Son annonce et son remplacement de l’ancien Superman Univers aura fait couler de l’encre – et des larmes – mais puisqu’il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tondu (ou quelque chose du genre), nous vous proposons aujourd’hui nos avis éclairés pour ce premier numéro du nouveau kiosque Suicide Squad Rebirth fraîchement débarqué chez Urban Comics !

Et quoique vous puissiez en penser, n’oubliez pas que 7 numéros pour 5,90€ ça reste imbattable et que même si ce n’est que pour deux numéros de Deathsroke (qui restera à priori inédit dans ce format), vous y êtes gagnants. A bon entendeur…

Numéro précédent : –La suite dans : Suicide Squad Rebirth #2


Suicide Squad : Rebirth #1, #1

  • Scénario : Rob Williams Dessins : Philip Tan, Jason Fabok, Jim Lee – Colorisation : Alex Sinclair, Brad Anderson

Le voilà donc, le kiosque qui a tant fait rager. Le kiosque à la série si populaire (?) que le kiosque Superman a disparu au profit de celui-ci. Et du succès commercial que le film de David Ayer a connu, en plus de l’importance toujours grandissante que connaît Harley Quinn chez DC. Pour relancer l’équipe sous l’ère Rebirth, l’éditeur a misé sur une équipe créative all-star. Belle arnaque (mais j’y reviendrai plus tard). Les promesses donnaient envie pourtant. Une Amanda Waller (qui retrouve son look originel) prête à tout pour arriver à ses fins dans un contexte politique naïf mais bien amené et une Skwad de vrais bad guys dans un comicbook qui semble ne pas avoir peur d’aller trop loin.

Pourtant c’est un récit bien creux que nous sert Williams. Dans le one-shot, le scénariste rentre dans le cœur de l’action et réussit à présenter certains membres de la Suicide Squad de façon juste et équilibrée. Dans le premier numéro de la série, le scénariste rentre dans le cœur de l’action après nous avoir brièvement présenté tous les membres de la Suicide Squad. C’est répétitif et vide à la fois, sans compter le fait que, finalement, les deux numéros n’ont aucun lien entre eux. Néanmoins tout n’est pas à reprocher à Rob Williams. En effet, il semblerait que, de manière surprenamment étonnante, Jim Lee n’ait pas réussi à tenir les délais imposés par une ongoing. Résultat : une « histoire » principale qui doit tenir sur une dizaine de pages qui ne laisse pas d’autre choix que de couper net le récit après n’avoir rien apporté (mais genre, vraiment rien). Heureusement que le back-up permet d’équilibrer le numéro. Etrangement, Williams arrive ici à nous servir en peu de pages quelque chose de très plaisant. En revenant aux bases de Deadshot (le vrai, pas celui qui fait ses devoirs avec sa fille), l’auteur arrive à humaniser son personnage au travers ses convictions et de sa fille, ce qui constitue donc le cœur du back-up. Ajoutons à cela un Jason Fabok qui arrive à nous délivrer de sublimes planches, malgré les délais très serrés, et la sensation de gâchis est quelque peu atténuée. Il n’en reste pas moins que sur les trois dessinateurs, il s’agit du seul qui ne se moque pas de nous. Même si Lee réalise de belles planches, force est de constater que cela pourrait être meilleur. Quant à Philip Tan, ses dessins ne sont pas bons. Faits à la va-vite et enlaidis par un encrage maladroit, le one-shot devient visuellement désagréable. Finalement Suicide Squad version Rebirth c’est soit un récit qui se tient servi par de mauvais dessins, soit un récit complètement vide et gênant (les dialogues…) mais dont les dessins sont plutôt agréables.

Batman293

Note : 4/10

Review VF - Suicide Squad Rebirth #1 1


Suicide Squad : War Crimes Special #1

  • Scénario : John Ostrander – Dessins : Gus Vazquez, Carlos Rodriguez – Colorisation: Gabe Eltaeb

Toujours histoire de profiter de la sortie d’un certain film, DC a jugé bon de sortir ce one-shot écrit par le cher papa de l’équipe que tout le monde connaît. Sauf que… A quoi ça sert ? Sérieusement, la Suicide Squad, comme Harley Quinn par ailleurs, commence à lasser. D’autant plus lorsqu’il s’agit d’une histoire des plus anecdotiques qui soit. On voit clairement que ce n’est pas Ostrander qui a demandé à écrire ce numéro, pour ceux qui en doutaient. Waller a une mission, la Skwad remplit sa mission en montrant la folie de chacun à tel point que ça en devient cliché, on n’oublie pas les petites bombes dans le crâne, on met en avant Harley Quinn (bah oui), Waller a un cœur de pierre mais est bien intentionnée. Rideau. Alors, l’histoire peut bien être sympathique à lire, et c’est effectivement le cas ici, mais quand il s’agit du même schéma de construction réutilisé pour la énième fois, cela devient vraiment moyen. Il n’en reste pas moins une excellente caractérisation de Boomerang ainsi qu’une Harley somme toute marrante et des dessins qui, loin d’être merveilleux, sont assez réussis et servis par une bonne colorisation. Néanmoins, attendre plus d’un comics sorti à l’occasion d’un film serait vraiment naïf.

