FABLES-01-reed
Les points positifs:
  • Une ambiance très forte
  • Des dialogues parfaits
  • Bizarrement jouissif
Les points négatifs:
  • Des dessins un peu trop « retro »
  • Ne plaira pas à tout le monde

« Tu reste un monstre pur porc »


  • Scénario : Bill Willingham – Dessin: Lan Medina, Greg Hamilton, Steve Leialoha – Couleurs : Sherilyn Van Valkenburgh
  • VERTIGO CLASSIQUES – Fables Tome 1 – 13 avril 2012 – 144 pages – 15 €

C’est l’histoire d’une princesse qui vivait dans un beau château, un prince charmant pour lui tenir compagnie, de l’argent et un royaume merveilleux. Ça vous plait ? Alors passez votre chemin parce que Fables c’est un gros doigt aux contes de fées et aux belles histoires. Blanche Neige est une vraie plaie qui fait des choses salaces qu’elle n’assume pas avec les 7 nains, le Méchant Loup héberge un des cochons sur son canapé lorsque celui est trop cuité pour rentrer, Pinocchio est un sale gamin qui a les boules de ne pas pouvoir fourrer son troisième membre car il ne sera jamais pubère et le Prince Charmant est un raté qui couche à gauche à droite afin d’extorquer de l’argent aux pauvres poules qui se font avoir…et ce n’est que le début !

Mon langage vous choque ? Ce n’est que pour mieux vous mettre dans le bain mes enfants. Car oui, Fables n’a rien du rêve que nous vend Disney et consort, Fables ce sont ces personnages trop bons trop cons qui vivent le choc du monde réel et franchement ce n’est pas beau à voir. L’histoire débute alors que Jack (celui de Jack et le Haricot magique) qui arrive au bureau de B. Wolf (le Grand Méchant Loup repenti), le shérif de Fableville. Il lui raconte alors, en panique, que la sœur de Blanche Neige s’est faite assassinée ! Mais qui a tué Pamela Rose Rouge ? L’enquête commence et grâce à ses sens, Bigby le shérif va tout faire pour élucider le mystérieux crime.

Fables_1

Ce premier numéro est entièrement tourné sur l’enquête. L’intrigue avance de chapitre en chapitre jusqu’au point culminant de la révélation du coupable. Bill Willingham maitrise son récit et mène le lecteur ainsi que ces personnages à la perfection. Il pose les bases de son univers de manière naturelle et efficace, sans passer trop de temps à la présentation de l’ensemble. Ces personnages d’ailleurs, tous très hauts en couleurs, sont tous plus tordus les uns que les autres. Même ceux qu’on imagine innocents deviennent sous sa plume, de vraies raclures. Le monde est dur pour les Bisounours alors il est plus facile de devenir Pedobear ! Le charme de Fables c’est ça (en plus d’être bien écrit). Prendre des personnages connus des belles histoires de notre jeunesse (ou pas) et de les transporter dans notre monde. Ils les confrontent sans cesse avec leur passé pour mieux les torturer et nous faire sourire. J’appelle ça du sadisme et du génie !

Ne vous y trompez pas, les pages intérieures n’ont rien à voir avec les couvertures qui sont absolument sublimes. Non pas que les dessins soient moches, mais le contraste est assez important pour être noté, je pense. Lan Medina est au dessin et même s’ils sont agréables ils ont cette odeur de naphtaline assez prononcée de laquelle je ne suis pas vraiment fan (la colorisation n’aide pas vraiment non plus!). Cela dit, il ne faut pas bouder le plaisir que procure cette lecture. Ce serait comme refuser de boire un verre de votre boisson préférée parce que l’odeur vous rappelle les pires moments de vos pires cuites ! On n’a pas trop envie de s’y éterniser et pourtant on y reste jusqu’au bout. Si ce n’est pas là le signe d’une vraie bonne lecture je rends mon tablier (mais je garde mon clavier).

Fables_2

A la fin de premier numéro se trouvent quelques pages pour justement mettre tous ces personnages dans le contexte et surtout nous éclairer sur leurs origines. Il faut bien l’admettre certains sont assez obscurs et c’est une très bonne idée que d’avoir intégré ces « bio ». Pour ce qui est du livre en lui-même, je n’ai aperçu aucun défaut, et ça c’est une bonne nouvelle.

Fables c’est un véritable univers, une adaptation originale, une direction assez inédite dans mes lectures. L’histoire est prenante de bout en bout, mêlant des personnages hauts en couleurs issus des contes de notre enfance et la dure réalité du monde d’aujourd’hui. Chassés de leurs terres ils doivent composer avec notre monde, nos problèmes mais à leur sauce. C’est délectable, pas spécialement beau mais moi je vous quitte pour lire la suite !