Cette semaine, je vous présente un nouveau showcase, mais assez particulier puisqu’il s’agît ici de l’histoire Batman : Harley & Ivy #1 issu du tpb du même nom contenant également les deux autres numéros de la mini-série. Pourquoi avoir choisi cette histoire en particulier ? Tout simplement pour rester dans la veine Batman : TAS avec cette histoire de 2004 servie par Paul Dini et illustrée par Bruce Timm (avec Shane Glines qui se joint à lui pour l’encrage et Lee Loughridge à la couleur). Tout simplement car elle me fait rire à chaque fois et traduit très bien la relation entre Harley Quinn et Poison Ivy.

Ce numéro Bosom Buddies commence par le duo Quinn / Ivy en pleine action pour voler une plante rare chère au coeur de Poison Ivy. Sauf qu’elles vont se faire prendre sur le fait par la Botanical Society dans laquelle est cachée Bruce Wayne. Ainsi, Batman les arrêtera rapidement et malheureusement, Harley fera à nouveau une gaffe en détruisant la plante rare qu’elles étaient venues chercher, sur la tête de Batman.

S’en suit ensuite une bonne partie du numéro à Arkham avec Harley agissant comme si de rien n’était pour divertir son amie, qui n’est pas en clin à lui pardonner, ce qui donne lieu à des scènes assez rigolotes, le tout sur des personnages aux expressions typiques de Bruce Timm. Et puis, qui n’a jamais vu passer ces quelques cases de la scènes sous la douche, la scène de trop pour Ivy qui décide de s’acharner sur Harley qu’elle ne supporte plus. Le coeur brisé, Harley fera tout pour reconquérir le coeur de son amie qui ne veut rien lui pardonner. Elle souhaite juste se retrouver le plus loin possible et pour ceci, elle doit s’échapper d’Arkham, ce qu’elle parvient à faire sa souci. Sans sa copine blonde (mais qui a toujours un Joker As dans sa manche).

 

Poison Ivy déchaîne ensuite sa colère sur les policiers qui la poursuivent pour pourvoir prendre de l’avance et gagner en tranquillité. Pour pouvoir partir en vacances. Loin. Loin de son amie Harley… Qui en fait réussit à la rejoindre sur le quai alors que Ivy voulait juste partir faire sa croisière seule. Mais au fond, elle a un coeur d’artichaut et ne peut se résoudre à laisser son amie derrière elle, bien qu’elle reste accrochée comme à un bouée.

Cette mini-série joue sur cette relation du début à la fin, en passant ensuite par une aventure dans la jungle puis à Hollywood. Ce qui est très joliment drôle est la fin de cette mini-série, où Harley fait encore des siennes et Ivy parvient à nouveau à s’échapper pour avoir la paix, mais on sait très bien que ce cycle recommencera un nombre incalculable de fois. C’est une histoire qui sait rester douce, amusante et non vulgaire malgré des scènes comme celle de la douche où il serait facile de tomber dans le trop. Et quand on est adeptes à Batman : TAS, je vous promets qu’il est impossible de lire ces pages sans avoir les voix des personnages qui résonnent dans la tête, impossible.

1
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Moonsorrow Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Moonsorrow
Moonsorrow

Il a l’air trop bien cet album ^^ Merci Dcplanet de tenter la rehabilitation d’Harley, faut pas oublier qu’à la base, c’est un personnage qu’on a tous (ou presque) aimé, et c’est pas pour rien, c’est juste parce qu’il est bien ! :)