Avec un mois de février chargé en sorties de tout type, la rédaction de DC Planet s’est une nouvelle fois réunie pour vous parler des oeuvres et autres actualités qui les auront marqué pendant ce second mois de l’année. On y retrouve un peu de tout – forcément The Lego Batman Movie occupe une place de choix – entre les comics proposés par DC et Urban Comics, des épisodes de séries tv, des actualités liées au DCEU, etc…

J’en profite comme toujours pour vous inviter à partager dans les commentaires ce qui vous aura personnellement marqué en février 2017, c’est là l’occasion idéale de faire votre propre Sélec’ et d’en discuter entre vous !


La Sélec’ d’ArnoKikoo

Supergirl : Being Super #2 (DC Comics)

Type : comics VO
Sortie : 22 février 2017
Prix : 4,99$

J’en aurai déjà dit beaucoup de bien au court d’une review Express mais je profite de cette rubrique pour m’étendre encore une fois sur le second numéro de cette mini-série écrite par Mariko Tamaki et superbement illustrée par Joelle Jones. L’essentiel du numéro est axé sur la perte d’une amie (au sens propre) de Kara et du processus de deuil qui s’ensuit. Sans trop en faire, l’auteure réussit à véhiculer avec une justesse et une finesse assez incroyable l’état émotionnel de l’héroïne et permet aux lecteurs de ressentir son deuil. Il est à mon sens assez rare de réussir à véhiculer d’intenses émotions par la bande dessinée mais cette lecture est l’une des plus fortes que j’ai pu avoir ces dernières années et je vous avoue que juste en y repensant j’ai une petite boule au ventre. Alors j’invite tout le monde à aller découvrir ce titre qui est on ne peut plus « Super » même sans super-pouvoirs. A lire absolument.

La Sélec’ de Blue

Deadshot et les Secret Six Tome 2 (Urban Comics)

Type : comics VF
Sortie : 10 février 2017
Prix : 28€

Il m’est obligé de mettre à l’honneur cette équipe d’anti-héros, malheureusement tombée dans l’oubli depuis les New 52. Un groupe totalement à l’ouest, formant une grande famille dysfonctionnelle et borderline dont tous les  membres, essayant tant bien que mal de se comporter comme des bad-guys, se font constamment rattraper par leur morale. Gail Simone, loin de son run faiblard sur Batgirl, montre ici tout son talent à allier tragique et burlesque n’hésitant pas à tourner en ridicule les plus grands héros de la Justice League sans jamais tomber dans le pathos et l’irrévérencieux à outrance, et Nicola Scott – également une femme ce qui est rare dans l’industrie – arrive avec brio à planter le décors de cet univers, le tout  servi par une colo qui dépotte. Que dire de plus ? Si vous commencez à être lassés de ces nombreux héros ne pensant qu’à sauver des chats dans des arbres et rendre le monde meilleur, les Secret Six sont faits pour vous, alors foncez !

La Sélec’ de Corentin

The Lego Batman Movie

Type : film d’animation
Sortie : 10 février 2017

Pas encore rattrapé quelques mois de lecture en retard (mais on progresse, on progresse), et plutôt que de sélectiver une énième actu’ autour des rebondissements de routine de DC au cineuche, histoire de ne vexer personne avec le crossover The Button ou de vous ressasser une envie personnelle de voir Scalped porté à l’écran (“leul, j’ai pas lu et en plus y a pas de super-héros, balek balek broda”), The Lego Batman Movie apparaît donc comme la sortie la plus fédératrice parmi l’ensemble du spectre, puisqu’il s’adresse aussi bien aux enfants qu’aux grands enfants, aux gens qui n’ont qu’une culture Batman éparpillée et à ceux qui aiment chercher le moindre clin d’oeil ultra pointu, et que d’une manière générale, c’est peut-être le premier film à être aussi génial et englobant depuis – depuis longtemps ?

Plutôt que d’énumérer les qualités du métrage (qui comprend aussi les 2% de défauts acceptables de chaque film d’animation grand public, d’ailleurs), je profite de ce papier pour m’interroger : a-t-on déjà eu un film de cette ampleur, quelque part, dans l’histoire des adaptations, ou bien ? Si Lego Batman va puiser dans une somme de codes télévisuels chers aux Simpsons, South Park, Familly Guy et l’évident mais moins connu Robot Chicken, un film de cette longueur et de cette tonalité sont finalement assez rares dans le panthéon des adaptations de comics, ou même de la déconnade familiale compte tenue de la relative déception opérée par les versions filmiques de certains des dessins animés mentionnés plus haut. Plus qu’un film DC, c’est surtout pour cette occasion assez unique de (re)voir l’humour de référence après The Lego Movie, le melting-pot d’absurde et de second degré mêlé d’amour pour la culture pop’ qu’on voit souvent à la télé’ et plus rarement au cinéma (dans un monde où Dreamworks et Pixar tiennent les rênes du “néo dessin animé”) et de retrouver ce produit étrange, né de l’animation, du fan-made en stop motion sur le web par une somme de créateurs amateurs géniaux, des cut-scenes de Lego Batman et de divertissement pour nerds de plus de vingt-cinq ans, qui donne une raison de s’enjailler.

