Dans les années 2000, des pépites se baladent dans les minces rayons comics, sous la domination de Panini Comics. Imaginez la surprise lorsque The Brave and The Bold a pointé le bout de son nez, sans parler de l’équipe créative sur le titre. Une ongoing all-star sur tous les fronts. Malheureusement, le succès n’a pas été suffisant pour poursuivre la série en France et il s’agit ici du dernier volume – un troisième est sorti quelques années plus tard, mais n’est pas en relation avec le volume présent. Je vous avez déjà parlé du premier volume, il sera question ici de sa suite.

Challengers du destin

Cet album est le second et dernier du run de Mark Waid sur le titre. Le premier était incroyable, et baignait dans l’originalité. Cette suite réalise le procédé inverse, tout en profitant d’un contexte des plus originaux. Après avoir retrouvé le Livre du Destin, Destiny (le personnage de Sandman) remet ce livre permettant de connaître le présent et l’avenir de toute personne aux Challengers de l’Inconnu qui ne sont pas présents dans ce livre. Ils entament des recherches par rapport à ce livre et enquêtent sur un certain Mégistus. Cet ennemi sera le seul lien avec le Livre du Destin le long de cet arc.

Les relations entre ces histoires courtes est bien le défaut majeur de cette « suite ». Vous êtes sans doute passé à côté de l’album World’s Finest qui avait comme grand atout de s’intégrer au(x) contexte(s) de l’univers DC en jouant avec les multiples liens et situations de chaque personnage. Mark Waid s’y essaie, et cet arc témoigne des difficultés dans lesquels World’s Finest a su ne pas tomber : l’absence de pertinence. Un exercice difficile à n’en pas douter auquel le scénariste s’est essayé comme pour chercher à prolonger son histoire autant que possible entre ceci et de grandes références au Silver Age, le scénariste se perd, provoquant de terribles longueurs nécessitant parfois de revenir sur nos pas pour nous rappeler l’objectif principal, le synopsis même.

Old-School

L’histoire n’a rien de si complexe. Et à vrai dire, la mise en abîme est très bien pensée. On sent un Mark Waid très inspiré, qui disperse ses idées dans ces numéros. Un véritable passionné de comics qui réanime le Silver Age aux côtés de grandes figures du comics : George Perez et Jerry Ordway, eux mêmes grands passionnés du Silver Age (cf. Jerry Orwday et Roy Thomas sur All-Star Squadron). Le problème est que ces éléments n’ont pas ou peu de rapports et restent présents uniquement en tant que références. Tout ceci nous amène une frustration face à ce potentiel énorme, cette équipe créative solide, et des artistes en parfaite adéquation au propos et ton de l’histoire. George Perez, fidèle à lui même, nous introduit progressivement dans cette histoire liée aux bons vieux comics. Une gradation est à relever dans la mise en page de l’artiste, qui reste dynamique, mais rentre dans les codes classiques au fur et à mesure pour revenir sur un final explosif.

Jerry Ordway s’accorde à un style classique tout comme George Perez, mais joue sur une mise en page plus recherchée pour user de références, créant une variation bien venue de la part de l’artiste dans ce récit. Malgré la mince participation de Jerry Ordway, son travail montre un travail sortant du simple représentatif d’une époque révolue, et une capacité à associer référence, appropriation d’un style et mise en page original. Et c’est dans cette rencontre entre ces trois facteurs que Jerry Ordway se distingue. La colorisation moderne réussit à conserver des couleurs vives des costumes des héros, mais insiste sur des effets numériques de reflets, de nuances de couleurs et d’ombres. Ce qui réduit quelque peu la qualité du rendu final, qui rend hommage au Silver Age avec un esprit moins artisanal.

Ce second volume de la série The Brave And The Bold est une lecture que vous pourriez apprécier pour les personnages que le récit fait intervenir, pour son écriture peu conventionnelle à travers le Livre du Destin. De même, il peut être vu comme un bon complément pour les amateurs de l’univers de Sandman. Sans pour autant être désagréable, cette lecture ne marquera pas les esprits, mais peut permettre une première rencontre avec ces personnages perdus dans le passé, et ces dessinateurs emblématiques dont on pourrait recommander bien d’autres travaux.

Correct / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
- Du vieux comics récent
- Une flopée de personnages oubliés
- Des artistes de talent...
Les -
- ... malmenés par la colorisation moderne ordinaire
- Une histoire bancale
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}
Article précédentOff My Mind #64 – Jack Kirby et le succès de la romance
Article suivantAlex Garland aimerait réaliser un film Swamp Thing
Watchful
Étrange personnage constitué de framboises. La légende raconte qu’il aurait une quelconque appartenance à l’école du micro d’argent. Il consolide sa morphologie linguistique et cherche à se perfectionner dès que possible. Profondément inspiré par Françoise Hardi et Zizi Jeanmaire, il écrit par passion. Amoureux de culture, il n’a jamais su se détourner de son premier amour qu’est le monde des comics. Élevé dès ses premiers pas par Bruce Timm qui lui a montré la voie de la sagesse, il s’entraine depuis comme un samouraï et accumule les reliures, les brochures, et se (re)découvre au fur et à mesure des coups de cœur. Rapidement détourné de l’univers Marvelien moderne depuis Marvel Now, il ne jure plus que par Image et DC Comics. Le fan de comics qu’il est attend sagement le retour d’une époque pour le moins révolue où le fan de comics prône sur les lecteurs éphémères qui ne se limitent qu’aux grands personnages publicités ou adaptés le temps de quelques mois. Éternel insatisfait, il n’aime pas cette présentation, et tout ce que l’on doit en retenir est qu’il écrit par passion dans le but de la partager.

1
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
DarkChap Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
DarkChap
DarkChap

J’aime bien ce run de Waid, mais oui il est évident que l’écriture souffre du choix du format pour l’intrigue, à savoir deux arcs de six comics là où, à mon sens, le one-shot s’imposait, le team-up changeant avec chaque numéro.
In fine, j’ai préféré la lecture des quatre derniers comics de son run (inédits en VF), justement des one-shots, dans lesquels Waid semble bien moins limité par le format.

Une fois n’est pas coutume, je préfère même le run de JMS sur le titre (#27-35), en ce qu’il exploite entièrement les possibilités folles du DCU et de la série (d’où des Batman & Dial H, Atom & Joker ou encore Inferior Five & Legion of Substitute Heroes).

Juste pour la précision en revanche, Destiny existait avant Sandman en fait. Comme pas mal de personnages de la série (Abel & Cain, Lucien, le corbeau Matthew Cable…) il s’agit d’un personnage préexistant, créé pour les titres horrifiques du Bronze Age de DC et réutilisé par Gaiman des années plus tard.