De par la fonction de Rédac’ Chef que j’occupe, il m’est assez facile de suivre les réactions sur les dizaines d’articles publiés chaque semaine, et de voir lesquels vous font le plus réagir. Sans véritable challenger, le gagnant de la semaine passée concerne les déclarations récentes de Geoff Johns sur l’avenir du DCEU et des prochains films DC. Ainsi, on y apprend que Wonder Woman et Justice League vont être retouchés pour apporter un certain “espoir”, un “optimisme”, pourtant propre au DC Universe, mais contre lequel un certain nombre d’entre vous fait une levée de boucliers.

Que nous ne soyons pas tous d’accord sur l’orientation des films que nous regardons est une chose, mais la violence de certaines réactions me dépassera toujours. En particulier lorsqu’on dit des choses telles que “j’vais en faire des confettis de ce petit con” en parlant de Geoff Johns, qui s’il n’a pas fait que des merveilles, est quand même un énorme architecte chez DC Comics et responsable d’un grand nombre de comics de qualité – ne citons que son run sur Green Lantern comme exemple qui devrait mettre tout le monde d’accord. S’il peut paraître parfois un peu opportun, voire un peu trop rapide de se dire que le DCEU va être mieux dès l’année prochaine, toujours est-il que la nomination de Johns à la tête de la division de DC Films n’est pas un geste anodin. C’est au contraire très fort, et pour moi le signe d’une volonté de Warner de développer une vraie vision pour l’univers cinématographique DC, qui ne se cantonne pas à un seul réalisateur, mais avec bien à leur tête des personnes qui marqueront une direction – et quitte à prendre une personne issue du milieu des comics, pourquoi ne pas prendre Geoff Johns, hein. Je m’amuse souvent à râler, notamment en politique, de voir des personnes être ministres de telle ou telle chose (culture, par exemple), alors que ces personnes n’ont l’air de rien connaître à leur domaine affilié. Et ici, on nous donne une personne on ne peut plus impliquée dans le sujet pour diriger les adaptations des comics qu’on aime, et on trouverait encore de quoi se plaindre ?

La notion qui fait le plus hurler notre minorité silencieuse (car j’aime à croire que les réactions les plus virulentes ne représentent pas la majorité de notre communauté) est celle d’optimisme. Ou de luminosité. Comme si ces deux termes étaient tabous pour décrire les films DC – et parfois même, par extension, aux comics de l’éditeur. J’aime le grim & gritty, sincèrement, et en soi je n’ai rien eu contre l’orientation très sombre des comics Batman ces dernières années, ni contre l’orientation de Batman v Superman d’ailleurs, bien que certains choix soient évidemment discutables – et une discussion sans insultes est toujours à mon sens enrichissante. Mais il faut bien accepter que non, tout l’univers DC ne se résume pas à Batman – et que même ce personnage n’est pas “si” sombre dans toutes ses itérations. Bien sûr que le titre n’est pas comique mais il n’est pas dénué d’un certain sens de l’humour (souvent apporté par AlfredDamian ou tout autre Robin) et d’une envie d’aller de l’avant. Le chemin est toujours difficile et parsemé d’embûches, mais au final, ce que fait Batman, il le fait par devoir, mais aussi par conviction que son travail sert à quelque chose, malgré son éternel recommencement. Batman se bat pour un lendemain meilleur, et on le voit rarement abandonner sa mission en allant se mettre en PLS dans sa cave “ouin ouin c’est trop dur j’y arriverai pas”… si ? Bingo. On tient là une forme d’optimisme, donc, aussi fou que cela puisse paraître. Quant à la luminosité, elle est incarnée par des personnages comme SupermanWonder Woman, la bromance entre Flash et Green Lantern, les Teen Titans, etc… L’univers DC tout entier regorge de personnages auxquels on s’attache, qui donnent envie de croire à un meilleur possible, il n’y a qu’à se plonger dans quelques comics pour s’en rendre compte. La Justice League elle même vise à rendre le monde meilleur, et si Batman a une certaine parano est l’élément “sombre” de l’équipe, les auteurs jouent très souvent sur ce côté pour des intrigues parfois graves (Identity Crisis) ou pour faire un humour de situation.

