PARTAGER
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Bon voilà, j’en ai gros.

Cela fait maintenant un moment que j’accumule tout ça, et le trailer de Justice League est la goutte d’eau qui fait déborder mon vase. Je sais qu’on ne juge pas un film avec ses teasers, ses trailers, ses photos, etc. Et pourtant, je suis hypée pour Wonder Woman, je suis hypée pour Justice League. Enfin non, je l’étais. Depuis Man of Steel, j’ai trouvé une ambiance et un ton qui me parlent dans les films DC sur grand écran. Un ton qui me parle beaucoup plus que celui retrouvé sur la CW. Ce ton qui est toujours présent dans Batman v Superman suite à la réalisation de Zack Snyder, le démon pour beaucoup, et du coup OUI j’ai aimé ce film seulement vu en version longue. Sauf que…

Les trolls ont envahi mon espace d’espoir

J’étais très impatiente de voir Batman v Superman, bien que sceptique pour Batfleck, je voulais lui donner une chance, et puis en plus il y aurait Wonder Woman. Et les critiques ont commencé à voir le jour avant même la sortie du film. Ma hype a commencé à se fissurer. Puis le film est sorti, et là, c’est l’avalanche de pourriture dégueulée ouvertement qui m’a fait douter de l’intérêt du film et de sa qualité. Alors je me raccrochais aux pauvres petits avis qui supportaient le  film. « Trop dark ». « Trop Snyder ». « Trop de destruction porn ». A croire que les gens voulaient un film de bisounours sans jamais ni tuer, ni blesser, ni casser quelque chose et j’ai commencé à rogner mes os de mon côté en pestant. Puis j’ai vu le film, et surprise, je l’ai trouvé bien. Même plutôt très bien. J’ai trouvé certains choix osés, et même si le début se perd en longueur, même si parfois ça reste brouillon, j’ai tout suivi avec plaisir, trouvé les acteurs justes, et puis j’ai été séduite par Batfleck et Wondie qui a fait exploser mon coeur. C’était donc avec une grande impatience que j’attendais les autres films, et surtout Wonder Woman puis Justice League. Sauf qu’entre temps, il y avait Suicide Squad, avec Harley Quinn, et le (ghetto) Joker (bling bling).

Et là… Mais là… C’était le film… Celui dont j’attendais à la fois énormément et à la fois rien. Pour avoir lu Suicide Squad, je sais que dans les comics, il y a du très bon et du très mauvais. Une équipe pas très fine mais qui fait le taff à sa façon. MAIS NON ! J’étais repartie pour un voyage sans escale à Trolland où les dépités crient haut et fort leur dégoût sans même laisser une chance au public de se faire sa propre idée. Et puis bah somme tout j’ai passé un bon moment. Alors oui, je suis le genre à aimer les films où on pose son cerveau et on se laisse balader (Fast and Furious par exemple). Je suis restée déçue par beaucoup d’aspects c’est vrai. Et même si ce n’est pas la Harley Quinn que j’attendais, Margot Robbie a su faire craquer mon coeur et le rendre tout chose en révélant certains aspects de sa relation / ses espérances avec le (ghetto) Joker (bling bling). A côté de ça, ça reste de la baston, de la vanne pétée, du on essaie de faire un truc mais bon c’est pas tellement solide : comme dans pas mal de comics Suicide Squad. Bizarre non ? Alors oui, ce n’est pas digne des meilleurs arcs / runs dont le travail d’Ostrander qui aurait inspiré David Ayer, mais pourtant, c’est plutôt pas trop mal, et pour un public qui n’extrique pas le moindre détail, c’est un bon moment. On est bien dans une adaptation, pas une relecture, pas une imitation : on adapte, on module.

J’ai donc reporté ensuite mes espoirs sur Wonder Woman, le prochain film à sortir, et le premier dédié à l’une de mes sources d’inspiration en cas de doute, car oui, Wondie est un modèle qui m’inspire beaucoup. Et là encore, certaines analyses / réflexions m’ont donné envie de détester le film pas encore sorti, tout comme ces derniers jours pour Justice League.

