Le mois d’octobre est quasiment achevé et nous nous retrouvons en ce beau dimanche avec quasi toute l’équipe (vous pouvez huer ceux qui ne participent pas) pour vous proposer une sélection éclectique de tout ce qui a pu nous plaire au cours du mois !

La Sélec de la Rédaction, c’est bien entendu du format papier à tout va, mais également l’occasion pour nous de parler d’autres types de sorties, ou d’actualités particulièrement marquantes – et à ce titre octobre 2016 était quand même pas mal fourni. Du Wonder Woman, du Batman : TAS, des statuettes, des séries : en bref, il y a de tout ! N’hésitez pas à nous faire vos retours sur ce qui vous a marqué pendant le mois ou si vous voulez discuter de nos choix : on est toujours là pour ça !


La Sélec’ d’ArnoKikoo

Wonder Woman : The True Amazon (DC Comics)

Type : comics VO
Sortie : 28 sept. 2016
Prix : 22,99$

Sortie en toute fin de mois dernier (donc je ne l’ai eu qu’en octobre), ce graphic novel écrit et illustré par Jill Thompson est la parfaite illustration qu’on peut faire de superbes histoires même en reprenant des thèmes connus depuis des décennies. Une sorte de nouvelle origin story pour Wonder Woman, en retraçant les premières années de Diana sur Themyscira. C’est un lecture assez incroyable qui se savoure notamment par l’incroyable beauté des planches (entièrement peintes) de Jill Thompson. On en reparle bientôt sur le site (oui, la review se fait attendre, pardon) mais c’est assurément un gros coup de coeur, pour un ouvrage qui vient célébrer on ne peut plus dignement les 75 ans de notre super-héroïne préférée !

La Sélec’ de Corentin

Le rachat de Time Warner par AT&T

Type : Actualité

Sans grande capacité actuelle de lecture, l’attention de ce mois d’octobre aura été l’actualité de mon côté. Entre bonnes et mauvaises nouvelles, celle qui aura retenu le moins d’attention – curieusement, à croire que le sujet intéresse moins que les photos d’Amber Heard et les polémiques à la con que ça suscite – sera celle dont on ne sait pas encore quoi faire. Pour une somme pas tellement modique, le géant des réseaux et des communications AT&T a acheté et intégré dans un vaste conglomérat économique Time Warner, et donc DC Comics. Que faut il penser? Si dans l’urgence, l’opération passe juste pour un échange de valise pleine de gros billet d’un type en complet cravate à un autre type en complet cravate, la gestion de la boîte en elle même risque d’évoluer jusqu’au bas niveau, c’est à dire, dans ce que le consommateur reçoit et perçoit. Parce que les valises et cet océan de pognon comparable à un PIB bien tassé pour des pays de moins en moins petit, AT&T l’a récupéré sur ses profits alarmants, et le but à terme est de continuer à faire du blé avec l’un des six puissants studios d’Hollywood, et sa ribambelle de ramifications en TV et sous filiales diverses. Le début du mega-consortium économique où, à terme et avec une politique déjà agressive, une société concentrera en un seul tronc la production, la création, la marketisation et la distribution du flux, du divertissement et (aussi) de l’information. Sur DC Planet, la préoccupation première sera : en quoi ce nouveau “patron” des studios et de l’éditeur va changer la façon de fonctionner des films, séries et comics. Une exigence de rentabilité accrue, alors que les comics pressent de plus en plus les relaunchs pour l’appât du gain et que les films se retapent à coups de reshoots et de cuts massacrés par des producteurs avides? Un fonctionnement plus synergique, la possibilité de voir tout l’appareil Warner avancer en ordre de marche entre les licences à créér ou à exploiter ? Forfait téléphone Batman ? Série Hulu sur la descendance d’Harry Potter ? CNN se mettrait au sensationnalisme (toi aussi, découvre l’ironie) ? “T’es vraiment parano, ça ne va rien changer à la gestion irréprochable de DC Comics par Dan Didio”, me répondait un proche récemment. Je lui ai répondu, “Arnaud, t’es sérieusement subjectif par moments”. En vérité, l’idée d’avoir au dessus de Warner, société imparfaite mais monstrueusement importante sur le marché de la culture, un échelon de plus qui ne soit pas directement concerné par la création est préoccupant. Les marchands du temple poussent en général vers une logique toujours biaisée par l’envie de se bâtir chez eux une réserve d’oseille où nager quotidiennement, comme l’oncle Picsou. Si demain, DC Comics cesse d’être rentable au cinéma, pas sur qu’AT&T ait envie de pousser la licence plus loin – on avait déjà des doutes avec Warner à la base. Bref, du pognon, encore plus d’actionnaires parmi les actionnaires, et un ensemble qui commence sérieusement à ressembler à la corporation machiavélique de votre fiction cyberpunk next door préférée. Après, qui sait, si ça se trouve, le boss est juste un fan de Batman qui voulait rendre son fils fier de lui. Qui peut savoir ? Après tout, Lex Luthor aussi a ses bons côtés.

