Dossier – Les plus grands projets avortés de films DC

Les plus grands projets avortés de films DC
Sommaire

Note de la rédaction : nous vous proposons aujourd’hui de découvrir ce dossier « Les plus grands projets avortés de films DC Comics » rédigé par Jason Todd, un des membres de la communauté de DC Planet, qui a pu proposer son travail dans le cadre de notre système de « Contribution ». Enjoy !


Dans un précédent dossier, j’avais évoqué les différents projets avortés tournant autour du personnage de Batman. Dans ce nouveau dossier, j’ai décidé de vous présenter les plus grands projets avortés de films DC, selon moi. Mais pour éviter de faire répétitif avec ce que l’on peut lire ailleurs, j’ai décidé de retirer de ma liste les deux Big guns : Batman et Superman.

Le dossier a été organisé par type de personnage/projet pour plus de lisibilité. Justice League Mortal est volontairement absent, puisque ce dernier est présent dans le dossier « Batman au cinéma, les projets avortés ».

The Flash (2004)

par David S. Goyer

En décembre 2004, Batman Begins est en post-production et Warner a une totale confiance envers le reboot de Batman. C’est ainsi que le studio propose à David S. Goyer, co-scénariste de Batman Begins mais également de la trilogie Blade pour Marvel dont il a réalisé le dernier volet, Blade Trinity, avec plus ou moins de succès, de réaliser et d’écrire un nouveau film DC.

Le réalisateur/scénariste a alors le choix entre deux personnages : Flash et Green Lantern. Goyer choisit le premier et se lance dans l’écriture du scénario avec Charles Roven (Batman Begins) à la production. Avec ce film, Goyer cherche à développer un thème alors jamais présenté dans un film de super-héros : la passation de pouvoirs, pourtant quelque chose de fréquent dans les comics.

C’est ainsi que Goyer va s’inspirer de différents runs des comics en allant piocher dans des histoires de Mike Baron, Mark Waid ou encore Geoff Johns pour présenter la passation de pouvoir entre Barry Allen et Wally West qui auraient été tous les deux présents dans le film. Goyer voulant ainsi présenter la mort de Barry sur grand écran, selon les rumeurs, ça aurait été quelque chose de semblable à ce qu’on a pu voir dans Crisis on Infinite Earths. Un projet qui aurait donc été très différent de tout ce qu’on a pu voir ces dernières années en matière de super-héros.

Parmi les acteurs envisagés pour le rôle de Wally, on retrouve Ryan Reynolds (qui plus tard a joué Hal Jordan dans le film Green Lantern) avec qui Goyer a déjà travaillé ou encore Ian Somerhalder qui n’est pas encore, à l’époque, la star de Vampire Diaries. C’est finalement ce dernier qui est choisi pour incarner Wally et les négociations débutent en juin 2005.

Mais en février 2007, Goyer quitte officiellement le projet, annonçant comme raison des conflits avec le studio. Shawn Levy le remplace au poste de réalisateur et le script de Goyer devait normalement être ré-écrit en gardant l’intrigue de base. Mais avec l’entrée en pré-production de Justice League Mortal de Georges MillerBarry est censé mourir et laisser sa place à Wally, le projet est avorté pour devenir d’abord un spin-off à Justice League Mortal avant de devenir peu à peu celui de Berlanti.

barry-allen-wally-west


The Flash (2010)

par Greg Berlanti et Marc Guggenheim

En 2010, Warner est sûre et certaine que Green Lantern sera un succès critique et financier. Ainsi, en plus de lancer le développement de deux suites, le studio engage deux des scénaristes de Green Lantern, Greg Berlanti et Marc Guggenheim, pour écrire le scénario de Flash, deuxième film de leur DC Cinematic Universe, démarré avec Green Lantern.

Tout comme Green Lantern, Flash aurait été une « origin story », suivant les débuts de Barry Allen, sa relation avec Iris West mais également son enquête pour découvrir la véritable identité du tueur de sa mère. Dans le script, Barry fait ainsi face à (Captain) Cold, un tueur en série qui ne dispose ni de pistolet réfrigérant comme dans les comics classique, ni de super-pouvoirs comme dans les New 52. Barry finira par découvrir que le véritable vilain est Eobard Thawne alias le Reverse-Flash qui n’est autre que le créateur de l’accélérateur de particules qui lui a donné ses pouvoirs. En réalité, Thawne vient d’une réalité alternative où il est le pire ennemi de Flash et où la mère de ce dernier est encore en vie. Thawne a remonté le temps, tué Nora Allen et a ainsi créé une nouvelle réalité. Mais pour continuer à avoir ses pouvoirs, il est obligatoire que Barry ait les siens, ce qui explique le fait qu’il ait créé l’accélérateur. Le film se termine par Barry faisant la rencontre de Green Lantern, montrant ainsi qu’il existe bien un univers partagé.

