On continue notre semaine spéciale Batman : The Animated Series qui fête ses 25 ans ce mois-ci. Déjà 25 ans que ce générique est devenu emblématique. Déjà 25 ans que les épisodes marquent des générations et attirent les spectateurs dans le monde de la chauve-souris. Déjà 25 ans que Paul Dini et Bruce Timm ont prouvé tout leur talent. 25 ans que nous connaissons Harley Quinn a qui nous avons déjà consacré un hommage et un concours.

On a quasiment tous des souvenirs liés à cette série animée, et je pense que vous aussi. Alors pourquoi ne pas partager tout ceci ensemble ? Le but, se remémorer les souvenirs, les bons, les mauvais, se remettre en mémoire nos épisodes préférés, bref, refaire une petite plongée dans le monde de Batman : The Animated Series.

En bonus, le générique que l’on connaît presque toutes et tous par coeur.

Les anecdotes de la rédaction

Je ne le répèterai jamais assez, mais Batman TAS, c’est clairement toute mon enfance et ma première approche avec ce Batverse si cher à mon coeur. C’était le matin, le dimanche. C’était le bol de céréales. C’était les mini-keums. C’était le dessin animé, mon dessin animé préféré à égalité avec Beetlejuice (avec les Tortues Ninja et Denver qui restent toujours dans mes goûts actuels d’ailleurs). C’était cette ambiance déjà sombre mais avec un héros toujours droit dans ses bottes. C’était la morale de ce qui est juste, ce qui est bien, ce qui est mal. C’était sans aucune vulgarité. C’était bien.

Je me souviens de beaucoup d’épisodes, surtout Mad Love bien entendu, mais aussi Laughing fish, Trial qui partait en vrille avec ce Joker en juge, Heart of Ice bien sûr qui est magnifique ou le mythique épisode Almost Got’im. En fait, clairement des épisodes qui faisaient la part belle aux vilains et bien sûr à ce Joker absolument inégalable à mes yeux et sa partenaire qui deviendrait l’une de mes inspirations plus tard Harley Quinn. Honnêtement, c’est un peu mon péché mignon comme Buffy bien plus tard, j’ai beau avoir vu tous les épisodes 15 fois, je ne m’en lasse pas, de connaître le générique par coeur, avoir les images qui défilent à peine les premières notes diffusées (non c’est pas vrai j’ai pas le coffret intégral à la maison). A tout jamais.
#Batmantas4ever

– Harley


Je me souviendrai toujours du premier épisode de Batman TAS que j’ai vu, j’avais 5 ans et la série venait de débarquer sur France 3 le soir à 20h. Elle sera rediffusée par la suite et j’enregistrerai alors tous les épisodes possibles. J’avais pu regarder le premier épisode avec mon père et pris une frousse monstre devant Man-Bat. J’ai été marqué par tellement d’épisodes que je ne pourrai tous les cités mais celui sur Mr Freeze avait été très touchant. Mais celui dont le thème restera toujours dans mon esprit est le double épisode consacré à Double Face. Cette série m’a profondément marqué, je la trouvais magnifique, j’adorais l’ambiance sonore et quand Harvey regarde Grace, que les éclairs illuminent le couloir de l’hôpital… La revoir une fois adulte et constater un niveau de lecture différent et réaliser à quel point les thèmes abordés étaient matures est toujours un plaisir. Un chef d’oeuvre de l’animation qui fait entièrement partie de moi depuis toutes ces années. J’aimerais dire à mon moi enfant qu’il aurait dû acheter plus de vilains au lieu d’acheter des figurines de Batman dans toutes ses variantes possibles (parachutiste, etc).

– MFW


Je n’ai vraiment découvert Batman TAS que sur le tard, ayant grandi avec d’autres séries animées. Il y a un épisode qui m’a plu plus que les autres. Un classique : Almost Got ‘Im. Cet épisode est vraiment excellent à tout point de vue et montre à quel point cette série pouvait se révéler incroyable. Autour d’une table (style film noir et tout et tout) chaque vilain raconte comment il a failli avoir Batman jusqu’à la révélation qui sort de nulle part. La révélation est d’ailleurs bien épique ! Tout est soigné dans cet épisode. C’est ça Batman TAS. De la qualité visant tous les âges, et ça, on n’est pas vraiment prêt d’en revoir.

– The Bat

Petit gars

Je suis trop jeune pour me souvenir concrètement de cette série du temps où elle était diffusée sur France 3, mais un souvenir global du Timm-verse est ancré en moi, et fait de cette série l’une des pierres fondatrices de ma passion pour DC. Ce souvenir et son statut culte m’ont fait acheter la belle intégrale qui repose maintenant fièrement sur mon étagère. Même si je n’ai pas fini de la visionner, un épisode me revient particulièrement à l’heure où j’écris ces lignes : Rêve ou réalité, ou en anglais, Perchance to Dream. Celui-ci me marque par la maturité dont il fait preuve dans le traitement du traumatisme de Bruce et de la dualité de ses identités. Un bel exemple de ce que la série a été capable de nous offrir, et dont l’héritage perdurera.

