Nouvelle année, nouvelles résolutions, et bla bla bla… C’est que DC Planet commence à prendre de l’âge, et c’est loin d’être le premier nouvel an que nous passons avec vous, formidables lecteurs. Mais, tradition oblige, le top qui ouvre l’année 2017 est centré sur les sortie 2016 d’Urban Comics. Une année étonnamment chargée, et je vous garantis qu’il n’a pas été facile pour les membres du staff de choisir ses 10 œuvres préférées. Vous pouvez aussi voir ce top comme les 10 must-have de 2016. Bref, s’il y a un anniversaire qui arrive prochainement, vous savez quoi faire.


Top 10 (selon nous) #21 : Sorties Urban Comics 2016 110. Luthor

Scénario : Brian Azzarello
Dessin : Lee Bermejo
Sortie : 11 mars 2016
Prix : 15 € / 22.50 CHF
Review : Corentin
Luthor

Après Président Lex, Luthor est le deuxième ouvrage entièrement consacré à un des meilleurs vilains de tous les temps, j’ai nommé : H’el. Et si vous n’avez pas ri devant cette désopilante vanne, j’ai le regret de vous annoncer que votre sens de l’humour est fort peu développé. On retrouve derrière cette œuvre deux têtes connues : Brian Azzarello et Lee Bermejo, qui avait déjà pondu un graphic novel similaire traitant du Joker (et qui s’appelait… Joker).

Ici, les auteurs reviennent à la charge, avec ce qui semble être le Killing Joke de Lex Luthor. Les auteurs arrivent brillamment à jouer avec la mythologie d’un personnage vieux de 75 ans, sans trahir les puristes, en nous racontant une version des faits originales. On est dans la tête de ce personnage Iconique avec un grand I, ce qui nous montre sa vision des choses, son humanité, qu’on constate bien lointaine du personnage manichéen des année 40. Luthor, c’est un autre regard sur le personnage de Superman, et donc sur l’univers DC, en parcourant la vie d’un homme empli d’idéal et d’humanité.

Top 10 (selon nous) #21 : Sorties Urban Comics 2016 29. Batman Black & White tome 1

Scénario : Collectif
Dessin : Collectif
Sortie : 25 mars 2016
Prix : 28 € / 42 CHF
Review : Corentin
Batman Black & White tome 1

Autre sortie de poids, le premier volume publié par Urban Comics de Batman Black & White est paru (et n’a pas été traduit « Batman d’Ombres et de Lumières », merci pour ça les mecs), série immanquable des amateurs de la chauve-souris. Initialement entamé en 1996, l’initiative est prise par l’éditeur Mark Chiarello d’appliquer au polymorphe Batman et a sa cité aux mille facettes l’esprit des anthologies Eery et Creepy de Warren Publishing, deux séries très célèbres pour avoir vu naître les débuts d’immenses talents de la BD américaine de leur temps.

Chiarello a choisi d’appliquer le même procédé à ses génies contemporains, aussi trouvera-t-on dans ce tome une collection de noms impressionnantes, où se cachent les plumes et crayons de Neil GaimanBrian BollandKlaus JonsonPaul DiniDenny O’Neil ou encore Katsuhiro Otomo. Une collection de petites histoires en noir et blanc (ben oui), souvent géniales et peuplées d’exercices de styles foisonnants s’attachant à décrire la moindre ambiance et le moindre ton qu’a pu prendre le Chevalier Noir au cours de sa longue quête de justice, dans les rues ombrageuses et pleines de tonalités de Gotham City. Une bonne place dans votre bibliothèque et ce top, amplement méritée.

– Corentin

Top 10 (selon nous) #21 : Sorties Urban Comics 2016 38. Garth Ennis présente Hellblazer tome 3

Scénario : Garth Ennis
Dessin : Steve Dillon, John Higgins & d’autres
Sortie : 1 avril 2016
Prix : 28 € / 42 CHF
Review : Leonidas
Garth Ennis présente Hellblazer tome 3

En s’appropriant le personnage acerbe et cynique de Constantine, Garth Ennis aura réussi à offrir le meilleur run sur le sorcier de l’écurie DC. Et finalement, Urban achève la publication entière de celui-ci, après deux tomes qui sont encore maintenant gravés dans le cœur de tout fan de Constantine qui se respecte. Au cour de son run, Ennis nous aura fait rire, pleurer, suer de peur, ou de dégoût, devant les images qui défilaient sous nos yeux à la vitesse de la lumière, tant cette lecture est agréable, qui plus est couplée à une partie graphique de choix.

