PARTAGER
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Pour les fans de DC, voire même de super-héros, Justice League est l’une des sorties les plus importantes de l’année. Cependant, après un bon départ grâce à Man of Steel, l’univers de DC au cinéma appelé DCEU s’est un peu perdu et confronté à des avis très mitigé avec Batman v Superman, puis Suicide Squad qui n’a pas su séduire, puis Wonder Woman qui a connu un énorme succès au box-office bien que la critique puisse être assez acerbe envers le film.

La réunion des héros qui ajoutent à leurs côtés Aquaman, The Flash et Cyborg est donc très attendue. Et Warner Bros essaie tant bien que mal de nous mitrailler de pubs, de vidéos, et d’autres petits gestes commerciaux pour attirer le spectateurs. Honnêtement, il est dur de naviguer sur le net ou aller faire ses courses sans tomber face à une annonce Justice League. J’ai donc demandé à mes compères ce qu’ils attendaient du film, ou ce qu’ils n’attendaient pas, partie de l’idée d’en faire une synthèse. Mais je préfère vous laisser avec leurs avis qui sont très complets.

N’hésitez pas à nous donner vos attentes et vos craintes dans les commentaires en cette veille de sortie du film.

Nos attentes à la veille de la sortie de Justice League 9

Les attentes de la rédaction

Je pourrais entamer le bal en annonçant que je compte mettre mon esprit critique à rude épreuve pour ce film, que je pose un jour de congés pour aller le voir dès le premier jour… Mais il n’en est rien. Je n’en attends pas grand chose. Avec le matraquage publicitaire autour du film, avec les news à vérifier et gérer, j’ai l’impression d’avoir déjà vu le film et c’est assez atroce. J’espère donc avoir quelques surprises lors de la séance, bien que nos cinémas ne proposent que de la VF qui dénature les films aux séances auxquelles je peux me rendre.

J’espère pouvoir être prise dans l’histoire, dans l’action, ne pas assister à un film bâclé dont la durée me fait un peu peur. J’espère que les équipes ne sont pas tombées dans la facilité avec un scénario complètement lambda : vilain, zut il nous faut une équipe, Batou à la recherche des héros perdus, histoire, combat, fin. Vraiment, j’espère qu’une certaine richesse se fera sentir et que le fan sortira en se disant, tiens, ça je ne l’ai pas vu venir. Ce que j’espère aussi, et surtout, c’est trouver un équilibre entre le côté sombre et exagéré de Zack Snyder que j’aime beaucoup (oui) et certaines touches de légèreté. Ce film ne mérite pas une tension pesante du début à la fin sous peine d’être indigeste. Dans l’idéal, j’aimerais un peu d’espoir et d’humour dans le monde décrépit de Snyder qui se fait lyncher bien trop facilement et rapidement à mon goût.  Mais bon, on verra ce week-end…

– Harley



Je vous avoue que je suis assez désolé que cette rubrique s’ouvre sur mon avis. Comme ceux écoutant les podcasts ont déjà pu m’entendre le dire : “Justice League, je m’en cogne”. Ce n’est même pas du fait du film en lui-même, ni du fait de ses prédécesseurs, qui, à l’exception de Suicide Squad méritant d’être attaqué au lance-flamme et à la grenade, sont des divertissements honorables, mais du climat les entourrant. En tant que lecteur, puis rédacteur, voir des news tous les jours, et parfois même rédiger certaines d’entre elles, constater avec tristesse qu’une boite de production sabote ses propres projets et ne sait pas gérer sa communication, préférer rire de certains commentaires afin d’éviter d’en pleurer, tout ça en devant jouer la police dans le but d’empêcher que les discussions ne dégénèrent… Je suis fatigué de tout ça, et vous savez quoi ? Je sais d’avance que nous en reprenons pour au moins une année et demi entre les “pro-Snyder, pro-Marvel, fanboys, c’est la faute de Whedon, c’est le film parfait et le meilleur film de super-héros de tous les temps”, sans oublier el famoso  “BvS c’est d’la merde” faisant grandement avancer le débat. Alors non, je n’irai pas voir Justice League dans les salles car que le film soit bon, mauvais, ou entre les deux -ce qui sera probablement le cas- je ne saurai mettre de côté tout cela pour apprécier pleinement ou non le divertissement qui m’est proposé.