Cette histoire ne vous rappelle rien ? En effet, on retrouve dans ce scénario de nombreux éléments réutilisés plus tard par les scénaristes dans leurs séries Arrow et Flash. Le script est assez populaire auprès de Warner puisque en 2010, Jeff Robinov assure qu’il considère le script comme «solide».

Mais l’échec de Green Lantern en 2011 sème le doute auprès de Warner. Puisque les scénaristes sont devenus, un an plus tard, showrunner de la série Arrow, on peut supposer que le projet ait été avorté à cause de Green Lantern et que les dirigeants, ne souhaitant pas lancer un univers partagé à partir de bases bancales, choisirent de laisser les scénaristes réutiliser leurs idées dans la série TV. D’une certaine manière, si le film ne s’est pas fait, c’est un mal pour un bien puisque nous avons aujourd’hui Flash sur la CW.

reverse-flash

Green Arrow : Escape from Supermax (2008)

par David S. Goyer

En 2008 sort sur les écrans The Dark Knight – son scénariste, David S. Goyer, est au sommet de sa popularité et le doux souvenir de Blade Trinity est oublié. Goyer décide alors de se lancer dans un projet d’adaptation de Green Arrow sur grand écran. Le scénariste fait alors appel à Justin Marks et écrit un premier script intitulé Supermax qui sera finalement renommé Green Arrow : Escapade from Supermax et qui aurait été tout simplement le plus grand comic book movie en matière d’easter eggs !

Dans ce script, qui n’aurait pas été une « origin story », nous aurions suivi Green Arrow qui aurait été emprisonné, à tord, dans une prison de haute-sécurité nommée Supermax. Dans cette prison, Oliver va retrouver de nombreux adversaires. Il va ainsi tenter de s’évader en passant par les différents niveaux de la prison. Notre héros va d’abord rencontrer des super-vilains peu connus tel que Floronic Man, avant de passer à des super-vilains davantage connus avec ni plus ni moins que des apparitions du Riddler, le Compte Vertigo, Lex Luthor et même le Joker ! Notre héros retrouvera également Amanda Waller ainsi que le super-vilain principal du film : Merlyn !

En réalité, notre cher Green Arrow ne serait apparu que durant les dix premières minutes avant d’être démasqué. Pour le reste du film, nous aurions suivi le personnage de Oliver, aidé par Black Canary qui aurait été elle aussi présente. Avouez-le, vous auriez rêvé de voir un tel projet se concrétiser vu tous les easter eggs qu’il nous réservait. Eh bien, c’est sans doute à cause de ces easter eggs que le projet ne s’est pas fait. En effet, à ce moment, la franchise Batman vient de prouver qu’elle a encore de beaux jours devant elle et c’est pourquoi que le studio souhaite garder les vilains de l’univers de Batman pour les prochains films du Chevalier Noir.

Quand à Lex Luthor, une suite à Superman Returns est encore en développement. Le script doit alors être réécrit pour retirer toutes références à l’univers de Batman ou de Superman. Le projet n’a pas avancé depuis et est resté dans ce que l’on appelle en anglais la case de Development Hell. Nous pouvons remarquer tout de même un petit easter egg dans Arrow où le nom Supermax est mentionné.

Green Arrow : Escape from Supermax

Green Lantern (2006)

par Robert Smigel

En 2011 est sorti sur les écrans Green Lantern de Martin Campbell avec Ryan Reynolds. Ce film a beaucoup été critiqué, entre autre, à cause d’un humour trop présent. Eh bien, en 2006, New Line Cinema et sa maison mère, Warner, commencent à développer une comédie, inspirée de l’univers des Green Lantern mais dans la même veine que the Mask ou de l’épisode de Duck Dodgers mettant en scène Green Lantern.

Robert Smigel, connu pour ses travaux sur Saturday Night Live ou encore Late Night with Conan O’Brien est engagé pour écrire le scénario. Le comique Jack Black est casté dans le rôle principal, Jud Plato, un personnage créé pour l’occasion.

Dans cette histoire, les Green Lanterns sont des héros de comics. C’est donc avec une grande surprise que Jud reçoit des mains d’un Abin Sur mourant un anneau et qu’il apprend qu’il a été choisi pour devenir le nouveau Green Lantern (Jud confond d’ailleurs Green Lantern avec Green Hornet) de la Terre. Il se rend ensuite sur Oa où il va faire la rencontre des Guardians, représentés comme des personnages des Muppets, ainsi que de Sinestro, Kilowog ou encore Tomar-Re.