Ce tome est certes un cran en-dessous de ces prédécesseurs, mais il a le mérite de savoir innover sans se réinventer, ainsi que de répondre à toutes les questions des premiers tomes. Tous ce qu’on aime dans le Constantine de Ennis se retrouve ici. La violence, le gore, le malsain, mais aussi des personnages forts, des moments d’émotions, et de nostalgie. Une fois sorti de ce run, il est difficile d’apprécier les travaux de Warren Ellis ou de Brian Azzarello à leur juste valeur. Et cela montre bien que s’approprier un personnage aussi mythique et typé que Constantine est certes une tâche difficile, mais de laquelle les maîtres comme Garth Ennis triomphent haut la main.

Top 10 (selon nous) #21 : Sorties Urban Comics 2016 47. Crisis on Infinite Earths : Le Compagnon

Scénario : Collectif
Dessin : Collectif
Sortie : 1 juillet 2016
Prix : 35 € / 51.70 CHF
Review : Watchful
Crisis on Infinite Earths : Le Compagnon

Un album dont la publication par Urban semblait à première vue inespérée, servant d’introduction à Crisis on Infinite Earths, à qui ce Compagnon vole le titre. Il s’agit ici d’un recueil de récits impliquant ce voyage à travers les terres parallèles et notamment des voyages entre la Terre-1 et la Terre-2. On retrouvera donc beaucoup de récits tirés de la première série Justice League of Ameria et leurs rencontres avec la Justice Society of America, rencontres qui seront d’ailleurs annuelles dans les années 60-70 et qui donneront toujours lieu à des aventures extravagantes.. Cet album a l’avantage de présenter la première rencontre entre les deux équipes, et comme toute anthologie, de donner au lecteur cette angle de vue sur l’évolution de ces terres parallèles avant la première crise.

Les récits s’étendent sur plusieurs décennies, et en plus de profiter d’une très belle sélection, ils se paient des équipes créatives d’un grand luxe. Gardner Fox, Gerry Conway, Dick Dillin, George Pérez, Roy Thomas, Don Heck et j’en passe. Le fleuron de la fin du Silver Age et du début du Bronze Age. Urban a su proposer un album de qualité composé de contenu jamais réédité depuis de très nombreuses années. Des récits variés allant de la simple aventure liant deux équipes à l’histoire la plus kitsch en passant par un space-opera magistral. De quoi faire rêver les fans, et émerveiller les nouveaux lecteurs.

– Watchful

Top 10 (selon nous) #21 : Sorties Urban Comics 2016 56. Les archives de la Suicide Squad tome 1

Scénario : John Ostrander
Dessin : Luke McDonnell
Sortie : 16 août 2016
Prix : 35 € / 51.70 CHF
Review : Corentin
Les archives de la Suicide Squad tome 1

Si le film de David Ayer n’a pas réussi à conquérir le coeur des fans que nous sommes, Urban est là pour nous rappeler que quoique Warner fasse, les classiques existeront toujours et rien ne saurait en aucun cas nous priver du bonheur qu’est la lecture de ceux-ci. C’est bien simple : John Ostrander est à la Suicide Squad ce que Frank Miller est à Batman : la raison de pourquoi c’est cool, pourquoi on aime, pourquoi c’est si connu. Déçu par le film ? Déçu par la série New 52 ? Ostrander est là pour nous montrer ce que c’est, la vraie Suicide Squad.

