Review Express VO – Rebirth Semaine #59

8

Comme chaque semaine vous pouvez retrouver les Review Express VO de DC Planet pour faire le point sur les sorties DC de la semaine ! On a tout lu, et on vous dit ce qu’on a aimé ou moins aimé (pour rester gentil). Sans oublier bien sûr nos deux reviews complètes de cette semaine :

Le Coup de Cœur

Red Hood and the Outlaws #12

Le Top

The Flash #26

Le Flop

Titans #13

N’hésitez pas à laisser vos impressions, critiques et avis sur vos lectures de la semaine dans les commentaires ! Bonne lecture, et vive les comics !


BEYOND DC UNIVERSE

DC SUPER HERO GIRLS : OUT OF THE BOTTLE #7

review DC SUPER HERO GIRLS : OUT OF THE BOTTLE #7

Scénario : Shea FontanaDessins : Agnes Garbowska

Après une légère remontée de niveau, DC Super Hero Girls ne réussit pas à se maintenir et retombe dans un numéro pas franchement intéressant. Avec une idée principale pourtant sympathique, Fontana brode pas mal de vide et ajoute quelques scènes dont on se demande l’utilité – surtout qu’elles tombent comme un cheveu sur la soupe, et ce n’est pas assez bien amené pour que ça tombe dans du vrai humour absurde. Reste que si vous aimiez l’histoire jusqu’à présent, vous serez peut être encore indulgents, mais l’heure tourne et finalement, même ces petits personnages de papier sur du papier commencent à lasser. Dommage, ça avait bien commencé.

– ArnoKikoo

Note : 4/10

INJUSTICE 2 #14

review INJUSTICE 2 #14

Scénario : Tom TaylorDessins : Bruno Redondo

Nouvel épisode pour Injustice 2 : le mariage de Green Arrow et Black Canary est mis en péril par une attaque de la Suicide Squad, et Damian compte s’emparer du cadavre d’Alfred pour le ramener à la vie. Vous vous doutez bien que les événements qui nous sont ici présentés seront importants pour la suite du titre. Il est intéressant de voir Tom Taylor développer le background scénaristique du jeu vidéo et de son univers résolument sombre. La caractérisation des personnages, aussi différente de l’univers classique soit-elle, est réussie. On se prend d’affection pour Ollie et Dinah, ainsi que pour Bruce, et c’est avec impatience que l’on attend la suite de la série, qui parvient à se montrer captivante. Les graphismes sont réussis et mettent bien en avant l’action, tout comme les dialogues entre les personnages, si l’on adhère au style de Bruno Redondo. Injustice confirme donc sa place, à la tête du groupe digital first

– Zeppeli

Note : 8/10

SCOOBY APOCALYPSE #15

review SCOOBY APOCALYPSE #15

Scénario : Keith Giffen, J.M. DeMatteisDessins : Dale Eaglesham

C’est le gros bordel dans ce numéro de Scooby Apocalypse, dans lequel le Scooby Gang doit s’allier avec Scrappy Doo et son humain de compagnie (non, je ne déconne pas, il a vraiment un gamin infirme en guise d’animal de compagnie). Aussi étrange que cela puisse paraître, le numéro est bien écrit et les enjeux de la situation parviennent à se montrer à la hauteur de nos attentes. Scrappy est un antagoniste intéressant, qui possède des motivations plus profondes qu’il n’y paraît. C’est réussi et l’ambiance est à la fois décalée et oppressante. Ce titre improbable, comico-horrifique et majoritairement parodique, tient vraiment une place unique au sein du catalogue DC et il serait dommage de ne pas se laisser tenter. Les graphismes de ce numéro sont un peu plus réalistes qu’à l’accoutumée, ce qui sert le propos.

