Vous connaissez sûrement déjà l’histoire. Sans raison, une raclure a décidé d’ouvrir le feu dans une boîte gay. L’onde de choc se répand à travers le monde. Cet acte a fait réfléchir sur la manière dont sont traités cette communauté. Après une réflexion générale médiatisée, qu’en reste-t-il ? Le projet de ce recueil Love is Love est bien d’ouvrir les yeux, d’entretenir ce choc et d’exprimer à travers l’émotion une confrontation entre haine et amour.

Torrents d’amour

Love is Love se démarque – de plusieurs manières – de l’album ou comics classique. Il s’agit d’histoires brèves composées par de nombreuses équipes artistiques différentes. Les artistes varient entre de grands noms (Dan Didio, Jim Lee, Liam Sharp, Marguerite Sauvage, Scott Snyder, Tom King, Brian M. Bendis…) et d’autres personnalités des comics moins connues du grand public (Molly Knox Ostertag, Amancay Nahuelpan, Emma Houxbois, Alejandra Gautierrez, …). On ne peut pas juger d’une participation bénévole et engagée des artistes, et on accueillera les bras ouverts cet engagement de DC, qui a donné le droit d’utilisation de ses personnages pour la cause. Leur utilisation est généralement pertinente, parfois même, très drôle. Cependant, certaines histoires sont parfois en deçà, pour rentrer dans la comparaison, et il s’agit quelques fois d’artistes connus. Le plus surprenant est l’élan de créativité d’une majorité des artistes. Ce recueil bénéficie d’une originalité éblouissante, et d’une très large diversité. Ces histoires peuvent aller d’une page complète représentant l’amour de manière simplement évocatrice, jusqu’au point de vue du chien d’une des victimes, en passant par la réaction de Deathstroke face au drame.

Ces histoires ont ce point commun de défendre avant tout l’amour, sous toutes ses formes. L’engagement est ici créateur d’émotions fortes à travers les différentes formes d’engagement : dénonciation de la présence d’armes à feu en vente libre, de l’homophobie, etc. Il s’agit, pour certaines pages d’une critique du système politique et/ou sociale. Un peu de rire, beaucoup de larmes, les comics atteignent avec ce recueil une forme artistique pure, engageant une réflexion sur les problèmes entravant le sentiment amoureux, ou s’y opposant de diverses manières.

« L is the way you look at me, O is for the only one I see, V… »

La première chose flagrante qui pourrait encore en choquer certains : l’amour n’a pas de sexe. L’amour se dégage de cet album comme une force sous-estimée, tournée en dérision dans la culture populaire, et pourtant réelle. Love is Love en est la preuve. L’album ne succombe jamais à la représentation clichée de ce sentiment, et réussi à faire vibrer la corde sensible différemment artiste après artiste. Du simple frisson aux larmes, certains pourront le feuilleter et le reposer en se disant qu’il ne s’agit que de vulgaires petites histoires sans profondeur – et ils auront torts. Certaines pages ne contiennent pas de texte, mais peuvent s’apprécier longuement. Il s’agit d’un album auquel il faut consacrer, selon les artistes, plus ou moins de temps. La réflexion n’est pas livrée au lecteur, il faudra pour certaines pages la chercher, creuser. Cela peut paraître prétentieux, mais la page livrée par Jonathan Hickman est une véritable oeuvre à elle seule, suggérant une émotion par une page unique, épurée, aux couleurs évocatrices.

Love is Love dégage des valeurs saines, peut être lu par tous, et est composé par tous, pour une unité à travers un sentiment partagé de tous contre ceux s’y opposant. Vous en ressortirez peut-être changé, mais assurément avec un souvenir marquant d’une ou plusieurs pages/histoires gravées dans votre esprit. Qu’il s’agisse de la page de Kaare Andrews comme celle de Grant Morrison et Jesus Merino, Love is Love fait fondre la glace livrant une oeuvre artistique de haute volée, avec en prime les plus belles intentions de ce monde.

Vous y retrouverez bon nombre de vos artistes préférés dans ce soutien moral, artistique et financier. Un exemple démontrant que les comics sont capables d’être engagés et d’avoir une réelle valeur artistique, lui conférant même une fonction. Vous n’avez aucune excuse pour passer à côté de cet album ! On ne peut que saluer l’initiative de Bliss Comics d’amener ce bijou de par nos contrées, tout en soutenant les associations américaines, ainsi que SOS homophobie. Autant d’amour ça ne se refuse pas.

Excellent Notre avis
0 Votre avis (1 vote)
Les +
- Engagé
- Bouleversant
- Une diversité de sujets et d'artistes
- Une bonne action...
- ... autant qu'une bonne initiative de Bliss Comics
Les -
- 49 personnes assassinées
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Trier par :

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

PARTAGER
Previous articleReview Express VO – Rebirth Semaine #79
Next articleJustice League continue de décevoir au box office américain

Étrange personnage constitué de framboises. La légende raconte qu’il aurait une quelconque appartenance à l’école du micro d’argent. Il consolide sa morphologie linguistique et cherche à se perfectionner dès que possible. Profondément inspiré par Françoise Hardi et Zizi Jeanmaire, il écrit par passion. Amoureux de culture, il n’a jamais su se détourner de son premier amour qu’est le monde des comics. Élevé dès ses premiers pas par Bruce Timm qui lui a montré la voie de la sagesse, il s’entraine depuis comme un samouraï et accumule les reliures, les brochures, et se (re)découvre au fur et à mesure des coups de cœur. Rapidement détourné de l’univers Marvelien moderne depuis Marvel Now, il ne jure plus que par Image et DC Comics. Le fan de comics qu’il est attend sagement le retour d’une époque pour le moins révolue où le fan de comics prône sur les lecteurs éphémères qui ne se limitent qu’aux grands personnages publicités ou adaptés le temps de quelques mois. Éternel insatisfait, il n’aime pas cette présentation, et tout ce que l’on doit en retenir est qu’il écrit par passion dans le but de la partager.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz