1. C’est quoi DC You ?

2. Les nouvelles séries

3. Les mini-séries

4. Les retardataires

5. Les ex-New 52

6. Et pour l’avenir ?


Les mini-séries

 

En plus des nouvelles ongoing, le lancement de DC You s’est accompagné de quelques mini-séries. Ce format de publication a plusieurs avantages : il permet déjà aux créateurs les plus demandés de ne pas leur prendre trop de temps (ou à défaut, de ne pas accumuler les retards sur le moyen terme) ; d’avoir une histoire clairement délimitée, ce qui peut éviter de tourner en rond, ou de ne plus rien avoir à raconter avec des concepts qui ne sont pas faits pour durer trop longtemps ; et au lecteur de s’investir dans des choses qui sortent du traditionnel, tout en sachant que l’investissement ne sera pas trop important. Bien entendu, il y a aussi des revers, comme le fait que beaucoup de lecteurs peuvent choisir d’attendre directement la sortie en TPB (ce qui peut, en même temps, être profitable pour le titre concerné). Quoi qu’il en soit, cette première fournée de titres permet à DC de proposer des titres qui sortent des carcans habituels, en mettant des personnages particuliers en lumière comme Bizarro ou Bat-Mite, ou miser sur le succès d’autres comme pour Harley Quinn. La majorité de ces titres est à portée humoristique, Lost Army excepté, qui sert surtout à maintenir un semblant de publications Green Lantern après l’annulation drastique de ses séries en mars 2015. Que peut-on retenir de ces mini-séries ?

All-Star Section Eight

De retour après des années passées à pousser plus loin les limites (vous connaissez Crossed ?), Garth Ennis ressucite d’un claquement de doigts le Sixpack de Hit-Man dans une mini en six où l’envie de mettre un gros nom a sans doute primé sur la pertinence du projet. Section Eight, c’est la réunion de huit héros parodiques, aux pouvoirs (?) absurdes hilarants à une autre époque, et rattrapés aujourd’hui par d’autres séries comiques ou satiriques, à cause desquelles il ne reste plus à l’ami Garth que la bonne vieille nostalgie pour exister. Persuadé qu’un danger guette, Sixpack refonde l’équipe et tente de persuader les membres officiels de la Ligue de Justice de les rejoindre, numéro après numéro. On retrouve le culot jemenfoutiste du scénariste irlandais, qui semble encore s’amuser malgré un gros manque d’inspiration. Certains numéros font le job (les plus crades), la fin reste bien écrite en cherchant un peu de poésie au délire, mais finalement, si vous avez un peu aimé Section 8, lisez Hit-Man. Si vous aimez les bons comics, lisez Hit-Man. Si vous aimez les phoques zombies, le western, les flingues, les films de Guy Ritchie, l’absurde, l’humour, les personnages forts et les fins dramatiques, lisez Hit-Man. Bon, bref, allez lire Hit-Man et foutez moi la paix, et d’ailleurs si DC lit ses lignes (déjà, Geoff, tu peux demander à Kreisberg d’arrêter de déconner sur Arrow ?), filez Hit-Man à DeMatteis et Giffen, ou engagez Garth Ennis pour un nouvel Etrigan, et ne me refaites plus le coup de l’ascenseur émotionnel de Section 8, parce que c’était quand même très moyen.

Bilan DC You - 17

Bat-Mite

Bat-Mite, c’est Bat-Mite. C’est le petit personnage complètement dingue et attachant qui nous fait rire au fil de ses bêtises. Avec lui chaque aventure se solde en joyeux bordel, n’ayons pas peur des mots. Après un bon départ, les numéros se sont vite ressemblés, et l’impression de tourner en rond s’est vite imposée. C’est dommage car cette mini-série avait vraiment du potentiel surtout après la lecture du premier numéro. Mais ça vaut quand même le coup de jeter un oeil pour ceux qui aiment le personnage, ou qui aiment les duos inattendus avec tous les guests rencontrés. Bon par contre, ne cherchez pas un intérêt plus général, ou une implication de ses aventures dans les autres titres. C’est juste comme ça, et puis de toute façon, Batman ne laisserait jamais Bat-Mite faire joujou avec sa Bat-mobile. Quoique…

