Gotham Saison 1 : Références et Clins d’oeil 1/2

Gotham Saison 1 : Références et Clins d'oeil 1/2
Sommaire

Lorsqu’une série comme Gotham est lancée, dans un contexte pré-Batman et montrant l’ascension et le devenir des futurs héros et vilain qui composeront le Bat-verse, il fallait bien s’attendre à ce que la série se pare de son manteau d’easter eggs et de clins d’oeil pour rassasier les fans de comics que nous sommes. Seulement voilà, il y a l’art et la manière de le faire.

Comme à DC Planet nous sommes plutôt attentionnés envers nos lecteurs, nous vous proposons aujourd’hui de consulter ce dossier qui va revenir sur les clins d’oeil et références faits dans la première partie de saison 1 de Gotham, soit les dix premiers épisodes, histoire de vous remettre dans le bain alors que la seconde partie de saison reprend sa diffusion.

Bien entendu, il se peut que votre humble rédacteur ait pu malgré tout à louper quelques références ça et là et vous êtes les bienvenus pour me les indiquer. J’espère néanmoins que l’ensemble vous satisfera, et vous avez le droit de débattre également concernant la « subtilité » parfois gênante de Gotham concernant ses clins d’oeil (pour le reste, ce n’est pas le bon endroit pour ça).

Je vous donne ensuite rendez-vous dans quelques mois pour la seconde partie, une fois le reste de la saison diffusée !

Saison 1 – Épisode 1 à 3

Épisode 1 : « Pilote »

  • Catwoman et les gargouilles

C’est le point qui aura frappé les spectateurs d’emblée puisque la réalisation a décidé de nous présenter la jeune Selina Kyle comme premier personnage à l’écran, incarnée ici par Camren Bicondova. Dans les premières secondes, tout est fait (plus ou moins subtilement, bien entendu) pour nous rappeler quelle femme fatale est appelée à devenir Selina Kyle : du costume qu’elle porte (avec les petites lunettes montées sur le crâne) à sa démarche sur les toits de Gotham City, qui se veut volontairement féline.

On notera également que la jeune fille s’arrête quelques instants sur un toit de Gotham avant d’en descendre, ce qui permet à la caméra de nous montrer deux gargouilles, qui sont elles également emblématiques de la ville qui verra le Chevalier Noir la protéger. On notera également un peu après un écran publicitaire dans la rue qui fait la promotion des industries Wayne.

  • Bruce Wayne, et un meurtre vu et revu

La scène du meurtre de Thomas et Martha Wayne était bien entendu un passage obligé pour cet épisode pilote puisque c’est la première enquête que le jeune Jim Gordon se verra confié. Si le cheminement est un classique déjà vu maintes fois, quels que soient les supports (avec quelques bonnes idées, comme le plan des perles qui s’abattent sur le sol), un détail notable ici bas est que le visage du tueur (le Joe Chill présumé) reste ici masqué, alors qu’on insiste bien sur son regard ; de façon à bien montrer que l’identité du criminel n’est pas anodine et servira bien d’un élément majeur pour le fil conducteur de la saison.

Quelques minutes après, nous retrouvons un Bruce Wayne effondré, avec un manteau sur les épaules pour qu’il puisse se tenir chaud dans la ruelle froide et sordide. Et la façon dont Bruce est emmitouflé ne sera pas sans rappeler la cape d’un célèbre justicier masqué…

C’est également peu après que nous avons la première apparition d’Alfred Pennyworth, incarné ici par Sean Pertwee et qui semble être influencé par la version décrite dans le Batman : Earth One de Goff Johns et Gary Frank. Par après nous entendrons également Gordon qui dit à Bruce « be strong » – ce qui pourrait être l’un des éléments, dans cet univers, qui décideront le jeune homme à prendre la voix qu’on lui connaît – un Gordon qui pousserait Bruce à devenir Batman ? Et pourquoi pas ?

