[REVIEW VF] FOREVER EVIL #7
Les points positifs :
  • Rogues Rebellion
  • Un événement plutôt réussi
Les points négatifs :
  • Une fin trop courte pour Forever Evil #7 ?
  • A.R.G.U.S. n’aura pas tenu jusqu’à la fin
  • Aftermath c’est comme Arkham War…

Dernier numéro pour l’événement Forever Evil, le règne du mal prend fin ! Pour terminer la publication de ce kiosque, nous retrouvons les derniers numéros des spin-off de A.R.G.U.S, Rogues Rebellion, Aftermath faisant suite à Arkham War et un septième numéro relativement conséquent de Forever Evil où la pagination ne se compte plus. Bonne lecture !

Forever Evil #7 est disponible depuis le 12 Décembre 2014 au prix de 5,60 euros.


Numéro précédent : Forever Evil #6 La suite dans : C’est fini !

Forever Evil : Rogues Rebellion #6

  • Scénario : Brian Buccellato Dessins : Scott Hepburn Colorisation : Nick Filardi

Il est temps pour moi de dire au revoir au meilleur spin-off de Forever Evil. Rogues Rebellion était vraiment un plus dans l’event, on suit les Rogues en terrain hostile et on se rend compte qu’ils ont un statut de vilain juste pour leurs actes de vandalisme alors quand ils sont confrontés à la crème du mal, c’est epic. Ce dernier numéro est d’une beauté sans égal, les Lascars perdus affrontant des vagues d’ennemis, jusqu’à l’arrivée d’un “miracle”. Le dénouement de ce numéro apporte beaucoup d’émotion et la dernière page encore plus. J’aimerais une série récurrente sur ces personnages, il y a tellement à exploiter… Les dessins de Scott Hepburn, toujours aussi cartoonesques, rend les numéros uniques. C’était une belle aventure, espérons revoir l’équipe bientôt !

– Deiimo

Note : 9/10

Rogues Rebellion se termine dans ce numéro, et c’est avec une certaine tristesse que l’on va devoir dire au revoir à cette équipe charismatique. On a droit à un affrontement titanesque, opposant les rogues à Gorilla Grodd et au Parasite dans un combat chaotique, et l’on comprend clairement que les Rogues ne sont pas aussi dangereux que les autres vilains, notamment à travers la caractérisation du personnage de Pied Piper (le fifre, bien qu’il ne soit pas officiellement membre de l’équipe) qui est clairement plus nuancé que la plupart des méchants de comics actuels. Le final est riche en émotion et le tout est magnifiquement illustré par le trait cartoony de Scott Hepburn qui rend clairement justice aux looks improbables mais ultra-cools des Rogues, qui ont tous une personnalité très marquée. L’aventure des ennemis de Flash se termine sur une dernière page qui devrait arracher quelques larmes aux plus sensibles d’entre vous, et l’on espère entendre parler de ces anti-héros très prochainement, croisons les doigts !

– Zeppeli

Note : 8/10

Forever Evil :Rogues Rebellion #6


Forever Evil : A.R.G.U.S. #6

  • Scénario : Sterling GatesDessins : Neil EdwardsColorisation : Nathan Eyring

Steve Trevor torse nu, je commence à en avoir marre. Si l’ex de Wondy a su montrer quelques actes de bravoure durant ce tie-in, je trouve qu’il reste encore un boy scout aux ordres et non un vrai héros. Le pari de le faire monter en puissance au cours de cette histoire est donc raté et j’ai préféré les punchlines de Killer Frost tout au long du numéro et de ce petit run sympathique. On est quand même au-dessus d’Arkham War et j’ai adoré le passage sur le passé de l’A.R.G.U.S qui menait véritablement le jeu. C’est toujours bon à prendre pour le background. Reste que le récit paraît du coup décousu et pendant qu’Etta Candy apprend tout cela dans la chambre verte Steve lui doit s’occuper d’un Dr Light fort énervé. Un lasso arrive comme un deus ex machina et ça repart, au moins aura t-il son importance. Je suis donc mitigé vis à vis de la narration, pour les dessins c’est aussi très inégal mais globalement ça passe bien sauf certains visages totalement ratés par Neil Edwards.

– MFW

Note : 5,5/10

Forever Evil A.R.G.U.S. démarrait plutôt bien, on apprenait pas mal de choses sur cette mystérieuse organisation gouvernementale, et Steve Trevor était enfin développé et l’on apprenait à connaître le personnage. Cependant, la fin est clairement décevante : la caractérisation du protagoniste a régressé et l’on retrouve un Trevor réduit au rang d’ex de Wonder Woman, qui s’affiche trop souvent torse nu sur les pages du comic-book, si bien que l’on peut l’imaginer sous les traits de Stephen Amell… Le duo que le personnage forme avec Killer Frost est cependant assez sympathique et le numéro fait le job, notamment lors de l’affrontement contre Dr Light, qui est loin d’être une réussite totale mais qui a l’avantage de nous divertir. De même, on entrevoit un peu ce qui se trame dans l’ombre, dans les bureaux de L’A.R.G.U.S. et l’on a l’impression de découvrir quelques éléments inconnus. Dommage que cette série ait manqué d’ambition.

