Les points positifs :
  • Un bon combat final
  • Ce proto groupe d’Outsiders <3
  • Le background de Deathstroke
  • Conclusion satisfaisante…
Les points négatifs :
  • … mais qui aurait pu être plus burnée
  • On voit pas Two-Face !!
  • C’est fini (ben oui, franchement)

“Did someone steal the Batmobile ?” – Katana


  • Saison : 01Episode : 26 – Titre : Alone
  • Réalisé par : Rick Morales – ScénarioMitch Watson

Après 25 épisodes de bons et loyaux services, l’heure est venue pour Beware The Batman de tirer sa révérence. Sacrifiée trop vite sous les huées dues à son parti pris graphique, et à une volonté d’introduire du neuf dans le bien trop connu Bat-verse (avec un sidekick différent de Robin, une approche à la Year One, une rogue gallery qui cherche dans l’originalité, et l’envie de proposer des trames scénaristiques sur la moyenne, voire longue durée), et comparée sans trop de raisons à l’intouchable Batman : TAS, la série aura succombé à de trop faibles audiences, alors que si, la qualité était elle, bien présente. On ne dira pas que Beware The Batman était une chef d’oeuvre, peut-être pas, mais elle est loin du statut de paria qu’on veut lui imposer. Et cet ultime épisode le prouve encore. Explications.

Passée la résolution éclair du cliffhanger du précédent épisode (un peu facile d’ailleurs, comment Katana a-t-elle pu survivre à une telle chute ?), le combat final contre Deathstroke s’amorce de tous les côtés. Batman et Katana profitent de la situation pour agir dans l’ombre, et cette dernière va faire intervenir plein de partenaires en jeu. D’un autre côté, il y a encore Harvey Dent et Anarky qui ont quelques problèmes à régler, alors que le premier devient véritablement fou et bascule définitivement du côté obscur. Mais, cruelle déception, alors qu’on le voit enlever les bandages qu’il a autour du visage, la série ne nous donnera jamais ce petit moment de fan-service pour nous montrer son visage de Double-Face. Ca fait quand même mal au coeur, avouons-le. Pour le reste, l’épisode se montre très rythmé car Deathstroke use de beaucoup de ressources pour arriver à ses fins, et c’est dans la Batcave que tout le final se produit.

A cela, plusieurs constats s’imposent : dans un premier temps, on arrive in fine à un happy ending assez posé, alors que pendant quelques minutes, on aurait pu croire que Batman aurait pu aller au delà d’une certaine limite pour enrayer la menace que représente Deathstroke. L’autre idée, ça aurait pu d’amener une véritable conclusion à la série en faisant disparaître le Batman pour des raisons que vous comprendrez en regardant l’épisode ; et en soi, ça aurait été très couillu et malin de le faire, mais peut-être dans l’espoir fou d’une seconde saison (ou parce qu’à l’époque on espérait que ça soit renouvelé ?), la solution apportée, bien que convenante, est assez simple. Heureusement qu’on nous fait un petit ascenseur émotionnel dans les quelques minutes précédentes.

D’autre part, on se rendra compte pendant tout le combat, ponctué de nombreux dialogues, que les auteurs ont vraiment réussi à développer un Deathstroke intéressant, qui a une relation très particulière vis-à-vis d’Alfred, et qui se place dans une certaine sorte de compétition avec Batman toujours par rapport à cette relation. C’est là aussi quelque chose de peu commun par rapport à ce qu’on connaît habituellement de cet ennemi et je ne peux qu’apprécier cet effort de nouveauté. Enfin, l’épisode fait intervenir toute une équipe de renforts au secours du Chevalier Noir, et au contraire du titre de l’épisode et ce qu’il pouvait laisser penser, ce dernier ne se retrouve plus seul et a une véritable petite équipe de formée à ses côtés. OracleMetamorphoKatana et Man-Bat. On a un mini-groupe d’Outsiders (j’ai vérifié, chacun de ces personnages a au moins fait partie une fois de cette équipe dans les comics), ce qui aurait pu donner une nouvelle dynamique et plein d’histoires sympas à suivre pour la série. Sauf que de suite, il n’y en aura pas.

Et c’est un constat assez cruel au final parce que je répèterai sans cesse à qui veut bien l’entendre que non, Beware The Batman est très loin d’être une mauvaise série d’animation, et qu’elle a été sous-estimée bien trop vite. Pour des raisons je pense, essentiellement esthétiques. Certes, le départ n’était pas forcément le plus engageant, avec un format freak of the week qui pourtant s’applique très bien à ce genre de format. Mais la série a enchaîné des essais (transformés, selon moi) en voulant appliquer de la nouveauté à une formule éculée et qui souffre de toute façon à la sacro-sainte Batman : TAS. Des vilains atypiques, une ambiance à la Year One dans les rapports entretenus entre BatmanGordon, et Harvey Dent – qui ici par contre sont radicalement changés ; le fait de faire d’ailleurs de Dent et d’Anarky des antagonistes récurrents, et d’amorcer une intrigue sur le long terme avec Deathstroke était particulièrement bien amené, et même l’intrigue de moyenne durée avec Ra’s et la Ligue des Assassins a permis à la série de se sortir des limitations de son format. Je pense qu’il y avait du potentiel, largement pour faire une seconde série dans cette veine, avec notamment la proto-équipe d’Outsiders montée, mais que voulez-vous : certaines choses ne se feront simplement pas.

Fin de saison et fin de série, ce dernier épisode était certainement l’un des meilleurs de cette première et unique saison. Le combat final est haletant, les interactions entre les personnages atteignent leur apogée, le fan-service est bien, bien présent. En bon fan de Batman que je suis, j’ai vraiment été conquis, malgré tout ce qu’on peut dire, par cette série, qui a su compenser ses nombreux défauts, par d’autres qualités toutes aussi nombreuses. N’hésitez pas à tenter l’aventure, vous vous rendrez compte également que la série aurait largement pu bénéficier de la chance d’une seconde saison. Tant pis pour nous !

1 COMMENTAIRE

  1. Magnifique résumé de cette superbe aventure…
    Dommage qu’elle ce soit arrêtée aussi brutalement.
    Merci pour ce partage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.