Et pas que sur une suite potentielle, on peut aussi applaudir l’édifice Lego en général, qui brique par brique construit pour le moment un parcours sans fautes avec une recette qu’on a hâte de retrouver dès le prochain opus, comme si les adaptations de jouets, derrière les licences Hasbro pour qui personne n’a l’air enthousiaste, pourrait avoir compris comment bien faire les choses en définitive. Bref, sacralisons toute une génération d’animés chelous et de dérivés pop-culturels de masse, et espérons maintenant une version live-action de Teen Titans Go! Histoire de voir si ce genre de projets de niche pour les trentenaires fans d’aprems pains au chocolat et fans de BD ou de jeu vidéo à leurs heures perdues a des chances d’avoir un avenir durable dans le Hollywood de demain.

La Sélec’ d’Harley

Batman : Harvey and Ivy Deluxe Edition (DC Comics)

Type : comics VO
Sortie : février 2016
Prix : 25€

Ce mois-ci, je place en coup de coeur Batman : Harley and Ivy The Deluxe Edition, qui rassemble l’intégralité de la mini-série Batman : Harley and Ivy ainsi que d’autres numéros mettant en scène nos deux demoiselles préférées dans des aventures loufoques. On y retrouve la plume de notre Paul Dini et les planches de notre Bruce Timm vénérés, avec au passage d’autres invités de prestige comme Judd Winick.

Une lecture très plaisante qui nous replonge avec joie dans nos années 90’s avec nostalgie. Je ne dis pas que c’est histoire d’oublier les misères faites aux personnages ces derniers temps, mais au fond, une petite piqûre de rappel de leurs premières histoires ne fait pas de mal. Et puis bon, Harley et Ivy c’est un peu le duo de choc que tout le monde aime !

La Sélec’ de James Edge Grayson

L’annonce du film Nightwing par Chris McKay

Type : actualité

Une nouvelle qui fait peur et plaisir en même temps. Plaisir parce qu’il était temps que quelqu’un envisage sérieusement de faire un film sur ce personnage afin qu’il soit proprement mis à l’écran pour notre bon plaisir. Et qu’une fois cette étape franchie, on pourrait avoir un univers étendu avec tout plein de héros qu’on aime s’entrecroiser. Et peur parce que justement, on va avoir tellement d’attente pour ce film en tant que fan qu’on va les attendre au tournant. En espérant un bon choix d’écriture, d’acteur, de réalisation.  Evidemment, rien n’est écrit dans le marbre et il faudra commencer par en finir avec le film The Batman, j’entends par là, qu’il avance vraiment après tout ce soap autour de la réalisation.

La Sélec’ de Julien

Warner officialise Matt Reeves à la réalisation de The Batman

Type : actualité

Parce qu’il y en avait carrément marre de ce nombre incalculable de rumeurs autour du projet du film The Batman, je sélectionne ce mois-ci cette news. Comme d’habitude lorsque Warner Bros. annonce un film DC, les rumeurs inondent la toile au point où on atteint très rapidement l’overdose. Ces rumeurs sont extrêmement frustrantes pour les fans puisque la grande majorité détruisent le film avant même la publication des premiers détails sur l’histoire, ou des premiers visuels. On retrouve tout, et surtout n’importe quoi, comme lorsque les films Man of Steel et Batman v Superman avaient étaient annoncés. Alors qu’on se demandait si Ben Affleck n’allait pas laisser sa place pour incarner Batman après avoir quitté le poste de réalisateur, Warner Bros a officialisé dans le mois à travers un communiqué de presse, l’arrivée de Matt Reeves en tant que producteur et réalisateur du film. Cette annonce s’est malheureusement faite très tardivement mais cela peut s’expliquer par le fait que Warner et Reeves étaient toujours en pleine négociation il y a plusieurs jours…  Cela ne ferait pas de mal aux différents projets cinématographique de DC si Warner Bros. pouvait prendre l’habitude de lâcher des informations officielles plus régulièrement sur ces différents projets en évitant d’attendre une flopée de rumeurs assassinant ces derniers.

