Batman Saga #32
Les points positifs :
  • Batman et Detective comics
  • Les débuts du duo Manapul/Buccellato
  • Super qualité graphique d’ensemble !
Les points négatifs :
  • Batgirl #30 raté
  • “Batman et …” n’avance pas

Voici donc nos avis sur ce qui compose ce 32ème numéros du kiosque consacré à la famille chiroptère. Au menu, la reprise de “Zero Year”, les débuts de la team Manapul/Buccellato sur Detective Comics et la suite de la traque de Ra’s Al Ghul par Batman. À noter un souci d’imprimerie qui affecte Batman #30 et à fait disparaître certaines lettres, ce qui est un peu agaçant. Il est paru le 19 décembre au prix de 5,60 euros.

Numéro précédent : Batman Saga #31 La suite dans : Batman Saga #33

Batman #30

  • Scénario : Scott Snyder – Dessins Greg Capullo- Colorisation: Fco Placenscia

”Zero year” est de retour ! N’en déplaise à Corentin ! Bruce Wayne revient à lui après la tempête qui à frappé Gotham et découvre sa ville complètement chamboulée comme frappée d’un retour à la nature et contrôlée par “le Sphinx”.

J’aime beaucoup l’idée d’une Gotham régentée par un dictateur omniscient et qui renvoie Batman à son meilleur rôle : résistant. Snyder fait encore mouche et les trouvailles pullulent comme cette énigme quotidienne. Les dessins de Capullo sont, comme d’habitude, superbes ! J’aime vraiment son style et la colorisation de Fco Placenscia.

C’est vraiment la série que j’attends chaque mois et elle me déçoit rarement !

-Darthfry

Note : 8/10

Zero Year reprend dans les pages de cet épisode, et Bruce Wayne se remet difficilement des événements de la seconde partie, pour découvrir ce que le Sphinx a fait de Gotham. La ville est tombée aux mains de ce vilain emblématique et notre héros aura fort à faire. Scott Snyder signe ici un script de bonne qualité, qui nous montre un Batman déterminé malgré son nouveau statut de marginal, et parvient à réinventer le personnage du Riddler. Il est certain que ça ne plaira pas à tout le monde, mais il faut avouer que Zero Year n’est pas une mauvaise histoire, bien que ce soit un arc un peu trop long.

On peut d’ailleurs regretter que ce numéro soit en grande partie l’exposition de la dernière partie, mais certaines scènes sont cools, et tout le monde aime voir ce fameux put**** de taré déguisé en Dracula sous les crayons de Greg Capullo.

– Zeppeli

Note : 7/10

Batman #30


Detective Comics #30

  • Scénario : Francis Manapul – Dessins : Brian Buccellato- Colorisation: Brian Buccellato

Dire que cet épisode était attendu serait un doux euphémisme. En effet, c’est dans ce numéro que débarque la nouvelle équipe créative du titre Detective Comics, j’ai nommé Francis Manapul et Brian Buccellato. Ceux qui ont suivi The Flash (je parle des comics, dans leur version New 52, et pas de la série TV, eh) savent à quel point ce duo est efficace, et les voir arriver sur un titre du Bat-verse apporte un petit vent de fraîcheur sur la ville de Gotham.

L’histoire est simple : Bruce Wayne rencontre une femme, Elena Aguila, qui a un projet pour rénover l’East End de Gotham, et notre héros décide de la soutenir et de choisir la solution qu’elle propose, celle d’être du côté des habitants de la ville plutôt que de soutenir un gros projet de reconversion en zone commerciale. Évidemment, cela aura pour effet de froisser un buisness man véreux et tout ne se déroulera pas comme prévu. Le script est correct et j’avoue que l’intrigue qui nous est proposée m’a tout de suite accroché. De même, les personnages que l’on découvre sont sympathiques, notamment Annie Aguila, fille d’Elena et star de la moto-cross.

En ce qui concerne les dessins, ils sont magnifiques, et l’on sent que l’atmosphère de Gotham a bien été comprise par le duo, qui retranscrit à merveille l’essence de cette cité, sous tous ses angles. Detective Comics a su se relever avec l’arrivée de cette nouvelle équipe, qui lance un run qui risque fort de plaire à beaucoup de lecteurs.

– Zeppeli

Note : 8/10

Les scénaristes/dessinateurs Francis Manapul et Brian Buccellatto au style si particulier et si percutant sur Flash débarquent en fanfare sur Detective Comics.

Visuellement, ça en jette avec un trait bluffant et un choix de couleur qui peut surprendre qui a vite fait de rendre le tout magnifique. Le dynamisme incroyable des scènes d’action et la beauté des couleurs font qu’on est subjugué devant un tel travail. En effet, le ton, la nuit est résolument Flashy, pastel, des couleurs qu’on voit peu dans un univers aussi sombre habituellement que celui du chevalier noir. Batman est plus gracieux que jamais dans ses acrobaties. Au niveau du scénario c’est très introductif et assez simple mais diablement efficace. Bruce Wayne s’associe à une femme du nom de Elena Aguila pour un vaste projet de rénovation. Et forcément des gens ne sont pas satisfaits de voir l’east end rénovée de cette façon.