Bilan DC You - 18

Bizarro

Sans prétention, sans une grand ambition, pour le fun ! Voilà comment décrire Bizarro, une vraie surprise que cette série. Celle-ci raconte le périple de Bizarro et Jimmy Olsen à travers l’Amérique avec à la fois son lot de rencontres, des références à l’univers DC et ses personnages. L’aventure se suit sans difficulté et avec un énorme plaisir. L’humour est le moteur de cette série, et il est précis tout en restant bien dosé. La qualité graphique est également au rendez-vous, Bizarro est sublime et le reste ne l’est pas moins. L’esprit est à la fois enfantin et « stupide » de Bizarro fait réellement mouche et pour cette fois là, le format 6 chapitres aura été un excellent choix.

Sans en faire trop, la série est là pour passer un moment cool, elle ne marquera pas l’histoire DC mais ce n’était pas le but de départ. Dans DC You, il y avait l’idée de diversifier un peu les séries, ça a marché pour certains et pas pour d’autres. Selon moi, c’est un succès pour Bizarro. La série étant terminée, on ne peut pas parier sur une suite ou un dérivé. Cependant attention, si suite il y aura, il faudra attendre un peu. L’humour de cette série peut être lourd à la longue et il faut savoir savourer une série comme celle-ci. C’est pourquoi je n’espère pas revoir bientôt Bizarro dans ce style mais j’espère le revoir un jour quand même.

Bilan DC You - 19

Green Lantern : The Lost Army

La mini série de Green Lantern focalisée sur John Stewart et un petit groupe perdu dans un autre espace temps. On ne peut pas dire qu’il y avait vraiment de l’espérance pour cette série. La série est en parallèle de la série Green Lantern, Jordan découvre la disparition du Corps des Lantern ; cette série a ainsi présenté, sans réellement l’expliquer, où ils étaient.

La série n’était ni bonne ni mauvaise. Une focalisation trop accentué sur John Stewart, ou plutôt le fait de trop valoriser ce personnage pour ne pas réellement finir le travail. L’histoire commençait bien, le côté réaliste avec la décharge des anneaux alors que les porteurs sont dans l’espace. Des rencontres de futur ennemis, ou d’anciennes espèces. L’idée était bonne, mais elle manquait de profondeur, il fallait accentuer des effets, valoriser des sentiments comme la perte ou la détresse des Lantern. Le format de 6 chapitres n’a pas aidé, il fallait conclure la série plus ou moins rapidement avec quelque chose qui se doit de tenir la route. Sauf qu’il en a résulté une série trop rapide. Le but de départ de Stewart et son équipe, était de retrouver les autres Lanterns sans réellement savoir comment faire. Ce problème fut résolu rapidement, tout le monde se retrouve en prison, évasion, tout le monde est content. Ce n’est pas assez pour satisfaire le lecteur : nous voulions savoir pourquoi. Pourquoi sont-ils là ? Comment ? La série n’a apporté presque aucune réponse à ces questions.

Pour conclure sur Green Lantern : The Lost Army. Cette série se voulait courte, c’est un choix qui se respecte mais alors il faut savoir adapter son histoire. The lost Army n’apporte rien, au pire on peut lire les chapitres 1 et 6 et voilà. L’univers Green Lantern ne subit pas réellement de changement ou d’impact. Une autre série va suivre à The lost Army, Green Lantern Corps : Edge of Oblivion. Vouloir prolonger n’est pas une mauvaise idée, vu que rien n’a été réellement fait dans cette série. Cependant, il aurait peut être été mieux de faire une grande série, de prendre son temps et développer absolument les personnages du Corps. En savoir plus sur d’autres que John aurait été agréable. Il n’y a pas que les humains chez les Lantern. Au final, aucune déception car aucune attente, cette lecture est passable autant dans l’histoire que le graphisme. Elle ne marquera pas l’histoire de Green Lantern et sera vite oubliée. Dommage …