La Sélec’ de Léonidas

The Lego Batman Movie

Type : film d’animation
Sortie : 10 février 2017

Sans aucune originalité, le truc qui a le plus éveillé mon intérêt en ce mois de février 2017 et le dernier long-métrage consacré à un personnage DC. Et je le clame haut et fort : le meilleur film DC depuis Man of Steel. Et on peut même remonter un peu plus loin et dire qu’il s’agit du meilleur film DC depuis Green Lantern. C’est révolutionnaire : enfin un film où les fans ne sont pas obligés de trouver des excuses pour l’apprécier. Enfin un film qui met tout le monde d’accord. Enfin un film qui ne va pas se faire laminer par le Nostalgia Critic. Enfin un film qui montre qu’il n’y a aucun complot anti-DC. Bref : enfin un bon film. Et dans le paysage des adaptations DC, c’est quelque chose qui m’avait vraiment manqué. Le film n’est pas parfait, mais il tient ses promesses et il réussit ce qu’il entreprend. Il est drôle, beaucoup des blagues font mouche, et globalement l’animation et les doublages sont au top (par contre question musique je suis pas très fan de la pop). Bon, désolé, je trouve pas grand chose à dire, j’ai épuisé tout mon stock dans le podcast (que je vous invite à écouter). Comme le dit Karim Debbache “Un super film, pour petits et grands. Et je dis ça alors que je sais que ce slogan et nul.”. Maintenant, je suis rassuré : même si Wonder Woman et Justice League sont des grosses daubes, l’années 2017 aura été satisfaisante pour moi, grâce au film Lego Batman. Je peux aller dormir en paix.

La Sélec’ de MadAsAHatter

Batman and philosophy : the Dark Knight of the soul

Type : essai/littérature
Sortie : 13 juin 2008
Prix : 15€ (prix conseillé)

Avec certes quelques années de retard, je me suis lancée dans cette lecture pour laquelle j’avais quelques apriori. Quand on pense philosophie, on voit souvent des bouquins compliqués avec un contenu très conceptuel qui demande une grande capacité d’abstraction. Parfois on voit aussi l’inverse, de la pseudo-philosophie facile mais peu intéressante et qui reste en surface. Malheureusement, dans le cas de Batman ou d’autres super-héros, certains lettrés notamment des philosophes analysent le phénomène sans le connaître et simplifient notre passion des collants en parlant de personnes qui n’ont pas su grandir, qui tentent de fuir un quotidien traumatisant ou qui n’a pas la patience suffisante pour lire de « vrais livres ». Ces présuppositions, souvent générées par un manque de connaissance dans le domaine, peuvent attrister les lecteurs qui aiment les super-héros mais aussi d’autres types de livres ainsi que la réflexion !

Cet ouvrage est le juste milieu idéal. L’auteur, sans aborder des sujets beaucoup trop complexes, nous donne une vue d’ensemble intéressante sur des problématiques philosophiques rencontrées dans l’univers de Batman, en mentionnant les comics et certains événements de la continuité mais aussi en citant des célèbres philosophes et en faisant des rapprochements entre les deux univers. Accessible, intéressant, avec des sources pour appuyer ses propos ainsi qu’un peu d’humour par moment, l’auteur traite avec succès le thème annoncé dans le titre. Son format avec de petits chapitres thématiques le rend aussi tout à fait compréhensible même pour les lecteurs moins réguliers qui lisent quelques pages de temps en temps, et permettra aussi au public d’exercer leur lecture anglaise.

La Sélec’ de n00dle

Super Sons #1 (DC Comics)

Type : comics VO
Sortie : 15 février 2017
Prix : 2,99$

On l’aura attendu pendant un long moment depuis son annonce et à mesure que les mois passaient, l’espoir grandissait encore plus avec le travail remarquable de Tomasi sur la série Superman. Finalement, Super Sons est sorti ce mois-ci et l’auteur est parvenu à livrer une introduction à la hauteur des attentes. On savait que Tomasi maîtrisait parfaitement l’écriture de Damian, on avait aussi entrevu tout le potentiel du personnage de Jon Kent sous sa plume, et il parvient à maintenir ce niveau maintenant que les deux sont réunis dans leur série. Tout ça dans une oeuvre dont DC a grandement besoin car elle fait honneur à la jeunesse, là où la plupart des autres grosses séries du moment s’attachent à mettre en avant les personnages classiques du DC Universe. C’est donc bien le ton de l’oeuvre et la dynamique qui lie les deux héros adolescents qui apporte tout le sel du titre et qui en fait un pur plaisir de lecture. Ce premier numéro est, en plus, servi par un Jorge Jimenez très en forme dont le style fait ressortir toute l’énergie salutaire de la série. Bref, des séries sur la jeunesse qui n’oublient pas que ses personnages adolescents sont des adolescents justement sans les prendre de haut pour autant, tout en trouvant un réel équilibre pour convenir à tout type de public, il en faudrait plus. Cependant Super Sons #1 est à ce point réussi que l’on peut se contenter de sa seule présence sur le marché.