– Zeppeli

Note : 5/10

Forever Evil - A.R.G.U.S. #6


Forever Evil #7

  • Scénario : Geoff JohnsDessins : David FinchColorisation : Sonia Oback

Suite et fin du cross-over de cette fin d’année (en VF bien sûr). Et si la qualité à été, pour le moment, au rendez vous (sur la série principale), une inquiétude demeure quand à la conclusion, la situation a été laissée à un moment très loin du dénouement et l’appréhension d’une fin bâclée demeure. Appréhension pas tout à fait injustifiée, car si le récit n’est pas bâclé, il est un peu dense et donne l’impression qu’il aurait été meilleur si la fin avait été amorcée dans le précédent numéro. Notamment la libération de la Justice League dont on ne comprend pas forcement le mécanisme. Par contre, j’aime beaucoup la caractérisation de Luthor, nettement moins manichéen qu’à l’habitude. Niveau dessin, Finch fait comme depuis le début de “Forever Evil”, des dessins magnifiques, rien à redire sinon chapeau l’artiste ! Dommage que la fin de l’évent ne soit pas au niveau du reste et donne un petit goût d’inachevé au reste.

– Darthfry

Note : 6,5/10

Fin du crossover Forever Evil, qui aura sept mois en VF. On en attendait beaucoup de cet épisode, qui vient après un long build-up, qui nous conduit vers cette baston finale. Le numéro est assez bien écrit, et Geoff Johns nous livre un récit très dense, où plein d’événements s’enchaînent. De ce fait, on a l’impression de manquer d’informations sur certains passages qui peuvent sembler bâclés, et le scénariste insiste davantage sur ses combats que sur le développement de ses personnages, en dehors de Lex Luthor. J’ai apprécié le numéro, puisqu’il s’agit de l’un de mes personnages favoris, et toute la complexité de ce dernier est efficacement mise en avant. On appréciera la violence des affrontements, sublimés par les traits d’un David Finch en grande forme. L’histoire se conclut donc sur un épisode assez bon, spectaculaire et blockbusteresque, qui fait le job, bien qu’il ne marquera clairement pas les esprits.

– Zeppeli

Note : 7/10

Forever Evil #7


Forever Evil Aftermath : Batman Vs Bane

  • Scénario : Peter J. Tomasi Dessins : Scot EatonColorisation : Hi-Fi

On m’avait promis l’enfer, après un event calamiteux, voire réellement à chier®. Ben en fait c’est presque mieux, vous me direz, pas trop de mal vu l’horreur qui à précédé. Alors que Bane et ses Ergots font la loi à Gotham, Batman revient prendre son dû : Sa ville ! S’ensuit une énorme baston, bien dans le style de celles qui ont précédé dans Arkham War. C’est finalement beaucoup plus digeste qu’Arkham war, puisqu’il n’y a aucune idée loufoque, mais ça reste un peu simpliste. Bon, après ce qu’on a subit, on ne va pas faire les difficiles !

Les dessins de Scot Eaton sont superbes et la colorisation très claire montre bien le contraste avec celle plus sombre de l’event précédent. La principale qualité de Aftermath, c’est de clore le cauchemar nommé Arkham War sans nous tirer des larmes de sang…

– Darthfry

Note : 5,5/10

Ah! Enfin ! Arkham War est fini, et l’on a droit aux conséquences de cette superbe mini-série qui mériterait la version comics d’un Razzie Award. Bane a pris le contrôle de Gotham City et dirige les Talons (Ergots en VF) qui s’occupent de faire régner l’ordre. Cependant Batman, qui vient d’en finir avec le Syndicat du Crime, compte bien reprendre sa ville en mains. Le combat entre les deux personnages est incroyablement bas du front, et l’on croit assister à une partie d’Injustice mise sur papier. Les dialogues sont anecdotiques et le seul intérêt du comic-book est de voir deux montagnes de muscles se foutre sur la gueule. Au moins, les dessins de Scot Eaton sont réussis et la clarté des couleurs nous permet de bien comprendre tous les mouvements qui sont représentés, au cas où vous voudriez apprendre quelques techniques de combat qui font bien mal. Évidemment, il n’y aucun suspense et l’on comprend comment tout cela va se terminer, mais honnêtement, c’est véritablement “moins pire” qu’Arkham War qui avait nivelé le bat-verse lié à Forever Evil par le bas.

– Zeppeli

Note : 4/10

Forever Evil Aftermath #1

14 Commentaires

  1. Merci pour les review que je garde pour plus tard pour ne rien me gacher. Faut-il commencer par lire Forever Evil ou le DC saga ce mois-ci pour en profiter pleinement ? :)

  2. oui oui surtout il faut faire comme tout au long de l’event : lire justice league saga en premier !

    Sauf pour Argus qui se passe avant l’épisode JL. Sinon oui il faut lire JL avant tout le reste.

  3. j’ai acheter les mensuels forever evil et je voulais savoir comment les lires?
    Par exemple pour l’historie de rogue rebellion qui m’intéresse beaucoup dois -je lire chaque épisode de rogue rebellion les un après les autres sans lire le reste ou dois-je lire le mensuel forever evil au fur et a mesure?

  4. c’est a dire que par exemple dans le mensuel de juillet si je lit “forever evil argus 1” suivi de “forever evil rogues rebellion 1” et “arkham 1” tout ce suit?

    • Les tie-in sont indépendant les uns par rapport aux autres, c’est l’ordre par rapport à Forever Evil qui est important.

    • Non c’est finit, les conséquences seront surement exploités dans la suite de Justice League et JLA, je pense…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.