Le cliffhanger hallucinant nous fait nous dire que le tout s’avérera compliqué.

– MFW

Note : 9/10

Detective Comics #30


Batman & Wonder Woman #30

  • Scénario : Peter J. Tomasi – Dessins : Patrick Gleason- Colorisation: John Kalisz

Dans ce qui est devenu un enchaîné de team-ups improbables, le duo Batman/Wonder Woman (ou Wonder Woman/Batman, parce que : les filles en premier) n’était pas le plus évident à aborder.

Comme d’habitude, Tomasi utilise avec adresse et habileté la mythologie dont il emprunte les codes l’espace d’un numéro, jouant avec la série de Brian Azzarello et Cliff Chiang avec l’habitude d’un auteur respectueux du travail de ses confrères (ce qui n’est fort malheureusement pas toujours le cas pour les scénaristes des séries Gotham); problème cependant, Patrick Gleason, fidèle sidekick des crayons, ne s’en sort pas aussi bien dans cette atmosphère inhabituelle. Doug Mahnke et David Finch l’ont prouvé depuis, Wonder Woman est un terrain glissant pour le dessinateur qui en a la charge, exercice difficile de juste milieu entre la bombasse et la drag-queen (choisis ton camp, car il n’y a pas de juste milieu), ou le rendu franchement bâclé de celle proposée ici. Si on omet le boulot appliqué du coloriste John Kalisz, ce numéro se retrouve finalement assez inutile, à la fois dans la lente montée de cette chasse au Robin, et dans l’application des rencontres de Bruce face au reste du DCU (une sorte de Brave & the Bold en continuité), à part pour faire un coup de pub à la série d’Azzarello, ce qui est totalement justifiable, mais pas franchement justifié.

À recommander tout de même aux fans de catch féminin. Un sport noble qui a toute ma sympathie.

-Corentin

Note : 5/10

La série Batman et Robin est devenue une sorte de “Batman Team-Up” ou de “The Brave and the Bold” depuis quelques temps, et cette fois-ci c’est au personnage de Wonder Woman que l’on va s’intéresser.

Peter Tomasi nous livre une histoire assez intéressante, bien qu’elle soit anecdotique. J’ai personnellement apprécié la visite de Themyscira qui nous est proposée ici, ainsi que le respect que le scénariste porte à la série d’Azzarello et de Chiang. Et puis, comment ne pas aimer un épisode où Batman se lance à la poursuite de Ra’s Al Ghul ? (C’est toujours plus classe quand c’est quelqu’un d’autre que Stephen Amell qui cherche à défier le chef de ligue des assassins). De son côté, Patrick Gleason nous livre une prestation très convaincante, j’ai adoré sa façon de représenter Wonder Woman, qui a ici un physique très musculeux et un visage bien plus typé méditerranéen que ce que l’on a l’habitude de voir, mais comme toujours ce style aura forcément des détracteurs.

L’épisode n’apporte pas grand chose à la quête de Batman, mais hey ! Wonder Woman dessinée par Gleason, c’est plutôt classe !

– Zeppeli

Note : 7/10

Batman & Wonder Woman #30


Batman & Frankenstein #31

  • Scénario : Peter J. Tomasi – Dessins Patrick Gleason– Colorisation: John Kalisz

Après un épisode portnawak (venu en direct live des 90’s) avec Wonder WomanBatman continue sa recherche du corps de Damian avec Frankenstein vers ce qui a été Nanda Parbat.

Bon c’est un peu moins idiot que l’épisode précédent, mais pas trop crédible quand même, l’alliance avec les yétis est un peu tirée par les cheveux, mais surtout cet épisode d’une série composé de one-shots reliés les uns aux autres ne se termine pas ! C’est surprenant ! Doug Mahnke succède à Gleason qui s’était un peu chié (passez-moi l’expression) sur le précédent numéro. Et c’est un plaisir, c’est beau et épuré (normal, le décor est composé de neige), et le visage de Frankenstein est réussi (sauf quand il est fâché).

Le numéro relève le niveau par rapport au précédent mais on en a un peu marre d’attendre le retour de Damian pour retrouver une série qui a du sens !

-Darthfry

Note : 6,5/10

Après l’épisode précédent, assez décomplexé mais très fun, Batman continue sa quête pour retrouver le sarcophage de son fils, et il est cette fois-ci aidé par Frankenstein. Le duo se trouve sur le site qui jusqu’à récemment était Nanda Parbat, mais ce lieu a disparu suite aux événements de Forever Evil Blight. L’histoire est sympathique mais hautement rocambolesque, puisque l’on y voit nos héros collaborer avec un peuple de yétis, rien que ça ! Si l’on aime lire des comics pour le fun qui s’en dégage, alors vous ne pourrez qu’apprécier cet épisode. Doug Mahnke remplace Patrick Gleason sur cet épisode, et le résultat est plutôt convaincant, si l’on apprécie son style. Son Frankenstein est très cool, et c’est bien là le principal (mais je préfère un peu Gleason). Cependant, ceux qui attendent le retour de Damian seront une fois de plus déçus parce qu’il faut bien avouer que l’histoire n’avance pas beaucoup dans cet épisode.