  • Captain Essen, Renée Montoya, Crispus Allen 

L’épisode nous invite à découvrir les différentes personnes travaillant également à la police de Gotham City et c’était bien sûr l’occasion rêvée pour la série d’inclure des personnages bien connus des lecteurs de comics. Ainsi, la capitaine Sarah Essen qui dans les comics est la seconde femme de James Gordon, se trouve ici être sa supérieure directe (outre le fait qu’elle semble être plus âgée que Gordon, le personnage change aussi d’apparence en étant afro-américaine au lieu de la blonde que l’on connaît sur support papier). Deux autres policiers biens connus sont Renée Montoya et Crispus Allen qui travaillent tous deux pour la Major Crime Unit (MCU) de Gotham CityMontoya qui a brillé dans Gotham Central et sous la plume de Rucka lorsqu’elle a porté le costume de The Question dans 52, est ici dépeinte comme une ancienne droguée, et surtout l’ex-petite amie de Barbara Gordon, actuelle compagne de James Gordon. Ces deux versants du personnage (son homosexualité, et ses problèmes avec la drogue) ont également contribué à l’écriture du personnage dans les comics.

On remarquera également que Barbara Gordon vit dans un appartement qui en lieu de fenêtre donne vue sur une grande horloge. Le symbole de l’horloge se rappelle évidemment au QG qui a été utilisé par la fille de Barbara lorsqu’elle menait son rôle d’Oracle et de leader des Birds of Prey.

  • Du côté des vilains… 

Oswald Cobblepot, incarné par un Robin Lord Taylor en grande forme, est présenté dans sa première scène de façon à ce qu’on l’associe immédiatement au super-vilain qu’il est destiné à devenir. Outre son costume et le fait de porter un parapluie (qui n’est alors pas utilisé comme une arme), c’est l’un des sbires de Fish Mooney qui le surnomme directement « Penguin », de façon un peu abrupte par ailleurs. A noter d’ailleurs que lors d’une des transitions typiques de Gotham (travelling horizontal avec vue sur la ville), nous pouvons observer les néons d’un bâtiment qui, lorsque l’image est mis en miroir, donne « Gotham Casino » – un indice quant au futur Iceberg Lounge ?

Un autre vilain qui est nommé avant d’être montré brièvement à la fin de l’épisode, est le chef de la mafia Carmine Falcone (encore un personnage venu de Batman : Year One), qui va être la cible des machinations de sa « fidèle ». Enfin, il faudra également mentionner les apparitions brièves d’Edward Nygma (qui joue un peu la caricature en tant qu’expert du GCPD qui s’amuse à poser des devinettes – « riddles » – à ses collègues de travail), ainsi que de la petite Ivy Pepper (qu’on aurait préféré appeler Pamela Isley comme sa version papier) qui nous offre un plan très subtil dans lequel elle est occupée à triturer… une plante verte.

On entend également Harvey Bullock donner rendez-vous à Gordon sur la « Fourth and Grundy » – un clin d’oeil assez facile à placer, puisque d’autres séries comme Arrow et Flash s’amusent déjà à donner des noms de personnages ou d’auteurs/artistes à des rues ou des protagonistes (un procédé d’ailleurs également utilisé pleeeein de fois dans les comics).

Et il serait criminel d’oublier ce jeune comédien un peu raté qui livre un one-man show mitigé devant Fish Mooney, et qui constitue l’un des easter-eggs au Joker auxquels les producteurs nous avaient garantis que nous aurions droit à chaque épisode !

  • Quelques autres références

Après la poursuite du père d’Ivy Pepper, injustement accusé du meurtre des parents Wayne, et que Bullock vient juste de le descendre, nous avons droit à un plan avec Harvey le bras tendu, arme à feu devant lui, qui rappelle une célèbre couverture de comics sur laquelle il tient cette posture. Voyez plutôt.

Nous pouvons déja observer la transformation du jeune Bruce Wayne (ne serait-ce pas un peu trop rapide d’ailleurs), qui veut apprendre d’emblée à surmonter ses peurs – et ce faisant grimpe sur le toit du Manoir Wayne et se tient debout au-dessus du vide (avant qu’Alfred ne lui somme de redescendre de suite sans grande douceur).

