Avec tout le remous suscité par le film Suicide Squad, le showcase d’aujourd’hui s’attaque à un personnage très populaire de l’univers DC Comics, et plus récemment membre de la Suicide Squad qui n’est autre qu’Harley Quinn. On y retrouve une Harley plus proche des origines, avec une relation plutôt compliquée avec le Joker qui change beaucoup de ce qu’on a pu voir au cinéma récemment mais aussi l’occasion d’observer l’amitié à toutes épreuves entre la jeune femme et Poison Ivy.

 


Ce numéro s’ouvre sur une détenue d’Arkham qui semble être Poison Ivy. Contre toute attente, il s’agit en réalité d’Harley Quinn, dans un habile déguisement, qui parvient alors à s’échapper après avoir assommé deux gardiens. Son évasion se déroule parfaitement et elle parvient à mettre hors d’état de nuire différents policiers après leur tentative désespérée de l’arrêter. Mais loin de se contenter de fuir seule, elle se rend dans la cellule du Joker, dit « puddin' », et l’emmène hors de l’asile. À peine arrivés dans leur repaire, le clown prince du crime feint d’être affaibli et trouve une excuse pour éloigner Harley quelques instants. On comprend bien vite qu’il se contente d’utiliser la demoiselle et lui ment depuis le début.

Pendant ce temps, Bruce Wayne s’entretient avec un certain Jack Happi, qui a fabriqué un parc d’attractions. L’homme d’affaire a fait le pari un peu risqué de construire à Gotham City, mais il choisit d’en jouer en ajoutant des acteurs à effigie des héros et vilains emblématiques de cette ville. Malheureusement pour lui, cette perspective n’enchantera pas le Joker. Il enverra alors Harley Quinn et ses hommes régler la situation, avec le but officieux de voir l’ex-psychiatre mourir dans l’opération. Mais Harleen n’est pas aussi bête qu’elle en a l’air.

Miss Quinn travaille dur à sa tâche, mais plusieurs personnages viendront tenter de la raisonner. Tout d’abord, l’un des sbires du Joker laisse sous-entendre à Harley qu’elle ferait mieux de lâcher l’élu de son cœur, ce à quoi elle répond évasivement en l’accusant de tenter de flirter avec elle. Apparaît ensuite Poison Ivy qui tente de même. Elle souhaite lui mettre la vérité sous le nez, lui dit qu’elle est forte et intelligente mais que le Joker se sert d’elle alors qu’elle n’aurait pas besoin de lui. Harley ne cède pas, et veut continuer à agir de la sorte par amour, même si cela peut paraître un peu fou.

Entre alors en scène le Joker, hors de son repère, qui croise sa prétendue bien-aimée. Il va alors tenter de la tuer lui-même, lui tirant dessus avec une arme dissimulée dans un bouquet de fleurs. À son grand étonnement, Harley réapparaît soudainement après qu’il ait attenté à sa vie. C’était Poison Ivy, cette fois-ci, qui avait revêtu le costume d’Harley Quinn, se prenant elle la balle du Joker. La véritable Harley est parvenue à déjouer les plans du clown, l’empêchant d’être le dernier à rire.

Mais Harley Quinn est-elle réellement libérée de l’emprise de l’homme aux cheveux d’émeraude ? Ou continuera-t-elle à subir les douleurs térébrantes d’un amour à sens unique ?