La Sélec’ de Darthfry

Batman : TAS ARTFX+ (Kotobukiya)

Type : produit dérivé
Sortie : décembre 2016
Prix : 50€

Mes vitrines ne débordant pas encore, ma dernière acquisition va les rejoindre. C’est la figurine Batman TAS ARTFX+ de chez KotobukiyaAlors, certes oui, mon enfance n’a pas été bercée par cette série. Mais j’aime beaucoup le parti pris graphique de cette dernière. En effet Bruce Timm a réussi à donner une âme à cette série avec un dessin totalement inédit et qui permet d’identifier la série au premier coup d’oeil. De plus cette figurine est magnifique et sera en totale adéquation avec toutes les autres de la même série que j’ai déjà (beaucoup de DC, un peu de Marvel dont un superbe Hulk et un Vador accompagné de son petit fils ombrageux). Vous trouverez la chose pour une cinquantaine d’euros dans toutes les bonnes boutiques ! Maintenant il va peut être falloir que je fasse comme Zeppeli et déménager pour loger toutes mes figurines…

La Sélec’ d’Harley

Huntress Premium Format (Sideshow Collectibles)

Type : Produits dérivés
Sortie : sept.-nov. 2017
Prix : 469,99$

Pour ce mois-ci, ma sélection craque le porte monnaie. Alors que j’étais partie pour mettre la Sideshow Premium de Lobo et Dawg, voici en fait mon coup de coeur ultime : la Sideshow Premium Huntress. Cette Huntress est d’une beauté fatale, l’une des plus belles statues que j’ai pu voir. Malheureusement je n’aurais jamais le budget pour, mais en tout cas elle fait sacrément vibrer mon petit coeur. Ah, vilain Stan’ qui réussit toujours les designs de fifou pour les produits dérivés qu’on ne peut pas s’offrir à moins de vendre quelques organes

La Sélec’ de James Edge Grayson

Batman : Arkham VR (Rocksteady)

Type : jeu vidéo
Sortie : octobre 2016
Prix : 20€ (sans compter le matériel, hein)

Pour ce mois-ci, je pourrais parler du Nightwing #7 qui m’a vraiment bien plu, mais non, j’ai déjà dit tout ça lors de la review. Non, je vais vous parler d’un petit jeu anodin fait par un jeune studio qui débute, Batman Arkham V.R. Juste alors que le mois commençait, j’ai pu essayer l’intro. Et si on met de côté la jeunesse de la réalité virtuelle, le fait que l’image n’est pas super nette et que les déplacements ne sont faits que part l’ordinateur, j’ai bien aimé mon moment dans la peau de Batman. Car j’ai été Batman pendant au moins 20 bonnes minutes.

Une fois le casque mis, c’est l’immersion. Je lève MES mains devant moi, Alfred vient ME parler. Et là, JE déclenche l’accès à la Batcave et commence la descente au paradis du fan. JE m’équipe en mettant le Batsymbole sur MON torse avant d’enfiler MES gants et de mettre MES gadgets à MA ceinture. Je n’ai eu de cesse d’agiter les mains gantées devant moi, saisissant les gadgets un à un pour les essayer dans tous les sens même s’il n’y avait pas besoin d’eux à ce moment. Et lorsque l’ascenseur arrive dans la batcave, l’émerveillement. Je me suis fait un torticolis à regarder tout autour de moi pour regarder les détails, malgré la qualité un peu faible de l’image.

Je ne pense pas que le jeu ou la réalité virtuelle vaillent le coup à acheter mais à essayer, c’est vraiment une expérience qui file la banane. Pour la petit anecdote, j’ai pu voir le jeu via une vidéo jusqu’au bout et si les graphismes ambiants sont plus faibles qu’un jeu Arkham en HD, les personnages sont bien faits, Robin était plus réussi, plus mature. Et surtout, le final est assez intéressant… je n’en dis pas plus. Ce mois, j’ai été Batman et ça c’est le kiff.

