Faut-il avoir des oeillères pour se rendre compte que la vision de Warner Bros. pour le DCEU n’est pas claire pour tout le monde. A l’approche d’une SDCC qu’on attend avec une certaine fébrilité, l’heure est de se demander si le géant américain, possédant les droits des personnages DC Comics sur grand écran réussira à faire rêver comme par les deux années passées – 2015 ayant été, de ma courte mémoire, une convention assez formidable ; 2016 souffrait déjà des retours de BvS mais c’est 2017 qui reste fort d’une grande inconnue. D’une part, DC sur grand écran a vu son image égratinée par les retours de ses deux productions de 2016. D’autre part, un sursaut d’enthousiasme avec les retours, et le succès commercial important de Wonder Woman (notamment aux US) pourrait donner l’envie à Warner de mettre les bouchées doubles d’ici deux semaines.

De fait, la seule certitude que je me permets d’avoir serait une annonce officielle, en plein panel DCEU, d’un Wonder Woman 2 avec Patty Jenkins à nouveau à la réalisation. On ne pourrait que s’en réjouir, dans l’idée d’avoir une suite avec une réalisatrice plus expérimentée et plus libre de ses idées (en tentant d’occulter les déclarations du studio qui veut de moins en moins « d’auteurs » dans ses productions). Mais si le succès ne peut qu’appeler à une suite, ce serait oublier que d’autres films étaient aussi prévus et qu’un Wonder Woman 2 ne répondrait qu’à cette logique de court terme dont nous fait par Warner depuis le backlash de Batman v Superman. Comprenons bien que nous sommes à l’été 2017, et que la seule chose dont nous pouvons êtres sûrs aujourd’hui c’est qu’un film Aquaman sortira en 2018. A la toute fin de l’année. Et nous ne savons absolument plus rien de concret pour l’après, n’en déplaise à ceux qui ont le planning de Tsujihara d’il y a trois ans encadré dans leur chambre.

On ne sait pas où en est The Flash bien qu’on espère que Lord et Miller puissent reprendre le flambeau (ne serait-ce que pour montrer que le projet n’est pas oublié). On attend de voir The Batman mais une sortie en 2019 semble difficile malgré tout. Ray Fisher nous assure qu’un film Cyborg verra le jour, mais ça dépendra sûrement du nombre de figurines SDCC à son effigie qui seront vendues. Et il y a tout le reste : des films qui ont été annoncés, certes, mais dont on a aucune idée de l’état d’avancement et/ou de la réelle volonté du studio de les inscrire à leur planning. Certes Gotham City Sirens ou Suicide Squad peuvent jouir de la popularité de ses personnages (enfin, de Harley Quinn quoi) et profiter d’un effet « suite ». La question peut se poser en revanche pour un Man of Steel 2 – qui, j’en suis convaincu, aurait déjà dû être lancé en production pour faire suite à Justice League.

Et puisque je mentionne le film de Zack Snyder (avec du Whedon dedans, mais qu’on arrive pas encore à bien établir à quel point), c’est parce qu’à mon sens, il va cristalliser énormément d’enjeux, voire tous les enjeux du DCEU. Que le film soit bon ou mauvais (ce dont on ne peut encore juger, peut-être avec une nouvelle bande annonce ? Mais l’histoire très mouvementée de la production de ce film laisse songeur…), c’est sur la réussite commerciale – et critique, elles seront liées de toute façon – que la suite de l’univers partagé de Warner/DC pourrait bien se jouer. Et peut-être me donnera-t-on tord dans deux semaines, il y a une forte possibilité que le studio préfère à la limite attendre de voir le retour sur Justice League pour amorcer véritablement les projets concernant chacun des membres par après. Que dans le cas d’un succès, on entendrait alors très vite parler de The BatmanFlashCyborg ou même tiens, un Green Lantern Corps pour s’amorcer à un second Justice League ? Et que dans le cas contraire, on tient déjà une porte de sortie en se concentrant sur des films stand-alone à la NightwingBatgirl ou GCS, puisque le Bat-verse fera toujours vendre de toute façon.

Et c’est là que j’en viens à la question de cet édito : l’univers partagé est-il, au final, vraiment ce qu’il y a de mieux à faire au cinéma, ou du moins un passage obligatoire ? Dans la réussite de Wonder Woman, quoiqu’en dise les scénettes d’ouverture et de fin, il y a le côté stand-alone, d’un film qui cherche à simplement raconter son histoire sans forcément s’embarrasser de joindre les bouts avec d’autres films. On peut aller le voir sans l’impression d’un prologue à quelque chose de plus grand ; sans caméos forcés pour dire « HEY ! DCEU MON GARS ! » au spectateur. Mais juste apprécier un film, comme on peut apprécier un album auto-contenu qui ne doive pas faire crossover avec d’autres. Au vu des déboires du DCEU qui a souffert d’une part, de vouloir à la fois copier une recette (é)prouvée, et d’autre part, de vouloir s’en différencier en allant plus rapidement – et au final on retombe sur cette manque de direction que je mentionnais avant, la possibilité de voir l’aventure « partagée » s’arrêter après Justice League ne me paraît non seulement pas impossible, mais pas dénuée d’intérêt.

Car j’ai aussi le sentiment que tôt ou tard cette volonté d’univers partagé va finir par lasser tout le monde, même les fans de comics. Il y a eu, je crois, une sorte d’apogée à l’époque d’Avengers 2 mais que le soufflet est retombée depuis ; la hype ne semble plus si importante pour Justice League, mais pour Avengers 3 non plus. Il serait peut-être donc plus sage de se concentrer véritablement sur les personnages et de leur proposer des films qui les mettent eux en valeur, sans forcément chercher à les réunir par après. J’ai la naïveté de croire qu’en faisant de bon films stand alone en premier lieu, le public en général demandera à retrouver les personnages, et à les retrouver ensemble également. Partageons, oui, mais prenons le temps de partager.