En 1980, deux ans après la sortie du premier film, Superman II débarque dans les salles obscures sous le regard attentif du public prêt à être émerveillé par les nouvelles aventures cinématographiques de l’homme d’acier. Ce que les spectateurs ne savent pas encore, c’est qu’ils vont vite déchanter.

Pour replacer le film dans son contexte, il est nécessaire de comprendre que cette suite n’a pas été mise en chantier après le succès commercial et critique de Superman I, mais a été développée en même temps que ce dernier. En effet, chose courante à l’époque, Richard Donner a réalisé les deux films en même temps, assisté de Richard Lester. Néanmoins, Donner est très vite obligé de se concentrer uniquement sur le premier film et un différend avec les studios l’exclut du second. Ce moment marque une suite de problèmes et de tragédies qui vont s’abattre successivement sur la nouvelle itération des aventures de Superman. En 1979, Lester récupère le projet mais lui et ses employeurs se retrouvent confrontés à une impasse juridique : le nouveau réalisateur ne peut être crédité au générique, Donner ayant déjà réalisé environ 75% du film. De ce fait, le scénario original est plus ou moins retouché et Lester commence à retourner des scènes du film afin d’augmenter sa participation dans le processus de réalisation et voir son nom apparaître sur l’affiche. Malheureusement, après avoir mis du temps à redémarrer le tournage suite aux nombreux différends juridiques et à la mort de Geoffrey Unsworth alors directeur de la photographie sur le film, le 1er juin 1979, lors du premier jour de reshoot sous la direction de Lester, John Barry, le chef décorateur, décède aussi – si vous avez rigolé de ce malheur, ayez un peu honte tout de même.

Richard Lester

Enfer à produire mais réussite commerciale, le film ayant rapporté 190 Millions de dollars au Box office pour 54 Millions de budget, il est maintenant temps de savoir si malgré ces différents coups du sort et imbroglios juridiques, les studios ont accouché d’un film de qualité. Et la réponse et non !

Pour résumer le scénario, s’inscrivant dans la continuité du premier, Zod et deux de ses acolytes s’échappent de la Zone Fantôme dans laquelle ils ont été enfermés par Jor-El puis, après avoir débarqué sur Terre et découvert leurs nouveaux pouvoirs, décident de dominer le monde. Pendant ce temps, Superman et Lois vivent le grand amour dans la forteresse de solitude. Alors par quoi commencer ?

Premièrement, Lester décide de faire table rase de l’ambiance que Donner s’était évertué à installer,  gommant toutes traces d’epicness afin de laisser place à un humour omniprésent. Ainsi, les méchants ne sont utilisés que comme source humoristique avec des sous-fifres totalement stupides et du comique de situation. Par exemple quelques minutes après l’arrivée des kryptoniens, Ursa s’amuse à battre des rednecks à un tournoi de bras de fer dans un bar miteux, tout cela devant un Zod levant une énième fois les yeux au ciel, totalement atterré par tant de stupidité – tout comme le spectateur d’ailleurs. De ce fait, toute tension se retrouve évincée du film, les méchants n’étant jamais assez crédibles pour constituer une véritable menace.

Deuxièmement, l’amourette entre Clark et Lois est totalement mise au premier plan, et la relation entre les deux personnages subit une caractérisation mièvre et frôlant le pastiche. En effet, un peu moins de la moitié de film est uniquement basée sur une alternance entre des scènes montrant Zod détruire le monde et Superman vivant le parfait amour guimauve avec Lois, sans se soucier à aucun moment de ce qu’il peut arriver à la surface du globe. Ainsi, ayant sans doute désactivé sa super ouïe, l’homme d’acier passe son temps à aller chercher des fleurs, préparer un dîner à sa copine en plein milieu de la Forteresse de Solitude ou pratiquer le coït dans un lit aux draps argentés qui ne pourraient avoir qu’un effet anaphrodisiaque sur une personne avec un tant soit peu de goût. De plus, il est même assez triste de voir Christopher Reeve et Margot Kidder, tous deux très impliqués dans le projet, se retrouver à jouer dans ce marasme scénaristique d’une pauvreté inexorable.

Troisièmement, plus qu’une mauvaise caractérisation de tous les personnages, Superman finissant par tuer Zod en l’écrasant contre une paroi de la Forteresse de Solitude avant de le laisser glisser dans une crevasse, le problème majeur se manifeste en particulier dans l’acte final : Richard Lester et les scénaristes n’ont sans doute jamais lu un comics sur l’homme d’acier de leur vie. En effet, les 30 dernières minutes voient se côtoyer une sorte de mauvais sentaï et la fête du slip des pouvoirs. Clark balance sur Zod des logos Superman se transformant en bâches/filets, arrive à se téléporter et se multiplier, et les kryptoniens se découvrent le pouvoir de jeter des lasers avec les mains et de pratiquer la télékinésie, rien que ça. Mais le comble du comble arrive après la défaite des méchants. Afin de faire oublier tous ses souvenirs à Lois, Clark arrive avec un baiser langoureux à les lui faire oublier par la magie du scénario.

