Des questions, je m’en pose beaucoup. Des simples, des compliquées. Force de travail et de patience, j’en trouve régulièrement la réponse, mais d’autres me laissent de marbre. Par exemple, pourquoi l’humanité est aussi stupide et médiocre quand il s’agit d’aider son prochain ? Parfois, sans même parler de soutien et d’aide, pourquoi l’humanité peine à avoir un simple raisonnement accompagné de bon sens ? Je parle à grande échelle. L’individu aura toujours le temps d’aider un ami ou un proche et de réfléchir à sa condition avec logique dans un cadre relativement restreint. Mais la masse se contre-fout du reste du monde, si ce n’est pour critiquer ou faire du voyeurisme, et ne pense qu’à sa propre gueule quand il s’agit de faire des choix à l’échelle national (voir régional, vois communal, voir… oui bon, vous avez compris). Et certains individus viennent contredire le premier point en se faisant voix de la masse, quitte à manipuler les foules pour faire passer des messages de haine et/ou de propagande, afin de s’affirmer en tant que chef suprême des couillons, parce qu’il faut bien que la bêtise soit dirigée par une force commune ! Parfois, elle prend l’apparence d’un homme politique, parfois d’une personnalité religieuse franchement désaxé, parfois par un chroniqueur TV à la con qui se prend pour la voie de la sagesse, parfois par le chef d’un courant de manifestation complètement à côté de ses pompes. La bêtise a plusieurs visages. Mais quel qu’il soit, son odeur reste la même. J’espère pour vous que vous êtes à même de la déceler, et je veux y croire très fort. L’appel de la masse est souvent très séduisant, pour des raisons qui m’échappent encore, mais ce n’est en aucun cas une finalité. On confond souvent mauvaises intentions et bêtise populaire, et je ne veux pas faire cet amalgame. Mais il est important de noter que les mauvaises intentions utilisent la bêtise populaire pour parvenir à leurs fins. Je sais, les intros des Showcases ne sont pas généralement aussi pompeuses et dépressives, mais que voulez-vous, mes vaines tentatives pour sauver l’humanité (ou ce qu’il en reste) à travers le temps et la lecture de ce numéro de The Question, m’ont laissé quelque peu désabusé. Et il y a des moments où oui, je détruirais bien le monde, juste un peu, histoire de nous calmer un brin.


Skeets m’a donc dégoté ce numéro de la série The Question de la fin des années 80. Il a choisi le numéro #20, pour faire résonance avec la date d’aujourd’hui. Ce numéro est sorti le 5 juillet 1988. Et pour les plus jeunes naïfs d’entre vous, oui, le monde allait déjà mal à l’époque. C’est affolant de noter d’ailleurs, en dehors des coupes de cheveux des protagonistes (oui parce que bon… y’a des limites à tout quand même), à quel point ce numéro peut s’inscrire dans l’actualité… Ce comic-book est écrit par Dennis O’Neil et dessiné par Rick Magyar, ceci explique aussi peut-être cela.

the_question_20_00

Un clown de la télévision, qui présente des dessin animés pour enfants, pète un câble en direct. Littéralement j’entends. Désabusé de la vie, sans doute après avoir trop picolé ou que sais-je encore, alors pourtant avec plus de vingts ans de métier, a décidé de montrer aux enfants que la vie est moche, que les pères sont des enfoirés égoïstes et les mamans des vilaines qui ne pense qu’à ce qui se trouve sous la ceinture. Et pour bien faire comprendre ce qui s’y trouve, il expose son anatomie à la jeunesse avant d’être coupé de l’antenne. Un peu plus tard, nous retrouvons Vic Sage (aka The Question, mais chut, c’est secret), qui co-anime un débat télévisé dans lequel un pasteur quelque peu extrémiste prend la parole et essaye d’appuyer avec vigueur que tant que les policiers ne seront pas des chrétiens de bonne lignée, en nombre massif, et qu’ils ne prendront pas les devants, la délinquance continuera de pleuvoir dans les rues. Enfin vous entendez la chanson.