Alors peut-être, et je crois que c’est le réel problème, confond-on l’optimisme et la luminosité avec l’humour. Ou qu’on en fait le rapprochement bien trop vite parce qu’au niveau du cinéma, on n’a toujours pas cessé d’opposer les films DC et ceux de Marvel (Studios). Alors oui, d’un côté on trouve beaucoup de vannes, et on arrive peu souvent à prendre les intrigues au sérieux (le meilleur exemple restant pour moi Civil War pour lequel on a vraiment du mal à croire à la tension entre les deux groupes de super-héros). Mais quand on vous parle d’optimisme, pourquoi aller crier d’emblée à la “Marvellisation” ? A cause de la trilogie The Dark Knight de Nolan, j’ai l’impression que si un film essaye de s’extirper de ce modèle “sérieux”, “terre à terre” (notez bien que je ne dis pas “sombre” car il y a de l’humour malgré tout dans ces films), alors il passe tout de suite de l’autre bord. Vous savez, Batman v Superman ne perdrait pas de son sérieux si Superman souriait un peu plus à l’écran, ou apparaissait comme un personnage confiant, qui a foi en son symbole et ce qu’il représente (la scène du balcon où il renvoie son blason à celui du rêve fou de son père est assez criante sur ce point).Ce qui est le plus frappant même, en y repensant, c’est qu’on nous fait l’opposition, parlée des deux héros avec un “Day versus Nigh” sauf qu’à l’écran on ne voit qu’une nuit bien (bien) sombre contre une forme de crépuscule hésitant, ce qui casse la réelle opposition des personnages. Et si je suis conscient que le ton du footage de Justice League qu’on nous a présenté peut décontenancer (personnellement, la première vision m’a laissé sceptique), il est pourtant évident qu’un tel film ne pourrait jamais continuer dans la lignée du dernier opus de Zack Snyder.

Je m’interroge donc, et exprime également mon incompréhension face à de tels rejets pour les propos de Geoff Johns. Bien sûr que j’ai envie que les films DC aient leur personnalité propre, et qu’ils ne soient pas formatés “pour le grand public” (la formule un peu élitiste qui fait toujours bien). On accuse déjà les ingérences de la prod’ pour Suicide Squad d’avoir dénaturé le film, qui là aurait pour le coup dû être vraiment sombre. Il faut donc une certaine cohérence pour les prochaines productions, et il est assez clair que l’optimisme doit se dégager de Wonder Woman et de Justice League. Franchement, vous n’avez pas envie de voir une bande de six (sept ?) personnes en train de tirer la gueule pendant 2h30 avant d’aller sauver le monde. Et qu’on se le dise, il n’y a pas de relation directe avec l’humour, l’ajout de vannes à outrance, ou une perte de prise au sérieux de son sujet. Plutôt que de hurler que Geoff Johns est un gros con (oui oui, j’ai vu ce genre d’écrits), je vous propose d’aller relire quelques un de ses comics les plus sombres (avec arrachages de bras, par exemple) pour vous rassurer : non, ce n’est pas un enfant de coeur non plus. C’est un auteur qui écrit des comics DC depuis plus de quinze ans : il connaît son sujet, et le mieux à faire quant à son implication pour les films DC, c’est simplement de croiser les doigts pour avoir un résultat à la hauteur des personnages qui sont transposés sur grand écran. Début de réponse sur son travail ? Au mois de juin prochain.

28 Commentaires

  1. Je pense qu’il y a un essai à écrire sur la façon dont on construit notre identité via les produits culturels qu’on aime, mais aussi ceux qu’on *déteste*. Et aussi sur le besoin de validation de certains fans quant aux trucs qu’ils aiment.