Alors voilà, vous l’avez compris, c’est mauvais, très mauvais même. Et vous voulez savoir le pire ? J’ai passé énormément de moments gênants sous silence, comme ce passage où Clark perd ses pouvoirs et se fait passer à tabac par un mec sans même essayer un tant soit peu de se défendre. Pourtant, malgré tous ses défauts, Superman II n’est absolument pas le pire film de la saga. Ce désastre, qui aurait pu facilement être évité sans l’ingérence des studios et l’orgueil de Lester, marquera tellement Donner, le réalisateur original, que ce dernier décidera bien des années plus tard, en 2005, d’éditer une nouvelle version du film. Cette nouvelle édition, nommée The Richard Donner Cut, reprend le montage original du film, se servant des scènes déjà réalisées par Donner, mais aussi des enregistrements de casting pour les passages entre Superman et Lois. Ainsi, il aura fallu attendre 25 longues années pour que les spectateurs découvrent le film considéré par les fans comme la véritable version de Superman II…

Mauvais / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (1 vote)
Les +
- Peut être intéressant à regarder
en parallèle de la version de Donner
- Pas le pire film de la saga...
Les -
- Une caractérisation aux fraises
- La fête du slip
dans tous les sens du terme
- Des méchants ridiculisés constamment
- Une preuve de désastre
provoqué par une ingérence
des studios
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

13
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
4 Fils de commentaires
9 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
7 Auteurs du commentaire
BlueArnoKikoogrey_pigeonscouser76TheHolyBat Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Porter
Porter

Le début c’est un peu le meilleur moment du film. La superbe transformation de clark kent en courant pour sauver lois pieger dans la tour effeil. Ca c’était magique putain !

stingrayfell
stingrayfell

Sauf que même la version Donner cut est nul. Le pire c’est le début avec plus de 10min de résumé du premier film et un générique trop long.

scouser76
scouser76

La version Donner retrouve une narration qui colle plus avec celle du 1er film, mais vu son statut de film inachevé ca ne reste qu’un bonus ou au mieux un workprint deluxe. Le gros probleme de cette version c’est comme le dit Stingray une intro beaucoup trop longue (Le resume en generique de la version Lester passe largement mieux), des scenes pas tres geniales non plus (le saut dans le vide de Lois pour demasquer Clark), une partie centrale qui se traine un peu, cette idee stupide de Kal El qui renonce a ses pouvoirs (Ben oui mon gars! Elle est love de Superman pas de Clark!), mais au moins ca amene une belle scene avec Jor El et Kal El dans la version Donner.
En l’etat des deux montages je donne une legere avance au Lester,qui, malgre ses defauts a pour lui d’etre un film complet et fini.
L’ideal serait une version hybride des deux montages, mais bon, vu que Donner a voulu supprimer au maximum ce qui a ete fait par Lester on est condamnes a n’avoir que ces deux choix (sauf en cherchant des fan edits sur le net).

TheHolyBat
TheHolyBat

ah oui le film où Superman tue Zod de manière totalement OSEF…
mais non Man of steel est bien plus choquant enfin, oulala !

scouser76
scouser76

Il tue les kryptoniens avec le sourire en plus! et en faisant des vannes! (J’ose meme pas imaginer les reactions si ca sortait aujourd’hui… Ou peu etre pas? Puisque maintenant un bon film de super heros se mesure a son pourcentage en blagues et punchlines si l’on en croit certains…)
Bon y’a 2/3 amateurs des orifices de mouches qui vont nous dire que non, ils sont pas mort puisque on les vois apres en arriere plan dans une scene coupee d’un montage TV australien… Mais bon, le film c’est ils tombent dans la glace, point, dead, fini.
Amusant aussi de voir que visiblement a l’epoque Superman qui se debarrasse des bad guys comme ca, ca ne choquait pas grand monde. Autre epoque ou l’on etait peu etre moins matraques par le PC?

grey_pigeon
grey_pigeon

« En effet, chose courante à l’époque, Richard Donner a réalisé les deux films en même temps, assisté de Richard Lester. »

Chose courante ?? Euh non, pas du tout.

ArnoKikoo

« à l’époque », je sais pas si la nuance est importante, ça me le semble.
Sinon tu as peut-être des exemples pour argumenter ? :)

grey_pigeon
grey_pigeon

bah justement il n y en a pas. Il y en a eu apres mais en 78, c etait pas du tout une tendance

grey_pigeon
grey_pigeon

Donc oui j’avais bien compris la « nuance »

grey_pigeon
grey_pigeon

Un exemple datant de 5 ans avant Superman avec une sequence ne suffit pas a definir une tendance « courante de l epoque » a mon avis.
En fait c est bien avec Superman que cette idee de reduire les couts de production en tournant des films back to back est apparue. Reprise apres par Zemeckis, Jackson, Cameron….

grey_pigeon
grey_pigeon

Ne t’excuse pas pour la longueur, j’ai trouvé ta réponse tres interessante.
Pour le coup Lester a été embauché pour « surveiller » Donner qui avait du mal a tenir ses délais et était sous pression constante du Studio. L’exemple que tu donnes des 3 mousquetaires est aussi un peu different car il a été coupé en deux en post-prod de mémoire car jugé trop long (un peu comme Kill Bill). Il n’y avait pas de volonté d en faire un dyptique des le depart.
Je n’avais pas pensé au cinéma asiatique et c’est vrai que l exemple est pertinent même si il faut bien reconnaitre que les budgets des films de La Shaw sont sans aucune mesure avec Superman ^^.