Cet article reflète l’opinion seul de son auteur et non celle de tout le staff. Chacun voit en ces héros, les valeurs qu’ils jugent « dignes ».

Il y a des jours comme ça, où il est important de se rappeler pourquoi nous aimons ce que nous aimons. Surtout des jours comme ça en fait… Je bouillonne depuis hier sous ma couette, entre fièvre et rage. Fièvre parce que je suis malade (saloperie d’hiver !) et rage parce qu’il se passe des trucs dans ce monde de merde qui sont hors de ma portée (saloperie de haine !). Puis je me disais, du haut de mes 1m64 (d’ailleurs au passage, je vous emmerde, j’ai le droit d’être petit), est-ce que finalement je ne peux pas me permettre, moi aussi, de jeter un pavé dans la mare, pour rappeler, le temps d’un plouf, que nous avons toutes les clés en main pour guérir ce monde d’une bêtise latente et soit disant intraitable ?

Non, je ne changerai pas le monde. Pas avec ces quelques mots. Mais d’autres l’ont fait avant moi avec un impact plus ou moins variable sur les gens. Ces autres sont les super-héros. Ces tocards en collant fluo qui ont la fâcheuse tendance à foutre leur slip par dessus leur pantalon, affichant ainsi avec fierté leur manque de goût vestimentaire à tout un chacun (même si oui, ils s’améliorent, c’est important de le préciser). Ces mêmes idiots qui, derrière leur lunettes rondes ou carré, pensent pouvoir masquer leur identité. Ces imbéciles qui veulent nous faire croire qu’on peut voler, voyager dans l’espace et dans le temps, et arrêter les méchants sans les tuer. Et c’est ce que la majorité des gens veulent retenir, les super-héros, c’est juste “con”. C’est juste bon pour les enfants. C’est juste des fantaisies inconcevables qui n’ont véritablement aucun sens. Les super-héros, cela n’existe pas. Et pourtant…

Et pourtant, vous, chers lecteurs de DC Planet, du moins pour ceux qui ne se sont pas paumés par hasard sur le site et qui ont un minimum de sens commun par rapport à ce qu’ils aiment lire, vous ne vous êtes pas reconnus dans ces dernières phrases. Et en vous, va poindre un genre de colère digne d’un jeune adolescent en crise à qui on a interdit de sortir le soir parce qu’il n’a tout simplement pas l’âge et que c’est pas lui qui commande d’abord ! Et vous aurez raison. Car les super-héros, outre vous donner des goûts vestimentaires douteux (ne mentez pas, je vous ai vu sur les salons et autres conventions, vous ressemblez à rien dans vos costumes), que vous ont-ils appris ? Et qu’ont-ils apporté dans ce bas monde ? Quelles sont leurs valeurs et à quoi se raccrochent-elles ?

Avant eux, nous avions les religions, la Bible, le Coran, les mythologies et autres textes plus ou moins sacrés et décousus. Des histoires qui nous exposent à la fois autant les principes de la tolérance, du respect de l’autre, du bon-sens, que celle de la peur, de la bêtise et de la haine. Des histoires prises en otage par le temps, des histoires remaniées, retouchées, modifiées et “désinterprétées” par des fous probablement illettrés, pour la plupart. Mais leur but était pourtant évident : instaurer des règles de paix et d’amour sur un monde en proie à la guerre, la bêtise et la désolation. Des messages simples, qui ont eu ce statut divin, pour quelles que raisons absurdes que ce soit, pour nous conduire aujourd’hui à ce statu-quo sur les quelques différences que chacun d’entre nous possède. Détournant leur sens premier pour nous inviter à nous détester les uns les autres parce que nous ne sommes pas d’accord. Des histoires que nous ne comprenons même plus.

Et aujourd’hui il y a les super-héros. Ces personnages aux allures ridicules mais pas moins dignes des mythologies d’antan. Et qui n’ont, eux, que 75 ans d’existence. Un temps suffisamment court et concis pour nous permettre d’affirmer, plus ou moins, la définition de ce qu’ils représentent sans pour autant devoir nous foutre sur la gueule pour une histoire de slip rouge par dessus par le pantalon (non, pas aujourd’hui, arrêtez vos jérémiades). Les super-héros aujourd’hui, même dans notre inconscient le plus obscur, même chez ceux qui ne veulent y voir que des apparences absurdes, nous rappellent simplement le bon sens : l’amour, le partage, la tolérance, le courage, l’espoir. Et ils ont leur contre-partie manichéenne mais dont la frontière est justement claire pour nous guider, les super-vilains, qui définissent la bêtise : la peur, la haine, le dégoût, l’égoïsme, l’égocentrisme, le rejet de l’autre. Il y a bien évidemment tout un tas d’autres qualificatifs qui se baladent entre les deux, histoire d’arrondir les angles et de nous délivrer des histoires avec un intérêt relevé, mais le message n’est-il pourtant pas clair ?