Un autre trait déjà exploité est l’attirance de Selina Kyle envers Bruce Wayne – les deux personnages jouant très souvent la séduction et ayant eu des rapports ambigus tout au long de leur existence sur différents médias – sauf que là c’est tout de même très jeune, non ? Quoi qu’il en soit, le fait que Selina ait assisté au meurtre des parents de Bruce peut expliquer qu’elle ait besoin de garder un oeil sur lui…


Épisode 2 : « Selina Kyle »

  • Selina « Cat » Kyle

Plusieurs points concernant le personnage de Selina Kyle. Dans un premier temps, on remarque que l’héroïne se fait (déjà !) appeler Cat. Il n’est pas dit si cela fait référence au premier surnom du personnage dans les comics qui était « The Cat » ou simplement un diminutif qui nous rappelle le devenir de Selina, toujours est-il que ce clin d’oeil est on ne peut plus subtil lui aussi !

En fin d’épisode nous assisterons également à la première rencontre entre Selina Kyle et le jeune Commissaire Gordon (qui se fait donc assez rapidement aussi).

  • Flics et politiciens

Outre le fait qu’Harvey Bullock adopte un discours un peu plus nuancé que dans l’épisode pilote, donnant un peu plus de profondeur qu’un simple côté « flic pourri », nous apprenons que même la Capitaine Sarah Essen est rangée du côté du « programme » – qui consiste à fermer les yeux sur les agissements de la mafia dans Gotham en échange d’une certaine somme. De la bonne corruption comme il se doit !

Le nom d’un autre célèbre mafieux est lâché dans cet épisode, celui de Maroni (que nous verrons donc plus tard dans la série). Un nouveau personnage fait son apparition, celui du Mayor James, personnage apparu en 2006 dans les comics et interprété à l’écran par Richard Kind.

Oh, et regardez quel est ce journal ? Mais oui, c’est bien le célèbre Gotham Gazette !

  • Bruce Wayne, Batman bien avant l’heure

A plusieurs reprises dans cet épisode, on nous montrera Bruce Wayne qui adopte des attitudes qui soient nous renvoient directement à son alter égo, soit à son entraînement afin de le devenir. Dans l’ordre, il continue à tester ses limites avec la flamme d’une bougie, puis on le voit en train de faire des dessins de gothique en écoutant du métal (hé ouais), puis lors d’une scène de dialogue entre Gordon et Alfred, il s’immisce de façon discrète dans la pièce et surprend les deux hommes, comme le ferait Batman – si vous n’aviez toujours pas saisi !

  • Du côté des vilains…

Le duo de vilains dans cet épisode, qui travaille d’ailleurs pour un certain Dollmaker (super-vilain qui a eu plusieurs versions dans les comics, et est également apparu dans Arrow), pourraient constituer un easter-egg pour le Joker, et plus exactement pour Joker et sa compagne Harley Quinn, avec leur façon de se déguiser, et leurs sourires figés.

Le symbole de l’entreprise à qui appartient le dépôt où sont retenus les enfants, Trident International Shipping, n’a pas de gros rapport avec le Bat-verse, mais c’est néanmoins le nom d’un super-vilain des Teen Titans !


Épisode 3 : « The Balloonman »

  • Du côté des vilains…

En premier lieu, le nom du freak de cet épisode a son équivalent (juste en termes de nom) dans les comics, puisque le Balloon Man est un ennemi des Metal Men. Certes, mis à part le nom, il n’y a pas grand chose à voir avec celui qu’on nous présente ici.

Dans les comics, Penguin est un homme qui est très souvent montré avec de certaines rondeurs. Pour le moment, l’acteur Robin Lord Taylor joue un Oswald Cobblepot de corpulence normale, mais c’est la seconde fois dans la série qu’on le voit se précipiter pour manger après avoir commis un meurtre. Ce genre d’attitude le conduira-t-il à atteindre ses rondeurs vues sur papier ? D’autant plus qu’ici, il commande… un sandwich au thon !

Salvatore Maroni, le grand rival de Carmine Falcone, fait ici sa première apparition ! Il est joué par l’acteur David Zayas.

On notera également que le nom de Cardinal Quinn est mentionné dans l’épisode, ce qui pourrait constituer l’easter-egg lié au Joker de cet épisode…

  • Et du côté de Bruce Wayne…

On continue l’entraînement pour devenir le futur Chevalier Noir ! Aujourd’hui, on se bat avec des épées en bois avec Alfred, spécialiste en sports de combat en tous genres !