Bilan DC You - 20

Harley Quinn & Power Girl

Le succès de la série consacrée à Harley Quinn a motivé DC Comics à publier cette mini-série, Teamp-Up entre deux héroïnes connues pour avoir été mises en scène de façon plus ou moins efficace (plutôt plus, si l’on en croit le succès commercial et la bonne réception critique de ces comics) par le duo Jimmy Palmiotti-Amanda Conner. Le couple nous a donc proposé une mini-série en six parties, qui voit les deux héroïnes s’associer, dans une histoire loufoque plutôt efficace, même si l’effet de surprise n’est plus là, et que l’on sent la routine s’installer. Certes, on se marre bien lorsque l’on retrouve Vartox, et certains dialogues sont savoureux, mais le tout reste assez convenu et l’on a l’impression que la “formule” de l’équipe créative est simplement appliquée, sans réelle créativité. Cette mini-série reste une agréable surprise, et la plupart des lecteurs y trouvera sans doute son compte, mais on sent un petit manque d’inventivité qui déçoit un peu.

Bilan DC You - 21

Prez

Prez est l’exemple parfait pour démontrer qu’on peut reprendre un vieux concept de DC d’il y a trente ans et en faire un titre absolument incontournable lorsqu’on y met la bonne équipe créative. Certes, faire une satyre de notre société moderne n’est pas l’apanage de la modernité, mais en choisissant de nous montrer le destin d’une jeune adolescente, élue présidente des USA via Twitter, l’auteur Mark Russell en profite pour dépeindre une société où tous nos travers actuels sont amplifiés par dix. Et si au départ, c’est avec un humour ravageur que le titre commence, on bascule progressivement dans une certaine noirceur qui hésite à nous dérider. De l’humour noir, cynique, on commence à rire jaune, et surtout on réfléchit avec une certaine inquiétude sur l’absurdité déjà présente dans notre quotidien.

La seconde force, c’est que Ben Caldwell (et son remplaçant Dominike Stanton sur un numéro) arrivent à marier complètement le propos de Russell avec leur titre graphique, qui adopte un style cartoon léger et une mise en page très riche et colorée, bourrée de détails tordants, où les personnages sont hyper attachants (ou effrayants, selon leur caractérisation) : en bref, une touche de personnalité qui achève de rendre, pour moi, Prez, comme l’un des meilleurs titres du DC You. Le seul problème tient de ses faibles ventes, qui font que le titre a été découpé en deux parties de six numéros chacun, et si on veut bien croire Mark Russell lorsqu’il nous dit que DC lui a promis de publier cette seconde histoire, on craint un peu que ça ne soit pas le cas. Reste que le titre pourra bénéficier d’une bonne seconde vie lorsque le TPB sortira.

Bilan DC You - 22

Pour conclure…

Mis à part pour Harley Quinn & Power Girl (et dans une moindre mesure, pour Lost Army), force est de constater que les lecteurs n’ont pas beaucoup cherché à rigoler, ou à donner leur chance à ces mini-séries. Les ventes sont restées extrêmement faibles et le format a été salutaire, puisque l’annulation aurait certainement été de mise si la publication avait été en ongoing. En outre, une chose bizarre s’est passée avec Prez qui a vu sa publication restructurée en deux mini-séries de 6 numéros chacun.

Pourtant, qualitativement, on peut dire que le contrat était bien rempli pour ces mini-séries. Si tout n’est pas excellent, les auteurs ont su majoritairement exploiter leur concept dans l’espace et le temps qui leur étaient dédié, et a notamment permis de révéler quelques pépites comme Bizarro ou Prez. Nous y reviendrons plus en détails dans la conclusion, mais si le concept DC You voyait dans l’idéal une poignée de mini-séries se renouveler tous les 6 mois autour d’un noyau dur d’ongoings, les résultats financiers sur cette première salve de mini’s auront poussé DC à revoir ses plans pour la suite.