  2. Je pense que c’est juste un problème de définition du mot en fin de compte.
    J’ai l’impression que pour les gens, optimisme veut dire qu’on aura des films remplie d’humour, sans aucune gravité dans l’intrigue, sans aucun theme profond, juste des effets speciaux pendant 2h30…

    Alors qu’optimisme veut tous simplement dire, et en plus cela colle totalement avec la direction prise par la fin de BvS, que les heros ne baisseront pas les bras comme batman après la mort de robin, ils se battront avec leurs idéaux jusqu’au bout. Oui il y aura un peu d’humour, parfois de la légèreté mais ça ne veut pas dire qu’on va maintenant aller voir les télétubbies au cinema… On peut avoir de l’humour et faire un film serieux… On peut être optimiste et parler des rues noir et crasseuse de gotham..
    Il y a peut etre quelques petit changements ici et la dans justice league mais clairement je pense qu’il y a toujours eu l’intention de rendre l’univers Dc moins dark qu’il ne l’etait…
    Meme si je comprends qu’on qualifie bvs et mos de Dark, honnetement je vois la juste des films qui tentent de transposer des super heros dans un monde réaliste, régit par les même lois que nous subissons nous même…

  3. Rien à rajouter, tout est dit.
    Je te rejoins complètement sur la notion d’optimisme surtout en ce qui concerne Batman. En 77 ans d’histoires, il n’y a aucun (bon) comics Batman qui en est dépourvu. Même Dark Knight Returns et sa fin ou The Killing Joke et la réaction de Gordon après les tortures en sont imprégnés. Et ce sont probablement les deux récits les plus dark du personnage.
    En ce qui concerne Johns, qu’on l’aime ou non, on ne peut nier qu’il a un amour certain pour le DCU. Selon moi insulter un auteur tel que lui c’est justement ne pas respecter DC qui est un édifice auquel chaque auteur a apporté une brique. Son run sur Green Lantern ou Superman: Secret Origins sont les exemples de ce que DC représente a ses yeux et de la maîtrise dont il est capable.
    Aimons-nous, nous sommes tous fans. Nous avons juste des gouts différents mais le fond est le même :)

  4. Amen ! Ce papier n’est pas juste un avis, c’est la Vérité, avec un grand v. Il y a un paragraphe en particulier sur l’espoir qu’on devrait faire copier une centaine de fois aux bat-kikoos. Sans déconner, le principe-même d’un super-héros repose sur l’espoir, l’idée d’améliorer le lendemain. Tu peux pas créer un super-héros sans qu’il y ait ne serait-ce qu’une lueur d’optimisme au fond, même les plus sombres à la Batman. Ceci dit, la palme de la connerie reviendra toujours à ceux qui sont capables de te sortir que le DCU (avec des centaines de personnages différents, d’arcs différents, d’équipes créatives différentes et répartis sur plusieurs époques aux modes différentes) est sombre de manière générale.
    Je pense moi aussi qu’au final, il y a un problème de définition quelque part. C’est pas un hasard si à chaque fois les gens utilisent les mêmes termes exacts : torturé, décomplexé, sombre, humour à la Marvel, etc, etc. J’aime surtout le terme “torturé”, lui c’est devenu un grand classique ces dernières années !

  5. Je vois désormais bcp mieux à quoi va servir ce billet du lundi, et je trouve que c’est une bonne chose, de réagir aux réactions des articles, l’interactivité est d’autant plus présente, et ça permet de résumer un peu la situation, et de l’éclaircir. Pour cela, bravo DCP.
    D’autant plus que je trouve cet article très censé, et tu donnes un très bon exemple du manque d’optimisme et de la “dénaturation” (le mot est un peu fort, je l’accorde) de Superman dans BvS, en soulevant le point “Jour contre Nuit”, car il est vrai que Superman ne représente pas tellement le jour dans ce film. Tu marques également un point en relevant que, quitte à mettre quelqu’un à la tête du DCEU, autant mettre quelqu’un qui connaisse et aimé profondément le DCU, ce qu’est Johns. Certes, le DCEU est une adaptation, il doit se permettre des libertés, mais a tout de même le devoir de retranscrire plus ou moins fidèlement le DCU, notamment dans son ton.
    Aller, il y a quand même un point sur lequel je ne suis pas d’accord, c’est quand tu parles de Civil War, je n’ai pas trouvé que l’humour désamorçait les situations dans ce film (ça arrive dans d’autres Marvel Studios, je suis d’accord). Concernant l’humour, il est en effet bon de rappeler que la trilogie de Nolan en contient beaucoup, ça n’empêche pas son oeuvre d’être profondément sombre, sans manquer d’optimisme, très loin de là.
    Personnellement, j’ai l’impression que le DCEU fait “subir” à ses héros la misère du monde, sa noirceur, et ce n’est pas nécessairement un mal, autant interagir avec la réalité, et donner des héros faillibles peut être tout à fait intéressant. Mais il ne faut pas que ça n’aille que dans ce sens. Toujours selon moi, la principale fonction du super-héros, c’est d’inspirer les hommes à s’élever, à les tirer vers le haut. Ce n’est pas aux super-héros de s’abaisser, de se tirer vers le bas. Sans compter que la réalité a ses côtés sombres, c’est certain, mais a également beaucoup de bon, et c’est cela que les super-héros doivent avant tout mettre en avant.