En gros, il y en a un c’est un as des flingues, un autres il fait du karaté, celui-là son truc c’est les boomerangs, mais globalement ce sont tous de sacrés sales types, qui font le sale boulot qu’on leur demande. Des sales types comme on les aime, réuni dans l’équipe la plus improbable du monde des comics. C’est une prouesse tous ce que Ostrander fait vivre à ses personnages ; à quel point, à force de penser qu’ils sont bêtes et méchants, on se met à réaliser qu’on ne ressent pour eux que de l’empathie, et que les voir disparaître nous causerait plus de mal qu’autre chose. C’est original, ça ne ressemble à rien, parfois très dur, aussi très touchant, bref : c’est tout ce que quelqu’un n’ayant jamais lu de Suicide Squad demanderait à une série Suicide Squad.

Top 10 (selon nous) #21 : Sorties Urban Comics 2016 65. Planetary tome 1

Scénario : Warren Ellis
Dessin : Jim Cassaday & Phil Jimenez
Sortie : 1 juillet 2016
Prix : 28 € / 42 frs
Review : Corentin
Planetary tome 1

Après Hellblazer l’année passé, Warren Ellis réussit une seconde fois à poser une de ses œuvres dans un top 10. Planetary est un véritable travail d’architecte. On commence sur quelques histoires de sciences-fictions sympas mais isolées, pour déboucher sur un véritable tissu d’intrigues qui prend ses racines dans notre monde. Ellis en effet s’amuse à balancer en masse des références, comics ou pas.

Planetary raconte l’histoire d’une équipe qui enquête sur tous les trucs chelous qui se passent sur cette planète. Ellis va ainsi multiplier les références en tout genre, tant culturelles que historiques. Planetary, c’est donc l’oeuvre d’un type ayant un sens aigu de la curiosité et une imagination débordante, et la magie avec laquelle il réinvente les mythes et les légendes urbaines est fascinante. Un véritable voyage à travers les limbes de notre imaginaire collectif, avec lequel l’auteur joue comme un maestro passionné par notre monde et ce qu’il pourrait nous cacher.

Top 10 (selon nous) #21 : Sorties Urban Comics 2016 74. Crisis on Infinite Earths

Scénario : Marv Wolfman
Dessin : George Pérez
Sortie : 8 juillet 2016
Prix : 35 € / 51.70 frs
Review : Watchful
Crisis on Infinite Earths

Remballez vos Blackest Night, Flashpoint et autres. Tous les events ayant vocation à impacter de manière durable l’univers DC ne sont que des sitcoms du dimanche matin face au mastodonte qu’est Crisis on Infinite Earths. C’est la définition même de historiques et indispensable. Il y a tellement de choses qui se passent dans cette œuvre imposante, la redéfinition que subit l’univers DC est tellement importante, qu’omettre ce pavé dans sa bibliothèque est un non-sens si on se respecte en tant qu’amateur de comics.

On ne peut pas parler de super-héros sans parler de DC Comics. On ne peut pas parler de DC Comics sans parler du Multivers. Et on ne peut pas parler du Multivers sans parler de Crisis on Infnite Earths. Et parler d’un comics qu’on a pas lu… bah, c’est con. Cette œuvre, c’est la crise des crises. Le crossover des crossovers. L’event des events. L’indispensable parmi les indispensables.

Top 10 (selon nous) #21 : Sorties Urban Comics 2016 83. Suiciders tome 1

Scénario : Lee Bermejo
Dessin : Lee Bermejo
Sortie : 22 avril 2016
Prix : 15 € / 22.50 frs
Review : Darthfry
Suiciders tome 1

Sortie coup de poing, au propre comme au figuré, du début d’année dernière et servie par la venue de son auteur et artiste à la réputation flatteuse (et méritée) le sympathique Lee Bermejo (découvrez comment il est sympa dans son interview à la PCE là) à la Paris Comics Expo, Suiciders tome 1 fait une entrée méritée dans le top 10 des meilleures sortie VF.

Si au premier abord on peut penser que Suiciders n’est que violence bourrine et science fiction post apocalyptique, on découvre passées les premières pages une véritable réflexion sur l’immigration, la vie des quartiers difficiles, la dictature de l’apparence. Le tout en suivant les aventure parallèles d’un immigrant tout frais à Lost Angeles qui découvre la vie de l’autre coté du mur (tiens c’est curieusement d’actualité) et d’une star blasée et pété de thune du sport vedette local, sorte de combat de gladiateur moderne mettant face à face des combattants augmentés : les Suiciders ! Malgré une fin peut être un peu classique (mais qui peut surprendre), on en prend plein les mirettes et plein la gueule tout au long de la lecture, voilà pourquoi c’est incontestablement une des meilleures lectures de l’année en VF.