Le scénario finira par fuiter sur internet et recevra des critiques assez mitigées, ça sera l’une des raisons qui conduira Warner à stopper le projet. L’autre raison étant la sortie en 2008 de The Dark Knight de Christopher Nolan. Le film atteint le milliard au box-office et impose une tendance : les films de super-héros se doivent désormais d’être sombre et tragique. Cette tendance ne convenant pas au projet, de nouveaux scénaristes sont engagé et le projet finira par devenir le film que l’on connaît, sortit en 2011.

Green Lantern avec Jack Black

Plastic Man (1990 – 2008)

par les Wachowski

Plastic Man n’est peut-être pas l’un des super-héros DC les plus connus mais il a failli avoir droit à son propre film avant Wonder Woman et la Justice League ! Retour durant les années 1990, les Wachowski (à l’époque frères) cherchent à développer une adaptation sur grand écran du super-héros créé en 1941.

Mais n’ayant pas la popularité qu’ils ont aujourd’hui, les deux frères n’arrivent pas à lancer le projet qui ne dépasse pas le stade de développement… Jusqu’en 2008 où auréolés de la trilogie Matrix et malgré l’échec de Speed Racer, nos compères décident de relancer le projet. On parle alors de Keanu Reeves (Néo dans Matrix) pour le rôle principal.

Le script prend alors des libertés par rapport au matériel de base, même si cela reste une comédie qui ne se prend pas au sérieux et non un film sombre et réaliste. Le film suit le parcours de Daniel O’Brien et non plus Patrick O’Brian comme dans les comics, qui n’est plus un petit criminel mais un militant écologique. De même, au lieu d’acquérir ses pouvoirs lorsqu’une cuve de produits chimiques se déverse sur lui, O’Brien est utilisé comme un « rat de laboratoire » par le vilain du film, un industriel maléfique presque cliché qui cherche, par ses tests, à acquérir le produit parfait le rendant beau.

Les Wachowski souhaitant, en effet, que le film délivre un message sur l’environnement mais également la chirurgie plastique. Alors que le projet avance, puisque l’on parle de noël 2009 comme date de sortie, Warner se pose des questions sur la fiabilité du projet. On ne sait pas vraiment quelles sont les raisons qui a poussé Warner à abandonner le projet mais elles peuvent être malgré tout assez facilement devinables : l’échec financier (et critique) de Speed Racer, un film familial et lumineux, et le succès financier (et critique) du Dark Knight, un film presque pour adulte et sombre, Warner peut alors se demander si un tel projet est capable de marcher au box-office.

Finalement, le studio prend la décision de stopper le projet. À noter qu’après cet échec, les deux frères ne réalisèrent pas de film jusqu’en 2012.

Plastic Man (1990 - 2008)

Watchmen (1987)

par Terry Gilliam

Watchmen a connu de nombreux échecs avant d’arriver au cinéma et l’un des plus célèbre fut celui de Terry Gilliam. En 1987, la Fox achète les droits d’adaptation alors que le comics est paru l’année précédente.

Le studio songe alors à engager Moore pour le scénario mais ce dernier refuse. La FOX engage alors Sam Hamm au scénario, futur scénariste de Batman 89 et créateur du personnage de Ducard dans les comics tandis que Joel Silver est nommé producteur et désigne Terry Gilliam pour réaliser le film.

Le scénario de Hamm prend alors de nombreuses libertés par rapport au roman graphique : les membres des Minutemen ne sont à aucun moment présents dans le script, ce qui retire toute la sous-intrigue sur les « origines » de Silk Spectre. On peut également signaler que le journal de Rorschach est absent mais c’est surtout la fin qui change par rapport au comics ! Dans cette version, Veidt juge le Dr Manhattan responsable de la guerre nucléaire en approche. Ainsi, Ozymandias souhaite remonter le temps pour tuer Jonathan Osterman avant qu’il ne devienne un héros. Le Dr Manhattan remonte à son tour dans le temps, empêche Veidt de le tuer mais empêche également sa création, laissant Jon vivre une vie heureuse avec Janey Slater. Nite Owl, Silk Specter et Rorschach se réveillent dans le vrai Manhattan, celui de « notre réalité ».