– Mocassin


Batman TAS, quelle joie de retrouver la série le matin alors que je n’avais que mon CP à penser. Je me revoie avec mes figurines de Batman dans les mains en me déplaçant à droite et à gauche… Je me rappelle aussi de mon premier Robin, puis du second version Ninja! Je l’avais eu à Noël avec Catwoman… Quand j’étais jeune, jamais je n’ai vu de figurine Nightwing… Je me suis rattrapé depuis.

Il y avait une époque ou lorsque Robin apparaissait, le générique différait de l’original pour incorporer des moments de Robin se rebiffe. Du coup, j’étais hyper attentif au générique et je râlais dès le moment où seule la batmobile démarrait. Mais bon, c’était souvent le même épisode qu’ils nous foutaient. Robin se rebiffe…
Je me souviens d’un jour où je regarde un épisode et le design des personnages avait changé. C’était bizarre. Puis arrive Robin, tout petit à côté de Batgirl. J’étais genre, mais what!? Qu’est-ce qui se passe!? Puis l’épisode avance et je me dis, mais c’est pas Dick. Je commençais à avoir une certaine connaissance de l’univers mais pas trop. Et là, le nom est balancé, Tim. Je me suis dit, c’est naze, y a plus le meilleur. Et les mecs se mettent à en parler et qui c’est qui fait son entrée en fin d’épisode? Ravissant autant Tim que moi? Dick Grayson. Et paf! c’était Nightwing. Je peux vous dire que j’ai réussi à trouver TOUS les épisodes de Nightwing afin d’être sûr de tous les voirs. Le team Up avec Catwoman était génial. Ou encore, l’épisode où Batgirl meurt. Si si. Voyez le, c’est dans la dernière saison. Génial!

J’ai aussi d’excellent souvenir avec les épisodes où Dick affronte le gaz de l’épouvantail, celui où Batman est un cyborg, celui où Catwoman (blonde… :/) devient un chat sur l’île du Docteur Moreau ou équivalent, et l’épisode où un mec (j’avoue avoir oublié qui) engage des tueurs pour voler le masque de Batman. Ce dernier est mémorable avec un final qui me permet maintenant de griller les cliffhanger de n’importe quelle fiction.

Autant vous dire que cette série m’a bercé. Ca a fini d’achever mon goût pour Dick Grayson, le premier Robin.

– James Edge Grayson


Levé bien avant l’heure de l’école pour être sûr de ne pas rater l’épisode du matin de Batman. Petit Watchful, dans son pyjama bleu marine et bleu ciel, et dans ses chaussettes d’hiver, ne fermait plus une seule fois les paupières une fois le générique lancé. Impossible de me décoller du lit parental, sous peine d’être mordu. Cette merveille diffusée dans le programme des minikeums, avec cette présentation sous acide entraînera une forte passion dépassant le format télévisuel.

Batman TAS ce n’est pas un unique souvenir, c’est une succession de bons moments qui se sont étalés entre mon premier pas et la fin de F3X.

Et si vous ne deviez en choisir qu’un, ce serait Le Plastiqueur Fou. Une parfaite mise en abîme, permettant au jeune téléspectateur de s’identifier au mieux à Bruce Wayne, jeune fan d’un héros de série télé : parfait mélange entre Batman et Sandman. Avec un scénario simple, mais créateur d’un désir et d’une désillusion sans frustration, cet épisode résume les heures de bonheur passées devant la télé.

– Watchful


Outre le fait que cette série soit une des trois grandes pierres angulaires de mon enfance (Star Wars et DBZ sont les deux autres) grâce aux Minikeums et à Télétaz, (never forget), Batman TAS est tout simplement ce que je préfère en matière de super-héros. Des histoires adultes, drôles, effrayantes et qui résonnent encore mieux une fois adulte et surtout une pure animation, notamment l’épisode Bas Les Masques introduisant Clayface, aussi terrifiant que fascinant. Cette série a forgé tout ce que j’aime à propos de Batman et en premier lieu ses vilains. J’ai même commencé à apprendre l’anglais avec elle, quand elle n’était plus diffusée et que j’avais réussi à les trouver en VO sur le net. Trouver un épisode préféré sera compliqué, j’aime beaucoup tous ceux de l’Épouvantail et surtout du Joker, mais les deux meilleurs restent selon moi Procès et Il S’en Est Fallu de Peu parce que les méchants y ont le rôle principal. Cependant, il faut que je cite L’Homme Qui Tua Batman, qui a une saveur tout particulière (la relation Batman/Joker, c’est ma came, je rappelle que Killing Joke est mon comics préféré). Enfin vous avez compris, Batman TAS, c’est la vie.