La Sélec’ de Julien

Funko POP! Vynil Batman : TAS (Funko)

Type : produits dérivés
Sortie : janvier-février 2017
Prix : 13,90€

Je vais (encore) être original, mais je me retrouve dans l’obligation de sélectionner ce mois-ci les quelques nouveautés présentées par Funko dédiées à Batman TAS qui m’ont plongé une nouvelle fois dans mon enfance. Déjà fan de leur collection Pop en vinyle, Funko s’attaque pour cette fin d’année à cette licence monstrueuse chez DC Comics en sortant une première vague de figurines où nous retrouverons Batman, Robin, Harley Quinn, le Joker, Batgirl ou encore Poison Ivy. Cela va être difficile cette fois-ci de faire l’impasse sur ces produits dérivés qui pourraient trouver aisément une place sous le sapin pour ces fêtes de fin d’année. Comptez en moyenne 13€ par Funko, déjà disponible en pré-commande, notamment chez notre partenaire Lapinourose !

La Sélec’ de Léonidas

The Flash Saison 3 (CW)

Type : série tv
Sortie : depuis le 4 octobre 2016

Ce mois-ci a vu le retour des série du CW-verse qu’on aime tant. Parce que oui, on a beau critiquer, on ne pourra pas empêcher le fanboy au fond de nous de jubiler à la vue de tous ces personnages qu’on sait l’apparition dans un film du DCEU trop improbable pour exister.

Attends, c’est ça ta sélection ? Les séries CW ? Pas exactement. Enfin oui, mais il y a autre chose. Déjà, il n’y a que Flash que je regarde avec un réel intérêt. Ensuite, même si c’est parfois cheap, même si les dialogue sont écrits avec les pieds, c’est juste tellement kiffant parfois. Avouez-le. Quand vous voyez le costume du Reverse-Flash, vous voyez qu’il est pas terrible comparé à ce qu’on a au cinéma, mais vous devez avouer que c’est trop cool de voir le Reverse-Flash en vrai. Quand vous voyez “Red sky crisis” sur un journal provenant de 2024 (vous imaginez, 4 ans après la sortie du film Green Lantern !), vous devinez que, parce que c’est la CW, ce sera bien en dessous du vrai event, mais vous trépignez quand même d’impatience. Même chose quand vous voyez que le titre d’un épisode est “Flashpoint”. Cela nous rappelle aussi la tension qui montait lorsqu’ils ont annoncé une série, puis lorsque Flash est apparu dans Arrow (dans un super épisode d’ailleurs), quand les premières images ont été dévoilées, et enfin avec le trailer.

Flash, c’est donc véritablement un plaisir coupable. Même si ça surprend de temps en temps, c’est bancal, parfois vraiment nul, mais jusqu’ici, la série ne m’a jamais fait abandonner. Décrocher, parfois, mais pas abandonner. Cours, Barry, cours !

La Sélec’ de MFW

Batman : The Telltale Series Ep. 3 (Telltale Games) + bonus

Type : jeu vidéo
Sortie : 27 octobre 2016
Prix : 6,49€

Arrivée à son 3e épisode la série Batman de Telltale Games dispo sur à peu près toutes les plateformes convainc. Si vous avez hésité à franchir le pas jusque la de peur d’être déçu ou après le premier volet mal optimisé il est temps de rattraper tout ça. Le jeu a été patché et tourne maintenant convenablement sur ce support. Si vous jouez sur console il n’y a guère de soucis non plus. Le jeu brille par sa narration qui le hisse parmi les meilleures productions de l’éditeur à défaut d’avoir un gameplay innovant ou véritablement intéressant. Un vrai jeu dont vous êtes les héros avec des choix cornéliens et a priori non dénués de conséquences. Et c’est aussi la première fois que l’on joue vraiment Bruce Wayne dans un jeu. Et ça c’est beau.

Amateur de Batman 66’ le film animé Return of the caped crusaders s’avère particulièrement brillant. Décomplexé, fun et meta à souhait il est aussi diablement bien animé et jouit d’un doublage de qualité en VO. Fans de kitsch ou de bonne humeur ce film d’animation déjà disponible en VOD (et en format physique le 1er novembre) saura vous combler. Et en plus une suite est déjà prévue avec Two Face !

La sublime Batmobile de Batman TAS que vous aviez ou rêviez d’avoir étant petit se refait une petite jeunesse ce mois-ci accompagnée d’une figurine de Batman, de Robin et du Bat-Signal chez DC Collectibles. Une très belle édition plutôt pour les grands cette fois-ci (comptez 139$). Elle en jette un max sur votre étagère.

La Sélec’ de Sledgy7

Frostbite #2 (Vertigo)

Type : comics VO
Sortie : 26 octobre 2016
Prix : 3,99$

A une période où le label Vertigo est en péril, Frostbite sauve encore une fois l’honneur avec son second numéro écrit par Joshua Williamson et dessiné par Jason Shawn Alexander. Certes moins percutant que le premier qui nous rentrait dans ce monde post-apo glacial, il n’en reste pas moins une suite très efficace qui nous plonge un peu plus dans cet univers, notamment avec la découverte de Los Angeles sous l’ère glacière. Il traite encore une fois des limites du capitalisme et de la contrebande, avec un personnage principal toujours prêt à tuer pour avancer dans sa quête, d’autant que l’on apprend que le temps est encore plus compté. L’intrigue et les superbes dessins rendent donc une ambiance prenante qui fait honneur à l’énorme potentiel de l’univers de Frostbite, un titre qui mérite qu’on s’y intéresse et c’est pourquoi c’est ma sélection de ce mois-ci.

