Nouveau numéro pour le magazine Suicide Squad Rebirth, où commence le crossover Justice League vs Suicide Squad. Ce dernier réussira-t-il à relancer un peu d’intérêt pour ce kiosque qui ne se voit porté que par Deathstroke ? Réponse tout de suite.

Numéro précédent : Suicide Squad Rebirth #4


Suicide Squad #8

Scénario : Rob WilliamsDessins : Jim Lee, Giuseppe Camuncoli

Nous voilà à la conclusion de l’acte Black Vault, et c’est au moins efficace, bien qu’attendu comme en témoigne le retour d’un personnage important de la Suicide Squad. Les dessins sont au service de l’action, et rendent le tout lisible, sans qu’on ne s’y perde vraiment, avec quelques jolies planches à l’extérieur de Belle Reve (appréciez le mouvement des hélices). Mais l’équipe ne parvient pas à m’intéresser même s’il faut admettre que je n’en attends rien. Le numéro est aussi l’occasion de suivre la froideur d’un potentiel nouveau membre de l’équipe. Suicide Squad fait le taf sans être réjouissant, et c’est ici plutôt un compliment, vu le point de départ.

Twelveamz – Note : 5/10


Justice League vs Suicide Squad #1-2

Scénario : Joshua WilliamsonDessins : Jason Fabok, Tony S. Daniel

Premier gros événement pour DC depuis le lancement de Rebirth : la Justice League affronte la seconde grosse équipe de l’éditeur (à ce moment là), la Suicide Squad. Un titre et un pitch aguicheur au premier abord, mais qui fait tout de même craindre une confrontation bête et méchante. A travers ces deux premiers numéros, c’est un peu le cas, puisqu’ils ne sont constitués que d’une introduction des deux équipes et de leur affrontement. Cela dit, ce dernier ne s’effectue pas sans contexte : Williamson met d’abord en scène la découverte de la Suicide Squad par Batman et les réactions qu’ont les différents membres de la Justice League. L’équipe adverse n’est pas en mal non plus puisque l’auteur choisit de se concentrer tout autant sur elle, et notamment à travers les yeux de la nouvelle arrivante : Killer Frost. L’action constitue quand même une grande partie de ces deux numéros, et se montre très plaisante à suivre, non pas pour le découpage effectué dans chacune des équipes, mais pour la partie graphique qui est très solide : c’est mainstream, mais ce qui se fait de mieux dans le genre. Finalement, une intrigue se met en place parallèlement. Intrigue qui constituera le vrai cœur de ce récit, et qui se montre assez intrigante à la vue des personnages qu’elle met en avant et des références qu’elle fait à l’intrigue Rebirth.

Mocassin – Note : 7,5/10


Justice League #12

Scénario : Tim SeeleyDessins : Christian Duce

Premier tie-in pour l’event Justice League vs Suicide Squad. Il est ici choisit de mettre en avant Maxwell Lord, l’homme qui orchestre l’affrontement entre les deux équipes et les événements parallèles. On le retrouve ici peu de temps avant le début de l’event, interrogé par Amanda Waller. Une occasion de revenir sur le parcours de l’homme et de découvrir ses motivations pour ce nouvel arc. Malgré une volonté de se poser pour se concentrer sur le personnage, ce numéro n’est guère très intéressant et ne nous apprend pas grand chose d’important, si ce n’est pourquoi il tient à avoir le contrôle. Malheureusement trop dispensable.