– Zeppeli

Note : 7,5/10


DC UNIVERSE

ACTION COMICS #983

review ACTION COMICS #983

Scénario : Dan JurgensDessins : Viktor Bogdanovic

Affrontement en vue, et de manière bien moins discrète, Dan Jurgens va étirer le combat tout le long de ce numéro. Laisser les personnages combler le silence par des sortes d’analyses des personnages comme pour les présenter, si jamais on ne savait toujours pas qui était Zod ou Lex Luthor. Ce n’est que dix pages plus tard que le premier coup est donné. Si Jurgens a su y faire avec la dualité Superman/Doomsday lors du premier arc Rebirth, les combats de masse ne sont vraiment pas son point fort. On passe aléatoirement d’un personnage à un autre, comme une division du champ de bataille, où chaque héros se retrouve face à un ennemi. Évidemment tout l’intérêt sera porté sur Superman, Jurgens met en avant ses difficultés à se battre. L’ensemble est inintéressant au possible, seul un élément a créé une inquiétude pour certains personnages, et renvoie indirectement à la lecture de l’arc Superman & Son de Johns et Kubert, ce qui donne à la scène une toute autre portée. La profondeur doit d’une certaine manière être créée ici par le lecteur. Pour sauver le tout du naufrage, Viktor Bogdanovic arrive avec un style dynamique au possible, plongeant chaque personnage dans une représentation caricaturale, sans être dénuée de sérieux. Certaines scènes gagnent en force par un effort de mise en page qu’on ne saurait accorder à Bogdanovic ou à Jurgens, même si l’absence de ce style de mise en page auparavant tend à laisser penser qu’il s’agisse ici d’une initiative de Bogdanovic. Action Comics s’efforce de ne pas couler, mais on regrettera tout de même les arcs précédents.

– Watchful

Note : 5/10

BATGIRL AND THE BIRDS OF PREY #12

review BATGIRL AND THE BIRDS OF PREY #12

Scénario : Julie et Shawna BensonDessins : Roge Antonio

Batgirl et les Birds of Prey tentent de libérer la famille de Calculator et elles vont devoir passer par Catwoman pour y arriver. Une guest plutôt plaisante (en amenant une seconde), dommage que la narration le soit moins, avec une redondance de la scène où un personnage explique sa situation et le manque d’implication du lecteur. Le bon côté est que l’histoire avance vite du coup, et les dessins de Roge Antonio sont bons et en nette amélioration. Le numéro reste donc tout à fait divertissant sans trop se fatiguer à approfondir quoi que ce soit.

– Sledgy7

Note : 6,5/10

BUG! : THE ADVENTURES OF FORAGER #3

review BUG! : THE ADVENTURES OF FORAGER #3

Scénario : Lee AllredDessins : Mike Allred

Le moins que l’on puisse dire c’est qu’avec Bug la famille Allred ne ment pas sur la marchandise. On continue donc avec le mélange d’aventure et d’humour dans un univers à l’ancienne qui fait référence aux créations de Jack Kirby en permanence. Seulement voilà ce troisième numéro s’enfonce un peu dans des tunnels d’expositions basés sur des concepts qui sonnent très Silver Age. Le tout en mettant en avant des personnages, plus ou moins obscurs de Kirby qui semblent parfois n’être que des prétextes à l’histoire pour que Mike Allred puisse se faire plaisir aux dessins. Evidemment ce dernier ne se gêne pas et livre des planches rétros et référentielles, pleines d’idées, dans son style « pop art » qui permettent à l’ensemble de tenir la route. Néanmoins de par son concept même, et encore plus avec ce numéro, cette oeuvre n’est pas si facile d’accès pour ceux qui n’ont jamais lu le maître Kirby. Bug… continue alors d’être un joli hommage et un superbe objet visuel mais souffre un peu de son scénario prétexte.

