Review VF Preacher Tome 3
Les points positifs :
  • Cassidy, Cassidy et Cassidy
  • L’histoire du Saint des Tueurs
  • Le développement des personnages secondaires
Les points négatifs :
  • Jesse Custer, élément du décor
  • Une histoire principale presque absente
  • Un style un peu moins percutant

« Et la foi du prêcheur lui revint comme l’envie de pisser » —


  • Scénario : Garth Ennis – Dessin : Steve Dillon, Steve Pugh, Carlos Ezquerra – Couleur : Matt Hollingsworth, Pamela Rambo, James Sinclair
  • Urban Comics- Vertigo Essentiels – Preacher Livre 3 – 25 mars 2016 – 424 pages – 28 €

Alors que la série tv Preacher est enfin lancée, il est temps de revenir quelque peu sur le troisième volume des aventures de Jesse Custer et ses amis sur format papier avec ce Preacher Livre 3. Cette fois, nous n’avons pas 400 pages à proprement parler de Jesse Custer et ses aventures, puisque ce tome est très riche, contenant The Saint of Killers #1-4, Cassidy : Blood and Whiskey et enfin les numéros #27 à #33 de Preacher, ce qui en fait un tome bien intéressant.

The Saint of Killers #1-4

Paru en 1996, ces quatre numéros écrits par Garth Ennis mais illustrés par Steve Pugh reviennent sur l’histoire houleuse du Saint des Tueurs. On se retrouve alors en plein western, mais aussi en enfer avec un personnage qui gagne en profondeur. Ce n’est pas juste une brute sans cervelle, mais un homme dont la vie n’a pas été facile. J’ai beaucoup aimé découvrir le fin mot de son histoire passée, découvrir comment il est devenu le Saint des Tueurs. Une histoire pleine de froideur, de tragédie, de tendresse, de vengeance, et de sang.

Comme on retrouve Steve Pugh sur les planches, autant vous dire que c’est assez sale, et franchement cela correspond à merveille aux salopards que l’on croise au fil du récit, surtout McCready, complètement affreux avec sa tête qui pourrait faire penser à un singe, et ses sbires. La partie Enfer du récit est toute aussi intéressante bien qu’un peu énorme et parfois maladroite, mais les répliques cinglantes laissées ça et là par l’auteur permettent de piquer le lecteur au vif et le ramener dans l’histoire dont on a pu quelque peu s’éloigner. Maintenant, je me suis dit que c’était chouette de retrouver ces numéros, mais je ne comprenais pas vraiment pourquoi les mettre là comme ça. Sauf qu’à la lecture de Preacher  #32 on comprend pourquoi Urban Comics a pensé à nous mettre l’histoire du Saint des Tueurs en début de tome.

Cassidy : Blood and Whiskey

Ce numéro Preacher Special : Cassidy : Blood and Whiskey nous vient de 1998, avec toujours Garth Ennis aux manettes, accompagné par Steve Dillon. Du coup, on retrouve bien l’ambiance et le style de Preacher, tout en s’intéressant à un personnage très emblématique, charismatique, excentrique, vampirique. On découvre une partie de son histoire, sa rencontre avec un autre vampire, le premier qu’il rencontre en 75 ans. On est en pleine Nouvelle-Orléans, et on découvre tout un nouveau monde. Enfin surtout des nouvelles têtes.

Ce qui est génial c’est que l’on en apprend plus sur Cassidy, mais l’histoire en elle-même est connectée aux événements qui vont suivre dans l’histoire de Preacher. C’est un peu une totale Cassidy. Malgré le côté désinvolte du personnage, on voit qu’il a quand même un semblant de cœur et qu’il ne tue pas pour le plaisir, d’ailleurs, il n’aime pas tuer sa nourriture. À son grand regret, il croisera des paumés qui veulent être Les Enfants du Sang. Et au final, ça va mal finir pour son premier ami vampire. Cela dit, il l’a bien cherché, et Cassidy s’est bien amusé.

Preacher, la suite

Ne vous attendez pas à de nouvelles histoires d’anges ou a de grosses révélations, ce n’est pas le cas. Ici, on assiste plutôt au développement des personnages secondaires, et d’un twist qui les relie. D’ailleurs tous les personnages rencontrés sont plus ou moins liés, et surtout centrés sur l’histoire de Cassidy. On a droit à des petites piqûres de rappel sur l’histoire du tome précédent par la présence de Herr Starr, mais sa présence est plutôt accessoire.

On retrouvera surtout Tulip, qui veut toujours prouver qu’elle est ultra bad-ass et qu’elle peut suivre aux côtés de son Jesse chéri, mais dans sa première histoire, elle m’a complètement tapé sur le système. Elle est agaçante, et sa copine ne remonte pas le niveau. Par la suite, on se rendra compte qu’elle en a dans la culotte, mais Cassidy lui ne sera mis aussi en lumière. En fait, dans tout l’arc on verra Cassidy devoir affronter ses démons du passé, ses échecs, manipuler, être affaibli. D’ailleurs une grande partie de l’arc nous montre comment peut être affaibli mentalement le vampire. Jesse lui est plutôt témoin dans toute l’histoire présentée.

On retrouvera d’anciennes connaissances comme Tête de fion qui pourrait peut être commencer à être un bonhomme presque normal, j’ai bien dit presque hein. Mais il veut juste vivre sa vie, et surtout la raconter. Alors j’ai essayé de comprendre en ne lisant que ses bulles mais c’est impossible de tout piger, il faut obligatoirement passer par la traduction. Oui, bon, on a tous nos défauts, moi j’adore essayer de tout déchiffrer. Par la suite, on rencontre à nouveau Les Enfants du Sang, puis un type pratiquant le vaudou, tous venant du passé de Cassidy, ce qui fait le lien avec le numéro Cassidy : Blood and Whiskey. On revient également sur l’histoire de ce Genesis lorsque Jesse essaie d’en percer les secrets pour retrouver Dieu, mais honnêtement cette partie de l’histoire principale est minime comparé au reste et l’on en a apprend rien de plus. Cependant, Garth Ennis fait allusion à l’histoire du Saint des Tueurs qui nous est présentée en début de tome. D’où l’ingéniosité d’Urban d’avoir publié le tome dans cet ordre.

Dans ce tome, il est question de beaucoup de trahisons, de personnages voulant faire leurs preuves, mais malgré tout, il me manque quelque chose. Déjà l’histoire principale qui elle aussi s’est légèrement fait la malle, et surtout le ton acerbe de Garth Ennis. Je l’ai trouvé plus doux dans ce troisième tome et ça me déçoit légèrement. Maintenant, j’ai beaucoup aimé la lecture qui met clairement en avant le personnage de Cassidy qui est mon grand chouchou. Bon après, ça reste une bonne lecture, et qui est somme toute plus légère et facile que celle du tome précédent.