Malgré toutes ses différences par rapport au comics, le scénario coûte trop cher pour être réalisé. Ainsi une blague circulait à l’époque disant que chaque page du script coûtait un million de dollars pour être réalisée. Gilliam demande donc à ce que le script soit réécrit par ses collaborateurs, en incluant cette fois-ci les scènes du journal de Rorschach. Mais Gilliam, tout comme Silver, traîne une réputation d’engloutir des budgets dans des films pas forcément rentables.

Gilliam dira plus tard que sa principale difficulté aura été de condenser le roman graphique dans un film de deux heures sans le dénaturer pour autant. Mais le budget sera la principale cause de l’abandon du projet qui passera ensuite de mains en mains avant d’atterrir dans celles de Snyder. Concernant cette dernière adaptation Gilliam dit « que le film contient de bonnes scènes mais que la fin est stupide ».

Watchmen (1987)  par Terry Gilliam


Watchmen (2004)

par Paul Greengrass

En 2004, après de multiples échecs de développement chez différents studios, le projet Watchmen atterrit entre les mains des dirigeants d’Universal qui décident de relancer le projet ! Après le départ de Darren Aronofsky, le projet revient à Paul Greengrass connu pour ses films d’action tel que la Mort dans la peau. Le script est de David Hayter, qui devait précédemment réaliser le film mais qui quitta le projet.

La principale différence entre le script de Hayter et le roman graphique de Moore et Gibbons (mais aussi l’adaptation de Zack Snyder), c’est l’époque où se déroule l’action. En effet, alors que le roman graphique est une uchronie située dans les années 1980 et se déroulant en pleine Guerre Froide, Hayter fait le choix (osé) de transposer l’intrigue de nos jours (enfin à l’époque où est écrit le script). Ainsi la politique de Bush remplace celle de Reagan et l’URSS est remplacé par un état terroriste. Autre différence notable : le plan d’Ozymandias.

Tout comme pour la version de Snyder, le plan machiavélique d’Ozymandias aurait été modifié puisque dedans, Ozymandias crée une boule d’énergie solaire détruisant ainsi New York et faisant passer ainsi le message : « Changez vos habitudes ou le monde sera détruit ». Quelque chose d’assez proche du film le Jour où la Terre s’arrêta (1951), faisant ainsi davantage de Veidt un dictateur/maître chanteur plutôt que le messie qu’il tente d’être dans le comics.

D’autres différences sont à signaler comme le fait que Nite Owl tue Ozymandias en légitime défense ou que le Dr Manhattan offre à Laurie des super-pouvoirs pour son anniversaire. Le projet avance puisqu’une date de sortie est annoncée (2006), qu’un site internet est lancé (même si il est aujourd’hui mort) et que des premiers noms sont attachés aux personnages : Jude Law (un grand fan du comics) et Heath Leadger sont pressentit pour devenir Ozymandias, Thomas Haden Church est le principal choix pour incarner le Dr Manhattan, tandis que Greengrass souhaite voir Brandon Routh devenir Nite Owl.

Mais à cause de problèmes de budget, le projet est mis en stand-by. Greengrass finit par quitter le projet et Warner arrive pour coproduire le film qui deviendra le Watchmen que l’on connaît aujourd’hui.

Watchmen (2004)  par Paul Greengrass

Wonder Woman

par Joss Whedon

Alors que la vague des super-héros commence à déferler sur Hollywood au début des années 2000 avec X-Men, le producteur Joel Silver décide d’en profiter. Silver, producteur de la trilogie Matrix ou de films d’action des années 80 tel que le Piège de Cristal, souhaite offrir une adaptation digne du personnage et fait défiler les scénaristes (Todd Walcott, Becky Johnston ou encore John Cohen) en même temps qu’il envisage un certain nombre d’actrices (Sandra Bullock, Angelina Jolie, Rachel Bilson ou encore Nadia Bjorlin).

Mais en 2005, à l’occasion du Wonder-Con de San Francisco, Silver annonce publiquement le nom du réalisateur qu’il souhaite voir réaliser le film : Joss Whedon. Ce dernier saisit l’opportunité et accepte ! Tandis que Silver table pour un tournage en Australie, Whedon commence à écrire le scénario. Whedon analyse ainsi son histoire :

J’avais imaginé un personnage avec des sentiments humains. En même temps, elle ne pouvait laisser le monde s’autodétruire. Elle se sentait le devoir d’intervenir. Mais elle se rendait compte du bonheur qu’elle pouvait éprouver à se lancer dans une relation, à ne plus porter sur ses épaules le malheur du monde, à accepter d’être en quelque sorte faible, de ne pas pouvoir tout contrôler.