  6. C’est vrai que pour beaucoup (moi y compris), Batman est le pilier principal de DC et j’avoue que ce zèle du sombre peut être assez idiot. Encore une fois tout le DCU n’est pas sombre (on met de côté les représentants de Vertigo comme Lucifer ou Constantine), Flash et Cyborg sont là pour le prouver. Superman et WW ne le sont pas forcément non plus et Aquaman non plus, mais le vrai problème est que les studios ont parfois l’air de se dire qu’il faut tout rendre lumineux. Non, ce n’est pas la trilogie de Nolan qui nous fait dire que Batman est forcément dark mais quand on voit certaines critiques dire <>, désolé mais ce sont ds conneries. Bien sûr que le DCEU ne sera pas totalement sombre mais il faut espérer qu’il ne sera pas trop lumineux non plus. Ou trop édulcoré pour convenir à la masse (Suicide Squad aurait pu être génial et plonger totalement dans le décomplexé mais les studios ont voulu le rendre tout public). Après pour le dark, on a Batman (qui doit rester plus sombre que les autres) et Justice League Dark qui est forcément plus sombre (d’ailleurs si on pouvait avoir Matt Ryan pour le rôle au ciné, ce serait parfait ! Oui, je rêve.). Evidemment que le DCEU ne sera jamais totalement sombre mais si ils pouvaient éviter de le rendre “trop” lumineux (disons plutôt édulcoré), ce serait bien.

    • Justement c’est cela que je ne comprends pas. Pourquoi le DCEU ne doit-il pas être trop lumineux ? Selon moi SS n’est pas très lumineux. BvS est plus lumineux que SS. Je t’invite vraiment à lire ce qu’a fait Meltzer sur la JL pour comprendre là où je veux en venir à commencer par Tornado’s Path. C’est une histoire sombre, un peu glauque et triste mais elle est très lumineuse.

      • Suicide Squad n’était pas particulièrement pessimistes.C’est une histoire de rédemption pour certain des personnages principales. C’est pas parce qu’ils sont encore en prison que c’est pour autant pessimistes.

        • Attention, je ne dis pas que SS est pessimiste. Mais l’optimisme apporté par la fin de BvS est beaucoup plus réussi (selon moi) que le semblant de message porté par SS. Dès lors qu’on nous présente dès le début une équipe qui n’est pas composée de vrais bad guys le message de rédemption n’est pas si efficace.

          • Pas de vrai Bad guy… je suis pas mal en désaccord avec toi.

            El Diablo: il a fait cramer sa famille et une prison complet
            Boomerang: il est un traite envers ses compagnons de crime
            Harley: elle est avec le Joker et chercher à tirer Batman
            Slipknot décide qu’il bat une femme
            Killer Croc est un cannibal.

            Le film part avec l’idée que les méchants sont quand même des humains oui, mais ils sont loin d’être des enfants de coeurs. Le seul qui est “correct”, c’est Deathshot.

            Bref,je ne peux être en accord avec ce que tu dis.

          • El Diablo : A fait cramer sa famille mais le regrette depuis. La seule avancée c’est qu’il n’a plus honte utilise ses pouvoirs maintenant (même s’il est techniquement mort). Bref en terme de développement il n’est pas moins mauvais qu’avant
            Slipknot : Mouais, il a juste frappé quelqu’un (parce qu’il est écrit dans son dossier qu’il n’aime pas être attaché)
            Harley : A avancé, je l’avoue. Mais Harley suit juste ce que fait le Joker, elle a toujours eu un bon fond.
            Croc : Le film ne montre pas si son cannibalisme a cessé.