De ce fait, ne roulant pas sur l’or non plus, et n’allant au cinéma qu’une fois tous les deux mois, j’ai donc décidé de privilégier le visionnage de Star Wars VIII : The Last Jedi, celui-là, car je l’ai promis à un ami, et The Disaster Artist, car celui-ci me fait de l’oeil depuis un moment, et que je sais pertinemment qu’il est plus que probable qu’il fasse un four. Et ça, pour le coup, que cette bande de potes composée entre autre de James Franco, Dave Franco, Seth Rogen et Evan Goldberg s’embarquent dans des projets aussi farfelus que Preacher et The Interview, pour s’échouer au fin fond du box-office m’attriste très fortement – et ce n’est pas la saison 2 des aventures de Jesse Custer renouvelée par miracle malgré son million de spectateurs difficilement atteint qui me contredira. Néanmoins, j’espère de tout coeur que le film qui sortira le 15 novembre sera un divertissement au minimum honorable, que Snyder ne se fera pas à nouveau lyncher, car quoique je pense de BvS, ce mec ne mérite certainement pas ce qu’il s’est pris ces dernières années de la part de la critique, sans parler de sa vie personnelle compliquée, et pour finir, je souhaite que vos longues attentes soient récompensées et que vous vous éclatiez en découvrant les aventures cinématographiques de votre équipe préférée de super-héros -ne m’incluez pas la dedans, perso, ce sont les Secret Six-.

– Blue

Justice League

On a vu bien des choses passer depuis la sortie de BvS, “le film qui a tout déclenché”. Si je m’attends à beaucoup moins de ferveur dans le débat pour Justice League, cette dernière reste inévitable. Et personnellement, je m’en fiche un peu. Je vais voir l’adaptation des héros d’une série animée que j’ai aimé et que j’aime toujours. Si les premier trailers étaient cool, sans plus, je dois avouer que les derniers extraits ont réussi à sérieusement me hyper. Tout ça parce que je retrouve des choses (que je ne saurais pas vraiment lister) qui me rappelle beaucoup Justice League TAS. Il serait donc faux de dire que ce film ne me donne pas envie. Par contre, si ce dernier ne me plaît pas finalement… et bah tant pis. Je n’ai pas de craintes dans le sens où cela ne reste qu’un film. Après un nombre assez impressionnant de news, allant de la rumeur à l’annonce officielle, certains ont pu être découragés mais ce serait mentir de dire que c’est mon cas. C’est donc avec confiance que je vais voir la réunion d’une équipe de héros avec laquelle j’ai grandi.

–  The Bat


Quelles attentes se faire d’un film Justice League ? Grande question remplie de craintes et de soulagements par la fin d’une attente de plus de 10 ans pour certains. Mais pour quel résultat ? Zack Snyder était le maître de ce nouvel univers, mais un événement tragique insupportable et soudain le fait quitter son poste une fois le film “terminé”. Joss Whedon reprend la main et raccourcis le film de 40 minutes. Si on ne se doute pas que le réalisateur était sur la sellette, la théorie du complot trouve nombre d’arguments et d’interprétations pour pointer du doigt Joss Whedon. On touche alors le risque premier touchant ce film, présent certainement depuis bien avant l’arrivée de Whedon, étant un côté grand public accentué supprimant cette touche de sérieux bienvenue soulevant une thématique, procurant la dimension mythologique des films précédents. Puisque oui, j’ai beaucoup aimé les films précédents. Non pas en tant que film, mais en tant qu’adaptation super-héroïque. Une fine différence, certainement illogique qui mérite explication. Je sépare le fan, bien plus tolérant, concernant les adaptations de personnages auxquels je suis fortement attaché.