Mais Warner ne donne pas suite, préférant engager Matthew Jennison et Brent Strickland. Le scénario de ces derniers prend le contexte de la Seconde Guerre Mondiale et aurait fini par une invasion de Nazis sur Paradise Island. Les scénaristes espèrent ainsi retrouver l’ambiance des Aventuriers de l’Arche Perdue. Mais Whedon reçoit trop peu d’informations et finit par quitter le projet. Whedon explique ainsi qu’il n’a pas été viré du projet mais « qu’on m’a montré la porte en me disant à quel point il y avait des choses intéressantes à l’extérieur ! ».

A cette époque, le projet Justice League Mortal est lancé où Wonder Woman aurait été interprétée par l’Australienne Megan Gale mais qui n’aboutira pas non plus. Wonder Woman débarquera finalement au cinéma en 2016 aux côtés de Batman et Superman et sera jouée par Gal Gadot avec de la retrouver en 2017 dans son tout premier film solo.

Wonder Woman  par Joss Whedon

En passant par les liens affiliés BDfugue/FNAC/autres présents sur le site, DCPlanet.fr reçoit une faible commission. Qu’importe le montant de votre panier, vous nous aidez ainsi gratuitement à payer l’hébergement, modules, et autres investissements pour ce projet.

Picture of Billy Batson

Billy Batson

Sommaire

Rejoignez la discussion

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

29 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
thekomkiller
thekomkiller
9 années il y a

le projet green arrow avait l’air vraiment sympa

wi4552
wi4552
9 années il y a

par contre j’espere qu’il ont modifié le scenario de the flash quand c’est devenu une serie, sinon ont sait deja beaucoup de choses sur l’histoire

Tohubahut
Tohubahut
9 années il y a

Ahhh ce fameux projet Green Lantern avec des Muppets !

thekomkiller
thekomkiller
9 années il y a
Répondre à  Tohubahut

sa c’est un scandale par contre ….

thekomkiller
thekomkiller
9 années il y a

plus qu’a envoyer un green lantern en série tv qui co existerait dans l’univers de arrow et flash

Aquaman
Invité
9 années il y a

Le seul projet quim’interesse est le Watchem de Terry Gilliam ^^

Ares
Invité
Ares
9 années il y a

Green Arrow (enfin Oliver Queen) aurait pu être pas mal…

Le Hibou
Le Hibou
9 années il y a

Intéressant particulièrement pour la partie Watchmen.
Les films avortés me semblent bien trop éloignés de l’esprit de la BD et finalement LE film respecte en grande partie le comics (sauf la fin qui ne me choque pas et l’absence de l’ile)

BenJ BT
BenJ BT
9 années il y a

Je connaissais pas du tout le projet sur Green Lantern … un projet vraiment bizarre d’ailleurs. Bien loin de l’esprit des films DC actuels ^^

kasongo
9 années il y a

Aucun regret perso.

mavhoc
9 années il y a

Très beau dossier, bravo Jason.
Par contre, dans la partie Flash, on fait mention des suites concernant Green Lantern de 2011, pour autant, dans la partie de GL, on a aucune infos sur ces possibles suites, justement :/

thekomkiller
thekomkiller
9 années il y a

se qui serait intéressant c’est que DC sorte en anime tous ces projet avorté inclu batman 3 de tim burton et superman flyby

Pedro Squalito
9 années il y a

Pour Plastic Man, je suis le seul à penser que le scénar est à peu de choses près le même que celui du film Catwoman ?

Dionysos89
9 années il y a

C’est intéressant de voir combien l’un des plus gros succès super-héroïques (The Dark Knight) leur a coupé toute envie de faire toujours plus et toujours mieux… :-(

Batsi
9 années il y a

WATCHMEN aurait était intéressant ,pour ma part j’ai bien aimé le Watchmen – Les Gardiens de Zack Snyder de 2009

Mocassin
Éditeur
9 années il y a

Il n’y a pas vraiment de regrets à avoir à part pour les projets de films Flash, mais ceci est désormais réparé puisqu’il a droit à sa (très bonne) série, bientôt à son apparition dans Justice League (2017) et à son film solo en 2018.
Par contre, le projet Green Arrow fait très jeu vidéo quand même, enchaîner les niveaux et les boss ne suffit pas pour un film.
En tout cas bravo pour ce dossier Jason, tu fais du bon boulot !

DC Universe FRA

Rejoignez la première et la plus grande communauté non officielle DC Comics Francophone et participez aux discussions Comics, Films, Séries TV, Jeux Vidéos de l’Univers DC sur notre Forum et serveur Discord.

superman
29
0
Rejoignez la discussion!x