            Enfin je veux dire que je n’ai pas vu de vrais bad guys. Luthor est un bad guy. Zod est un bad guy (malgré un fond nuancé). Dans SS c’était tellement contradictoire que la promo a changé à un moment. Il y a toujours eu écrit “bad guys”. Puis aux alentours de la sortie du film ça a changé en “enfin presque bad guys” ou quelqu chose du genre.

            En fait les bad guys c’était dans la version non charcutée (ceux qui étaient aux screening test ont confirmé cela) avec entre autre un Slipknot qui est un violeur sans coeur, un Joker qui bat sa copine, une Harley qui aide à massacrer Robin avec son puddin’.
            Et c’est cela que je regrette.

          • D’accord avec toi, il n’y aucun membre de l’équipe qui soit vraiment méchant à la fin, même Boomerang (qui dégage dès que Flag les libère) revient à la fin pour aider les autres à sauver le monde et quant à Croc, c’est censé être un cannibale misanthrope et nihiliste et il finit par décider de sauver le monde. Les seuls “vrais” méchants sont Amanda (qui pour le coup est vraiment réussie), le Joker (qu’on voit dix minutes) et les deux entités.

    • “Bien sûr que le DCEU ne sera pas totalement sombre mais il faut espérer qu’il ne sera pas trop lumineux non plus.”
      Rectification : TU espères qu’il ne sera pas trop lumineux, et non “il faut espérer”.

      • J’avoue, désolé de préférer BvS à Batman &Robin. Plus sérieusement, sans aller jusqu’à ces deux extrêmes, c’est vrai qu’un film Flash ou Cyborg ultra dark serait hors de propos. Après oui il y a de l’humour ds les Batman (Alfred et les Robin comme le dit l’article ou Batman lui-même avec son sarcasme ou même d’autres personnages comme Gordon ou même le Joker, même si c’est de l’humour noir) mais je n’ai pas envie d’avoir un Batman qui fait des blagues à la Tony Stark. De même qu’avoir des dizaines blagues en tous genres dans JL.
        Par contre je suis d’accord qu’on ne pourra pas (et qu’on ne doit pas) faire aussi sombre que BvS et que l’optimisme de sa fin était bien géré. Si c’est ce type d’optimisme, d’accord. Pareil pr dire que finalement, SS était loin d’être sombre, il était même lumineux, il a juste été très mal géré.

        • Mais il a toujours été question de l’optimisme de fin de BvS et jamais de plus de blagues. C’est de cela que Jason, Ares ou moi parlons. On ne voulait plus d’un Batman qui ne croit en personne ou d’un Superman qui perd foi en l’humanité et en sa mission tout simplement.

        • Préférer BvS à B&R, c’est parfaitement ton droit. Le truc c’est que B&R n’ayant strictement aucun rapport avec quelque film que ce soit du DCEU, je vois pas trop ce qu’il vient faire là-dedans ; d’autant plus que je n’ai jamais parlé qu’il fallait ni que je voulais de films Flash et Cyborg ultra dark. Par ailleurs, oui, tu n’as pas envie de voir Bruce Wayne faire des blagues à la Tony Stark, mais où et quand as-tu eu la moindre indication que c’est ce qui allait se passer ? ^^
          En somme, Bat’ a bien résumé mon avis qui est en adéquation avec le sien. Tout ce que je veux, c’est voir mes personnages préférés à l’écran.

          • Je ne parle pas des films du DCEU mais bien des médias Batman dans leur ensemble. Pour ce qui est de l’optimisme et de potentielles indications, ce qui me fait un peu peur c’est que les studios se disent : le grand public dit que les films de super-héros doivent être fins comme les Marvels donc on écoute. Mais je n’ai jamais dit qu’il ne devrait pas y avoir d’optimisme. Je me suis très sûrement mal exprimé à ce sujet et d’ailleurs, quand je parle d’un film Flash dark je ne fais pas référence à ce que tu dis mais plutôt à un truc hypothétique. Ce que j’ai aimé dans BvS c’est la violence de Batman par exemple (pour les “meurtres”, c’est une autre histoire). Ce que je crains, ce sont les critiques qui disent que BvS est mauvais parce qu’il n’est pas drôle (et j’ai vraiment lu cette critique) mais après c’est vrai que tous les films avec la même ambiance que BvS, ça risquerait d’être un peu soûlant…