– Darthfry

Top 10 (selon nous) #21 : Sorties Urban Comics 2016 92. Justice League International tome 1

Scénario : Keith Giffer & J. M. DeMatteis
Dessin : Kevin Maguire & Bill Willingham
Sortie : 2 septembre 2016
Prix : 35 € / 51.70 frs
Review : Zeppeli
Justice League International tome 1

Et si on rassemblait Batman et Guy Gardner dans la même Justice League ? Cette nouvelle équipe ressemble à un gratin dauphinois qu’on aurait essayé de faire avec ce qui restait dans notre maison après un ouragan : on fait avec ce qu’on peut, et le résultat ne ressemble pas vraiment à ce qu’on attendait. Réunir des personnages aussi extravagant que Guy Gardner ou Blue Beetle aux côtés de Batman et Dr. Fate était assez osé, et le résultat final est quelque peu désarçonnant.

JLI, en plus d’être une pierre angulaire de l’histoire de DC (c’était la Justice League, quand même), c’est aussi un sacré bon moment. Les personnages sont drôles, beaucoup de situations sont plus que loufoques, et la dynamique que tissent les membres entre eux reste touchante, bien que très éloignée d’autres œuvres comme la JLA de Morrison et Waid par exemple. En plus, il y a Booster Gold.

Top 10 (selon nous) #21 : Sorties Urban Comics 2016 101. Ronin

Scénario : Frank Miller
Dessin : Frank Miller
Sortie : 18 mars 2016
Prix : 28 € / 42 frs
Review : Zeppeli
Ronin

Surprise. L’album comme étant considéré de meilleur de tout ce qu’a sorti Urban en 2016 n’est ni un comics Vertigo, ni un truc de superhéros. Ronin, c’est avant tout l’oeuvre d’un auteur, Frank Miller. On connaît le monsieur pour son travail sur Batman et Daredevil, mais ici l’auteur se livre à un travail beaucoup plus personnel, beaucoup moins contrôlé par ses supérieurs qui vont laisser à Miller une liberté créatrice quasi-totale, accouchant ainsi de ce qui est selon nous l’incontournable de 2016.

Certes, c’est difficilement accessible (pas beaucoup, mais quand même un peu), c’est dense, complexe à aborder, mais c’est précisément cela qui fait la beauté de cette œuvre : c’est un véritable OVNI dans le paysage éditorial, tant américain que français. Ce récit de science-fiction a de quoi marquer tous lecteurs assidus, par une partie graphique aux petits oignons (bien qu’atypique), pleine de rebondissements, une maîtrise du story-telling et un esprit épique et fantastique qui fait toujours plaisir. C’est décidément l’œuvre qui vous convaincra à quel point résumer Miller à Batman est réducteur.


Le catalogue Urban étant beaucoup plus gros qu’on ne le pense, les top sur les sorties de l’éditeur génèrent souvent beaucoup de dissidences (et paf, encore une rime). Je tiens d’ailleurs à saluer SuperAudy et James Edge Grayson, qui ont réalisé l’exploit de n’avoir dans leur top respectifs aucun des 10 albums cités ici. De plus, chacun des candidats était à deux doigts de se faire voler sa place par celui qui le suivait. Ainsi, la présence de Ronin en première place ne tient en réalité qu’à quelques points, et Preacher, The Authority ou Sandman Ouverture ratent de peu la dixième place. Notons aussi que le Hellblazer de Garth Ennis a eu sa revanche après sa défaite l’année passée. Enfin, pour la deuxième fois, Injustice est absent du classement. À vrai dire, je suis le seul membre du staff à l’avoir mis dans ma sélection. Mais ne vous en faîtes pas, vous, les fans de la série : je vais créer injusticeplanet.fr et ensemble on ne fera que des top 10 sur Injustice, promis.

Et maintenant, chers lecteurs, vous savez ce qu’il vous reste à faire : à vos claviers !