Bruce Wayne semble également fasciné par le modus operandi du Balloonman puisque ce dernier ne cible que des hommes mauvais. Il affiche néanmoins clairement la limite à ne pas franchir puisqu’à l’inverse du criminel, il est contre la mise à mort de ses victimes. On voit donc déjà se dessiner le code de Batman avant l’heure…

Et enfin, lors d’une scène, le vilain dont le nom est Lamond va tuer le lieutenant Cranston, en portant un costume avec chapeau et foulard, qui fait penser à The Shadow, héros des comics pulp qui a en partie inspiré la création de Batman. Or, le vrai nom de The Shadow est… Lamond Cranston. Coincidence ? Je ne crois pas !

Saison 1 – Épisode 4 à 6

Épisode 4 : « Arkham »

  • L’asile d’Arkham, évidemment…

Dans les dix premières minutes de l’épisode, le nom de de l’inspecteur Carlos Alvarez est mentionné à plusieurs reprises. Il se réfère au personnage du même nom apparu au début de la série New 52 Catwoman lorsque c’est Judd Winick qui était l’auteur du titre.

C’est le bâtiment qui donne son titre à l’épisode, donc nous ne pouvions pas passer à côté de l’Arkham Asylum, qui est plutôt joliment représenté, une belle bâtisse aux accents gothiques comme ce à quoi nous avons été habitués dans les comics… ou le récent jeu Batman : Arkham Asylum. Il est d’ailleurs amusant de voir qu’il est noté « Arkham City » sur la carte présentée à un moment par le Mayor James.

  • Du côté des vilains…

La première chanteuse auditionnée par Fish Mooney a le teint très pâle et un rouge à lèvre très vif. Nous pourrions donc là avoir des traits physiques faits pour rappeler un certain côté du Joker (d’autant plus que la chanteuse affiche un sourire intrigant).

Au début de l’épisode, nous voyons trois personnes sortir de l’ombre en courant et à forts éclats de rire. Pour ma part, ça m’a beaucoup fait penser aux Jokerz de Batman Beyond – mais ce n’est peut être qu’un hasard ? Quoique, leur apparition fait tellement forcée…

Oh, et l’arme utilisée par le criminel, comment la trouvez-vous ? On pourrait très bien la voir utilisée au bout de… disons, d’un parapluie, vous ne trouvez pas ?


Épisode 5 : « Viper »

  • Viper = Venom

C’est certainement le rapprochement le plus évident de toute la série (et pourtant, il y en a plein), mais la drogue utilisée dans cet épisode, qui décuple les forces de ceux qui en prennent, est bien évidemment en lien avec le célèbre venom utilisé par Bane dans le même but. A la différence que Bane ne se ratatine pas quelques heures après avoir pris sa dose ! Reste que le nom de Viper en lui même peut aussi faire référence à un vilain du même nom, Phillip Russel de son identité, mais qui est un super-vilain braqueur de banques qu’a affronté The Flash.

Nous sommes également amenés à voir une partie de la mafia russe de Gotham City, qui collabore avec Falcone (et dont Nikolaï est le représentant). Dans les comics, cette mafia porte le nom d’Odessa, et a notamment collaboré avec Black Mask.

  • Du côté de Bruce Wayne…

A nouveau, le côté détective du très jeune Bruce Wayne est mis en avant (celui-ci mène l’enquête de son côté concernant les liens entre les affaires politiques de Gotham et le meurtre de ses parents), avec ces papiers épinglés à son mur comme dans un bureau d’inspecteur, et ses recherches inlassables dans des piles de documents. Costaud, le jeunot !

On peut également voir brièvement Bruce Wayne qui s’est endormi devant la télé. Une télé qui diffuse un passage de Zorro. Est-il nécessaire de vous rappeler à quoi cela fait référence ?

Enfin, on notera que les noms de « Zeus » et « Mathis » sont lâchés durant l’épisode, très certainement comme clins d’oeil à Maxie Zeus et Barton Mathis.


Épisode 6 : « Spirit of the Goat »

  • Mais qui est ce Goat ?