  7. J’ai l’impression que bien des gens ont de la difficulté a comprendre que BvS était le point le plus noir de tous les DCEU. Fort probablement qu’aucun film sera aussi pessimistes et aussi sans espoir et même quand on a cette impression là fin laisse un aperçu de ce qui s’en vient. Batman change ses voies, Wonder Woman décide d’aider l’humanité à nouveau, Superman va revenir de sa mort. La trinité, dans un univers comme le notre, cynique, décide de continuer.

    Je le cache pas, BvS est mon film préféré (pour le moment), mais je sais que JL va changer la donne, puisque c’est annoncé dans BvS.

    Et on a qu’à regarder le premier trailer de Wonder Woman qui semble être très sérieux, brutal, mais qui malgré tout n’est pas nécessairement aussi noir que BvS. Ceci dit, je crois que WW risque quand même d’avoir une partie très sombre pour amener a BvS, puisque Wonder Woman ne peut pas avoir déserter l’humanité quand elle était plein d’optimisme.

  8. Excellent article qui fait doublement plaisir à lire après ces longues semaines à endurer les affirmations de nos plus grands docteurs ès comics mention hashtag Wikipedia et les sempiternels DC c’est sombre/Batman tue/Espoir = Marvel. Que des propos d’une logique implacable et pas des “olol on va avoir des films emplis de blagues”, c’est tout de même largement plus stimulant.

  9. Article parfait, tu as tout dit, et sa fait du bien de lire quelqu’un qui met les points sur les “i”.

  10. Le problème de l’optimisme, c’est que c’est vague. Je n’ai rien contre des personnages plus lumineux, ce serait excellent mais il faut voir comment c’est utilisé.

    La grande peur c’est de vouloir se rapprocher de Marvel qui eux fonctionnent bien avec les critiques et qui propose un produit qui n’a pas de profondeur, pas d’émotion, le blockbuster classique qui te fait passer un bon moment, rien de plus et utilise l’humour à fond pour enlever de l’importance à des situations graves.

    Et puis, il faut prendre les bons films aussi. Wonder Woman est un film de première Guerre Mondiale qui doit se finir avec elle qui tourne le dos aux hommes, Justice League est un film qui parle de l’invasion de Darkseid. Il faut absolument que l’on ressente la gravité de ces situations.

    Après, un Flash ou un Cyborg qui est joyeux avec de l’humour, je suis tout pour car ce sont des films et des personnages qui sont fait pour ce genre d’ambiance et peuvent s’en sortir parfaitement avec de l’humour et de la gaieté

    • @Essaim: Le problème est que comme beaucoup visiblement, tu sembles confondre “optimisme” et “humour”. Tu peux faire un bon film avec une intrigue sérieuse et grave sans pour autant faire des personnages dépressifs-torturés-trop-d4rk. L’article plus haut montre bien que chaque personnage de la ligue y compris Batman se prête chacun à une certaine forme d’optimisme que ce soit dans leurs valeurs ou leur combat.
      Du coup on va avoir des films plus proches de l’ambiance des comics supervisés par une ponte comme Geoff Johns, que veut le peuple exactement ?

      PS: L’origin story de Wonder Woman c’est pendant la SECONDE guerre mondiale et non la première ;P

      • PS: l’origin story de Wonder Woman est pendant la première guerre mondiale dans le film de 2017.

        Non seulement les soldats allemands ont un Stahlhelm de la Première Gguerre mondiale, mais en plus les avions sont des vieux biplan et on ne parle pas non plus de la scène de tranché avec un no man land.

  11. Très bon article en tout cas, je commençais à désespérer de voir que des commentaires de “fans”négatifs et sans fondement face à une news aussi bonne que celle-ci.

    Bizarrement, ceux qui rageaient sur l’autre news se font bien silencieux d’un seul coup xD On attendrait pourtant qu’ils expliquent avec arguments irrévocables leur vérité absolue ici, dommage !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.