La Sélec’ de SuperAudy

La nomination de Wonder Woman à l’ONU

Type : actualité
Date : 21 octobre 2016

En tant qu’accro aux sites d’informations, je n’ai pas pu passer à côté de cette nouvelle et des débats qui l’ont entourée. Notre cher rédac’ chef Perry Wh– euh, Docteur Kikoo en a parlé avec finesse et pertinence dans son éditorial, mais je repasse la pommade en choisissant la nomination de Wonder Woman aux Nations Unies pour ma sélec’ d’octobre. Je fais l’impasse sur la controverse de “c’est absurde de nominer un personnage de fiction” parce qu’on est sur DC Planet, et la chose absurde serait précisément de débattre de la question. Mais, plutôt, pourquoi cette nomination est-elle importante et si forte symboliquement, que ce soit pour la paix ou pour les femmes et le féminisme?

Précisément parce que Wonder Woman incarne aussi un idéal moral pour les femmes, comme pour les hommes. En dehors de ses caractéristiques physiques auxquelles certains journalistes ont tenté de la limiter (ça ne vous rappelle rien, les filles ?), Wonder Woman est une femme de tête, courageuse et intelligente mais surtout qui se bat pour la paix et pour l’égalité (si l’on fait l’impasse sur la version New 52, autant agréable à lire soit-elle). C’est qu’il est bon de rappeler actuellement, c’est que le féminisme n’est pas une idéologie prônant la suprématie du sexe féminin mais un système d’idées et de valeurs visant à plus de parité entre les sexes, les races et les couches sociales. Et, pour Diana Prince, chaque vie vaut la peine d’être vécue et sauvée, chaque personne mérite sa chance et est digne d’intérêt. C’est ce côté de Wonder Woman qui a le plus de valeur; et c’est cette soif de paix et d’égalité qui fait d’elle le symbole fort qui devra inspirer les hommes et les femmes siégeant à l’ONU et qui devra les aider, aux côtés d’autres personnalités comme Malala ou Emma Watson, à construire un monde meilleur et plus juste pour les personnes de tous les sexes.

La Sélec’ de Watchful

La Grotte (bar)

Type : sorties
Adresse : 155 rue nationale, Boulogne-Sur-Mer

Parce qu’on ne vit pas tous en métropole, parlons un peu de la province. Un petit bar sans alcools, se voulant appeler comme un “Pop Café”, histoire de ne pas pousser à la consommation les plus jeunes ou les non-adeptes de la pinte, a ouvert son unique porte dans le nord de la France à Boulogne-sur-Mer. Orientant sa décoration à l’effigie des comics, vous pourrez découvrir de superbes couvertures de Justice League of Amercia, Action Comics pour DC, et Thor, Captain America et Spider-Man pour Marvel ou encore apercevoir des pages de Detective Comics. Mais que sert-on dans un bar sans alcool ? Une certaine spécialité et originalité dans des smoothies incluant le Swamp Thing et Kaiju ou des cocktails comme le Green Lantern ou le Zombie. L’ensemble est réalisé à partir de produits frais, et c’est bon de préciser. Peu ont l’opportunité de s’en vanter.

Un bon nombre de consoles (SNES, N64, GameCube, PS3, Xbox360 et WiiU) et deux bornes d’arcade sont mises à disposition. Utilisables sous forme de forfaits allant de 30 minutes à 2h pouvant inclure une ou deux boissons offertes selon le forfait sélectionné. Mais aussi des comics ! Un bon nombre d’albums Urban sont disponibles, de la collection Eaglemoss, ainsi que des kiosques. Vous pourrez consulter sur place, sans supplément, ces albums, ainsi que quelques raretés dans le milieu des éditions françaises comme des Strange, des Batman Poche de Sagédition, et des magazines plus récents de chez Urban Comics et Panini. Les gérants de cette affaire sont des passionnés, il s’agit bien plus qu’une affaire de publicité et de popularité des personnages. De longues discussions sont à prévoir, dans cet agréable point de rencontres entre passionnés de jeux vidéos, comics et autres éléments de notre culture commune. A noter que la plupart des habitués sont de fervents amateurs (et le mot est faible) des cartes Magic, et que des duels ont souvent lieux. Des rencontres bien sympathiques sont à prévoir en cette grotte.