Le dimanche c’était le jour des enfants à la NYCC mais le panel LEGO DC avait quelque chose pour les fans de tous âges. Commençant début 2016, “LEGO DC Comics Super Heroes : Justice League Cosmic Clash” relatera les aventures de la Justice League qui doit faire face à Brainiac. Nous vous proposons le récap du panel qui est consacré à ce nouveau film d’animation. Sont présents Troy Baker, doubleur de Batman ; Phil LaMarr qui double Brainiac ; le producteur Brandon Vietti ; le realisateur Rick Morales ; le screenwriter Jim Krieg ; et l’animatrice de DC All Access, Tiffany Smith qui jouera les rôles de modératrice pour ce panel.

Après les présentations, Smith diffuse le premier trailer (qui devrait débarquer prochainement sur le net), présentant Brainiac comme un méchant au rire diabolique. À partir de là, la Ligue de Justice s’engage dans une chasse effrénée jusque dans le futur, où ils rencontrent la Legion des Super-Héros.

Quand Smith a demandé comment les films Lego DC sont planifiés, Baker éclate de rire à l’idée. “On reçoit ces instructions pour construire les films pas à pas”. Vietti, plus directement, dévoile que les créateurs “partent de rien” avec ces films et tentent de raconter des histoires intéressantes, comme la première rencontre des membres de la Justice League, le tout dans un style LEGO. Krieg dit que l’équipe jouait souvent avec des LEGO durant leurs rencontres et, “Je ne vais pas vous dire qu’on a ajouté une histoire rétroactivement… mais c’est exactement ce qu’on a fait.” Vietti note “qu’il y a une ligne continue dans tous nos films” qui aide à construire l’histoire, mais ce qui est vraiment intéressant est d’ajouter des nouveaux personnages et voir ce qui arrive…

Morales ajoute que les différents tons présents dans le films sont un challenge pour lui, “il faut faire le pitre, se concentrer sur la comédie, pour une audience plus jeune”… mais ce style différent est amusant également. Vietti, quand on lui demande “comment faites-vous pour rendre Batman drôle” explique qu’il s’est inspiré de la version d’Adam West et de Dietrich Bader. “Mais en réalité, c’est aussi grâce à Troy [le doubleur, ndlr.] que ça fonctionne aussi bien.” Troy Baker déclare qu’il voit son Batman comme “un Dean Martin avec une troupe de Jerry Lewis qui lui courent autour”, qui fait office de faire-valoir pour les personnages plus rigolos.

Krieg explique comment il a transposé le “tentatulesque” vaisseau de Brainiac dans l’univers LEGO. “Brandon est venu de lui-même avec comment son personnage doit être et ensuite on a eu juste à laisser Phil Lamarr l’interpréter.”

Un autre clip est diffusé. On y voit Brainiac qui demande leurs noms aux membres de la Ligue de Justice car il “préfère les battre dans l’ordre alphabétique.” Après une provocation de Batman, l’alien hurle “Control, Alt, Détruire!”, des missiles sont lancés dans l’espace et la bataille commence ! Baker avoue que “le pouvoir et la faiblesse sont les TOCs de Brainiac.” Lamarr révèle aussi que Brainiac a “de l’aide” de ses formes précédentes – et donc que l’acteur doit se parler à lui-même. “La version 1.2 est un peu différente de la 1.3, et la 1.4 est un Brainiac moins sérieux”, ajoute Lammar, tout en précisant qu’il était parfois difficile de ne pas se mélanger les pinceaux.

Baker avoue que, vu que les acteurs n’enregistraient pas ensemble, il n’avait pas tout de suite réalisé à quel point ses répliques étaient drôles une fois ajoutées à celles des autres. “On m’a dit, n’essaie pas d’être rigolo… le script est déjà génial.” En qualité du seul acteur qui a été la voix de Batman et du Joker, Baker a avoué qu’il adore incarner le Prince du Crime. Mais, “en tant que Batman, je pense que j’ai le job le plus facile”, avoue l’acteur, même s’il peut être parfois difficile d’avoir le bon ton pour rendre l’humour aride du Chevalier Noir.

Baker s’est ensuite prêté au jeu d’un interview téléphonique avec une fan de cinq ans, qui a succombé à un fou rire incontrôlé. “Le rire de cette fillette m’a fait louper un battement de coeur. Quand je pense que je suis Batman pour quelqu’un, c’est juste incroyable.”

Un autre clip montre Flash en train d’aider Batman à ajouter le Tapis de Course Cosmique à la Batmobile. Batman espère que cela fonctionnera comme convenu et prévient qu’un mauvais calcul pourrait mener à une “explosion du continuum de l’espace-temps.” Ce à quoi Cyborg répond “Ca ne serait pas bien, ça… bonne chance”. Et Batman de rétorquer “je ne crois pas en la chance” – “Mais alors, tu crois en quoi?” – “… Batman.”

Troy Baker commente que, dans chaque film, “il y a toujours une réplique qui me fait mourir de rire.” Lamarr ajoute que ce qui lui a plu, c’est la scène de voyage dans le temps, et Baker renchérit: “il y a des chansons.”

Vietti avoue que toutes les blagues ne sont pas dans le script et que parfois, les acteurs lisent une réplique d’une manière particulièrement drôle qui n’étais pas prévue. Puisque la création du storyboard a lieu après les premiers enregistrements, il est possible d’ajouter quelques nouvelles blagues d’après comment les acteurs ont déclamé leurs lignes. À propos de Damian faisant une apparition dans le LEGO DCU, Vietti explique “Je crois que nous avons utilisé de design de Damian pour Robin mais je ne pense pas qu’on l’a appelé ‘Damian’; on l’a juste appelé Robin.”

Un fan demande si les acteurs sont reconnus plutôt pour leurs noms que pour leurs voix. “Un de mes amis a dit, ne recherchez pas la gloire mais la notoriété” répond Troy Baker. “Parce que la gloire, c’est quand vous êtes reconnu pour vous-mêmes et la notoriété, c’est quand vous êtes reconnus pour ce que vous faites.”

Un fan se penche sur Lamarr et son influence: “En tant que Noir Américain, il n’y a pas beaucoup de héros de couleur – et vous les avez tous incarnés!” Lamarr dit qu’il est conscient de l’influence de “Static Shock, qui a contribué à normaliser l’idée d’un héros adolescent de couleur. “Une génération qui grandit en se disant “ouais, je pourrais être ce héros”, c’est plutôt cool.” En guise de conclusion, Baker remercie le public: “Ce que nous faisons, c’est de l’art pour nous… mais cela ne pourrait pas exister sans vous. Merci d’être notre force motrice!”