Mocassin – Note : 4/10


Harley Quinn #9

Scénario : Amanda Conner, Jimmy PalmiottiDessins : Brandon Peterson

On ne va pas se mentir, je prends le train Harley Quinn en marche, et ce n’est clairement pas celui de la hype, même si on ne peut pas dire que ce soit mauvais. Dans ce numéro Harley est anxieuse, et est surveillée de près par des médecins, ainsi qu’un invité mystérieux. Les auteurs s’attachent à entrer un peu sous la peau du personnage grâce à quelques procédés littéraires convenus mais qui passent bien quand c’est bien fait. Ça donne droit à des moments attachants, de réconfort, et quelques moments d’action bien sentis, à des tranches de vie en somme. Ce n’est pas révolutionnaire, mais c’est une lecture convenable, passant du temps avec Harley Quinn et certaines de ses bonnes connaissances comme Poison Ivy. Du côté des dessins, ce n’est pas du tout ma came, et même si les moments un peu sombres sont moyens plus, ça reste des traits assez grossiers. Aussi fou que ça puisse paraître, le voyage n’était pas désagréable.

Twelveamz – Note : 6/10


Deathstroke #8-9

Scénario : Christopher PriestDessins : Carlo Pagulayan, Larry Hama / Carry Nord

Teasé au dernier numéro, le temps est venu de l’affrontement entre Superman et Deathstroke. Grâce à des dessins au top, travaillés, fins, et aux couleurs chatoyantes, leur combat se passe plus dans l’idéologie que dans l’action, même si quelques pains partent quand même, et que les différentes armures sont mises en valeur. Si notre bonne conscience se placerait plutôt du côté de la justice et donc de Superman, difficile d’être totalement contre les arguments avancés par Slade Wilson à l’encontre des gouvernements. On retrouve aussi l’opposition bien amenée entre justice et vigilantisme. Christopher Priest utilise toujours autant son talent pour nous amener dans une histoire passionnante, incisive même. Et si les sauts chronologiques étaient un défaut au début du titre, cette gène a complètement disparu grâce à un découpage plus malin.

Le passé refait surface, et si les traits du dessinateur Cary Nord sont plus grossiers, plus arrondis peut-être, l’histoire maintient tout de même son rythme effréné.

Chaque semaine, Deathstroke confirme son statut de série à suivre grâce au talent de Christopher Priest pour tenir le lecteur en haleine, et on a déjà hâte de découvrir la suite.

Twelveamz – Note : 8/10

Correct Notre avis
0 Votre avis (0 votes)
Les +
Nouvel arc en vue pour Suicide Squad
Un début de crossover réussi
Les procédés littéraires utilisés pour Harley Quinn
Les thématiques de Deathstroke
Rythme de Deathstroke
Les -
Aucune implication du lecteur pour la Suicide Squad
Trop vite expédié pour Suicide Squad
Il ne se passe pas grand chose dans Harley Quinn
Un tie-in anecdotique pour JL vs SS
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Trier par :

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}
PARTAGER
Previous articleZachary Levi estime que Shazam sera les Gardiens de la Galaxie de DC
Next articleDC Comics mettra en avant les artistes avec l’arrivée de New Age of DC Heroes

Dernier représentant de la tribu des Mocassins, il prit le nom de celle-ci afin de la faire perdurer. Avant de s’exiler sur les terres dites civilisées, il trouva une pantoufle précieuse. Plus tard, il comprit qu’il avait en sa possession la pantoufle unique, la maîtresse des dix-neuf autres chaussons. Il était devenu le seigneur des godasses. Avec ce nouveau pouvoir, il fonda la secte des fragiles, où seuls les braves osant exprimer leurs sentiments étaient acceptés.

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Review VF – Suicide Squad Rebirth #5"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens
vinreel
Très surpris par la série Suicide Squad: de la série B pas mauvaise, qui se se lit sans trop de problèmes et avec de jolies dessins. Le crossover avec la Justice League a l’air de partir plutôt bien, de quoi donner au final un divertissement assez sympas. Le magazine n’est pas inoubliable, mais c’est quand meme moins mauvais que ce que ce qui se fait sur les séries Justice League et Flash dans le magazine JL (assez tristounet à lire en ce moment). Deathstroke est une bonne surprise, à cheval entre du Batman et du James Bond. Bonne conclusion pour… Lire la suite »
wpDiscuz