– Sledgy7

Nos anecdotes Batman : The Animated Series 1

 

Depuis le temps, vous me connaissez sans doute assez pour savoir que ma référence télévisuelle absolue en matière d’animation super-héroïque est constituée à 99,9% d’une seule grande émission : F3X – Le Choc des héros. Or, il faut comprendre qu’à l’époque où j’arrivais enfin en âge de regarder autre chose que les programmes “petite-enfance”, et j’entends par la Oui-Oui et Debout les Zouzous, Batman TAS, l’originale, avait déjà quasiment disparu des grilles de programmes. Par conséquent, j’ai directement commencé avec The New Adventure, et Batman Beyond. J’adorais la première, mais je dois avouer que la seconde me mettait un peu mal à l’aise -à 5 ans, c’est normal-, et c’est avant tout avec Justice League que mon amour pour l’univers TAS a débuté. Néanmoins, coup du sort, quelques années plus tard, France 3, manquant de séries à proposer, décida de diffuser des épisodes de la série originale dans une émission F3X spéciale consacrée uniquement au chevalier noir. A partir de ce moment, chaque semaine, un épisode aléatoire fut diffusé me permettant de rattraper mon retard. Bien que je n’en garde qu’un vague souvenir contrairement à ses deux suites, certains épisodes restent gravés dans ma mémoire, et en particulier les films tel celui sur le Fantôme Masqué. Paradoxalement, l’épisode de Batman TAS m’ayant peut être le plus marqué est en fait un épisode crossover avec Superman TAS, dans lequel l’homme d’acier enfile le costume de la chauve-souris. Chaque année, je me dis qu’il faudrait que je me fasse les trois séries d’affilée, mais le nombre d’épisodes me décourage. Néanmoins, la sortie récente de Dark Knight : A True Batman Story, sans doute ma lecture 2016 la plus marquante, m’a remotivé. Vais-je me décider ? On en reparle dans un an.  

– Blue


Batman TAS est l’ultime madeleine de Proust de mon enfance, mon premier rencard TV, le programme animé et animant mon dimanche matin. Si bien évidemment j’ai des souvenirs d’épisode en tête comme celui centré sur Two Face racontant la descente aux enfers d’Harvey Dent pour finir porté par l’espoir de Batman, ou encore l’épisode Almost Got ‘Im où les vilains partagent la même tablée, je pense que je ne pourrais jamais oublier le générique. Reconnaissable dès la première note. Dès la première image. Tout ce qui fait le sel du Chevalier Noir se trouve dedans : la nuit sombre, les bandits mis en fuite, la plus aboutie des batmobiles, la pose iconique au sommet d’un immeuble, l’action, les yeux blancs (!), une musique épique mettant les frissons.

Depuis, Batman TAS ne quitte plus mes standards sur le personnage, ni ma bibliothèque où le coffret s’affichera bientôt fièrement de nouveau.  

– Twelveamz


L’épisode qui contait les origines de Gueule d’Argile m’avait vraiment marqué au moment de revoir la série, moins dans la fleur de l’âge. Et je me suis dit que c’était vraiment chouette, et qu’ils prenaient pas les enfants pour des idiots, et c’est ce qui fait qu’on a toujours plaisir à la regarder. C’est pour ça que la série ne vieillit pas, avec une animation qui impressionne pour l’époque à côté de la série X-Men de la même année (que j’affectionne secrètement, mais uniquement pour ce qu’elle a inspiré à DC, je veux pas être virée). Alors oui, avec l’âge elle a pris uniquement la place de ma deuxième série Batman préférée, mais c’est celle qui est la plus accessible au grand tout en gardant de la complexité. Si je pouvais épouser une série animée Batman, je serais au bras de Batman TAS pour remonter l’allée❤

– MadAsAHatter

 


Comme tout le monde Batman a bercé mon enfance, cette ambiance gothique, ce super héros sombre et implacable, cette Batmobile de légende et ses vilains parfaitement incarné: le pingouin, le Joker, Catwoman… Combien de fois mes yeux se sont illuminés devant ces histoires aujourd’hui mythiques. Evidemment aujourd’hui tout le monde peut rire de Michael Keaton en Batman, mais Jack Nicholson en Joker….

Quoi ? Kevin Conroy et Mark Hamill ? Qui sont ses gens ? On ne parle pas de Batman 89 ? Mais de quoi parle-t-on alors ? Batman TAS ? Le truc qui passait quand j’étais ado et que j’estimais être trop vieux pour regarder ses trucs de bébés ? On s’en fout, non ? Ça vaut pas la série Wonder Woman ? Comment ça je suis vieux !

Bref vous l’aurez compris Batman TAS n’évoque rien à un vieillard comme moi…

– Darthfry

Vilains

Et vous ?

Quelles sont vos anecdotes concernant Batman The Animated Series ? Dîtes-nous tout !