Batgirl and the Birds of Prey - Rebirth (2016) 001-000
Les points positifs :
  • Replace la continuité Batgirl
  • La relation Barbara/Dinah
  • Fait le taff fanservice
  • Girls, ladies and women
Les points négatifs :
  • Arrive avant Batgirl #1
  • Encore fait pour les nouveaux entrants
  • Les visages de Claire Roe

“I guess in my case the past is apparently prologue.” – Batgirl


  • Scénario : Julie & Shawna Benson – Dessins : Claire Roe – Couleurs : Allen Passalaqua – Couverture : Yannick Paquette & Nathan Fairbairn
  • DC Comics – Batgirl & The Birds of Prey : Rebirth #1 – 20 juillet 2016 – 32 pages – 2.99$

Rebirth se poursuit, si vous avez le budget, l’envie et le temps de cerveau disponible, avec cette semaine la réintroduction d’une équipe importante de DC et de Gotham City, les Birds of Prey. Peu mise en avant par la période New 52 et subrepticement évoquée dans la série Arrow (toi aussi, penche la tête en arrière et rigole), le team-up féminin faisait partie des attentes de certains fans nostalgiques de la bonne époque Gail Simone, et quoi que le niveau ne soit ici pas tout à fait atteint, à l’image du Detective de Tynion, ce premier numéro remplit allègrement son rôle de fanservice tout en restant en majorité destiné aux profanes et aux nouveaux entrants.

Batgirl and the Birds of Prey - Rebirth (2016) 001-005

Est réintroduite Batgirl au cours d’un long monologue introspectif. Déjà, deux légers problèmes : la série se déroule en aval de la future série consacrée à l’héroïne (son voyage en orient), et rejoue la carte de la “fausse Batgirl” déjà proposé par Cameron Stewart. On explique aux nouveaux lecteurs son passé à roulettes, la chirurgie qui lui permit de se parer à nouveau de sa panoplie de justicière, et au passage ou n’oublie pas d’expliquer qu’effectivement, Canary a eu une carrière de rockeuse à l’époque où Dan Didio croyait aux propositions originales (ça passe vite, un an). Les dialogues entre les deux sont réussis, une certaine complicité (sismance ? Ca se dit ?) explicite passe dans le texte, ce qui est agréable et s’accorde d’autant mieux avec les dernières années des deux héroïnes.

Barbara va ainsi faire appel à son ancienne collègue et croiser au fil des événements l’ex Matron devenue Huntress, elle aussi introduite de manière didactique et fermement replacée dans ses bottes de justicière “with a vengeance” envers les familles criminelles d’où le personnage est initialement créé. L’ensemble n’est pas mal écrit, sans fulgurances ni gros ratés, rien ne sort du cadre et le numéro remplit son rôle introductif tout en se voulant moins symbolique que d’autres tentatives de cet aventureux relaunch – on n’en ressort pas énormément de choses, sinon que le projet est remis sur les rails, pour les fans, et qu’il devrait tenir bon à moins que la lassitude ne s’en mêle d’ici dix/quinze numéros.

Batgirl and the Birds of Prey - Rebirth (2016) 001-016

Esthétiquement, le problème se pose pour ceux qui auraient apprécié les passages de Bengal sur la rouquine (et Babs Tarr, quoi que le trait ait mal évolué) : Claire Roe est ici efficace sur le story-telling mais mal à l’aise sur les visages et expressions, notamment celui de Barbara qui a parfois un air vaguement teubé. Hé, mais l’avantage de l’éditorial, c’est que cette jonction en deux artistes sauvera peut-être les meubles si tant est que vous n’accrochiez pas du tout à cette équilibre graphique (à mon avis) désaccordé. Sans être tout à fait repoussant non plus.

Pas énormément de choses ne ressortent de ce premier essai, sinon que l’équipe est là (et bien là), peut-être avec Lady BlackHawk ou Misfits un jour, et que les séries à Gotham se passent pour l’instant sans fausses notes. Le duo scénaristique remplit son rôle, l’arc part sur un déroulé classique, et une introduction qui marche pour les anciens comme les nouveaux, à qui on pourra surtout reprocher quelques expressions hébétées hébétantes et un univers partagé qui ne partage pas. Sur la mention “coup de coeur”, on attendra plutôt la fille Gordon en solo avec Albuquerque.

5 Commentaires

    • Parce que y a différentes manières d’introduire. Au passage, un mauvais point ? J’ai descendu le numéro à cause de ça, tu trouves ?

      • J’ai jamais dit que t’avais descendu le numéro, j’ai juste dis que c’était dans les mauvais points c’est tout. C’est écrit, je l’invente pas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.