Par plusieurs aspects, le Spirit of the Goat de cet épisode nous fera penser à une version méchante, et au totem détourné, du Chevalier Noir. Déjà, de par son apparence, car le masque utilisé, avec les deux petites oreilles, rappelle forcément celui que porte l’Homme Chauve-Souris. On notera d’ailleurs dans l’épisode la phrase « The Goat hasn’t cast his shadow… » qui laisse sous-entendre une shadow of the Goat qui fait un clin d’oeil à l’expression de shadow of the Bat.

Enfin, on notera aussi l’habilité du Goat à surprendre ses victimes là où elles ne s’y attendent pas, de la même façon qu’un Batman pourrait également le faire…

Chose amusante, une très vieille histoire parue en 1946 dans Detective Comics #108 porte le titre de « The Goat of Gotham City ». Clin d’oeil appuyé pour cet épisode ?

  • Quelques autres clins d’oeil…

Voilà l’un des clins d’oeil les plus subtils de la série avec Edward Nygma prenant son café avec une tasse ornée d’un point d’interrogation. La photo ci-après se passe de commentaires.

Vers la fin de l’épisode, Montoya menace d’envoyer Jim Gordon à la prison de Blackgate, qui est l’une des prisons les plus emblématiques du DC Universe.

Du côté de Bruce Wayne, plusieurs aspects renvoient au film The Dark Knight Rises. Nous entendons une femme dire aux infos que la famille Wayne a ouvert ses portes pour accueillir les orphelins de Gotham City (comme à la fin du film pré-cité), et nous voyons également Selina « Cat » Kyle qui s’introduit dans le Manoir Wayne pour leur dérober quelque chose (mais pas le collier de perles). Quant la télé singe le ciné…

Et puisque l’on parle de Bruce Wayne, il est assez amusant de le voir interloqué quant au choix de la Chèvre comme totem pour le vilain de l’épisode. On sait déjà qu’il choisira un autre animal plus tard…

Saison 1 – Épisode 7 à 10

Épisode 7 : « Penguin’s Umbrella »

  • Le pingouin, tout pour le pingouin ! 

Bon, en premier lieu, on notera déjà que le titre même de l’épisode est une référence plus qu’évidente au parapluie du super-vilain, accessoire faisant partie intégrante du personnage et qui sert souvent d’arme (blanche ou à feu) déguisée. Ici, on en est pas encore vraiment là. Toujours est-il que nous pouvons à nouveau observer la démarche claudiquante d’Oswald Cobblepot dans cet épisode, et son sourire après avoir tué Frankie qui ne sera pas sans rappeler le rictus de Danny de Vito dans Batman Returns… Ce Frankie, qui d’ailleurs aurait un nom complet de Frankie Carbone, un gangster qui est retrouvé dans The Long Halloween de Jeph Loeb et Tim Sale.

  • Des méchants et des moins méchants…

Le vilain qui a marqué dans cet épisode est forcément Victor Zsasz, interprété ici par Anthony Carrigan. Le serial killer créé en ’92 par Alan Grant et Norm Breyfogle et qui a le chic de se scarifier le corps pour chaque meurtre accompli, est ici à la solde de la mafia de Falcone. Le fait de le retrouver déjà dans Gotham City lui laisse le temps de se marquer le corps jusqu’à ce que le Chevalier Noir soit assez grand pour s’en mêler (il indique tout de même à en être déjà à sa 28ème victime après avoir tué une policière).

Oh, et il y a cette scène où on voit Alfred plaquer Crispus Allen contre la voiture dans laquelle sont Gordon et Montoya. Une certaine façon de rappeler que cet Alfred est très proche au vu de ses capacités de la version dépeinte dans Batman : Earth One.


Épisode 8 : « The Mask »

  • Trois méchants pour le prix d’un !

Enfin, quand je parle de méchants, ce n’en sont pas forcément des vrais dans l’épisode. Le premier, c’est le médecin qui s’occupe de l’autopsie du corps retrouvé en début d’épisode. Malgré l’absence de nom évident, il semblerait que ce personnage soit le vilain Crime Doctor, de son vrai nom Bradford Thorne ; dans les comics, c’est un docteur qui ouvre une clinique illégale pour soigner les gangsters, puis il deviendra un super-vilain spécialisé dans la torture. Pour le moment, on en est encore loin, même s’il montre déjà son expertise dans le maniement des outils chirurgicaux.