– ArnoKikoo, Capugino, Harley, n00dle, Zeppeli

19 Commentaires

  1. J’avais lu que l’arc Darkseid War n’ai pas vraiment hors continuité, c’est juste qu’il y a des séries actuelles qui se passe en même temps (cyborg) et d’autres avant (Batman, Superman). C’est vrai ?

    • J’aurai plutôt tendance à considérer que les séries Batman et Superman se situent au contraire après la Darkseid War mais rien d’officiel n’a été communiqué dessus.

    • Dans le cas de Batman, il y a un problème de cohérence. Dans le numéro spécial où Batman a la chaise de Metron, Alfred a ses deux mains. Or, il en perd une dans Batman Endgame. A moins qu’elle ait repoussée, on a donc envie de dire que ça se passe avant Endgame. De même, on a du mal à croire que le commissaire Gordon de ce numéro spécial a déjà endossé l’armure.
      Sauf que, dans Darkseid War, Batman apprend l’identité civile du Joker. Et donc, tout le jeu sur sa posture de “Pale Man”, lorsqu’il veut faire croire à Batman qu’il serait un monstre immortel du passé, ne tient pas s’il connaît son identité et sait que c’est bien un homme “normal”. Donc ça ne peut pas se passer avant non plus.
      C’est entre autres pour ça que l’histoire est difficilement situable sur le plan de la continuité.

      • Problème lorsqu’on laisse des scénaristes en roue libre. Et je préfère largement JLA que les titres Batman du DC You

      • Alfred, je suis quasiment certain d’avoir lu qu’il disait que sa main était conservée, mais qu’il ne voulait pas la récupérer tout de suite. Si le Joker, a été capable d’obtenir un nouveau visage, je doute que ce soit difficile pour Alfred de récupérer sa main.

  2. J’ai lu avec intérêt ce dossier, car j’ai pas vraiment suivi le DC YOU. Merci pour ce bilan/résumé bien structuré et accessible.

  3. Je suis d’accord pour dire qu’en terme de pub, DC a toujours énormément de mal à vendre ses produits. Il y aurait dû avoir quelque chose pour des titres tels que Prez, Midnighter, Gotham by Midnight, Titans Hunt (dont une grande partie du public ‘ricain pense encore que ça a un lien avec le pré-New 52, c’est dire … :/) ou encore Lois & Clark.
    Cependant, mettre le paquet en terme de comm’ sur le DCY aurait peut-être fait bien plus de mal à DC si l’on prend en considération l’état de bon nombre de séries.
    Très beau dossier sinon !

  4. Merci pour ce dossier complet. J’ai finalement bien fait d’arrêter de prendre des kiosques Urban Hormis Green lantern saga ( Qui va surement s’arreter de toute maniere) pour me centrer sur la librairie. C’est tout de même dommage que DC n’arrive plus à progresser et à faire de belles choses..
    Encore heureux qu’avant 2011, DC avait de belles histoires.
    Je vous laisse, je vais lire du Kirby !

  5. Chouette dossier. Merci pour ce bilan, plaisant à lire.

    Période DC YOU, je n’ai suivi assidûment que Prez, qui était vraiment une série excellente, et je suis vraiment triste que les ventes n’aient pas suivi. Et maintenant le dessinateur part chez Marvel…

    La seule série que je suis actuellement chez DC c’est Superman : American Alien, mais j’adore vraiment la série.

    J’avais essayé Black Canary qui était une série prometteuse et qu’il faudrait que je prenne le temps de continuer. Tout comme la série Batgirl dont j’avais bien aimé le premier arc de la reprise. L’arc Darkseid War de la Justice League avait vraiment l’air très bien aussi. Par contre Superman, j’ai décroché avec le changement de scénariste.

    Et y a des séries qui me plaisent un peu mais qui n’arrivent pas à me convaincre complètement comme Martian Manhunter, Starfire ou We Are Robin. Mais je les continuerais peut-être un jour.

    J’espère que DC aura de bonnes surprises à nous proposer en 2016. J’ai hâte de lire le Wonder Woman Earth One et Legend of Wonder Woman quand ce dernier arrivera en relié (parce que le format numérique avec les demi pages et les demi numéros, c’est pas possible).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.