Vous allez certainement vous demander qui est ce type, et quel rapport il peut y avoir entre un militaire et les comics, et cela va vous paraître évident. Aujourd’hui on vous parle du créateur de National Comics, et donc, de DC Comics. Allez trouver un meilleur moyen de fêter la nouvelle année après ça. Parce que beaucoup l’ont oublié, et que nombreux sont ceux à s’attarder sur les personnages fictifs et non pas sur l’industrie et ses personnalités ayant permis, et permettant encore aujourd’hui, à ses personnages de vivre entre les pages des comics. Et tout cela malgré cette petite lutte de sa petite fille Nicky Wheeler-Nicholson Brown, mais aussi son petit-fils, Ian Wheeler-Nicholson, à qui l’on doit un site Internet lui étant dédié. Cela fera cette année 83 ans que le « Old Man » a lancé sa machine à vendre du rêve. On lui devait bien ce modeste hommage.


1. Un petit homme dans les Grandes Lignes

2. Encre et baïonette

3. Orgueil et vérités

4. Brand New Day


1. Un petit homme dans les Grandes Lignes

Malcolm Wheeler-Nicholson naît le 4 Janvier 1890, à Greenville dans le Tenessee, d’une famille d’origine anglaise. Son père meurt 4 ans plus tard, après la naissance de son petit frère. On ne connait rien de son père à l’exception qu’il était anglais tout comme sa femme. Suite au décès de son mari, elle part à New-York et devient journaliste avant de trouver du travail dans un magazine pour femmes, ce qui l’emmènera à Portland. Cependant, une figure paternelle lui manquait, à lui et son frère. Un professeur, venu de Londres, que les deux frères adorèrent par la suite, et finirent par le présenter à leur mère. S’en suit une certaine romance qui s’installe entre eux. Il parlera toujours de cet homme comme étant son père, et se vantera souvent du fait qu’il soit originaire de Londres.

Lui comme son jeune frère auront droit à une culture digne des aristocrates. Ils dévorent les livres qui les entourent, et baignent grâce à leur mère dans un milieu favorable à l’apprentissage. Ce qui développe grandement leur curiosité et multiplie leurs connaissances. Ce qui est assez étonnant puisqu’ils vivent assez modestement. La famille passe ses vacances dans un ranch dans l’état de Washington, au nord-ouest des Etats-Unis, où Malcolm entretient une autre passion, celle des chevaux. Il y apprend à monter et dresser les chevaux. Dès lors un contraste se forme entre l’homme de lettres assez fermé, et cet engouement pour la vie et le monde extérieur. Il est ensuite accepté à l’école de Manlius Pebble Hill School. Une école ayant pour objectif d’entretenir le savoir et de développer une pensée critique. Incluant également un programme militaire, qui a su intéresser Malcolm Wheeler-Nicholson. En 1917, il rejoint la cavalerie en tant que second lieutenant. Il est ensuite considéré comme étant le plus jeune Major de la cavalerie, ou l’un des plus jeunes, cela variant selon diverses versions.

Catch 22

Il intègre alors la cavalerie de John Pershing, un commandant des forces armées réputé pour les nombreux affrontements qu’il a mené, qu’il s’agisse de la révolution Mexicaine comme la première guerre mondiale. En lien avec cette révolution, la cavalerie a pourchassé Francisco Pancho Villa. Après quoi, le Major Malcolm Wheeler-Nicholson se créé une obsession pour cette figure représentative de la révolution Mexicaine et cherchera à plusieurs reprises à repartir pour cette chasse à l’homme. En vain. Cependant cette obsession restera un secret pour ses enfants. Il pourrait s’agir du fait de vouloir faire ses preuves au front dans ces premières expéditions qui allaient mener à une guerre violente. Si le Major Malcolm Wheeler-Nicholson était un homme de lettres il cherchait l’expérience du terrain, et comparait ce qu’il vivait avec ce qu’il pouvait apprendre des manuels et autres livres d’aventures ou liés à l’apprentissage de stratégies de combat. Il savait faire la différence entre apprentissage et application, ainsi que les associer pour en tirer les bénéfices. Il est ensuite envoyé en Sibérie diriger une unité d’artillerie et une troupe Cosaque, et supervise des opérations aux Japon au même moment. Il multiplie les opérations, mais durant tout ce temps, ses réflexions le perturbe. Pourquoi participer à ces guerres ? Pourquoi envoyer des gamins aller au front sans aucune préparation ? C’est évident, ils sont ici pour mourir. Et le Major refuse cela.

Sans vraiment réagir, et certainement aussi par amour de l’aventure et du voyage, Malcolm Wheeler-Nicholson compare les armées qu’il rencontre durant ses expéditions et voyages. Prend des notes, et cherche le rôle que tient son pays dans les guerres auxquelles il participe. Il tient tout de même un journal, écrit des lettres, où il dénonce les injustices qu’il relève dans ce système. Son implication dans ces événements devenus quotidiens, manifestes des horreurs banales. Après la première guerre mondiale, il est envoyé étudier à Paris à Saint-Cyr. Il retourne aux Etats-Unis avec l’intention de devenir général, et ramène avec lui sa femme, Elsa Björkbom, avec qui il s’est marié à Paris en 1920. Elle venait d’une très bonne famille de Stockholm et a été la première femme à avoir étudié à l’université d’Uppsala. Elle est décrite comme très belle, très cultivée, mais aussi comme une mauvaise cuisinière. Elle était à Paris, pour étudier la peinture, et sa soeur, étudier la langue, toutes deux issues de l’aristocratie Suédoise.