– n00dle

Note : 6/10

DETECTIVE COMICS #960

review DETECTIVE COMICS #960

Scénario : James Tynion IVDessins : Alvaro Martinez, Raul Fernandez

Avec son 960e numéro, Detective Comics continue de s’affirmer comme l’un des titres les plus solides de l’écurie Rebirth. Pourtant le rythme s’affaiblit un peu par ici, une bonne partie du numéro étant occupée par un dialogue entre Batman et Zatanna sur la place de la magie dans le monde et son importance, qui tourne par moments en rond. De l’autre côté, on avance doucement mais sûrement avec les questions autour d’Azrael et de l’Ordre de St Dumas, et la dimension mystique de cet arc ne s’en relève que plus appréciable. A ce titre il est même dommage qu’on ne plonge pas plus dans la psyché d’Azrael, mais soit. Tynion IV fait avancer ses pions, place la référence à Metal qu’il fallait forcément faire cette semaine, et se paie une nouvelle fois la solidité artistique du duo Martinez/Fernandez qui nous régale avec un ensemble de planches belles, travaillées, dans un style mainstream on ne peut plus appréciable. Un peu en dessous des précédents numéros donc, mais toujours très bon malgré tout.

– ArnoKikoo

Note : 7/10

GOTHAM ACADEMY : SECOND SEMESTER #11

review GOTHAM ACADEMY : SECOND SEMESTER #11

Scénario : Becky Cloonan, Brenden Fletcher, Karl KerlschDessins : Adam Archer et autres

Pour son avant-dernier numéro, Gohtam Academy s’offre une nouvelle fois un caméo de Damian Wayne, plus qu’appréciable tant l’alchimie entre le personnage et ceux de cette série un peu à part fonctionne bien. Maps est donc au coeur de l’action alors que le « gang » essaie de récupérer tant bien que mal un objet capable de mettre fin à ce qui ronge Olive. Il y a ce qu’il faut d’action, d’humour et d’avancée dans l’histoire pour que l’ensemble ne paraisse pas être une apparition surprise pour faire durer le titre jusqu’au prochain numéro. Le côté dramatique autour de la situation d’Olive est bien amené au départ, et la montée vers le climax laisse espérer à une bonne conclusion le mois prochain. Graphiquement le titre se trouve toujours aussi irréprochable, Archer et ses collèges réussissant toujours à donner l’impression d’avoir un dessin animé sur papier.

– ArnoKikoo

Note : 8/10

HAL JORDAN AND THE GREEN LANTERN CORPS #24

review HAL JORDAN AND THE GREEN LANTERN CORPS #24

Scénario : Robert VendittiDessins : Ethan Van Sciver

John Stewart doit faire face à un énorme problème dans ce nouveau chapitre de Hal Jordan and the Green Lantern Corps. Il a enfin eu la preuve que Tomar-Tu a bel et bien tué un Yellow Lantern qui avait pourtant rendu les armes. L’auteur passe le numéro à garder un certain mystère sur la façon dont John va réagir à ce crime, même si une seule alternative semble valable. L’acte de Tomar-Tu est intéressant, puisqu’il casse encore plus le manichéisme des Corps des Lantern avec un Green Lantern commettant ce meurtre, et on attend avec intérêt la tournure que prendront les événements. L’écriture reste toutefois assez molle, le passage avec le prisonnier est utile, mais vraiment pas enthousiasmante, et encore moins tout le drama autour de Kyle et Soranik, même si la fin laisse présager quelques représailles de la part de Guy. Heureusement, Ethan Van Sciver continue de faire du bon travail aux dessins, ce qui en fait une lecture plus agréable.