Vient ensuite le fameux The Mask qui donne son nom à l’épisode… Et il s’agit de Richard Sionis, patron des Sionis Industries – et qui a donc peut-être un lien de parenté avec Roman Sionis (absent et non mentionné dans l’épisode), qui est le Black Mask des comics ?

Enfin, lors des scènes nous montrant le jeune Bruce Wayne allant à l’école (c’est tellement mignon dit comme ça), nous le voyons se confronter à Thomas « Tommy » Elliot (qui, pour le moment, et au contraire de sa version papier, n’est pas un ami de Bruce). Les lecteurs d’Hush de Jeph Loeb et Jim Lee connaissent le personnage qui va se perdre dans une fascination morbide pour le caractère orphelin de Bruce (qu’on peut déjà observer puisque c’est la première chose dont il va lui parler). Dans l’épisode, la discussion se termine assez mal, et Elliot se fait déjà tataner par Bruce comme il se doit, et comme cela arrivera encore dans quelques années !

  • Références plus ou moins obscures…

Lorsque Bruce est laissé à l’école par Alfred, on peut lire sur la plaque du bâtiment derrière lui « Anders Preparatory Academy« . De la même façon qu’Arrow et The Flash le font, ce nom pourrait être un clin d’oeil à un auteur/artiste de DC Comics, en l’occurrence, celui d’Al Anders, un artiste du Golden Age… Oui, c’est assez obscur.

Ce qui l’est moins en revanche, c’est la mention d’un « Mr. Adams » dans l’épisode qui pourrait certainement se référer au célèbre Neal Adams !


Épisode 9 : « Harvey Dent »

  • Harvey Dent

C’est un peu le personnage phare de l’épisode, le jeune Harvey Dent s’illustre ici, incarné par l’acteur Nicholas D’Agosto. Et si l’on peut déjà le voir s’associer avec l’inspecteur Jim Gordon (ne manquerait plus que Bruce Wayne s’y mette pour se la jouer à la The Long Halloween), on remarquera que plusieurs gimmicks sont déjà bien présents, histoire de nous faire comprendre subtilement que oui, Harvey Dent va devenir Two-Face ! Outre l’utilisation, déjà, de sa fameuse pièce truquée, on remarquera tout au long de l’épisode l’éclairage qui est utilisé pour le visage de l’acteur, avec une moitié laissée constamment dans l’ombre. On n’y fait pas forcément attention de suite, mais une fois remarqué, c’est un artifice frappant (voyez les photos ci-dessous).

  • Bruce Wayne s’entraîne toujours, et flirte sec avec Selina

C’est quelque chose dont je vous ai déjà parlé pour les autres épisodes, ce côté de montrer Bruce déjà en train de s’entraîner à toutes sortes de choses pour devenir plus fort. Dans cet épisode, il continue son apprentissage des sports de combat avec la boxe avec Alfred, et il s’entraîne aussi à retenir sa respiration sous l’eau… tout habillé, comme un vrai bonhomme, si si.

En outre, c’est la première rencontre avec Selina Kyle et l’on sent de suite que l’équipe de la série veut mettre l’accent, là aussi de façon peut-être un peu trop hâtive, sur la relation ambigüe que les deux personnages seront amenés à vivre lorsqu’ils seront adultes. Il y a le « call me Cat » lors de leur première rencontre, les regards complices, le « est-ce que tu veux m’embrasser ? » et cette séquence de… bataille de croissants dans le salon. Hé oui.

Concernant Selina Kyle d’ailleurs, il est amusant de la voir chez Gordon en train de se boire une bouteille de lait. Subtilité, toujours la subtilité !

  • Autres références en vrac…

La première est assez évidente. Il s’agit simplement de la prison de Blackgate, qui avait déjà été mentionnée auparavant, mais qui prend forme à présent sous nos yeux.

