Review VO – Suicide Squad : War Crimes Special #1

Suicide Squad Special - War Crimes (2016) 001-000
Les points positifs :
  • Le dynamisme à la Ostrander
  • Boomerang, l’ordure Australienne
  • Quelques tournures réussies
  • Pour la couverture…
Les points négatifs :
  • Une narration à l’ancienne sans le dessin assorti
  • Plus vide que beau
  • Anecdotique
  • Plus DC tire sur la corde, plus le concept montre ses limites

« I am not going on this one and that’s flat. » – Boomerang, qui en a marre lui aussi 


  • Scénario : John Ostrander – Dessins : Gus Vasquez – Encrage : Carlos Rodriguez Couleurs : Gabe Eltaeb – Couverture : Juan Ferreyra

Vous connaissez le principe : un film, plein de BD. Parce que la meilleure campagne de pub pour un comics que personne ne lira jamais reste la sortie en salles de son adaptation, pour le grand public et les deux trois « connaisseurs » qui ont une approche lointaine du concept – il y en a qui font ça bien, comme Urban avec de simples rééditions des immanquables sur le sujet. D’autres, moins, comme DC qui tartine en plus de la série en cours et de son pendant populaire Harley Quinn aux multiples ramifications (après avoir déjà posé sur sa tête blanche les cheveux d’une certaine Robbie) des projets comme une mini El Diablo et ce petit one-shot supplémentaire pour les nostalgiques de l’époque Ostrander. Ca ne fonctionne pas spécialement, et le procédé devient lassant.

Suicide Squad Special - War Crimes (2016) 001-009

War Crimes Special (#1), raconte comment un ex secrétaire d’état à la défense est enlevé par une organisation de mercenaires européens, emmené sur le vieux continent pour être jugé en criminel de guerre. Evidemment, les secrets gardés par ce brave meurtrier de masse sont bien trop importants pour que l’Amérique laisse à la justice le droit de se faire. C’est là qu’intervient la Suicide Squad, composé des membres du films moins Killer Croc, et la caution sacrificielle habituelle chez le scénariste – on l’identifie facilement, et c’est un peu le problème. L’écriture d’Ostrander, dans l’urgence, commence à sentir le rouillé et le gimmick : tout est à peu près prévisible, et quoi qu’on apprécie retrouver l’infâme Boomerang dont lui seul a le secret, ça aussi on l’a déjà vu.

Ce numéro est désespérément pauvre en tant que one-shot. Une longue fuite en avant d’action, qui ne raconte pas grand chose sinon une autre de ces très nombreuses missions qu’accomplit régulièrement l’équipe. Côté dessins, ça joue sur le même tableau, un milieu de gamme ni infâme ni beau, le genre qu’on oublie en plein milieu du numéro à mesure que les pages se tournent.

Suicide Squad Special - War Crimes (2016) 001-016

Au-delà de ça, si c’était bien gentil pour les très vieux de ramener John Ostrander, cet opportunisme éditorial commence à être fatigant. Evidemment, c’est le jeu, et personne ne se plaindra à la sortie de films futurs de voir plus de Shazam ou de Dark Universe dans les publications. Mais à force de répéter encore et encore, au moment où est justement annoncée une autre série avec la Suicide Squad et la Justice League – pratique, l’adaptation d’avant et l’adaptation d’après – DC ne fait que mettre en lumière les limites de son concept. Deadshot tire, Boomerang fait des crasses, Harley est folle et Waller est cruelle, il y a les bombes dans la tête et de jolies bastons – sous combien de formes peut on raconter cette histoire avant de commencer à lasser les gens ? Qu’est ce qu’Ostrander aurait à dire maintenant qu’il n’a pas déjà dit par le passé ? En des termes moins interrogatifs, ce numéro n’amène rien, ni d’original ni de réellement créatif. Ce n’est qu’une pierre de plus à poser sur l’édifice de la rentabilité maximum, vendre beaucoup de papier en ne racontant pas grand chose. Et ça… C’est pas bien.

Bref, vous l’aurez compris, si le film Suicide Squad est ce qu’il est (nul), il aura entraîné dans son sillage plus d’une manœuvre racoleuse. Après avoir critiqué les parutions Marvel alignées sur l’agenda cinéma pendant les huit dernières années, le lectorat DC doit apprendre à découvrir que le processus est identique d’un côté ou de l’autre de la barrière et qu’il suffit de s’habituer, voire d’en profiter pour consommer plus et leur donner raison. Sauf que quand un numéro n’est pas intéressant, il n’est juste pas intéressant, et participe ici d’autant plus à l’effet d’overdose de Suicide Squad mauvaise ou moyenne, après un film loin de fédérer. Vivement que cette page se tourne.

En passant par les liens affiliés BDfugue/FNAC/autres présents sur le site, DCPlanet.fr reçoit une faible commission. Qu’importe le montant de votre panier, vous nous aidez ainsi gratuitement à payer l’hébergement, modules, et autres investissements pour ce projet.

Corentin

Corentin

DC COMICS : L'ENCYCLOPEDIE ILLUSTREE

DC COMICS : L'ENCYCLOPEDIE ILLUSTREE

amazon
Voir l'offre
Patientez... Nous cherchons le prix de ce produit sur d'autres sites

À lire aussi

Shazam : La Rage des Dieux [DVD]

Shazam : La Rage des Dieux [DVD]

amazon
Voir l'offre
Patientez... Nous cherchons le prix de ce produit sur d'autres sites

Rejoignez la discussion

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
CRUZ EL
CRUZ EL
7 années il y a

je suis totalement en désaccord avec cette review

J’ai apprécié ce côté « action » justement, cette légèreté dans le propos (quand d’autre parle de pauvreté). On retrouve cette bande de connards toujours prêt à foutre le bordel et les personnages sont exactement comme on les aime

Si certains sont fatigués par ce « concept », pourquoi vouloir en dégoûter les autres, parce que le principal défaut fait par le chroniqueur à ce one shot est justement d’être SUICIDE SQUAD et apparemment il a fait une petite overdose…

Certains adorent ce « concept » et les personnages et ne s’en lasseront jamais tant que c’est fait en les respectant et avec, justement, de l’action. Ce n’est pas qu’ils n’aiment que ça, mais un one shot SUICIDE SQUAD qui fait du SUICIDE SQUAD ça fait toujours plaisir, faut pas s’attendre à du mozart quand t’écoutes du red hot chili peppers par exemple (je sais c’est tiré par les cheveux) on sait à l’avance le type de morceau qu’on va écouter, on sait qu’on ne sera pas surpris par ce que le groupe propose mais ça fait toujours du bien à nos oreilles quand tu aimes leur style même si ça fait 15 ans qu’ils font la même

Bref, c’est mon humble avis

DC Universe FRA

Rejoignez la première et la plus grande communauté non officielle DC Comics Francophone et participez aux discussions Comics, Films, Séries TV, Jeux Vidéos de l’Univers DC sur notre Forum et serveur Discord.

superman
3
0
Rejoignez la discussion!x