– Sledgy7

Note : 6,5/10

JUSTICE LEAGUE OF AMERICA #10

review JUSTICE LEAGUE OF AMERICA #10

Scénario : Steve OrlandoDessins : Andrew McDonald

Steve Orlando apprend définitivement de ses erreurs, et poursuit tout en se perfectionnant ces courtes histoires aux thématiques variées. Il nous emmène ici dans la complexité du rêve et du souhait, avec un grand méchant particulier, qui gagne en charisme au fil des dialogues. De leur côté, ligue remet en question son investissement et les décisions prises par Batman. Rien de bien nouveau sur ce point, mais Orlando réussit désormais à gérer un équilibre entre intrigue/thématique et vie de l’équipe. Le scénariste tape toujours dans l’originalité quand à l’aventure vécue et réussit son cliffhanger. De son côté, Andy MacDonald a un trait a priori rude, car caché derrière un encrage très épais, et une colorisation complètement aléatoire. Hi-Fi donne un résultat correct, mais passe dans ce numéro d’un style à l’autre, tout en accentuant les effets et le casque de Ray en particulier. Tantôt la colorisation reste dans certains tons et reste très sobre, tantôt elle accentue les ombres, le tout dépend en réalité des personnages. Ce qui nous donne au final l’impression d’avoir un artiste aux divers styles sur une vingtaine de pages. Justice League of America reste une très bonne série, et ne tend qu’à s’améliorer arc après arc.

– Watchful

Note : 7/10

NEW SUPER-MAN #13

review NEW SUPER-MAN #13

Scénario : Gene Luen YangDessins : Billy Tan

Un numéro qui sent bon la frénésie d’action. De toutes parts les vilains et super-héros de Chine nous apparaissent, Kenan Kong recevant l’aide de ses alliés nous fait voir la genèse de la véritable Justice League of China, alors qu’en même temps Gene Luen Yang fait progresser son intrigue vis-à-vis des parents du personnage principal. Ca reste hyper dynamique, avec de gros clins d’oeil aux personnages « américains » de DC, mais Luang adapte ces éléments à sa propre culture, sans verser dans la parodie. Et le mélange fonctionne rudement bien. L’ensemble est de plus vraiment nerveux grâce aux dessins de Billy Tan qui, s’il n’est pas aussi bon qu’un Bogdanovic, mêle des compositions agréables avec des personnages bien dépeints. Toujours un titre « outsider » sur lequel je vous recommande de vous pencher un peu. Vous ne le regretterez pas.

– Arno Kikoo

Note : 8/10

RED HOOD AND THE OUTLAWS #12

review RED HOOD AND THE OUTLAWS #12

Scénario : Scott LobdellDessins : Dexter Soy

Il y a des moments comme ça où un comicbook de Scott Lobdell vous prend aux tripes. Bizarro est malade mais va quand même aider ses compères outlaws à affronter un Solomon Grundy bien trop bavard. L’action est très présente et rend la lecture assez rapide, mais on ne s’attend pas à ce que Lobdell réussisse aussi bien à cristalliser une certaine dramaturgie autour du sort de Bizarro. En ressort une véritable émotion qui prend le lecteur à revers, presque par surprise, et ce notamment par rapport au rapport à la mort qu’entretiennent d’autres personnages. Le numéro est comme toujours richement illustré par Dexter Soy dont le style sied à merveille à cet univers. Malgré quelques faux pas, Lobdell maintient sous l’ère Rebirth sa meilleure version de Red Hood, et on ne va pas s’en plaindre.

– Arno Kikoo

Note : 8/10

SUICIDE SQUAD #21

review SUICIDE SQUAD #21

Scénario : Rob WilliamsDessins : Gus Vazquez

Cette semaine, le numéro proposé de Suicide Squad se lit plutôt très rapidement. Nous avons d’un côté la mission (vouée à l’échec on le sait depuis le début) de la Suicide Squad, et de l’autre Amanda Waller en procès. Mais pas seulement un procès judiciaire, un procès également face à elle-même et face à son ennemi. La partie avec le nouveau chef est un peu étrange, car cela dénote complètement avec le caractère même du personnage, mais cependant, il semblerait que de bonnes décisions bien que dures soient prises et qu’au final ce personnage semble avoir la carrure pour être leader au sein de cette équipe. Bien sûr, il s’agit de la Suicide Squad, et nous allons encore avoir droit à une équipe qui se divise, et qui remet tout en question, je m’y attends. Tout comme je m’attends encore avec un tour de galipette made in Waller pour nous retourner la tête avec toute cette histoire. Cependant, ce numéro pris en lui même est plutôt chouette. Et non, ce n’est pas exclusivement parce qu’il y a un dragon.