Pourquoi stigmatiser, pourquoi haïr, pourquoi avoir peur plutôt que d’essayer de comprendre et tolérer ? N’est-ce pas pourtant ce qu’ils nous expliquent chaque jour dans leur cases et leur bulles et même leurs films ou séries TV à la con ? Même les plus nulles d’entre elles s’accordent souvent sur cet état de fait. Il y a toujours cette bonne volonté affichée, ce besoin impérissable d’aller de l’avant et de ne pas reculer face à la bêtise et à l’incompréhension de l’autre. C’est le message qu’ils nous portent. Et vous lecteurs, vous le connaissez très bien. Le monde n’est certes pas tout blanc ou tout noir, mais vous savez faire la différence entre une bonne et une mauvaise action. Vous savez faire la différence entre un acte héroique et un acte égoiste. Vous savez faire la différence entre une satire qui vise à se moquer de la bêtise et celle qui cherche à dénigrer le bon-sens. Vous savez faire la différence entre un taré déséquilibré et un homme de foi tout ce qu’il y a de plus sensé, quelle que soit sa religion ou son dogme. Parce que les héros vous démontrent des exemples chaque jour dans leur pages, de ce qu’il faut faire ou ne pas faire. Oui, c’est niais, oui c’est “bisounours”, oui vous préférez le super-vilain… Mais pourquoi ? Parce que vous savez pertinemment qu’il y aura toujours ce super-héros qui mettra un point d’honneur à l’arrêter. Parce que vous avez conscience de cette balance importante entre la bêtise et le bon sens.

Aujourd’hui, d’autres héros, moins “super”, certainement mieux habillés, mais surtout tout aussi impactants, pointent du doigt cette bêtise, où qu’elle soit de par le monde. Une bêtise à une échelle disproportionnée qui touche un jour ou l’autre chacun d’entre nous. Hier, certains d’entre eux l’ont payé de leur vie, démontrant avec force qu’ils étaient dans le juste tant la bêtise et le non-sens de leur mort est remarquable. Aussi remarquable qu’un super-vilain est vilain et qu’un super-héros est un héros. Et c’est à ces évidences qu’il faut vous accrocher, mes chers lecteurs de comics. Des évidences que vous reconnaîtrez et que vous avez déjà lues ou vues à travers des cases colorées et bariolées de non-sens fantaisiste. Parfois même vous les avez vues et ressenties dans vos cinémas IMAX ou sur vos postes télé cathodique (si, je sais qu’il en reste encore). Des évidences que vous aimez et que vous comprenez.

Si d’aventure, vous vous sentez pousser de la colère, que vous avez envie de cracher sur votre voisin pour ce qu’il vous rappelle et non pour ce qu’il vous a fait ; si jamais vous êtes pas loin de penser que des actes d’un barbarisme inqualifiable puissent se justifier par le simple fait qu’on ait pas le droit de dénoncer trop fort la bêtise ; si par malheur la bêtise et la peur vous assaillent et vous étreignent jusqu’à l’étouffement et qu’il ne reste que haine et incompréhension ; rappelez-vous simplement des super-héros. Soyez ces super-héros, ne serait-ce qu’un instant, dans votre tête, dans votre esprit, dans votre coeur. Soyez Superman et dites non à l’injustice. Soyez Batman et dites non au terrorisme. Soyez Green Lantern et dites oui à votre courage. Soyez Wonder Woman et battez-vous avec ferveur contre cet instinct et cette haine que porte en elle l’humanité. Et enfin, soyez Charlie, et dénoncez cette bêtise qui est en vous, faites en du papier mâché ou une caricature, pour l’expulser dignement… Et si seulement vous y parvenez un cours instant, cela suffira, vous aurez gagné cette bataille.

Et si jamais, histoire de compenser, vous vouliez absolument détester et haïr un truc… *bruit de disque vinyl qui part en vrille*. Je ne sais pas moi, prenez par exemple le citron ! Cet agrume rugueux et acide qui pique la langue et dénature le goût des aliments. En plus, vas-y pour peler le bordel, c’est impossible. On peut pas faire confiance à un citron comme on peut faire confiance à une mandarine par exemple. Pour le manger, faut l’écrabouiller pour en extraire sa substance, et encore, vous pouvez être sûr que vous allez vous en foutre partout. Puis combien de citrons il vous faut pour faire un jus digne de ce nom ? Histoire d’avoir un verre complet qui tient la route et pas trois gouttes qui se battent en duel avec les pépins qui sont tombé avec le reste ? Quand c’est pas cette pulpe acide-amère qui vous fait pleurer les yeux. Et le pire, c’est qu’on essaye encore et encore, et qu’on veut du citron sans aucune raison apparente ! Non, si vous voulez mon avis, le vrai problème de ce monde, c’est bien le citron. Le fruit du mal ! Y a un truc qui tourne pas rond avec ce légume… ovale. Voilà, c’est ça ! Aimez-vous les uns les autres, mais détestez le citron ! Je suis presque sûr que les super-héros n’aiment pas ça non plus ! Est-ce qu’on a déjà vu Superman manger du citron ? Hein ? Non, je ne veux pas voir d’exemple !