La seconde donne son nom à l’épisode, et à un personnage de la série : Lovecraft. Plus qu’une référence à Batman, c’est un clin d’oeil au romancier américain H.P. Lovecraft qui est connu notamment pour avoir créé dans ses oeuvres la ville imaginaire d’Arkham – dont le nom a été repris directement pour l’asile du même nom.

Enfin, celui-là est un peu plus énigmatique. Lorsque Penguin fouille l’appartement de Liza, nous voyons sur l’étagère une petite statuette de chouette posée. Avec le récent arc The Court of Owls, et le fait que Lovecraft dise à Dent qu’il n’a pas idée de ce qu’il est en train de mettre les pieds dedans (sous-entendu, possible conspiration, organisation secrète ?), difficile de ne pas y voir un joli clin d’oeil !

  • Et le meilleur pour la fin…

Un simple rappel concernant l’homosexualité de Renée Montoya… et de Barbara Kean également, du coup. Avec le cliffhanger de la saison, assurément.


Épisode 10 : « Lovecraft »

  • Du côté de Bruce-Batman…

Oui, oui, ça en devient une habitude, mais les images parlent d’elles-même. Il y a deux passages dans l’épisode qui nous montrent à nouveau les progrès de Bruce – sauf que là c’est plus trop de l’apprentissage, c’est un peu par la force des choses. La première c’est simplement lorsqu’il saute pour la première fois de toit en toit ; la seconde c’est lorsqu’il jette des tuyaux sur Copperhead, ce qui rappelle le jet de Batarang.

Mais avant tout ça, au tout début, lorsqu’il s’entraîne à garder l’équilibre avec Selina Kyle et que nous voyons ce plan ci-dessous… Regardez bien l’éclairage entre les barreaux de bois… La forme ne vous rappelle-t-elle rien ?

  • Et du côté des vilains

Larissa Diaz fait son apparition dans la série en tant qu’assassin, et surnommée Copperhead. Le fait que ce soit une femme et ses origines renvoient directement au re-design du personnage qui a été opéré dans Batman : Arkham Origins. On notera également que lors des scènes où elle étrangle quelqu’un, les bruitages utilisés font penser à ceux d’un serpent…

Enfin, il faudra juste signaler le retour d’Ivy Pepper dans l’épisode, qui est, comble de l’originalité, toute vêtue de vert. Et a une attitude assez flippante d’ailleurs, pour une gamine, mais bon !

En passant par les liens affiliés BDfugue/FNAC/autres présents sur le site, DCPlanet.fr reçoit une faible commission. Qu’importe le montant de votre panier, vous nous aidez ainsi gratuitement à payer l’hébergement, modules, et autres investissements pour ce projet.

Picture of ArnoKikoo

ArnoKikoo

Sommaire

Rejoignez la discussion

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

9 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Batsi
9 années il y a

Excellent le dossier ,ça ma permis de voir tous les petits trucs que j’avais pas vu quand je regardais les épisodes !

Toran93
Toran93
9 années il y a

Tres bon dossier,certains m avaient echappé.
Par contre l utisation du terme gargoyle, c une blague qui je comprend pas, ou bien un hommage on dessin animéde notre enfance ? Parce que sinon en francais c gargouille

Toran93
Toran93
9 années il y a
Répondre à  ArnoKikoo

Ben de rien, avec plaisir

Anharat
Invité
Anharat
9 années il y a

Haha bien vu le Bat-signe du lampadaire ! Et sur la même image il y a même celui de Superman dans le plafond au-dessus… ^^

Ares
Invité
Ares
9 années il y a

Je comprends tout : Bruce écoute du métal, il a compris comment devenir Batman, il a compris la vie ^^

reaz
reaz
9 années il y a

Dans l’épisode 1 quand Bruce est sur le toit, on arrive clairement à distinguer se qui semble être le logo de batman à sa droite ;)

Tango-Whiskey-57
Tango-Whiskey-57
9 années il y a

Dossier vraiment très très bon. Vivement la suite.

DC Universe FRA

Rejoignez la première et la plus grande communauté non officielle DC Comics Francophone et participez aux discussions Comics, Films, Séries TV, Jeux Vidéos de l’Univers DC sur notre Forum et serveur Discord.

superman
9
0
Rejoignez la discussion!x