– Harley

Note : 6/10

SUPERGIRL #11

review SUPERGIRL #11

Scénario : Steve OrlandoDessins : Brian Ching

Cette semaine, on a droit à un combat Supergirl + Batgirl versus un dragon rose. J’imagine que ça fait plus girly et qu’il faut vendre le titre aux filles. C’est probablement la logique du service marketing. Plus sérieusement, c’est vraiment écrit avec les pieds et l’on peine à s’attacher au personnage principal. Le scénario est indigent et les graphismes sont totalement bâclés. C’est vraiment dommage de constater que DC laisse un titre tel que celui-ci sombrer dans les méandres de la connerie, et ce n’est pas le cliffhanger qui va venir arranger les choses… Fuyez ce titre comme la peste, même la série TV de la CW est meilleure, et ce n’est pas peu dire.

– Zeppeli

Note : 3/10

SUPERWOMAN #12

review SUPERWOMAN #12

Scénario : K. PerkinsDessins : Stephen Segovia, Art Thibert

Superwoman continue ses aventures dans ce style un peu rétro, rappelant le DC pré-New 52. La relation entre John Henry Irons et Lana Lang est toujours aussi crédible, et cet élément est le véritable point fort du titre. C’est intéressant et l’on peut apprécier cette lecture, même si les antagonistes ne sont pas extrêmement menaçants et si l’on peine un peu à saisir tous les enjeux de cet arc, qui reste mineur. Fort heureusement, l’attachement que l’on peut ressentir vis-à-vis de nos héros reste intact, et c’est à peu près tout ce que l’on demande à cette série. Lana Lang est une héroïne sympathique, et il faut reconnaître que cette version super-héroïque de la meilleure amie de Clark Kent. Les dessins sont réussis et mettent en valeur les échanges entre les différents personnages, ajoutez à cela un cliffhanger qui a le mérite de nous accrocher vraiment, et vous obtenez un épisode sympathique, qui montre que Superwoman est un titre qui complète avantageusement le groupe Superman.

– Zeppeli

Note : 7/10

THE FLASH #26

review THE FLASH #26

Scénario : Joshua WilliamsonDessins : Howard Porter

Reverse-Flash continue de torturer mentalement sa némésis en lui montrant son futur. La première scène, montrant un combat contre ses propres enfants, que l’on avait pas revu de puis un sacré moment, est vraiment cool. Le reste se repose plus sur des dialogues mieux écrits que d’habitude, surtout pour Eobard Thawne, bien caractérisé et qui rend vraiment à lui seul la lecture très agréable. L’utilisation de la Negative Speed Force est certes étrange, mais ça passe avec une de crédulité, et surtout elle permet un twist final très intrigant quoiqu’un peu rapide, j’espère donc que le prochain numéro nous donnera plus de détails sur ce sujet. L’écriture de Williamson est donc bien plus efficace ici, et pour couronner le tout, Howard Porter prend le relais aux dessins, et nous livre de belles choses, notamment sur les effets de vitesse.