Batman293Note : 6/10

Review VF - Suicide Squad Rebirth #1 2


Harley Quinn #1-2

  • Scénario : Amanda Conner, Jimmy Palmiotti – Dessins : Chad Hardin – Colorisation: Alex Sinclair

Le titre rebirth aux ventes colossales (400 000 pour le premier numéro aux US) débarque. Mais mis à part le retour au numéro 1 il n’essaie à aucun moment de rentrer dans la proposition Rebirth. Aucune réinvention ou retour à des fondamentaux oubliés du personnage. C’est exactement la suite directe du run précédent. Bien que l’on tente en quelques pages de faire un état des lieux de la situation et des personnages, bref de poser les bases, il faudra avoir lu les numéros précédents (en témoigne les multiples références aux albums Urban) pour tout comprendre. La HarleyQuinn’sploitation bat donc son plein avec la même recette qui devient usante. Du one liner, de l’humour qui fonctionne parfois et du brisage de 4e mur parce que c’est cool. Pourquoi donc changer une recette qui vend ? D’autant que l’intrigue de ce début de run donne juste une envie de facepalm. Des zombies à Coney Island qu’il faut dézinguer. La lecture pour peu qu’on accroche n’est pas déplaisante mais l’intrigue est tellement vue et revue et la proposition tellement peu originale que c’est juste lourd. Comme un hot dog bien gras, joli moment où Amanda Conner et son compagnon Jimmy Palmiotti tentent peut être de critiquer la société de consommation. Mais pour ça regardez Okja. Car sinon on reste dans un titre qui se veut cool, l’est parfois, mais ne propose pas grand chose. Et le lecteur n’en retient pas grand chose non plus à la fin. Une lecture popcorn pas déplaisante avec une partie graphique cohérente et agréable à la rétine avec Chad Hardin aux dessins et Alex Sinclair qui assure vraiment sur la colorisation. Disons-le, c’est beau. Si vous cherchiez du changement ou du renouveau ce ne sera donc pas ici. En revanche si vous aimez les zombies et la directions prise par le titre dans les new 52 vous aimerez…si vous n’êtes pas devenus allergiques aux zombies en 2017.

MFWNote : 5/10

Review VF - Suicide Squad Rebirth #1 3


Deathstroke #1-2

  • Scénario : Christopher Priest – Dessins : Carlo Pagulayan, Jason Paz – ColorisationJeromy Cox

DC choisit étrangement de redonner un titre régulier à Deathstroke, qui semblait plus ou moins perdu, après des aventures bourrines et un petit stage chez la Squad au début de la période DC You. On retrouve ainsi Slade Wilson dans de nouvelles aventures plutôt axées espionnage et action, mais sans sombrer dans les travers des précédentes itérations. C’est plutôt bien écrit et l’on sent que l’auteur a le souci de développer la caractérisation de son protagoniste afin de ne pas le réduire à une simple machine à tuer. On suit alors le présent de Deathstroke en même temps que son passé, afin d’avoir une idée précise de ce qu’est l’essence de ce personnage, qui est bien plus complexe que l’on ne peut l’imaginer. Le titre se démarque par son côté pseudo-réaliste assez bien senti, qui permet d’avoir un peu d’empathie, mais il faut avouer que cet aspect fait aussi sa faiblesse, lorsqu’il s’agit de nous présenter le Clock King dans son costume classique… Mais soit, si l’on parvient à maintenir notre suspension d’incrédulité, ça passe. Le tout est servi par un graphisme de qualité, qui fait de Deathstroke la meilleure série de ce magazine, mais ce n’est pas bien dur.

ZeppeliNote : 7/10

Review VF - Suicide Squad Rebirth #1 4

Moyen / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (1 vote)
Les +
Deathstroke au dessus du lot
Harley Quinn ça peut être cool...
Le back-up de Fabok
Les -
... si vous n'en avez pas déjà trop bouffé
L'écriture sur Suicide Squad
Et le découpage imposé par Jim Lee
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}