– Zeppeli

Note : 6/10

Batman & Frankenstein #31


Batgirl #30

  • Scénario : Marguerite Bennet – Dessins : Robert Gill- Colorisation: Roberto Fajardo Jr

Si vous lisez régulièrement les reviews des magazines Urban publiées ici-même, vous n’êtes pas sans savoir que j’ai une profonde aversion pour le titre Batgirl. Ce mois-ci, nous avons droit à une histoire en “one-shot” qui verra notre héroïne affronter un monstre, l’homme de minuit, sorte de croquemitaine stupide échappé d’un mauvais film de série B des années 80.

Pour une fois on aurait pu s’attendre à quelque chose de décent, puisque l’on retrouve de nombreux codes du film d’horreur dans ce numéro. Cependant, c’est sans compter sur l’incroyable capacité de la scénariste à foutre en l’air son idée en nous écrivant une histoire qui relève davantage d’un épisode de la grande saga littéraire “chair de poule” (putain, ce que c’était mauvais ça, dire que c’était à la mode quand j’étais gosse) que d’un script de Wes Craven… Ajoutez à cela une narration qui n’a jamais été aussi lourde dans ce titre, et vous obtenez cette blague qu’est le trentième épisode de la série Batgirl version New 52.

– Zeppeli

Note : 1/10

A une époque, on regardait Buffy et Charmed le samedi soir pour se donner des cauchemars avant d’aller se coucher. Aujourd’hui, on lit la série Batgirl. Quelle différence, alors ? Tout simplement celle ci : Buffy et Charmed, c’était bien.

Ce mois-ci, dans les aventures de Barbara Gordon, un numéro raté, un “freak of the week” de télévision, mal raconté, empilé sur une pile de stéréotypes du genre horrifique, mais ! Sans que ça soit vraiment effrayant. On peut apprécier brièvement le design de la créature, sorte de nappe de pétrole mouvante avec de jolies dents nacrées sortie tout droit d’un imaginaire à la Image Comics (à la grande époque), mais le reste n’a rien de bouleversant. Sans tenir les promesses d’un numéro horrifique, celui ci offre en plus une conclusion digne d’un épisode de Power Rangers, une Barbara avec l’intériorité d’une adolescente un peu futile, et un dessin pas spécialement original ni travaillé.

Une performance dans l’inintéressant, à croire que les rousses n’inspirent plus personne. C’est triste, non ?

– Corentin

Note : 2/10

Batgirl #30

18 Commentaires

    • Cette @!# !! comme tu dis n’a pas écrit ce numéro (je vois aussi que mêmes les reviewers ne sont pas au courant de qui écrit les numéros). Car oui, c’est Marguerite Bennett qui a écrit ce numéro ! Tout ce passage est donc complément HS :

      “Pour une fois, puisque Gail Simone semble fan des ambiances horrifiques, on aurait pu s’attendre à quelque chose de décent, puisque l’on retrouve de nombreux codes du film d’horreur dans ce numéro. Cependant, c’est sans compter sur l’incroyable capacité de la scénariste à foutre en l’air son idée en nous écrivant une histoire qui relève davantage d’un épisode de la grande saga littéraire “chair de poule” (putain, ce que c’était mauvais ça, dire que c’était à la mode quand j’étais gosse) que d’un script de Wes Craven… Ajoutez à cela une narration qui n’a jamais été aussi lourde dans ce titre, et vous obtenez cette blague qu’est le trentième épisode de la série Batgirl version New 52.”

      Donc avant de critiquer, on se renseigne :)

      • Au temps pour moi, je n’attaque pas la scénariste en fait mais la série !
        il faut lire ” Mias virer moi cette putain de série de batgirl de merde !! ”

        Je trouve vraiment cette série nul à chier … et je trouve qu’elle baisse le niveau du kiosque.
        Mais après ce n’est que mon avis, si d’autres kiffent, grand bien leur fasse ^^

  1. La série “Batman et…” va vraiment avancer au moment de “Robin Rises” mais en guise d’introduction, c’est vrai que c’est un peu longuet.
    Patience patience les amis, 2015 va nous en mettre plein les mirettes !

  2. Batman et Detectives Comics très bons. La série “Batman et…” avance doucement mais sûrement et Batgirl ? A part l’arc sur James Gordon que j’avais apprécié, le reste est vraiment pas terrible :s
    Par contre c’est la seule série qui mentionne, bien qu’assez subtilement, la “mort” de Dick Grayson ! Au vu de l’importance du personnage, c’est surprenant que ça n’ait pas plus d’impacts sur la Bat-familly…

  3. Je trouve que visuellement ce Batman saga 32 est a tomber, de pages en pages mes yeux scintillaient ! superbe !

  4. enfin lu… un mag qui aurait pu me réconcilier a 100% avec batman de snyder mais qui se retrouve gaché par le taf d’urban et de l’imprimeur… le detective comics des auteurs de flash est juste une pure tuerie

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.