1. Sous influences de soleil levant

2. Till Death Do Us Part !

3. Ombres et Lumière

4. Lone rider and the Dark Horse

5. Tragédie Urbaine

6. Hell & Back


Hell & Back

tumblr_n7s5np0jbL1r72395o1_1280

I feel very confident in who I am. I’m very proud of my work. People can interpret it any way they like.

Néanmoins, il est possible que le meilleur du Frank Miller moderne ne soit pas celui que l’on trouve en BD. Des films tels que Sin City et 300 ont proposé, depuis leur origine artistique, une alternative à la réalisation et à la colorimétrie traditionnelle à Hollywood. Chacun des deux long-métrages a à cet égard rencontré son public, et connu comme la loi Hollywoodienne le commande, des suites du niveau de Robocop 2 et 3 (là encore, après le départ du réalisateur original dans le cas de 300).

Zack Snyder, fanatique avoué du Dark Knight Returns, avait initialement conçu le pitch de son Batman V Superman comme une déclaration d’amour à l’oeuvre originale de 1986. Rattrapé par les réalités de studios et une réécriture intensive, le film tel qu’il sera présenté garde une partie des idées de l’auteur, dont sa célèbre confrontation du Chevalier Noir et de son adversaire Kryptonien. On peut également se souvenir du Batman Begins de Nolan, qui reprend trait pour trait plusieurs scénettes de Year One, notamment sa conclusion et l’amorce sur le Joker, ou plus pragmatiquement, l’appel des chauve-souris.

A une autre échelle, la série Daredevil reprend pour beaucoup la tonalité du héros Millerien. Significative dans certains épisodes (celui sur les origines de Matt, notamment), cette influence est immédiatement palpable dans l’ambiance et les choix initiaux du projet, tourné vers la violence de Hell’s Kitchen et assumant d’emblée la dynamique asiatique, exponentielle dans la seconde saison – où le personnage d’Elektra sera également institué. Les adaptations des studios d’animation de Warner ont aussi livré de jolies actualisations mouvantes des travaux de l’auteur sur la chauve-souris, et en définitive, la reprise par Brian Azzarello de Dark Knight semble partie pour un autre classique à empiler sur une pile déjà bien haute, cette fois-ci en binôme avec un des héritiers de sa génération. Finalement assagi, l’auteur a déclaré en interview son envie de faire sa propre suite à Strikes Again, une fois le projet en cours terminé.

En définitive, Frank Miller se résume à un auteur, avec une grande gueule et beaucoup de talent. Indissociable de ses idéaux, qui transitent à travers toute son oeuvre, l’artiste aura laissé un leg conséquent de grands récits et d’influences encore tangibles dans les parutions modernes et les récupérations adaptées. Capable du meilleur comme du pire, entre la provocation ou le génie, il restera en tout cas comme une figure à part de la bande-dessinée Américaine, dont l’oeuvre continue de vivre au delà de ses écrits.