La Sélec’ de Sledgy7

Dark Night : Une Histoire Vraie (Urban Comics)

Type : comics VF
Sortie : 3 février 2017
Prix : 14€

Pour ma sélection de ce mois-ci, j’ai tout simplement repris mon top des lectures de 2016, Dark Night : Une Histoire Vraie, sorti chez Urban début février. Paul Dini, l’auteur qui a fait notre enfance avec la série animée Batman TAS, nous livre un récit intime sur l’assaut qu’il a subi dans les années 90 et sur la manière dont il a vécu et battu ce traumatisme et sa perte de foi totale en ses personnages. C’est une profonde introspection à laquelle beaucoup pourront s’identifier et l’admiration que j’avais pour cet homme n’a fait que s’accroître. Si cela ne vous suffit pas, cette histoire est en plus dessinée à merveille par Eduardo Risso avec de très belles couleurs accentuant la mélancolie de Dini et une mise en scène intelligente. Dark Night : Une Histoire Vraie est unique en son genre et mérite d’être lu par tout le monde, et surtout par les personnes qui ont un jour souffert psychologiquement.

La Sélec’ de SuperAudy

The Flash S03E13 – « Attack on Gorilla City »

Type : série tv
Sortie : 21 février 2017

Les lecteurs des reviews séries seront certainement fort surpris de me voir sélectionner la série de la CW The Flash dans ma sélection du mois. Bon soyons honnêtes, mon quota de lecture comics a bien diminué ces derniers temps, écriture de travail de diplôme oblige… et je n’allais pas re-sélectionner Greg Rcuka présente Wonder Woman que je vous avais déjà recommandé dans sa version VO. Mais, j’ai choisi de mettre l’épisode 13 de la série The Flash en sélection de ce mois car c’était un bon épisode. Si, si. On y retrouvait l’humour, le suspense et ce qu’il y avait de frais au début de la série, qui m’avait bien plu d’ailleurs… avant de se détériorer au fil des épisodes à partir de la deuxième moitié de la deuxième saison. Manque de budget, casting toujours plus nombreux, “freak-of-the-week”, scénario bancal et élans romantiques mal équilibrés, The Flash commençait à ressembler furieusement à Smallville. Mais la semaine dernière, on a retrouvé un épisode prenant avec des références à l’univers comics du personnage, des bonnes vannes et de l’action, sans oublier le petit moment bisou entre deux personnages qui se couraient après (sans mauvais jeu de mot) depuis longtemps. Au moment où j’écris ces lignes, l’épisode 14 ne s’est pas encore échoué de la mer du peer-to-peer jusqu’au disque dur de mon appareil alors je ne peux pas encore vous dire si Flash continuera dans cette veine ou s’il retombera dans la léthargie médiocre dans laquelle il avait sombré. Espérons que non.

La Sélec’ de Watchful

L’annonce des crossovers DC/Looney Tunes

Type : actualité

Si associer DC et Hanna-Barbera semblait déjà barge, cette annonce n’avait rien de prévisible, et en a laissé plus d’un sur le cul. Seulement Hanna-Barbera joue déjà le côté nostalgique. DC semble chercher plus loin dans l’aspect délirant ramenant Lobo, Batman, Martian Manhunter et Jonah Hex. Une adaptation de la part de l’éditeur plutôt que des personnages introduits facilitant l’écriture et de ce fait multipliant les possibilités d’histoires délirantes. Qui aurait imaginé un jour voir Batman et Elmer ? De plus, les personnages utilisés sont loin d’être les personnages fonctionnant le plus. Mais on peut y voir une stratégie de la part de l’éditeur justement pour relancer ces personnages, les rendre un peu plus populaire. Lobo connaît un retour avec Justice League of America (personne n’a dit qu’il y avait sa place), Jonah Hex a disparu depuis quelques années au grand désespoir de ses fans, Martian Manhunter s’est vu annuler son titre avec Rebirth. Seul Batman tient la barre, même si l’ensemble relève d’un véritable fan-service. De même, lorsqu’on voit ce qui a pu être fait avec Hanna-Barbera, les scénaristes semblent très libre dans l’écriture de le ton utilisé, variant énormément d’un titre à l’autre. Face à cette annonce, on peut toujours garder une légère crainte du résultat, mais force est d’avouer que ces crossover semblent valoir bien plus que Justice League/Power Rangers. Et puis qui n’a jamais rêvé d’un Road Runner dans l’espace avec Lobo !