Attentes d’un lecteur amoureux de l’équipe depuis son plus jeune âge : Le simple fait de voir les personnages prendre vie, à travers des acteurs qui concordent à l’image possible de ce personnage est déjà un défi de relevé. Un acteur différent, un ton différent, et sur l’aspect esthétique, j’ai jusqu’ici confiance en Zack Snyder. L’aspect positif est l’attente d’une intrigue progressive, d’une construction qui se fera au fil du film, et en même temps la crainte d’y voir comme pour Suicide Squad un catalogue de personnages caractérisés par un unique caractère ou son pouvoir.

Attentes d’un amateur de cinéma : Beaucoup de craintes. La peur d’un montage haché à la lime à ongle, d’effets spéciaux grossiers pour une production aussi grosse que celle-ci, d’un scénario mal arrangé détruit par un film raccourci, un besoin de faire de ce film une publicité de la licence et la patte de Snyder pressentie comme atténuée. On peut toujours espérer au moins quelque chose de meilleur qu’Avengers.

– Watchful 


Depuis tout petit, avec la série animée La Ligue des Justiciers, je rêve de voir cette équipe mythique être portée sur grand écran, devenir plus réelle que jamais. Seulement, voilà : voir Batman et Superman dans un même film, c’était aussi un de ces rêves d’enfants, et je ne peux pas dire que le résultat ait vraiment réalisé ce rêve, il l’a juste rendu d’autant plus inaccessible. Nous n’en sommes désormais plus aux débuts du DCEU, chacun a maintenant son opinion assez tranchée, et la mienne me pousse à ne pas attendre ce film comme je l’avais fait l’an dernier pour son prédécesseur. Je n’attends finalement pas grand chose de Justice League, parce que je sais pertinemment que ce que j’y trouverais, aussi agréable et sympathique soit-il, ne sera pas une ligue iconique et emblématique. A défaut d’avoir une équipe réellement inspirante et grande, on pourra tout de même passer un bon moment, et c’est déjà très bien. Le meilleur moyen de retrouver l’essence de cette équipe, au final, c’est tout simplement de se plonger dans les comics, le seul média qui importe réellement quand on parle de super-héros. Cela dit, pour être un minimum positif, j’ai quand même bien envie de retrouver la Wonder Woman de Gal Gadot et de découvrir le Flash d’Ezra Miller.

– Mocassin

Nos attentes à la veille de la sortie de Justice League 10

J’ai du mal à être optimiste pour Justice League pour plusieurs raisons. Tout d’abord, je trouve le projet d’un film sur une équipe aussi iconique risqué et peu de cinéastes réussiraient à lui faire vraiment honneur (j’aurai eu plus confiance en George Miller par exemple, bien que j’adore Snyder). Ensuite, et c’est purement subjectif, les différents trailers et extraits ne m’ont pas convaincu, j’ai vraiment du mal à digérer cet Aquaman en bro surfeur californien alors que c’était le personnage que j’attendais le plus et je regrette le départ du duo Junkie XL et Hans Zimmer, même si Elfman joue avec mes sentiments en réutilisant ce qui faisait sa gloire d’antan et notamment le thème de Batman (ce qui m’assure au moins une scène que je vais aimer dans le film).

Enfin, c’est usé par tout ce qui est autour du film que je vais le visionner. Je me rassure en me disant que c’est peut-être la dernière production bordélique du DCEU puisque le film Aquaman se déroule sans accroc et Warner semble se détendre un peu quant à son univers partagé. Cependant, je suis également usé par une partie de la communauté qui fait de Justice League une affaire d’État. Depuis BvS, il y a les déçus du DCEU et ceux qui tentent de rendre justice à ses films qui ne sont, pour la plupart, pas dénués de qualité, mais si les deux camps sont légitimes, tout ça prend beaucoup trop d’ampleur et tout le monde devient trop virulent à ce sujet.

On se bat comme si la conformité était la seule solution viable à l’appréciation d’un art, qui ne dépend pourtant que de la perception de nos sens et de nos émotions. Le cinéma est une expérience individuelle et à défaut de pouvoir réellement la faire vivre aux autres, nous devrions pouvoir en parler et tenter de la partager sans haïr qui que ce soit (désolé pour cette partie pseudo-philosophique). Pour conclure, c’est donc avec soulagement que j’irai voir Justice League en espérant pouvoir l’apprécier un minimum et qu’il ne créera pas un soulèvement de bouclier général.