En fait, je ne suis peut-être qu’un public lambda en bas de l’échelle

A la lecture de toutes les critiques des gens qui s’imaginent le film, qui jugent via tout un trailer ou une image, je suis presque dégoutée. Dégoutée de me dire que j’attends ces films, que ce qu’on en a vu pour l’instant me plaît. Je me dis qu’en fait, je n’y connais rien. Je ne vois pas ce qui cloche. Je ne vois pas que le symbole phallique de l’épée de Wonder Woman est une insulte (déjà une épée n’est pas un phallus donc merci bien, et puis la voir taper avec une arme d’aspect tubulaire serait quand même bien moins efficace), comme quoi il y a du photoshop sur les photos, comme quoi elle a des talons, oui oui, comme quoi elle n’est pas assez robuste, comme quoi se focaliser sur cette histoire d’épée de gosse qui pourrait lui donner envie d’être forte c’est pas bien non plus. MAIS STOP ! C’est Wondie. On l’a au cinéma. Ses courtes apparitions dans Batman v Superman m’ont vraiment mise à terre et je veux la retrouver. Je ne veux pas d’analyse de lecteur élitiste qui n’est pas content car ce n’est pas l’arc qu’il préfère qui est adapté, car ce n’est pas la lumière de Lynda Carter qui est revisitée. Oui c’est sombre, oui l’image donnée par Patty Jenkins semble correspondre aux tons de Zack Snyder et alors ? Vous préférez un film sombre pour BvS puis une Wondie à Ponyville ? Sérieusement ? Surtout qu’on sent bien les influences de The Legend of Wonder Woman, qui m’avait beaucoup plu, sur la jeunesse de Diana.  Du coup, j’ai voulu me garder le reste de hype que j’avais pour la suite en tentant d’occulter toutes ces réflexions.

Grand mal m’en a pris puisque tout a recommencé avec Justice League, mais là, ça va encore plus loin. Bon, de toute façon c’est Zack Snyder donc c’est certain que ça ne plaît pas et que le film sera trop sombre, trop de destruction porn, trop de tourments bla bla. Et si vous saviez à quel point ça m’agace ! A une époque (sortie d’Avengers) tout le monde attendait une réplique avec notre Justice League sur grand écran, et maintenant, on préfère cracher dans la soupe parce que « DC / Warner / Snyder » avant même de voir le film, avant même de lui donner une chance ? L’arc choisi n’est peut-être pas le meilleur certes mais l’un des plus adaptables pour un public lambda, et puis des paradémons / des mother box, la suite de BvS en somme, franchement moi ça me botte. Je parle du public qui va aller voir un film de super-héros avant de donner sa chance au comics, un public qui lit des comics et veut juste retrouver ses héros sur grands écrans. Maintenant, si vous préférez des runs plus sophistiqués, bah relisez vos comics (un peu dur non ? pourtant j’en suis réduite à  ça). Franchement, on a de l’action, des personnages qui semblent être travaillés et qui sembleraient répondre aux attentes de beaucoup alors pourquoi cracher de suite dans la soupe avant qu’elle soit servie ?

Vous allez me dire : « oui mais toi t’es une fille t’es pas objective » car oui j’en ai lu des réflexions misogynes du genre. Juste parce que oui Jason Momoa est un bon choix badass et hyper charismatique pour Aquaman, forcément notre avis à nous la gente féminine est biaisé (et puis les filles on aime que les histoires d’amour c’est connu). Sauf que non, et ce trailer nous montre que l’acteur a du potentiel pour ce rôle. D’ailleurs, on y voit aussi Mera que j’ai hâte de découvrir, le regard de Lois qui voudrait peut-être annoncer le retour du Man of Steel ou qu’elle va devoir tout faire pour le ramener (et si vous saviez que je n’aime pas Superman, mon amour pour Man of Steel est vraiment déraisonné). Non mais vraiment, j’ai l’impression d’être propulsée dans un monde où aimer un  film DC relève de la maladie mentale ou du mauvais goût. Je lis tellement de choses négatives que j’en perds ma hype et que le comportement des blasés commence à m’atteindre. Je finis par me dire que au final, je n’y connais rien et je me demande même si ça sert à quelque chose de lire des comics vu que je ne comprends rien et que mon avis semble anormal car oui, c’est l’impression que ça donne.

J’étais hyper hypée pour les films DC sur grand écran, maintenant je suis juste blessée et dépitée par ce que je lis et j’en viens à me dire qu’au final, tout sera pourri puisque même si les films plairont à certains, les élitistes et les blasés pinaillant sur le moindre détail seront là pour prouver au monde entier à quel point tout est mauvais.

Franchement, s’il vous plaît, rendez-moi my hype !

Harley

Harley

Nul ne saurait décrire le monstre, aucun langage ne saurait peindre cette vision de folie, ce chaos de cris inarticulés, cette hideuse contradiction de toutes les lois de la matière et de l'ordre cosmique.