– Sledgy7

Note : 8/10

TITANS #13

review TITANS #13

Scénario : Dan AbnettDessins : V. Ken Marion

Comme on pouvait le sentir depuis plusieurs numéros, Titans tend de plus en plus à se transformer en Newport Beach, et les romances n’en finissent pas. Un peu comme ce long affrontement du au final à une absence totale de coordination de l’équipe. Le non-sens est omniprésent, et dès lors, on se rend facilement compte que l’équipe est détournée de son esprit par une succession de romances, jalousies et autres niaiseries. Les dialogues ne font qu’appuyer cette niaiserie, remettant bien en question les capacités de Dan Abnett à écrire Titans. Ce numéro ne semble être rien d’autre qu’une succession de pages d’affrontement où la seule chose à laquelle le lecteur peut se rattacher est l’inquiétude concernant Wally. Ce qui fait que nous savons très bien qu’il va finir par lui arriver quelque chose, que cet élément sera bien utilisé un jour, mais il est trop tôt pour que cela arrive. Alors la tension ne prend pas, et on se retrouve avec un grand questionnement quant à l’intérêt de cette lecture. Et pour mettre en image cette brillante histoire, Brett Booth est remplacé par V. Ken Marion, qui se trouve être dans un style très similaire, même si bien moins extrême. Les expressions sont plus crédibles, on ne ne tombe plus dans l’éternel ridicule des expressions faciales, mais on retrouve ce soucis d’un décor étrange, où le personnage au dernier plan se retrouve confondu avec ce décor. Le tout reste correct, mais ne marquera pas l’esprit. Malgré l’absence de Brett Booth, ce numéro reste un membre de ce calvaire appelé Titans.

– Watchful

Note : 3/10

WONDER WOMAN #26

review WONDER WOMAN #26

Scénario : Shea FontanaDessins : Mirka Andolfo

Pour faire suite à un run très en vue (Rucka tu nous manques déjà !), DC confie les rennes de Wonder Woman à Shea Fontana et Mirka Andolfo, sans trop communiquer autour de ce début d’arc. A la lecture du numéro, on comprend un peu pourquoi tant ce Wonder Woman #26 peine à mettre en avant quoique ce soit d’intéressant. Le poids de l’héritage est peut-être trop fort, c’est d’ailleurs quand ce thème est au centre du chapitre qu’il devient légèrement intéressant même si c’est traité trop rapidement et un peu par dessus la jambe. Pour le reste l’encéphalogramme est plat. En effet, Fontana ne parvient jamais à insuffler de la vie dans son oeuvre et dans ses personnages. La faute à des dialogues paresseux et à la platitude générale dans l’introduction de cette nouvelle intrigue. Une intrigue qui souffre des clichés d’une narration à base de « voix-off » trop classiques et qui repose sur un cliffhanger déjà vu milles fois. Au moins, aux dessins, Mirka Andolfo met en place un univers visuel léger et assez charmant mais qui manque, là aussi, d’une vraie personnalité. Pour rester poli, voilà donc un début extrêmement timide. Il n’y a plus qu’à espérer qu’il s’agisse d’un faux départ.

– n00dle

Note : 4/10

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Review Express VO – Rebirth Semaine #59"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens
jihem

Pour new super-man c’est Kenan Kong et non Kenan king

Jin54
J’ai ete un peu plus emballe par le debut de wonder woman, apres c »est vrai qu’en le mettant en perspective du run précédent, on est assez en deça pour ce premier numéro. Apres je suis plus positif sur green lantern, je sais pas pourquoi, j’ai peut etre des gouts discutables mais je suis assez emblalle par l’histoire et le rythme du récit pour le moment :). Sinon voila des trucs plutot chouette a lire cette semaine. D’ailleurs je suis en train de tilter (ca n’a rien a voir) mais j’ai l’impression que bcp de numero de justice league a venir… Lire la suite »
LPU
Semaine catastrophique en ce qui me concerne : AC, W. W. et DD Casting. Les trois sont à chier et c’est très inquiétant. Une série aussi canonique que AC (putain bientôt le #1000 !) devrait avoir honte d’être aussi anecdotique et pourrie. W. W. c’est un peu pareil. La série est tellement iconique que c’est navrant de mettre une équipe créative aussi moisie. J’avais pas d’a priori sur la scénariste mais j’avais pas du tout aimé la dessinatrice sur le #22 ; elle est ici parfaitement en phase. Et puis Rucka quoi ! Son run était parmi ce qui se… Lire la suite »
td1801

Moui bon WW c’était passable effectivement. Surtout qu’elle ignore le travail de rucka non ? Diana et etta sont de nouveau BFF ? Cette dernière était il me semble toujours très en colère a cause de Cheetah, donc sois j’ai littéralement loupé un épisode.. Soit ça va m’agacer.

wpDiscuz