– Sledgy7


On m’aurait posé la question il y a un an, j’aurais sûrement dit que l’attente était forte. Mais à force de lire et de rédiger l’actualité du DCEU, l’enthousiasme s’éteint vite, et pour plusieurs raisons. Pour des considérations esthétiques d’abord parce que les images qu’on a vues ne sont pas tellement rassurantes. Au risque de voir certains boucliers se lever : je suis plutôt friand du travail de Zack Snyder, qui ne mérite d’ailleurs pas toute la haine qui s’abat sur lui probablement depuis qu’il a adapté Watchmen. J’ai bien conscience du caractère polarisant du bonhomme mais force est de constater qu’il peut au moins poser sa propre patte sur un film.

Aussi pour des raisons de production : difficile de joindre la vision de deux réalisateurs aussi éloignés, le tout dans un film devant durer moins de deux heures – la notion d’obligation est ici choquante. Difficile de ne pas croire à toutes ces rumeurs récurrentes, marronniers oserais-je dire concernant un des acteurs principaux de la ligue (et aussi mon personnage favori), de cut, de découpage façon Jason. Difficile de comprendre la direction si tant est qu’il y en ait une au sein de Warner Bros. Evidemment, on ne connaît pas les petits papier des studios, et de la branche DC Films, mais cette palanquée d’actualités peu optimistes autour du film n’est pas le signe d’une maison bien dans ses fondations. Difficile de percevoir l’intérêt artistique d’un partenariat avec au hasard le PSG, dans une vidéo qui ne devrait même pas avoir le droit d’être publié en 2017.

J’irai bien sûr voir le film, puisque c’est un rituel entre amis pour tous les blockbusters, mais sans l’enthousiasme des premiers, en espérant d’abord garder au moins un peu le coeur de DC, et retrouver sur grand écran l’esprit de l’équipe que l’on connaît, et aussi le début d’un renouveau cinématographique pour les superhéros DC ; pourquoi pas un Rebirth.

– Twelve


L’attente reste toujours forte mais la peur grandit au fur et à mesure des informations diluées. Peut-être à tord, certes, mais quand même. Lorsque la durée du film a été réduite, lorsque les reshoots ont été annoncés, lorsque le changement de réalisateur s’est fait entendre et que toutes les rumeurs possibles et imaginables sont sorties sur le changement de direction, etc…
Fan de BvS, je suis quand même confiant. Néanmoins, j’ai vu les réactions des gens et la réaction des studios en conséquence. Et j’ai peur que la réflexion ait été faite de travers. Au lieu d’assumer à fond un univers, la production cherche à contrer un autre univers qui réussit aux yeux du public. Mais est-ce ça l’important quand on voit qu’un bon film tel que Blade Runner 2049 ne trouve pas le succès mérité car il est un film de niche. Peut-être que c’est ce que devrait rester l’univers DC… APrès tout, c’est en faisant SA vision que Christopher Nolan a eu le succès sur sa trilogie. J’ai l’Espoir d’un univers qui réussit quand on voit que sa Trinité est bien représentée. Je pense qu’en 2 heures, on peut faire un bon film de super héros si on choisit habilement ses scènes présentes. Beaucoup de bons films font cette durée.
Je garde donc le S kryptonien.

– James Edge Grayson

Nos attentes à la veille de la sortie de Justice League 11

Et vous, qu’attendez-vous du film ?

Si l’on note une crainte certaine de notre part, nous aimerions avoir votre avis. Vos attentes, vos craintes. N’hésitez pas à tout nous raconter. Peut-être que certains pourront redonner espoirs aux déçus, peut-être que certains pourront mettre des pansements sur vos blessures post BvS et Suicide Squad

A vos claviers !

Harley

Harley

Nul ne saurait décrire le monstre, aucun langage ne saurait peindre cette vision de folie, ce chaos de cris inarticulés, cette hideuse contradiction de toutes les lois de la matière et de l'ordre cosmique.