution de l’intrigue est assez rapide et bizarrement expédiée mais « the show must go on », comme dirait l’autre. Heureusement (pour moi et peut-être pour vous), la fin du numéro #12 est touchante avec l’histoire de Tomar-Tu, et ce que Hal Jordan a à en dire. Hal Jordan & The Green Lanterns #13 se montre comme une porte d’entrée pour les lecteurs qui auraient raté les derniers numéros et qui chercheraient un résumé de ce qu’il s’est passé, tout en plantant quelques graines pour l’avenir. L’épilogue est intéressant, et même si on reste en surface du passé, le discours sur l’héroïsme trouve un ton assez juste, avec des dialogues plutôt bien écrits. Si ma préférence artistique sur ces deux numéros va à V. Ken Marion, avec des dessins plutôt très réussis, Van Sciver n’est pas en reste et en propose de jolis aussi. Les double-pages sont belles, et les couleurs chatoyantes toujours présentes. Hal Jordan & The Green Lanterns fait donc toujours le taf.

Twelveamz – Note : 7/10

Très bon / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
Justice League prend le temps de se poser
Action Comics conserve son intérêt
The Flash est beau et bien écrit
Hal Jordan spectaculaire et touchant
Les -
Les dessins de Justice League
Un dilemme moral traité de façon trop classique pour Action Comics
Une fin bâclée pour Hal Jordan et un épilogue anecdotique
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de