L’ambition a toujours été présente chez le Major, mais la franchise est un trait de caractère aussi admirable que dangereux. Il était remarqué aux yeux de ses supérieurs comme brillant et un fin stratège, mais sa franchise, son attachement à la vie des autres et son franc parler quant au système dont il avait remarqué la corruption ont fait qu’il n’a jamais pu atteindre un grade supérieur. Le Major le savait, et il a ensuite écrit une lettre qu’il a souhaité publier dans The New-York Times. Cette lettre, qui sera publiée par la suite, est adressée directement au président des Etats-Unis de l’époque : Warren Gamaliel Harding. Il poursuit également en justice le général SladenMalcolm avait conscience des risques qu’il prenait, mais la cour martial n’était rien comparée au malaise ressenti et les souvenirs des guerres rencontrées.

Un soir, alors qu’il était resté près de sa femme malade, à Boston, il est rentré tard au baraquement qui lui, était situé à Fort Dix, dans le New Jersey. Ne pouvant avoir accès à l’entrée principale, il est passé par une fenêtre. Un garde l’a surpris et a tiré. Force est d’avouer que c’est tout de même bien con de tirer sans prévenir dans les couloirs d’un baraquement, et qui plus est, sur un major. Malcolm est hospitalisé, et en relation avec la lettre écrite, et la connaissance du grand public des risques et du système militaire, la famille pense de suite à une tentative d’assassinat afin de faire taire le Major Malcolm Wheeler-Nicholson. L’année suivante, en 1922, il sort son premier livre The Modern Cavalery. Un essai sur le rôle de la cavalerie à une époque où la guerre n’a de cesse d’évoluer, notamment avec l’apparition des voitures, mais aussi de stratégies militaires. Un livre qui n’a de cesse d’être réédité de l’autre côté de l’Atlantique. Il publie également un roman Death at The Corral. Cette même année, il se rend à la cour martiale, et en sort victorieux. Cependant, la victoire n’est que de courte durée, l’année suivante, la peine de Sladen est essuyée par la Cour Suprême l’année suivante. La balle qu’il a reçu a touché sa tempe et ne laissera comme séquelle qu’une cicatrice,  qui selon les dires de son fils, Douglas Wheeler-Nicholson, est tombée avec le temps derrière son oreille.

1
2
3
4
PARTAGER
Article précédentReview VF – Harley Quinn tome 4 : Le Gang des Harley
Article suivantDC Fan Arts #242
Photo du profil de Watchful
Étrange personnage constitué de framboises. La légende raconte qu’il aurait une quelconque appartenance à l’école du micro d’argent. Il consolide sa morphologie linguistique et cherche à se perfectionner dès que possible. Profondément inspiré par Françoise Hardi et Zizi Jeanmaire, il écrit par passion. Amoureux de culture, il n’a jamais su se détourner de son premier amour qu’est le monde des comics. Élevé dès ses premiers pas par Bruce Timm qui lui a montré la voie de la sagesse, il s’entraine depuis comme un samouraï et accumule les reliures, les brochures, et se (re)découvre au fur et à mesure des coups de cœur. Rapidement détourné de l’univers Marvelien moderne depuis Marvel Now, il ne jure plus que par Image et DC Comics. Le fan de comics qu’il est attend sagement le retour d’une époque pour le moins révolue où le fan de comics prône sur les lecteurs éphémères qui ne se limitent qu’aux grands personnages publicités ou adaptés le temps de quelques mois. Éternel insatisfait, il n’aime pas cette présentation, et tout ce que l’on doit en retenir est qu’il écrit par passion dans le but de la partager.

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Dossier – Le Major Malcolm Wheeler-Nicholson, aux origines de DC"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Baccano

Sacrément intéressant! Bravo!

crazy-el

ahh ben Bacca. Dois-je comprendre que c’est un retour? lol

Baccano

Je ne fais plus parti de l’équipe malheureusement mais je lis toujours les dossiers. Et celui-ci est particulièrement intéressant.

crazy-el

Le contraire m’aurait surpris. On sent dans ce type de dossier ton approche là dedans, ça te ressemble. lol

stingrayfell

Merci WATCHFUL ! c’était agréablement instrctif, surprenant et ultra intéressant !!! Une belle surprise cet article ! Tu m’as appris quelque chose de très important sur ma passion ! Un grand Merci !

crazy-el

Wow Très surpris, très très surpris que tu relates cette histoire du Comics Book lol lol En effet, il est une pierre importante dans l’édifice de cette culture américaine. D’ailleurs, les histoires de Superman au cous de la Guerre, avec Hitler par ex., n’est pas anodin. Il aurait eu des instances militaires qui auraient visité les bureaux de DC pour leur dicter comment orienter les histoires de Superman pour servir la Démocratie dans ces temps de Guerre. Merci WATCHFUL, tu es dans mon estime là. lol

Jo Ker

Excellent dossier, très instructif. Merci beaucoup Watchful.

Raeltupe

Comme toujours, un excellent dossier qui continue à m’apprendre des choses sur cet univers… Merci c’est top !

wpDiscuz