Impulse, Reclkess Youth
Les points positifs :
  • Une histoire sympa
  • Un héros attachant
  • De l’humour
Les points négatifs :
  • Une colo années 1990 pas terrible
  • Des dessins pas très jolis
  • Parfois difficile à suivre

“I can do something Flash can’t do. Cool !” – Impulse/Bart Allen


  • Scénario : Mark Waid – Dessin : Humberto Ramos, Carlos Pachego, Mike Wieringo – Couleur : Tom McCraw, Gina Going
  • DC Comics FLASH – IMPULSE, RECKLESS YOUTH – 1er avril 1997 – TPB – Collectionne : Flash #92-94 and Impulse #1-6

On continue dans cette semaine Flash avec la review d’un TPB qui revient sur les origines d’Impulse, speedster venu tout droit du 30ème siècle. On assiste à son arrivée dans notre époque et à son adaptation au mode de vie du 20ème siècle, d’abord aux côtés de Wally West et ensuite sous la houlette de Max Mercury, qui devient son mentor. Un volume relativement inégal sur le plan graphique mais avec une super histoire pour rattraper le tout !

Dans ce TPB, on découvre les origines d’Impulse, le petit-fils de Barry Allen, alias Flash. Bart Allen a hérité des pouvoirs de son grand-père, la “force véloce” l’habite aussi. Ce pouvoir lui pose plus de problèmes qu’il n’en résout : d’une part, il a grandi sous la loupe des scientifiques du 30ème siècle, dans un environnement de réalité virtuelle. D’autre part, si ce pouvoir lui confère une vitesse inouïe, il le fait aussi vieillir extrêmement vite, fait que les scientifiques de “Earthgov” n’ont pas remarqué.

flash_couv

Pour sauver son petit-fils, Iris Allen, la femme de Barry, décide de l’arracher aux stéthoscopes des savants qui le retiennent prisonnier et l’embarque dans un voyage à destination du… 20ème siècle ! C’est alors qu’elle le confie à la garde de Wally West, son neveu, qui porte à ce moment-là le costume de Flash. Wally, ne se sentant pas les épaules assez larges, confie alors Bart aux bons soins de Max Mercury, aussi connu sous le nom de “Zen Speedster”.

Coincé en Alabama, Impulse s’ennuie ferme : habitué à vivre dans un jeu vidéo, il doit aller à l’école, faire ses devoirs et… se faire des amis ! Ce qui peut s’avérer plus difficile qu’il n’y paraît. D’autant plus que Bart doit protéger son identité secrète, concept qui ne lui est pas familier.

impulse3-7

Cette histoire est clairement destinée à la jeunesse, qui s’identifiera facilement avec Bart qui a, en plus de botter les fesses à quelques vilains, les mêmes problèmes qu’eux : les cours, la difficulté de s’intégrer, etc. Le TPB se lit facilement, en dehors des blancs laissés par des numéros non inclus. Au début du volume, Flash et Impulse font face à une secte appelée “Kobra”, dont on n’entend plus parler jusqu’à la fin du numéro. On comprend que le choix éditorial était d’inclure un minimum de numéros de Flash pour laisser à la place au jeune bolide… mais j’ai trouvé ça un poil dommage quand même.

Gros point négatif de cette série pour moi : les dessins ! Je trouve que ceux de Carlos Pacheco sont encore relativement soignés… ils font très “nineties” (surtout après être passés à la colo “trames” caractéristique de l’époque) mais ça a son charme et je tolère ça dans la série Nightwing de Dixon (et là, la colo est faite à la main et c’est beaucoup plus joli, mais bref), donc je ne vais pas faire la fine bouche. Mais ceux de Humberto Ramos ne me plaisent pas du tout ! Impulse est encore relativement bien dessiné et le coup de crayon est dynamique, mais la plupart des visages sont assez moches, et les expressions souvent ratées ! On sent une petite influence manga qui pourrait être sympa… mais à mon avis ça le fait juste pas. Dommage, car ça gâche un tantinet la bonne lecture que fait ce TPB.

impulse

En gros : comme je l’ai dit, très bon moment à la lecture d’Impulse, Reckless Youth. Une histoire sympa et légère, des origines Sci-Fi à souhait, de l’humour… ça colle au personnage attachant qu’est Bart. Comme dans la série animée Young Justice, où je l’ai découvert : c’est un personnage rigolo, naïf mais qui en voit et en sait plus qu’il ne dit. Dommage pour les dessins mais personnellement, je suis passée par dessus et me suis laissée emporter par le récit. Une lecture à faire pour tous ceux qui voudraient mieux connaître ce personnage secondaire… ils y gagneront !

3 Commentaires

  1. Et ce n’est qu’une mise en bouche qui fait assez peu honneur aux épisodes qui vont suivre et qui nous font découvrir un Impulse caractérisé de manière très différente de ce que l’on connaît de lui à travers les histoires des années 2000 : un personnage drôle malgré lui et très attachant à travers sa relation avec Max Mercury (on retiendra par exemple le crossover Dead Heat – Impulse #8 à #11 et Flash #108 à #111 ou encore l’excellent épisode qui nous révèle le passé de Max Mercury et ses conséquences dans Impulse #16).

    Une excellente lecture pour ma part, Mark Waid mêle au côté hyperactif du personnage beaucoup d’émotion, d’innocence et de solitude, un aspect du comics qui touche de manière pudique à quelques sujets graves (protection de l’enfance, violence domestique, la valeur de la religion, …) et qui contraste de manière très intéressante avec l’humour et la légèreté du titre (l’épisode team-up avec Zatanna ^^) .

    Les dessins de Ramos vont en s’améliorant et en s’affinant au niveau des visages de plus en plus marqués et expressifs (la caractéristique première de l’artiste qu’on lui connaît aujourd’hui) mais il est vrai qu’au gré des numéros, la colorisation reste assez faiblarde et fade. dommage!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.