Un peu plus loin aux abords de Boston, les membres d’un cirque itinérant sont dans la déprime. Leur clown est lui aussi un peu désabusé, mais pas dans le même trip. Pour autant, il va faire un tour dans les rues de la ville et se fait cueillir par trois tocards qui ont certainement un peu trop regardé la télé et sont convaincus par leur propre bêtise. Dans leur illogisme sans borne et leur manque de bon sens évident, ils décident de passer le « comique » à tabac, jusqu’à la mort. Les mecs rentrent chez eux, un peu nerveux quand même, et apprennent un peu surpris, à la télé, qu’ils se sont trompé de larron. C’est bête quand même. Mais c’est pas très grave, le pasteur extrémiste qui est en pleine campagne pour gouverner la bêtise, prend de nouveau la parole pendant une séquence d’information. Il exprime avec conviction que ce sont les bons citoyens chrétiens de cette ville qui sauront se tenir face à l’indécence de celle-ci, et qu’ils peuvent se battre contre elle avec force, en votant pour lui, bien évidemment. Aux trois couillons de se rassurer par ces douces paroles, l’appelle de la connerie puissance dix, qui vient lover leur oreilles et leur bon sens dans un cocon bien enrobé d’excrément flasque. Ce sont trois bons citoyens chrétiens qui se tiennent face à l’indécence de cette ville ; après tout, un clown est un clown, ils se ressemblent tous, donc par analogie, c’est tous les mêmes, donc par analogie, celui là était aussi un sale pervers pédophile qui ne mérite donc que la mort. Donc, par analogie, on a rien fait de mal. Et le mieux, c’est qu’on peut même recommencer sans se tromper !

the_question_20_01

Pendant ce temps là, Vic Sage réfléchit à la mort de ce clown et se persuade d’un lien évident avec l’accident télévisuel de l’autre jour. Bien vu Captain Obvious ! Évidemment, le monsieur à d’autres problèmes, que je vous passe vite fait, car ce n’est pas trop le sujet (disons qu’il fait des bêtises avec une femme mariée voyez, comme quoi personne n’est parfait). Mais il a tout de même envie d’enquêter sur cet incident, et sur ce cirque qui vient de perdre un clown dans un accident tragique. Et c’est un travail pour la Question, puisque des questions, ils s’en posent tout plein. Et c’est un homme sans visage qui se dirige vers le cirque, tandis que les trois nazes, grimés, eux, par leur bêtises s’y rendent aussi. Ces derniers vont constater avec fierté que le fameux clown de la télé a trouvé refuge dans ce cirque au clown manquant. Ça tombait bien, il cherchait un nouveau job. Dommage pour lui, et pour le cirque.

Cette bande d’infidèles sont en train de protéger un pervers ! Alors vas-y qu’on est malin et qu’on défonce le mec à l’entrée à coup de voiture. Ça lui apprendra. Puis on arrive et on tape les gens qui veulent s’interposer ou juste poser des questions. On les tue aussi, c’est plus facile. Pas de bol, la Question débarque alors qu’ils s’apprêtent enfin à abattre le vilain clown de la télé, qui s’élève fièrement contre eux pour protéger la femme à ses cotés. Peut-être pas si tordu le type, allez savoir. Les autres s’exclament sur l’absence de visage de Vic et d’autres se demandent où est passé le clown. Dans un élan humoristique de toute beauté, mais surtout plein de justesse, la Question lui répond que le clown, il se trouve devant lui. Ce qui a le don de l’énerver un peu plus. Mais bon, on connaît l’issue. C’était trois blaireaux les types, « bons » chrétiens ou pas. Ils ont pris une bonne trempe et risquent de passer quelques temps en prison pour le coup.

Ce que l’histoire ne dit pas trop, c’est que la Question ne va pas rentrer trop vite chez lui. Il va tomber sur une passage télévisé édifiant, avec encore l’autre tache qu’on entend trop (vous avez remarqué que les couillons à la télé, on les entend toujours trop par vague ? Et quand ils s’en vont, d’autres viennent les remplacer à pied levé pour perpétuer le cycle de la bêtise ?). Le fameux pasteur. La nuit va se passer, et curieusement, Vic sera très fatigué alors qu’une centaine d’affiche de campagne du dit pasteur ont été grimés en clown pendant la nuit.

the_question_20_02

Finalement, ne serions-nous pas tous des clowns dont le grand chapiteau serait le monde ? Ceux qui nous regardent doivent bien se marrer, ou pleurer c’est selon. J’imagine que cela dépend de leur degré d’empathie…

 

4
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
2 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
FreytawSnowBirdJason Todd Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Billy Batson
Billy Batson

Excellent numéro Freytaw et tu as m’a persuadé à l’acheter ! Ça semble comme même assez adulte comme comics single vu que Watchmen ou TDKR étaient des mini-séries.

SnowBird
SnowBird

L’un de mes showcases préférés, et pourtant ils sont tous excellents ! Ce numéro de Question à l’air génial.
Quand j’ai lu « …parfois par un chroniqueur TV à la con qui se prend pour la voie de la sagesse… », j’ai immédiatement pensé à ce cher G. Gordon Godfrey.
Encore une fois, un super Showcase, continuez comme ça <3