30
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
17 Fils de commentaires
13 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
18 Auteurs du commentaire
Off My Mind #17 : Les Comics et le Terrorisme | DCPlanet.frMadAsAHatterPiratskiDarkseid~samaGunnrang Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
TheRiddler
TheRiddler
Winterwing
Winterwing

Très très beau texte ! Bravo ! Ok, à la première lecture, j’ai trouvé que le ton du dernier paragraphe tranchait radicalement du reste et j’ai pensé que t’étais parti en live. Mais après y avoir un peu plus réfléchi, finalement je trouve ce citron fort à propos. J’arrêterais d’en manger !

Baccano
Baccano

Merci pour cet article Tawtaw!

trackback
DC PLANET EST CHARLIE | DCPlanet.fr

[…] Ce billet n’a aucune prétention moralisatrice. Il participe simplement d’un élan de deuil national, du partage d’une tristesse commune envers des artistes de grands talents disparus, et d’une volonté de leur rendre hommage sur un site qui aime les cases, les bulles, les artistes… et l’humanité ; un site qui met en avant quotidiennement des personnages de fiction portant haut des valeurs d’amour, de paix et d’humanité. Aussi gros ces mots soient-ils, on a pourtant tous besoin d’y croire. Je vous renvoie pour cela au Off My Mind #16 de l’ami Freytaw. […]

Harley
Harley

Merci. Mais par contre, moi je fais partie de *biiiiiiiiiiip*.

crazy-el
crazy-el

Citron=Alice? lol lol Je ne dis pas qu’elle est une citronne, mais de son grand savoir sur les agrumes. lol

Maaaagnifique Tawtaw, mon coeur jubilait, sérieux j’aurais voulu l’écrire ce que tu as pondu. J’ai compris hier que ça t’a blessé la tragédie d’hier. Tu prouves que l’écriture est un très bon outil, un bon exutoire et moyen d’exprimé le trop plein.

Et si Bacca est d’accord, tu peux te fier sur son senti lol lol

MadAsAHatter
MadAsAHatter

Purée marre de la stigmatisation, les citrons sont des fruits, et non des légumes, même en termes culinaires!

Corentin
Corentin

Un bien bel article. J’aime la comparaison des textes religieux et du corpus super-héroïque. En soi, on sait que les super-héros sont une donnée qui n’est peut être pas crédible – comme la Bible, et les histoires qu’elle raconte. Mais je me souviendrais toujours de cet ami marocain qui m’expliquait lui même ne pas croire la moitié de ce qui était écrit dans le coran, mais n’en retenir que les bonnes valeurs qui en ressortent. Les histoires qu’on y trouve sont (ou étaient) sensées amener à réfléchir sur la vie en communauté, la paix, le respect de l’autre, et la tolérance. C’est ça qu’il faut en retenir, et pas l’interprétation littérale de ces textes là.
Le super-héros, c’est pareil. Si on ne lit que la surface, ce sont des histoires pour enfants. Si on va plus loin, c’est le dernier modèle d’un idéal de paix et de bonté auquel on échappe aujourd’hui. Surtout en France, où les gens préfèrent Batman ou Wolverine, parce que « Superman, ouais, non, trop gentil, il est chiant ».

Martianlegacy
Martianlegacy

Super texte.
Par contre je suis désolé, mais j’adore *censuré*. Mais pas d’inquiétudes, mes éventuelles pulsions négatives se rabattent sur le boudin.

Ares
Ares

Très bel article Freytaw, il en faut plus des comme ça ;)

batmanu
batmanu

Très beau article qu’on aurait préférer ne pas voir malheureusement…

Jocks
Jocks

Texte magnifique Freytaw avec une fin super, qui ramène de la légèreté sur un sujet aussi révoltant (je suis encore sous le coup des évènements) et des textes comme ça à lire, ça fait du bien. Bravo, juste bravo.

Mocassin
Mocassin

Très bel article, c’est bien de rappeler que les super-héros incarnent avant tout des idéaux dont il faut s’inspirer, et que ce ne sont pas que de simples héros d’histoires fictionnelles.

Gunnrang
Gunnrang

Pauvre *biiip*. Condamné *biip*. *message brouillé* J’en met avec tout. Même sur mes biscottes.